Bienvenue sur Lycampire - Forum RPG Fantastique, Invité !
Le groupe des Lycampires est désormais ouvert mais très limité.
Bienvenue dans le Staff à Emily Haas notre nouvelle modératrice <3
Chers lycampiriens, le design est en cours de changement, pour un peu de renouveau ! Le forum reste ouvert en attendant la fin des changements ;).

Partagez | 
 

 Une rencontre, un changement, un chemin (Nathan – Aaron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Une rencontre, un changement, un chemin (Nathan – Aaron)   Sam 24 Jan - 18:44

Je soupire doucement, mon souffle se transformant en un léger nuage blanc. Le vent déjà mordant aux prémices de l'hiver agitait furieusement les arbres qui n'était pas encore dévêtu de leurs parure d'automne et provoquait un sifflement sinistres des autres branches. Patiemment, passant outre du froid, je scrute une des maison abandonnée, au couvert des arbres non-loin. Je suis sous le vent et l'obscurité d'une nuit noir est un atout comme un handicape car s'il me permet de rester dissimulé, il cache tout autant ma cible, ou du moins la rend moins visible, sans compter qu'ici, dans cet endroit abandonné, il n'y a pas d'éclairage publique ni autre lumière quelconque... Je suis comme ça, moi, en chasse : méticuleux, pointilliste. Je porte des vêtements noirs pour mieux me fondre dans l'obscurité, mes armes accrochées à ma ceinture, bien à porté de main, le plus rapidement possible. C'est une mission comme une autre, et de plus je n'ai jamais loupé une proie. Mais je ne suis pas du genre à me reposer sur mes lauriers, cela ne doit en aucun cas me faire moins vigilant ! Chaque mission, chaque cible est unique, je n'ai pas le droit à l'échec et me concentrait toujours pleinement sur ma chasse, un relâchement, un seul ! Le plus petit qu'il soit ! Et j'aurai failli, comme me l'a déjà apprit la vie...

Je secoue la tête pour chasser de mauvais fantômes du passé qui revenait, afin de regagner toute mon attention sur ce que je faisais : chasser. Et je fais bien de me ressaisir car au même instant, une ombre sort de la maison que j'observais depuis un moment. Le noir de la nuit me permet à peine de distinguer sa silhouette mais je sais que c'est lui. Lui, la cible, la proie. Je ne peux me tromper car nous sommes loin de la ville et que je l'ai vu entrer dans cette maison, seul. Je plisse les yeux, la traque reprend. De mes yeux bleus je le suis du regard, sans faire aucun bruit, je suis loin mais c'est un lycan, je reste sur mes gardes, je prends mes précautions... Je le vois s'enfoncer dans les bois, il ne m'a pas repéré. Puis un mouvement, ou plutôt une suite de mouvements que je ne connais que trop bien, suivit d'un grognement et d'une présence animal, m'indique de suite toute en me confirmant qu'il est bien ce que je recherche, qu'il s'est transformé...J'entends ensuite son pas lourd mais en course de loup, car sous les arbres je ne le vois presque pas, je ne saisit que ses mouvements. Après s'être assuré qu'il soit bien assez loin, je me redresse en fixant la direction que je suppose être celle qu'il a prit. Le poursuivre serait stupide, à pied je n'ai aucune chance et ma vieille moto garait plus loin est trop bruyante et même si apte à une course poursuite dans les bois, pas assez rapide à cette condition.

Je soupire une nouvelle fois, il ne me reste plus qu'à voir ce qu'il a fait dans cette maison, avec un peu de chance, même si c'est plus de la logique, c'est une sorte de pied-à-terre pour avant et après ses transformations, quelque chose dans ce goût là. Je surveille attentivement les alentours et me dirige vers l'ancienne demeure avant d'y entrer. La porte d'entrée donne sur un petit salon...ou une grande entrée, je ne le sais car la maison et entièrement vide de meubles. Je regarde attentivement chaque recoin de la pièce, pour bien m'assurer que je peux m'avancer encore, rien à signaler. Je marche donc, mais continuant d'observer. L' intérieur est presque aussi sombre que l'extérieur, mise à part que la lune traverse une fenêtre et que son rayon vient se poser au milieu de la pièce , où le lycan avait déposé ses vêtements. Je souris en coin, je n'avais pas remarquais qu'il était à poil en sortant...Parfait, ça veut dire qu'il compte revenir. Je n'ai plus qu'à me préparer à le recevoir comme il se doit... Mon regard se pose tout autours de moi et mon sourire s'élargit encore en apercevant la charpente du toit, assez basse... De mieux en mieux ! Je m'approche de la fenêtre et grimpe sur le rebord interne. Je me prépare puis je m'élance ( assez gracieusement je dois dire ) et attrape une pièce de la charpente. Avec mon entraînement physique, je suis assez fort et souple pour me hisser grâce à mes bras dessus. Une fois debout sur l'imposante pièce de bois, je m'approche de l'entrée, maintenant en hauteur, je m'accroupit et j'attend. Pour ça aussi je suis très fort, ma patience est d'acier... Cela ne me pose aucun problème ! Que se soit une, deux ou six heures...je sais attendre, car chaque cible éliminée est un danger de moins pour l'humanité, et ça, ça n'a pas de prix ! J' attend donc...

Après une longue mais patiente attente, je l'entend revenir. Ça y est ! Je me prépare, je dois avoir l'avantage de la surprise et agir de façon efficace ! Je sors mon pistolet à balle en argent, lentement et sans un bruit..J'ai un coup d'avance, il ne sait pas que je suis là et je dois donc garder cette avantage.. La porte s'ouvre, à peine est-il entrer que je lui saute dessus. Surpris, il se retourne , mais trop tard, je suis sur lui, mon arme sur sa tempe, je tire, sa tête explose, il est mort avant de s'en être rendu compte...

C'est ce qui aurait dû se passer

En fait, j'ai bien sauté, j'ai bien atterrit sur lui, j'ai bien mis directement mon arme sur sa tempe...Mais je n'ai pas tiré. Je-n'ai pas-tiré... Première fois, première fois que ça m'arrive. Je tue directement mes victimes, car le fait qu'elles ont une apparence humaine est un danger... Et c'est bien le cas ici... Je n'ai pas tiré, je ne peux pas tirer ! A l'instant où ses yeux bleus ont croisé les miens, ils m'ont traversé de part en part ! Il ne s'en ait fallu que d' une seconde, pour me foudroyer et empêcher mon doigt d'appuyer sur la détente... Non.. non.. je ne dois pas... Il faut que je tire... C'est lui ou moi mais... Je ne peux détacher mes yeux des siens, c'est comme si s'était la dernière chose que je ne pouvais faire, ils étaient comme forgé aux siens... Et je reste là, bloqué, paralysé... Je ne peux rien faire de moi-même... Mais qu'est-ce qui se passe ..??!
Revenir en haut Aller en bas
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Re: Une rencontre, un changement, un chemin (Nathan – Aaron)   Dim 25 Jan - 4:40


Une rencontre, un changement, un chemin
Aaron & Nathan



La chasse. L'un de mes passes-temps favoris. Il faut dire qu'elle a de nombreux avantages et offre des récompenses pour le moins aguichantes. De la nourriture à foison. Une certaine fierté d'avoir réussi à attraper son gibier. Un sentiment de liberté que l'on ne retrouve nulle part ailleurs. Sans compter que cette activité, en plus de me sustenter, participe grandement à me garder en forme, musclant l'ensemble de mon corps. Ainsi, en ce soir d'automne, à l'approche de l'hiver, alors que le ciel est subtilement éclairé par un quartier de lune caché par les nuages, je m'en vais à la recherche de proies assez stupides pour ne pas faire attention aux loups. Et surtout à l'un d'entre eux en particulier. À savoir moi, en l'occurrence. Alors, comme à mon habitude, j'ai investi l'une des anciennes maisons abandonnées qui se trouvent dans la forêt.

Déposant mes vêtements sur le sol de la maison, je laisse mes poils se hérisser doucement sur ma peau. Quelques frissons me parcourent, mais je les trouve plus agréables qu'autre chose, à dire vrai. Ils me prouvent que je suis bel et bien en vie. Et ça, c'est quelque chose de vraiment excitant. Sauf peut-être pour mes victimes. Humaines, notamment. Cependant, je n'en ai strictement rien à faire. J'ai des besoins. Des envies. Je mange ce que je veux, et ce quand je le veux. Alors je sors de la maison, nu, pour faire quelques pas dans la forêt. Je commence à avoir froid, mais malgré tout je garde le sourire. Ce qui peut paraître assez étrange, en un sens. Seulement il est bien inutile de penser à ce genre de choses, dans la mesure où je suis le seul être humain dans cette forêt, à cette heure avancée de la nuit. Enfin, seul humain... Encore eut-il fallut que je le sois.

Prenant ma forme de loup, je pars donc en chasse, à quelques kilomètres de la maison. Je sais que je peux m'en éloigner en toute sûreté. Personne n'y vient jamais. Sauf parfois. Mais ils ne s'intéressent pas à de simples vêtements. En particulier les miens, troués et rapiécés. Ceux que je mets précisément pour mes sorties en forêt, lorsque je souhaite me promener trop loin de ma cabane pour y cacher mes habits. Ce soir, c'est en effet le cas. Quoi qu'il en soit, je cherche mon gibier et le repère rapidement. La nuit, les animaux dorment généralement assez tôt. Dès la fin du jour. Ce qui me permet d'avoir des réserves de viande facile. Un groupe endormit fait parfaitement l'affaire. Au menu de mon dîner, quatre ou cinq lièvres imprudents qui ont eut la mauvaise idée de laisser leur fumet parvenir à mon museau. Ni une, ni deux, je prends la piste, et m'en vais manger un morceau...

Des os d'une blancheur inouïe. Pas la moindre trace de sang. Quelques boules de poils au sol. Voilà tout ce que je laisse derrière moi une fois le terrier entièrement vidé de sa population. De cinq lièvres, d'ailleurs, comme je l'avais bien senti. C'est après m'être nettoyé dans un ruisseau aux eaux glacées qui coule non loin de l'ancienne tanière de mon dîner, que je me décide à rentrer en trottinant. Je profite de l'air frais et humide. De l'odeur des épines de pin. Du craquement des feuilles sous mes pattes. Je m'arrête de temps à autre afin d'admirer la lune. Puis je reprends ma route à travers les troncs des arbres, ombres sombres dans la nuit noire. Je n'ai cependant aucun problème de vision dans les ténèbres, ayant fini par devenir nyctalope, de part l'étrange complexité du lien entre ma partie humaine et ma partie canine. Enfin bref. Passons. J'arrive enfin à la maison abandonnée, le vent venant de mon dos, séchant les derniers poils de ma fourrure encore humides après mon bain dans le ruisseau.

Reprenant forme humaine, je m'étire un peu avant de pénétrer dans la vétuste demeure. Cependant, à peine ai-je le temps de repérer une odeur humaine, que déjà je me retrouve cloué au sol. Je lâche un cri étouffé par le poids du corps qui me maintient contre le vieux parquet grinçant. Je cherche à me débattre. À bouger bras et jambes. Mais mes mouvements ne sont pas coordonnés. Si bien que je ne parviens strictement à rien. Et je m'arrête au moment de sentir un objet froid pointé sur ma tempe. Je déglutis et ferme les yeux, résigné. Presque trois cents ans de vie, c'est bien assez, non ? Et j'ai passé une belle soirée, après tout. Pourquoi devrais-je me défendre ? Surtout qu'au moindre de mes gestes, je sais pertinemment qu'une balle partira. Sans me manquer. Mais j'ouvre les yeux. Je veux au moins regarder mon meurtrier. C'est alors que mon désir de vivre devient plus fort que jamais.

Mes yeux virent à l'orange. Je me redresse légèrement, serrant les dents. Je ne comprends pas pourquoi je ne suis toujours pas mort. Pourtant, je n'en ai que faire. Je me contente simplement de faire en sorte que l'arme à feu ne soit plus pointée sur moi. Alors seulement je croise le regard de cet homme. Et je me sens soudain très mal. Je tombe. Littéralement. Je retombe contre le sol. Mes yeux reprennent leur couleur naturelle. Mon cœur s'agite, accompagné de mon souffle en écho. Par réflexe, mes mains viennent se poser sur la taille du Chasseur, avec une douceur que je ne devrais pas lui destiner. Malgré cela, je ne suis pas en mesure de réfléchir. Je me contente d'obéir à mon instinct. Me résigner. Me défendre. Et maintenant regarder cet inconnu comme si je souhaitais le prendre dans mes bras. Quelque chose ne va vraiment pas chez moi. Ou alors les yeux de cet humain sont si beaux que je me refuse de les voir s'éteindre ?

" Tires. Allez. Tires ! Pourquoi tu ne tires pas ! ALLEZ ! VAS-Y ! FAIS-LE ! TUES-MOI ! "

Je ne sais pas ce qui me prend. Mes mains se serrent sur la taille de cet homme qui me surplombe de toute sa splendeur. Ma colère monte. Pas contre lui. Contre moi. Pour diverses raisons. Mais mes yeux repassent à l'orangé. Ma voix se fait plus rauque. Je ne parviens pas à saisir la vague d'émotions contradictoires qui me submerge. C'est sans aucun doute pourquoi mon inconscient s'exprime ainsi, en utilisant ma parole afin de faire en sorte que tout cela prenne fin une bonne fois pour toute. Pour ne pas souffrir encore. Comme avec les précédents, dont les noms me viennent en tête à chaque regard lancé en direction du Chasseur. Hélène. Andrew.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rencontre, un changement, un chemin (Nathan – Aaron)   Dim 25 Jan - 6:13

J'était comme figé, je ne pouvait plus rien faire, impossible de bouger. Tout ce qui me restais c'était mes yeux bleu qui fixaient le lycan, blocké sur lui...son visage si beau...son corps magnifique...C'était pas bon, pas bon du tout ! Il allait contre-attaquer, me dévorer ou se défendre. Dans tout les cas il m'échapperait. Jamais, jamais ça ne m'était arrivé avant, une cible ne m'a jamais échappé..Jusqu'à Lui. Il se redressa, ça y est s'était la fin, ses yeux changèrent pour se teindre en un orange hypnotique et moi, je ne réagissais toujours pas. Mais voilà qu'il croisa mon regard, je ressentis comme un second choc en croisant ses yeux, qui répondaient aux miens sur une onde identique. Il se laissa alors retomber au sol, apparemment blocké comme moi... Mais qu'est-ce qui nous arrivez à la fin..? J'avais...peur et j'étais fasciné en même temps. Je sentait comme un grondement dans ma poitrine et un frisson me parcourt le long du dos quand il pose ses mains sur ma taille. Pourquoi ses mains ? Pourquoi Lui ? Pourquoi faisons-nous ça au lieu de nous entre-tuer comme on devrait le faire normalement. C'est comme cela que ça devait se passer ! Et pas autrement !

Il se met alors à crier, la colère est palpable dans sa voix, et elle commençait à me gagner aussi, mon souffle s'accélérant. Il me somme de tirer, de le tuer. Je serrai les dents, une grande rage s'emparait de moi. Je poussai un cris et tira. Juste au-dessus de lui, faisait un trou dans le plancher. Le soudain silence de la nuit pesait lourdement maintenant, seulement brisé par ma respiration car j'étais essoufflé, comme si je fournissais un effort considérable. Je me laissai tomber au-dessus de lui, me posant sur mes avants-bras, ma tête juste face à la sienne. Mes yeux était fermés, je les rouvrent, je le contemple puis je me penche encore plus sur lui. Je le surplombe et mon visage se rapproche dangereusement. Nos lèvres ne sont qu'à un ou deux centimètres, mon souffle chaud se mêle au sien. Je me rapproche encore et je peux presque sentir ses lèvres effleurer les miennes ...Mais je me redresse soudainement avant et me relève sans un mot. Je sors précipitamment. Une fois dehors je m'arrête pour prendre une grande bouffée d'air, comme si mon souffle avait été coupé. Puis je prend la direction de ma moto, en marchant vite. Je ne cours pas, mes jambes tremblent, tout mon être tremble ! Et je sens que si je cours, je tomberai...Et puis s'il voulait me rattraper il le pourrait très bien alors ça ne sert à rien. Je n'oublie pas que c'est un lycan...Je ne suis pas prêt à l'oublier...
Revenir en haut Aller en bas
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Re: Une rencontre, un changement, un chemin (Nathan – Aaron)   Dim 25 Jan - 6:19


Une rencontre, un changement, un chemin
Aaron & Nathan



Je ne peux pas bouger. Je suis piégé. Pas par cet homme. Ou tout du moins pas physiquement parlant. Si je voulais m'échapper, j'en serais parfaitement capable. Cependant, voilà exactement où est le problème. Mon problème. Je ne veux pas m'échapper. Je ne veux pas m'enfuir. Je veux rester. Pourquoi ? Je ne sais pas. Peut-être précisément dans le but de trouver la réponse à cette question ? Une question que le Chasseur qui me surplombe semble lui aussi se poser, soit dit en passant. D'ailleurs, je ne l'ai pas assez regardé. Je m'en rends bien compte à présent. Mes yeux ont croisé les siens, certes, mais malgré cela, je ne sais pas à quoi il ressemble concrètement. Et mes pensées qui s'éparpillent. Et ma colère qui monte. Rien en moi ne me permet de prendre le temps d'observer. D'analyser. De réfléchir. Qui est donc cet homme ? De quoi a-t-il l'air ? L'aurais-je déjà croisé par le passé ? Je n'arrive pas à m'entendre penser avec tout le bruit que j'ai dans la tête. Sans compter celui que je fais en hurlant. Puis soudain, j'ai tout mon temps. Vraiment. Du temps et du silence.

Un sifflement s'installe dans ma tête. Je n'entends plus rien. Plus rien si ce n'est ce bruit. Je grimace un peu à l'odeur de la poudre à canon. Il a tiré. Le Chasseur a fait feu. Alors pourquoi ne suis-je pas encore mort ? Il me semble pourtant que son coup visait directement mon crâne. Je fronce un peu les sourcils. Le son aigu qui résonne dans ma boîte crânienne commence à s'atténuer. J'entends la respiration de l'homme en face de moi. Je la sens dans mes doigts, quand son ventre bouge pour inspirer et expirer l'air ambiant. Mes mains se desserrent un peu. Elles restent sur place, mais mon étreinte est à présent bien plus douce. Je me détends progressivement en voyant cet individu éreinté. Il a l'air tellement... faible. Pourquoi suis-je encore cloué au sol, à attendre ? Il me suffirait de me transformer et de tuer ce Chasseur d'un coup de griffes ou de crocs. Je ne parviens cependant pas à me débarrasser de ce sentiment qui m'envahit quand je le détaille de haut en bas. La pitié. L'empathie. Puis autre chose. Lorsque son corps vient un peu plus s'écraser contre le mien.

Mes mains passent un peu plus dans son dos. Je frissonne. De partout. Chaque poil de mon corps se hérisse. Et ce n'est pas du fait de la température actuelle. Mon cœur bat à toute vitesse. Je commence à avoir du mal à respirer. C'est à ce moment précis que j'observe encore mieux cet homme. Il est beau. Je ne le vois que maintenant. Je le trouve tout simplement magnifique. J'en viens même à entre-ouvrir ma bouche, hypnotisé par son regard. Par son souffle chaud contre mon visage. Par la sensation de sa peau à quelques millimètres de la mienne. Je me mets à trembler tandis que ses lèvres se rapprochent des miennes. Mes doigts viennent de nouveau s'enfoncer un peu plus dans ses chairs. Le parfum de ce Chasseur m'ensorcelle. Je me perds avec plaisir dans l'océan de ses yeux, enveloppé dans la douce chaleur de ses bras. Une partie de moi se réveille alors. Je l'entends crier en moi. Au loin. Elle me demande d'arrêter. De ne pas embrasser cet homme. Mais j'en ai envie. Dieu ce que je peux vouloir goûter à ses lèvres ! Ses dernières s'approchent d'ailleurs encore de moi. Je sens déjà leur saveur. La décharge de plaisir envahir tout mon être. Seulement... Rien de tout cela ne se passe.

Il se lève et s'en va. Sans autre forme de procès. Sans un mot. Je me retrouve donc seul, allongé sur le sol, mon intimité elle aussi souhaitant visiblement retrouver le contact de ce Chasseur. Je reste immobile quelques secondes après le départ de l'individu. Finalement, c'est en secouant la tête que je me remets debout sur mes deux jambes. J'essaye d'oublier ce moment. En vain. Mes yeux ne cessent de regarder en direction de la porte de la maison, dans l'espoir que ce bel inconnu ne revienne traverser le seuil de cette ancienne demeure. Je lâche alors un juron, avant d'attraper mon vieux manteau troué et rapiécé en de nombreux endroits, notamment au niveau des coudes. L'enfilant sur moi et ne le fermant qu'avec deux boutons qui peinent à tenir à leurs fils usés, je sors de la cabane, à la poursuite de l'homme qui a manqué de mettre fin à mes jours.

Je ne sais pas ce que je fais. Ce que je compte faire. Ce que j'attends de cet individu. De ce Chasseur. Je sais seulement que je ne veux pas qu'il s'en aille. Pas comme ça. Jamais je n'ai autant eu envie de passer du temps avec un homme. Je veux comprendre pourquoi. Pourquoi lui. Et je veux savoir si lui aussi se pose ces mêmes questions vis-à-vis de moi. J'imagine que oui. Alors ce ne doit être qu'un simple prétexte pour continuer de le contempler. Voilà ce à quoi j'en suis réduis. Seulement, et de manière bien étrange, je ne m'en formalise pas le moins du monde. Loin de là, en réalité. Et c'est avec cette idée en tête que je rattrape enfin mon bel inconnu. Je m'arrête et tend une main dans sa direction, parlant d'une voix qui laisse échapper mon stress intérieur. Toute mon incompréhension, mais aussi mon désir. Désir de savoir. Désir de connaître ce Chasseur.

" Attendez ! Je... Je m'appelle Nathan. Nathan Foss. "

Par où commencer ? Je ne me suis même pas posé cette simple question. Alors quand le moment est arrivé... Autant commencer par le commencement. En espérant que l'homme que je contemple encore, cette fois dans toute sa splendeur doucement éclairée par les rayons de la lune, accepte de jouer le jeu. J'ai d'ailleurs la stupide impression que le prix de ce fameux jeu n'est autre que celui de ma vie. Pas physiquement. Ma vie au sens large. Tout ce qui fait de moi ce que je suis. Cet inconnu va tout bouleverser. Je le sais. Je le sens. Et mon cœur plus rapide que jamais ne fait que me conforter dans cette idée. Pourvu qu'il daigne me parler.

_________________

   
WHERE MY DEMONS HIDE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Une rencontre, un changement, un chemin (Nathan – Aaron)   Mar 3 Fév - 14:40

Il me suit...pourquoi me suit-il ? Pourquoi fait-il ça ! Nous n'avons rien à faire ensemble ! Je n'ai rien à voir avec lui...Il m'a touché, et ses doigts m'ont marqué au fer rouge, comme une trace indélébile, j'en frisonne...Mais je ne suis pas capable de penser, rien de me vient à l'esprit. Je ne peux le juger comme je ne peux juger ce que je ressent ! Que ça m'énerve...Penser, réfléchir, c'est mon arme et là, je n'en suis pas capable ! Je ne peux pas ! Je ne dois pas..Il ne faut pas que je sois vulnérable ! Mais c'est déjà fait...Alors il me faut fuir. Me replier.

   Il se présente, la voix fébrile...son nom, et il résonne à mes oreilles...son regard...je ne m'y plonge qu'une demi-seconde mais une demi-seconde de trop...son visage se marque en moi, c'est comme si son image resterait graver au fond de mon esprit, à jamais...Et je suis incapable de voir en face de moi un lycan, une bête assoiffée de sang, un ennemi ou même une cible ! Ça ne fait que m'énerver de plus belle...Je serre les dents, je serre les poings, j'entend mes dents crisser et mes ongles perforer la paume de ma main tant je les serre...Et en un instant, mon poing se retrouve percutant le lycan de plein fouet, le projetant au sol. Je le fixe, mes yeux lançant un regard glacial...glacial et noir. Puis je m'avance vers lui, explosant comme un volcan

"- Je t'ai donné une chance lycan ! Tu n'en auras pas deux ! La prochaine fois que je te vois, je te tuerais, sans hésiter cette fois ! Je ne veux rien à voir avec toi !"


 Mon souffle est rapide tel un taureau en furie et ma voix lourde d'une colère profonde. J'ai envie de tout casser autours de moi ! Tout ce que je pourrais ! Mais malgré mes paroles, je n'arrive pas à m'imaginer à le casser lui, à lui faire du mal...Ou même de le toucher...Mais à l'extérieur je ne laisse rien paraître, je veux juste ne plus le revoir...Et pourtant je le regarde, à terre, il ne porte juste un manteau rapiécé..Ais-je de la pitié ..? Non on dirait que c'est plus fort... Tout s'embrouille dans ma tête ! Avec un geste rageur je finis par le contourner et partir d'un pas pressé, enfin. Puis je cours, aussi vite que je peux, je ne veux pas qu'il me rattrape ! Je ne veut pas ressentir à nouveau ce que j'ai eu en le voyant...Je ne veux plus...
J'arrive à ma moto, ma vieille bécane mais qui roule parfaitement. Je l'enjambe en vitesse et démarre en trombes pour rejoindre la ville le plus vite possible.
Revenir en haut Aller en bas
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Re: Une rencontre, un changement, un chemin (Nathan – Aaron)   Jeu 30 Avr - 11:39


Une rencontre, un changement, un chemin
Aaron & Nathan



Je n'ai rien vu venir. J'avais de l'espoir. C'était stupide. Vain. Comment ai-je pu être aussi bête ? Dès le début je savais que ce Chasseur refuserait de discuter. Après tout, il était venu pour me tuer. Et j'ai eu la prétention de croire qu'il serait enclin à... À quoi ? À parler avec moi autour d'une bière ? Je me rends bien compte à présent à quel point je suis ridicule. Minable. Pitoyable. Encore un peu et je n'aurai même plus l'envie de vivre ! J'ai mal au crâne. Plus qu'à la mâchoire. Moins qu'au cœur. En une demie seconde je me suis retrouvé à terre. L'homme qui me surplombe est en colère. Il a ce regard que je déteste plus que tout au monde. Mon regard quand je me laisse aller. Étrangement, cela me fait souffrir de le savoir dans cet état. Je déglutis, avalant mon propre sang. Ma lèvre saigne, laissant un léger filet écarlate descendre sur mon menton. Je ne prends même pas la peine de l'essuyer.

C'est insupportable. Une véritable torture. Comme si mon corps et mon esprit se retournaient contre moi. Je tremble comme une feuille. Je ne parviens plus à entendre autre chose que sa voix tonitruante. Ai-je envie de le faire taire ? Ai-je envie de lui faire du mal face à ses paroles ? Pas le moins du monde. Je sens simplement les larmes me monter aux yeux. Serrant les poings, j'aimerais pouvoir me lever. Oublier toute cette douleur. Retrouver tous mes moyens. Pour en finir ? Non. Pour serrer cet homme dans mes bras. Ça n'a pas de sens. Pourtant c'est ce que je voudrais faire. Le consoler. Le calmer. Lui faire comprendre que je suis là pour lui. Enfin... Moi-même je me demande si c'est vraiment le cas. Après tout je ne sais rien de lui. Il a faillit me tuer. Il a manqué de m'embrasser. J'aurais tellement aimé. J'en suis certain. Au lieu de cela... Je me suis pris une droite.

Immobile. Je reste totalement immobile. Quant au Chasseur... Il me fixe. Il me fixe avec toute la haine qu'il a en lui. Malgré tout, je ne peux pas m'empêcher de me dire que cette rage n'est pas dirigée contre moi. Elle ne peut pas m'être destinée. Pas après ce que j'ai vu au fond de ses yeux. Il est en colère. Oui. Cela ne fait aucun doute. Mais il l'est seulement contre lui. Il n'a jamais été préparé à... ça. Personne ne peut l'être. Seulement, on peut comprendre ou non ce qu'il nous arrive. L'accepter ou non. Lui ne semble pas vouloir s'y faire. Quant à moi... Je ne sais pas non plus où j'en suis. J'ai à la fois envie d'en savoir plus, et la volonté de fuir. Que me dicte ma raison ? L'une et l'autre de ces options. Que me dicte mon cœur ? L'une et l'autre de ces options. C'est donc là que j'en suis dans mes pensées quand le bel homme décide de s'en aller. Je ne cherche pas à la poursuivre. Je m'écrase seulement au sol en pleurant à chaudes larmes. Je pousse un long cri de souffrance, de colère, et de solitude. Et je me laisse mourir.

Restant sur place plusieurs minutes, je mets un temps fou à me relever. Je ne sais pas quoi faire. Je n'ai envie de rien. De rien... À part lui. Je veux le revoir. Quitte à mourir. Je veux encore le toucher. Le sentir. Mon cœur se serre doucement. C'est impossible, n'est-ce pas ? Un Chasseur et un Lycan. Pourquoi j'y pense ? Je ne devrais pas. C'est mal. Et de toutes manières, je gâcherais sa vie. Après tout, jamais je ne suis parvenu à protéger ceux à qui je tenais. Alors en quoi cette fois serait différente ? En rien. Même si j'arrivais à convaincre cet homme de tenter sa chance, ça ne durerait pas longtemps. Au bout de quelques semaines il mourrait. Ou alors il me tuerait, comme il était censé le faire aujourd'hui. Je me contente donc de me rhabiller comme il se doit, sans la moindre conviction, avant de prendre le chemin de mon domicile. Le sang séché sur mes lèvres côtoie mes larmes, et mon visage pâle doit certainement faire peur. J'avais oublié à quel point ce sentiment pouvait s'avérer douloureux. Ah, l'amour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une rencontre, un changement, un chemin (Nathan – Aaron)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre, un changement, un chemin (Nathan – Aaron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» changement a cataclysme...
» [Forum] Changement d'URL imminente
» Le p'tit bonhomme de chemin, d'un futur retraité.
» [PrBoom] Changement d'armes à la molette
» [Blog] Important : Changement de nom de domaine
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum RPG Fantastique
  • Where we live and die
  • The Darkness
  • Les maisons abandonnées
  • -
    La date/heure actuelle est Jeu 23 Nov - 12:55