Bienvenue sur Lycampire - Forum RPG Fantastique, Invité !
Le groupe des Lycampires est désormais ouvert mais très limité.
Bienvenue dans le Staff à Emily Haas notre nouvelle modératrice <3
Chers lycampiriens, le design est en cours de changement, pour un peu de renouveau ! Le forum reste ouvert en attendant la fin des changements ;).

Partagez | 
 

 Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Ven 30 Jan - 4:36

Après tout ce temps te voilà enfin

Nathan & Kaitlyn



Le printemps était là. Une belle journée débutait. Un temps idéal pour une balade dans la nature comme j'en faisais si souvent. Cependant, aujourd'hui était un peu spécial. En effet, si je sortais, c'était parce que je me sentais seul. Cependant, le plus étrange dans tout cela, était sans aucun doute le fait que je souhaitais aussi être seul. Comme si je comptais combattre la solitude par la solitude. Car j'aurais pu faire la tournée des bars, et rencontrer de nouvelles personnes, ne serait-ce que pour quelques heures. Ou bien contacter des amis, des connaissances, et passer du temps avec eux. Mais au lieu de cela, j'ai préféré partir seul pour prendre l'air. M'éloigner de toute civilisation pour quelques temps. Et me retrouver seul pour faire le point. Réfléchir à ce sentiment qui m'angoissait. À tous ceux qui le font. Dans cette optique, il me fallait nécessairement un endroit calme. Un endroit où personne n'aurait l'idée de venir me chercher. Alors, attrapant mon blouson marron d'été, je l'enfilai et sortais de chez moi. L'air était doux, mais un vent frais soufflait de temps à autre. Fermant donc ma veste et mettant mes mains dans les poches, je commençai à marcher tête baissée, sans réelle destination. Ce n'est que lorsque je fus au beau milieu de nulle part, dans la forêt, que j'eus l'idée de m'arrêter quelques instants. Humant l'air à pleins poumons, je tendis l'oreille afin d'écouter chaque son qui m'entourait. Et parmi le chant des oiseaux, les brindilles qui craquaient sous le poids des animaux, ou encore quelques rares arbres qui tombaient au sol, j'entendis quelque chose de plus particulier. Le grondement de l'eau qui se jetait dans le vide. Je me décidai donc, sans plus de réflexion, à suivre cette piste.

Une fois arrivé à la source du grondement, je me retrouvai face à une chute d'eau qui allait se réfugier dans un bassin en contrebas. Le chemin vers ce dernier était lui-même en pente douce. Je le descendis, m'arrêtant au bord de l'eau claire. En effet, à travers le liquide transparaissaient une multitude de galets, tous parfaitement polis par la force des éléments qui se déchainaient sur eux depuis le haut de la petite falaise d'où provenait la cascade. Je restai donc là, immobile, durant quelques minutes. Puis, lorsque j'en eus assez de me contenter de contempler ce spectacle, je retirai mes vêtements avant de les poser sur la berge et d'entrer dans le bassin pour y nager quelques brasses. Malgré la température basse de l'eau, je me mis à avancer, faisant d'abord le tour de la colonne d'eau, à plusieurs reprises, avant de passer en dessous. Ce à quoi je ne me serai pas risqué sans savoir que sa taille me permettait un passage sans risque.

Quoi qu'il en fût, cette séance de natation me fit, au final, le plus grand bien. Elle me vida l'esprit de toutes mes questions, me revigorant et me redonnant la sensation d'être vivant. De ne pas être qu'un fantôme errant de jour comme de nuit dans les rues bondées de Londres. Car lorsque l'on est immortel, ce genre se sensations se fait parfois ressentir. D'où un profond sentiment de solitude. Le même qui m'avait envahit plus tôt ce matin-là. Alors, sortant du bassin, je me séchai au soleil avant de remettre mes vêtements. Je ne quittai pas les lieux pour autant. Loin de là. Je restai allongé sur les galets, au bord de l'eau, légèrement surélevé sur mes deux coudes pour continuer d'admirer la fureur des éléments qui se jetaient dans le bassin. C'est alors que je sentis une odeur. Un parfum qui n'arriva à mon nez que lorsque le vent fut favorable à son déplacement dans mon sens. Étrangement, cette fragrance me parut familière. Comme si... comme s'il s'agissait de la mienne. Cependant, elle était moins marquée. Plus délicate. Moins rugueuse. Je ne comprenais pas ce qui pouvait bien créer ce genre de fumet. Malgré tout, cela ne pouvait être qu'un subterfuge. Un chasseur rodait-il dans les parages ? Ou bien un autre lycan vagabondait-il en ces lieux ? Quelque soit la réponse, il n'y avait pas beaucoup de solutions pour en avoir le cœur net. Me relevant, je me tournai vers l'endroit à l'origine de l'odeur tout en gardant la tête haute, continuant de renifler la piste. Observant les alentours, j'aperçus une silhouette qui se cachait en haut de la pente qui menait à la chute d'eau. Il s'agissait me semblait-il d'une femme. Je m'adressai donc à elle, sur un ton sec, et d'une voix forte qui montrait bien que je n'appréciai pas particulièrement le fait d'être ainsi épié.

" Qui êtes-vous ? Et que faites-vous là ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Ven 30 Jan - 14:42



Depuis combien de temps cherchais-je la trace de mon frère ? Depuis trop d'années en tout cas pour que je puisse les dénombrer. Mais je pouvais assurément dire qu'aujourd'hui, je n'avais jamais été aussi proche de le trouver. Il y a quelques années j'étais tombé sur une photo où j'ai d'abord cru reconnaître mon père. Ca ne pouvait pourtant pas être possible, j'ai donc rapidement compris qu'il s'agissait de Nathan. C'était cette photo qui m'avait fait revenir à Londres. Après tant d'années loin de ma ville natale, j'étais enfin de retour et à force de recherche et à demander à droite à gauche si ce visage leur disait quelque chose, j'avais fini par retrouver sa trace. Je savais quels lieux il fréquentait, où il avait habitude d'aller et je comptais maintenant sur la chance. Et celle-ci semblait être particulièrement de mon côté aujourd'hui.

Je déambulais dans les bois, comme je le faisais souvent ces derniers jours et c'est là que je le vis, perdu dans ses pensées. Je n'ai pas tout de suite était sûr qu'il s'agissait bien de lui. Combien de fois l'avais-je pris pour quelqu'un d'autre, me jetant presque dans les bras de parfaits inconnus croyant qu'il s'agissait de Nathan. Prudente, je le suivis en gardant mes distances. Je n'arrivais pas à en croire mes yeux. C'était plus fort qu'un instinct, plus fort que tout ce qui pouvait exister. Je ne saurais l'expliquer mais j'étais persuadé que c'était lui. Ca doit être ça qu'on appelle les liens du sang.
Il était descendu au pied d'une cascade et moi je l'observais d'en haut. Pourquoi hésitais-je plus longtemps ? Pourquoi ne descendais-je pas le retrouver ? Après toutes ces années de recherche, j'avais imaginé, j'avais rêvé même de ce moment où je le retrouverais. Et pourtant, je n'osais pas descendre. Puis il me vit, et ça ne m'étonnait même pas qu'il y soit parvenu alors que j'étais quand même assez loin. Pour qu'il ait l'air aussi jeune après toutes ces années c'est qu'il était immortel, comme moi. Et puis je n'avais pas mis longtemps à savoir qu'il était lycan, avec le temps j'avais appris à reconnaître mes pairs.
Je finis donc par descendre après qu'il ait demandé qui j'étais. J'avais usé de ma vitesse surnaturel pour le rejoindre rapidement. Une fois à sa hauteur je le dévisage sans rien dire. Il était beaucoup plus grand que moi et je ne pouvais m'empêcher de penser à mon père, enfin notre père, tellement il lui ressemblait. Il n'y avait pas de doute, cette fois c'était bien lui. Je n'avais même pas besoin de lui demander, je le savais.

-Nathan. Commençais-je à dire alors que mon sourire ne se faisait que plus large. Je m'appelle Kaitlyn. Et tu ne vas sans doute pas me croire, mais il se trouve que je suis ta sœur. En disant ses mots, le cœur de Kate s'était emballé, tellement elle avait rêvé les prononcer un jour. Elle ne dit rien de plus, attendant seulement la réaction de Nathan.
Revenir en haut Aller en bas
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Sam 31 Jan - 5:49

Après tout ce temps te voilà enfin

Nathan & Kaitlyn



Je restai parfaitement immobile, les poings serrés, attendant que la jeune femme qui m'observait daigne descendre me rejoindre. Plus les secondes passaient et plus la colère montait en moi. Elle avait beau être une lycanne, il n'y avait rien au monde qui justifiait que l'on m'espionne ainsi. D'autant plus que je venais de me baigner, sans porter le moindre vêtement. Si cette inconnue avait été là depuis assez longtemps, alors elle m'avait vu dans le plus simple appareil avant même que je ne connaisse son nom. Certes, tout au long de ma vie, j'ai croisé un certain nombre de femmes, puis d'hommes, qui ont eu l'occasion de me voir nu sans que je ne sache qui ils étaient vraiment. Mais là n'était pas la question. Je n'étais pas spécialement pudique, cependant si je me retrouvai à la vue de quelqu'un sans aucun habit, alors je préférai savoir que je le faisais devant des gens, plutôt que de l'apprendre de cette façon.
Quoi qu'il en fût, je sentais que ma rage allait exploser lorsque la jeune femme se planta devant moi. Je baissai les yeux pour la regarder en face, les jointures de mes doigts devenant blanches et mes ongles se mettant presque à creuser ma chair. Je gardai malgré tout un calme apparent, face à cette lycanne qui, devant moi, semblait rester sans voix. Je voulais entendre la raison pour laquelle elle était en train de m'espionner. Savoir s'il y en avait d'autres comme elles, cachés sous le couvert des arbres. Cependant, ce genre d'informations resta un mystère. Car les mots qui sortirent de la bouche de la jeune femme furent... presque effrayants. D'abord mon nom. Comment connaissait-elle mon nom ? Et ensuite... ensuite... mon visage se teinta d'une couleur pâle. Un blanc plus pur que la neige, et plus froid encore que cette dernière. Les mots de la jeune femme me figèrent littéralement sur place.

Durant une minute au moins, qui me parut des heures, je ne parvins même plus à réfléchir. Je fixai la dénommée Kaitlyn sans la voir. Je savais au plus profond de moi qu'elle disait la vérité. Et pourtant, je refusai d'y croire. Je me disais que c'était impossible. Pas comme ça. Pas maintenant. Pourquoi de simples mots faisaient ressortir tant de souvenirs enfouis dans ma mémoire ? Ma jeunesse à Londres. Mes déboires. Ma solitude. Ma haine envers le monde entier. Mais surtout envers mes parents. Envers ces individus sans cœur qui m'avaient laissés seuls, le jour-même de ma naissance. Envers ces monstres qui s'étaient débarrassés de leur enfant sans même prendre la peine de le nommer avant cela. Je ne pouvais déjà pas concevoir que des personnes puissent agir de la sorte, mais encore moins qu'ils aient recommencé. Et peut-être même... peut-être même qu'ils ne l'avaient pas abandonné, elle.
Je me mis à respirer rapidement. Trop vite. Mon cœur s'emballait. Je ne sentais plus mes jambes. Je fis un pas en arrière, tombant presque à la renverse. Heureusement, ce léger déséquilibre participa à me ramener à la raison. Je retrouvai peu à peu mes esprits. Mais j'étais encore choqué face à cette nouvelle. Cette odeur... voilà pourquoi je la reconnaissais. Et ma colère qui retomba soudain. Le fait que je me sente incapable de faire du mal à cette jeune femme pour me venger du bonheur qu'elle avait sans doute connu auprès de ses parents. De mes parents. Non... de nos parents. Alors je tentai de me calmer toujours un peu plus. En respirant profondément. En me tournant à nouveau vers la cascade. En fermant les yeux quelques instants. Pour faire le vide. Ne plus entendre que le fracas de l'eau sur les galets du bassin. Encore. Puis je fis à nouveau face à la fameuse Kaitlyn. La regardant droit dans les yeux, sans broncher, je pris à mon tour la parole, d'une voix calme, posée, dans laquelle ne transparaissait pas la moindre émotion.

" Pourquoi ? Pourquoi m'avoir cherché ? Pourquoi m'ont-ils abandonné ? Pourquoi !? "

Mon dernier mot laissa éclater toute ma rage. Toute ma haine envers ces individus méprisables qui m'avaient donnés naissance pour ensuite me livrer à la nature. Kaitlyn ne méritait pas de m'entendre hurler. De me voir dans une colère telle que, l'espace d'un instant, mes dents étaient devenus crocs, mes ongles griffes, et mes yeux avaient pris la teinte du crépuscule. Celle qu'ils adoptent lorsque je me transforme en loup. Et bien que mes crocs et mes griffes reprirent un aspect humain assez rapidement, mon regard continua de briller comme s'il venait de s'embraser. Comme si, dans mes yeux, le soleil se couchait. Pourtant, tout le reste de mon visage semblait paisible. Si ce n'est peut-être ma mâchoire serrée, ou bien mon regard glacial malgré sa couleur chaude. Ou encore ma respiration bruyante. Je n'avais pas besoin de faire connaissance avec ma sœur. Pas dans l'immédiat. Il me fallait avant tout des réponses. Et ce même si je savais que chacune d'elles ne ma plairait pas. Que chacune d'elles me blesserait, au plus profond de mon être, malgré la forteresse que j'avais mis plus de deux siècles à construire autour de mon cœur. Pourtant j'avais besoin de savoir. De connaître la vérité. Maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Lun 2 Fév - 7:06

Voilà, j'avais dit à Nathan que j'étais sa sœur, que nous étions liés par le sang. Qu'il le veuille ou non, c'était pourtant la vérité. Il fut sous le choc et c'était compréhensible. Voilà pourquoi je n'ai rien dis de plus et je l'ai laissé encaissé le coup. Je lui laisserai le temps dont il aura besoin, après tout je n'étais plus à une année prêt. Même si j'avais hâte qu'il se remette de son choc et qu'on puisse faire tout ce qu'un frère et une sœur peuvent faire. Je voulais apprendre tout de lui, de sa vie, de ses habitudes, de ses connaissances. Je voulais passer du temps avec lui, je voulais l'inviter à manger, boire une bonne bouteille de vin en sa compagnie, me promener, voyager même. J'avais eu la chance de le retrouver vivant, de le retrouver lycan. C'était un signe du destin, tout était réuni pour qu'on rattrape le temps perdu. Patiemment, je continuais à l'observer, silencieuse.

Lorsqu'il se mit à parler, je plongeais à mon tour mes yeux dans les siens, mais sursauta lorsqu'il se mit à hurler. Je ne m'attendais pas à ce qu'il déverse une telle colère, et pourtant je ne pouvais que compatir face à la rage qu'il ressentait. Qui ne serait pas dans le même état en apprenant que les parents qui l'avaient abandonné, avaient eu un autre enfant quelques années plus tard. L'espace d'un instant, j'étais persuadé qu'il se serait transformé en loup, tant son processus de transformation était avancé. Qu'aurais-je fait si ça avait été le cas. Autant un homme peut contenir une telle rage et se maîtriser, mais pas un loup, et j'étais bien placé pour le savoir.

Quand j'ai appris que mes parents avaient eu un enfant qu'ils avaient alors abandonné, j'eus d'abord beaucoup de peine pour cet enfant. Je me sentais même mal, pourquoi m'avaient-ils gardés moi, mais pas lui. Je me sentais mal pour lui, pour ce pauvre petit garçon abandonné. Et encore aujourd'hui, ce sentiment revint. Et à tel point que je ne pus soutenir son regard et baissa les yeux. Mais je ne pouvais pourtant pas le laisser sans réponses. Je me devais de lui répondre, même si je n'avais pas autant d'informations qu'il l'espérait. Je relève donc un regard peiné vers lui et lui répond d'une voix douce :

-J'ai bien peur de ne pas pouvoir t'apporter toutes les réponses que tu cherche. Quand j'ai appris ton existence, je leur ai demandé pourquoi ne t'avaient-ils pas gardé. Ils m'ont seulement répondu qu'à l'époque ils n'étaient pas prêt à élever un enfant. Ils n'ont pas voulu m'en dire davantage. Je suis désolé. Et je l'étais sincèrement.

Sans même me baisser, j'enlève mes chaussures et laisse mes pieds nus épouser la forme des galets. Lentement, je contourne Nathan et m'approche du bords de l'eau, quelques petites vaguelettes venant caresser le bout de mes pieds. Les yeux plongés dans la contemplation de la cascade, mes lèvres s'étirèrent en un léger sourire en repensant à une des questions que Nathan m'avait posé. Il m'avait demandé pourquoi je l'avais cherché.
-Tu m'as demandé pourquoi je t'ai cherché. Repris-je donc. C'est simple, tu es mon frère et depuis que je connais ton existence, je n'ai cessé de te chercher. J'ai beaucoup de peine pour ce que nos parents ont fait, mais je n'y suis pour rien dans leurs choix. Mais je ne voulais pas m'étendre sur des sujets aussi tristes. Avec tout le mal que je me suis donné pour te retrouver, ne compte pas te débarrasser de moi facilement ! M'exclamais-je en lui lançant un regard plein de malice.
Revenir en haut Aller en bas
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Ven 13 Fév - 13:32

Après tout ce temps te voilà enfin

Nathan & Kaitlyn



Je ne bougeai pas. J'en étais incapable. Je restai là. Planté dans le sol. Tous mes muscles bandés pour m'empêcher de me laisser aller dans une rage telle qu'elle mènerait, cette fois, à ma métamorphose complète. Je ne voulais pas faire de mal à cette Kaitlyn. Pas même parce qu'elle était en train de m'en faire, à moi. Dans la mesure où elle ne faisait que me redonner de mauvais souvenirs. Malgré tout, elle semblait elle-même en avoir conscience, car son regard quitta le mien, se baissant sur le sol. Elle refusait que mes yeux plongent dans les siens. Elle refusait de plonger les siens dans les miens. Pourtant, derrière la colère, derrière les flammes, elle aurait certainement trouvé ce qu'elle cherchait depuis bien des années. Depuis bien des décennies. Un frère. Son frère. Alors je m'efforçai de respirer lentement. De me calmer. Pour une fois. Je laissai la jeune femme reprendre la parole, me gratifiant d'excuses sincères.

Je tentai de répondre à ses excuses. Je voulais prononcer à mon tour quelques mots. Cependant, je ne savais pas lesquels choisir. Devais-je m'excuser ? Devais-je agir tel un individu exécrable et renier Kaitlyn pour tout le mal qu'elle me faisait ? Certainement que non. Après tout, elle avait passé une large partie de sa vie à me rechercher, sans doute partout dans le monde. Je ne pouvais qu'imaginer ce qu'elle avait bien pu vivre. Moi qui m'étais contenté de errer sans but tout autour du globe. Sans projet, je n'avais pas d'espoir à perdre. Quant à Kaitlyn... combien de fois avait-elle dû perdre espoir durant tout ce temps ? Combien de fois avait-elle regretté de ne pas être restée chez elle pour vivre sa vie comme bon lui semblait ? J'étais vraiment un imbécile de vouloir haïr nos parents à travers elle. Ma sœur n'avait rien à voir avec ces monstres. Elle... elle, elle m'avait cherché. Elle avait fait l'effort de me retrouver, ne serait-ce que pour savoir si j'étais toujours en vie. Ce que mes parents, nos parents, n'avaient jamais eu le courage de faire...

Même lorsque ma sœur se dirigea vers la cascade, dans mon dos, je gardai ma position. C'était à peine si je bougeai au gré de la légère brise qui soufflait de temps à autre. Cependant, peu à peu, mes yeux retrouvèrent une teinte naturelle. Enfin, pour un être humain. Je me laissai malgré cela encore un peu de temps avant de faire ou de dire quoi que ce fût. Et durant ce petit laps de temps, Kaitlyn en profita pour me parler encore, depuis le bord du bassin dans lequel je m'étais baigné un peu plus tôt. Elle continua alors de s'excuser pour ce que j'avais pu endurer. Mais ce qu'elle me dit ensuite me fit frissonner de la tête aux pieds. Selon elle, à présent, elle serait toujours là pour moi. Et ce quoi qu'il arrive. Peu de personnes m'avaient dit ce genre de choses au cours de ma longue vie. Seulement, ces amis, ces amours, je ne les reverrai plus jamais. Car la plupart étaient morts. Et certains sous mes yeux impuissants.

" Arrête. ARRÊTE ! "

La colère revenait soudain. Je pouvais la sentir monter en moi, tel un feu purificateur qui, finalement, embrasa de nouveau mon regard, alors que je me retournai en direction de la jeune femme près de l'eau. Marchant de quelques pas lourds sur les galets, je restai toujours assez éloigné d'elle. Je ne savais pas ce qu'il se passerait si jamais je venais à être à quelques centimètres d'elle. Si ma rage éclatait dans un orage de violence, je risquai de tuer Kaitlyn. Et elle serait loin d'être ma première victime. Surtout dans ce genre de situation. Alors je m'arrêtai brusquement dans mon geste, un pied devant l'autre, un doigt accusateur pointé vers la jeune louve. Je serrai les dents. Puis mes poings se serrèrent à leur tour. J'étais à tel point paralysé que je n'arrivai même pas à avaler ma salive, qui écumait dans ma bouche, du fait de ma colère, toujours présente, bien que plus stable qu'auparavant.

" Arrête ! Je ne veux plus t'entendre t'excuser ! Tout ce qui m'est arrivé est de la faute de mes... de nos parents. Et même si toi, tu as eu la chance, ou le malheur, que sais-je, d'avoir grandit en leur compagnie, tu n'as absolument rien à voir avec ces deux lâches ! Au moins tu as voulu me retrouver, toi. Et je n'aurais jamais dû agir de la sorte. "

Tremblant de toutes parts, je fini par m'effondrer au sol, à genoux. Je pensais que Kaitlyn m'avait fait du mal. Il n'en était rien. Je l'avais fait souffrir. Je venais tout juste de le réaliser. Elle avait passé sa vie à me chercher. Elle avait gâché toutes ces années de bonheur pour moi. Et voilà que je la traitai exactement comme si elle avait choisit de m'abandonner. Bien au contraire, sa vie m'avait été dédiée. De quoi avait-elle bien pu se priver dans sa quête pour me rejoindre ? De tout. À n'en pas douter. Car j'avais vécu cela. La recherche de quelque chose que je n'avais aucune chance de retrouver. Et afin d'y parvenir, je m'étais laissé aller. J'avais pour ainsi dire laissé ma vie de côté. À présent, j'apprenais que, sans même m'en rendre compte, sans même m'en douter un instant, j'avais fait de la vie d'une autre un véritable calvaire.

" Je te demande pardon. Par ma faute, tu as passé... je ne sais combien de temps à me chercher. Sans doute en oubliant tout le reste, par la même occasion. J'ose à peine imaginer ta solitude, dans cette quête qui t'a éloignée de tout. Je ne compte pas me débarrasser de toi. Seulement me faire pardonner. Je t'ai fait abandonné ta vie, comme nos parents m'ont abandonné. Seulement, eux ne sont plus là pour me présenter les excuses que tu cherchais à me donner. Moi je suis ici, et maintenant, alors je te demande si un jour tu pourras m'excuser pour tout le mal que je t'ai fait. "

Sur ces mots, je dégluti légèrement. Ma colère passa, tandis que je ne prenais même pas la peine de me relever. Je me demandai comment j'avais bien pu en arriver là. Pourquoi ma rage disparaissait-elle peu à peu, redonnant de nouveau à mes yeux leur couleur d'origine. Et pourquoi mon regard s'emplissait-il donc de quelques larmes naissantes. Je passai d'une émotion à une autre. De la haine à la tristesse. Je commençai, en réalité, à me reconnaître en Kaitlyn. Elle avait été privée d'une partie de sa vie car nos parents m'avaient abandonné. Et j'avais été privé d'une partie de ma vie pour la même raison. Bien que nos parcours devaient sans doute être bien différents. Quoi qu'il en fût, le destin, l'univers, le hasard, Dieu, ou une toute autre forme d'être supérieur auquel je ne crois pas, avait décidé de nous réunir, ma sœur et moi, en ce jour. J'allais bien finir par savoir quoi penser de tout ceci. Du moins l'espérai-je...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Sam 14 Fév - 14:14

Après avoir fini ma petite tirade, expliquant à mon frère retrouvé les raisons pour lesquelles je l'avais cherché toutes ces années, je baignais mes pieds nus au bord de l'eau et observais ceux-ci en attente d'une réponse de la part Nathan. Mais quand celle-ci arrive, je sursaute, ne m'attendant pas à ce qu'il crie ainsi. Par instinct, je recule d'un pas dans l'eau quand il s'avance vers moi. Je pouvais aisément lire la rage dans son regard. Quand il pointe son doigt inquisiteur sur moi, je me renfrogne. Frère ou pas, je ne me laissais pas intimider aussi facilement. Il était en colère, ça je peux le comprendre, mais ça ne lui permettait pas de passer ses nerfs sur moi.

Bientôt, mon visage se radoucit lorsque je compris que ce n'était pas contre moi qu'il était énervé mais contre nos parents. Mais malgré tout, je m'étais sentie obligé de m'excuser à leur place vu qu'eux ne pouvaient plus le faire eux-mêmes. Je reste muette, et quand je le vois défaillir et tomber au sol, je me précipite vers lui et m'agenouille face à lui. Je ne le connaissais pas mais depuis le début j'avais ressenti de la peine pour lui, pour ce grand frère qui avait du traverser de nombreuses épreuves. Et de le voir ici, agenouillé au sol, si abattu par ses émotions et les yeux couverts d'un voile humide, ça me brisait le cœur.
Doucement alors, couvant mon frère du regard, j'attrape ses mains dans les miennes, et lui souris tendrement.

-Ne t'en fais pas pour moi. J'ai passé une vie des plus merveilleuses, et je n'ai pas été toute seule dans ma quête. Mon mari m'a beaucoup aidé. Ca ne m'a pas empêché de vivre, c'est différent, j'ai vécu avec ça, avec l'espoir de te retrouver. Et puis j'ai eu plusieurs enfants … tes neveux.

Je lui souris à nouveau, beaucoup plus largement cette fois, imaginant mes enfants rencontrer leur oncle. Je ne savais pas de son côté si il avait aussi fondé une famille, des enfants …
J'essaye de capter son regard, je ne voulais pas qu'il s'en veuille autant car je n'avais pas le sentiment d'être passé à côté de ma vie. Non, comme je venais de lui dire, j'avais vécu avec ça, ça m'avait quelque part donner une raison de vivre, vivre pour quelque chose d'important. Depuis le début, je ne vivais que pour ma famille, et sans Nathan, je ne pouvais pas vivre correctement. Maintenant que je l'avais retrouvé, j'avais hâte de le découvrir et d'apprendre tout de lui.

-Alors ne t'en veux pas pour ça. Tu n'as pas à t'excuser, ainsi je n'ai pas à te pardonner. J'ai eu une vie bien remplie, maintenant je compte bien la partager avec toi. Après avoir passé une main réconfortante dans son dos je me relève. Avec un sourire toujours aussi grand, je lui tends ma main pour l'aider à se relever. J'ai tant de choses à apprendre de toi, et tellement de question à te poser. Si on allait marcher un petit peu ?
Revenir en haut Aller en bas
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Dim 15 Fév - 7:52

Après tout ce temps te voilà enfin

Nathan & Kaitlyn



Je continuai, petit à petit, à m'en vouloir de plus en plus. Non content d'avoir gâché ma propre vie de diverses façons, j'avais gâché celle de cette jeune femme. Celle de ma propre sœur. En fin de compte, peut-être étais-je réellement le monstre que je ne cessai de montrer à toutes et à tous ? Peut-être que cet homme bon, doux, à la fois gentil et romantique, fragile et protecteur, était en fait la façade ? Peut-être que je me cachai moi-même derrière lui, pour ne pas avoir à accepter l'homme détestable que j'étais vraiment ? Cette hypothèse me paraissait être de plus en plus plausible. Alors les larmes qui naissaient dans mes yeux devinrent plus grandes encore. À tel point que deux ou trois d'entre elles parvinrent finalement à s'échapper du creux de mes yeux, au moment où Kaitlyn accouru vers moi, pour à son tour se mettre à genou, m'offrant ainsi la vue de son visage qui semblait tellement pur...

Levant les yeux vers ma sœur, je l'écoutai me parler, sans vraiment saisir tout de suite ce qu'elle me disait. Jusqu'à ce qu'elle prenne mes mains dans les siennes. Au départ, j'avais serré les poings. Un long frisson m'avait parcouru le corps. J'ai horreur d'être touché, du moins lorsque je n'en donne pas mon consentement préalable... Mais quoi qu'il fût, en cet instant, je me contentai de respirer profondément, pour me décontracter et relâcher la pression de mes mains, tout en continuant, le regard vide, de boire les paroles de Kaitlyn. Et mes yeux s'illuminèrent légèrement à ses derniers mots. Je croisai alors son regard, l'air intrigué. Intéressé. Elle avait eut des enfants ? Mes neveux ? Alors sa vie... sa vie n'avait donc pas été gâchée par ma faute ? Et, de plus, je n'étais plus seul ? J'avais vécu tout ce temps, en pensant que je n'avais aucune famille. Et voilà qu'à présent, j'apprenais qu'en réalité, j'étais bien plus entouré que jamais je n'aurais cru l'être un jour.

Mon air perdu s'effaça, dès lors, assez rapidement. Je laissai ma sœur s'approcher plus près de moi. Me passer une main dans le dos. M'absoudre par ce geste de tous mes péchés envers elle. Cependant, lorsqu'elle me tendit la main, pour m'aider à me relever, je la regardai, un peu décontenancé. Finalement, face au sourire de cette ravissante jeune femme, j'attrapai sa main, me remettant debout sur mes deux jambes. Je pris le temps de rendre un rapide sourire à ma sœur, avant de commencer à lui parler de moi. Enfin, à y réfléchir, plus précisément. Parce que je ne savais pas comment faire ces choses-là. Parfois, il m'arrive de rencontrer certaines personnes à qui je peux parler librement, mais les débuts sont toujours bien peu aisés à gérer, pour moi. Quoi qu'il en fût, je me décidai à enfin ouvrir la bouche, laissant quelques mots s'échapper, bien qu'ils fussent encore teintés d'une certaine appréhension.

" Je serai ravi de marcher avec toi. Et... en ce qui me concerne... je... Je n'ai pas d'enfants. Désolé. "

Mes yeux pointèrent vers le sol après mes dernières paroles. J'avais un peu honte d'annoncer à Kaitlyn que je n'avais rien de plus à lui offrir que ma propre personne. Face à la famille qu'elle m'offrait, et à laquelle j'allais devoir m'habituer, d'ailleurs, je me sentais... petit. Minable. Insignifiant. Je commençai donc à avancer lentement en direction de la forêt. Les mains dans les poches, je me demandai ce que je pourrai bien annoncer d'autre à ma sœur, par la suite. Pour commencer, je ne voulais pas l'encombrer de mes tristes histoires. La perte des rares personnes auxquelles j'avais pu m'attacher au cours de ma longue vie. Je secouai rapidement la tête pour chasser ces pensées de mon esprit, avant de me tourner de nouveau vers la jeune femme. Je ne voulais plus lui faire le moindre mal, si tant est que je lui en avais fait un jour. Alors, c'est en souriant tendrement que je continuai de parler, tentant tout de même de détourner la conversation, plus ou moins involontairement...

" En fait, pour être honnête... C'est loin d'être prévu. Mais évitons les sujets tristes. Parlons plutôt de toi. Et de... de mes... neveux. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Dim 15 Fév - 8:38

Voir Nathan dans un tel état, aussi triste, aussi désemparé, ça me brisait le cœur. Je n'aimais pas voir mes proches souffrir. Oui, car même si je n'avais jamais vraiment connu Nathan, qui pourtant est mon frère, je me sentais proche de lui, même avant de l'avoir retrouvé. Dans son visage, dans ses larmes, je voyais à quel point il avait du avoir une vie difficile et j'en voulais encore plus à nos parents de l'avoir abandonné. Il semble piqué d'un certain intérêt lorsque je lui parle de mes enfants, ce qui me tire un petit sourire. J'avais tellement envie qu'Amélia, Shannon et Edward le rencontrent, aux filles ça leur fera sans doute du bien d'avoir une figure masculine sur qui se reposer, même si Edward remplissait très bien ce rôle. Je me sentais déjà bien en compagnie de Nathan, je ne me sentais pas du tout mal à l'aise comme on peut se sentir lorsqu'on rencontre quelqu'un pour la première fois. Sans doute parce que j'avais déjà l'impression de le connaître, même si je savais que j'ignorais beaucoup de choses.

Il me dit qu'il n'a pas d'enfants et s'excuse, je tourne alors un regard mi amusé, mi interrogateur vers lui. Je ne comprenais pas pourquoi il s'excusait, il est vrai que ça m'aurait fait plaisir d'apprendre que j'avais quelques nièces et neveux mais le plus important à mes yeux était d'abord de l'avoir retrouvé lui. Je m'empresse de remettre mes chaussures et le rattrape alors qu'il était déjà parti en direction de la forêt. J'allais lui dire qu'il n'avait pas à s'excuser pour ça, qu'en raison de notre immortalité il aurait tout le temps de fonder une famille. Mais je ne compris pas pourquoi il disait que ce n'était pas prévu. Devais-je lui demander pourquoi exactement ? Mais après tout, je n'avais pas non plus envie de le rendre triste à nouveau. C'était assez délicat car je voulais être au courant de tout, le connaître comme on devrait connaître son frère, mais il ne me connaissait pas, il ne se confierait donc peut être pas aussi facilement. Et si il enchaîne sur autre chose c'est qu'il n'a pas envie d'en parler. J'affiche néanmoins une petite mine compatissante, lui faisant comprendre – je l'espère – que j'étais là pour lui.

-Et bien j'ai trois enfants. J'ai d'abord eu des jumeaux, Shannon et Edward, ils sont inséparables, si tu en vois un tu peux être sûr que l'autre n'est pas bien loin. Et puis presque quarante ans après j'ai eu une deuxième fille, Amélia. Je te les aurai bien présenté, mais ils ne sont pas à Londres. Je ne pourrais même pas te dire où ils sont exactement en ce moment. Je souris faiblement, mais je ne peux pas cacher mon inquiétude. Bien qu'ils soient tous les trois forts et capable de se défendre, j'ai tout le temps peur qu'il leur arrive quelque chose, surtout depuis la mort d'Adam.

Nous sommes maintenant bien enfoncés dans la forêt, cette même forêt que j'ai parcouru de nombreuses fois de long en large, espérant tomber sur Nathan. Les mains glissées dans les poches, je tape dans une pomme de pin au hasard. J'observe un instant les alentours, je ne sentais la présence de personne autour de nous, comme si nous étions seuls au monde.

-C'est tout de même incroyable, qu'on soit tous les deux devenus lycans. Comment est-ce arrivé pour toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Dim 15 Fév - 9:22

Après tout ce temps te voilà enfin

Nathan & Kaitlyn



J'écoutai attentivement Kaitlyn, qui me présentait brièvement ma nouvelle famille. L'idée que je puisse avoir un neveu et des nièces, quelque part dans le monde, ne me fit, sur le moment, pas grand effet, il fallait bien l'avouer. Je ne prenais pas encore toute la mesure de la chose. L'impact que cela pourrait avoir sur ma vie. Sur ma solitude. Je continuai donc de marcher, tranquillement, en regardant de temps à autre ma sœur. Elle semblait tellement à l'aise, et, j'imagine, heureuse de me faire part de sa vie et de se remémorer les bons moments passés en compagnie de sa descendance. Je souriais donc légèrement, non sans tout de même me poser certaines questions. Notamment au sujet de cette toute nouvelle... relation. En effet, j'avais toujours été seul. Et bien que je pouvais sentir, littéralement, que quelque chose nous liait, cette jeune femme et moi, je ne pouvais m'empêcher, pour autant, de me demander si lui confier ma vie dans son intégralité était réellement une bonne idée. Après tout, sœur ou pas, pourquoi donc lui faire confiance ?

Un long silence, gênant, s'installa ensuite entre nous. Je souhaitais dire quelque chose. Cependant, je ne savais trop quoi. J'avais envie de parler. D'expliquer certaines choses à Kaitlyn. Et en même temps je restai méfiant envers elle. Chaque fois que je posai les yeux sur elle, je ne pouvais m'empêcher de penser à nos parents. Ils m'avaient abandonné. Mais pas elle. Elle avait eut une vie heureuse. Mais pas moi. Je l'enviai et l'aimai à la fois. Et lorsque je détournai le regard, ces sentiments contradictoires disparaissaient alors. Ne restait ensuite plus que moi. Seul. Comme toujours. Je reposai donc les yeux sur la jeune femme à côté de moi, recommençant ainsi ce cycle ô combien paradoxal. Je continuai de me battre contre moi-même un moment, et à l'instant précis où j'entrouvrais la bouche pour parler, ma sœur me posa une nouvelle question, après avoir donné un léger coup de pied dans une pomme de pin, comme si elle avait souhaité que je prisse la parole à sa place. Quoi qu'il en fût, je hochai la tête, souriant un peu, avant de répondre.

" J'aimerais beaucoup faire la connaissance de tes enfants. Quant à notre condition, c'est en effet une belle coïncidence. En ce qui me concerne, un Lycan m'a attaqué, sans doute avec l'intention de me dévorer, la nuit de mon... hum... vingt-septième anniversaire, si je ne m'abuse. Je l'ai repoussé et, suite à cet incident... Enfin, j'imagine que tu connais la suite. Et toi, alors ? Comment... Comment es-tu devenue une Lycanne ? "

Mes propos étaient, malgré mes tentatives de dissimulation, assez hésitants. Je ne savais pas si je n'étais pas en train de faire une erreur. Au fond de moi, j'étais persuadé que non. Cependant, je ne cessai de penser qu'il y avait autre chose. Une éventualité, aussi infime fut-elle, que je me trompasse sur Kaitlyn. Sur ma nouvelle famille. Sur moi. Peut-être aurais-je dû mener ma vie d'une toute autre façon ? Avoir une femme. Des enfants. Mais mise à part Hélène, avais-je seulement aimé ne serait-ce qu'une autre femme que j'avais pu fréquenter ? Certaines d'entre elles m'étaient proches et chères, certes. Jamais assez pour que j'envisage sérieusement de fonder une famille. À une exception près. Cela ne me servait à rien, malgré tout, d'y penser en cet instant. Il était trop tard. J'étais devenu, depuis tout ce temps, qui plus est, un homme bien différent. En de nombreux points. Je secouai donc légèrement la tête, afin de m'arrêter, me tournant vers Kaitlyn et la fixant d'un air intrigué.

" D'ailleurs, j'apprécierais aussi vraiment de rencontrer ton mari, si possible. Je pense que nous aurons beaucoup de choses à nous dire, lui et moi. Après en avoir parlé avec toi, bien évidemment. J'espère au moins que tu sais où il se trouve, lui ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Lun 16 Fév - 8:17

Tandis que je marchais dans la forêt en compagnie de mon grand frère fraîchement retrouvé, je lui jetais des coups d'oeil de temps à autre, parfois il était comme perdu dans ses pensées, ou quand nos regards se croisaient je pouvais lire une certaine inquiétude dans ses yeux. Je ne pouvais pas le blâmer pour ça et je lui laisserai le temps dont il aura besoin pour se faire à ma présence dans sa vie. J'avais attendu près de deux cents ans avant de le rencontrer enfin, je pouvais donc attendre quelques jours de plus, voire des mois si c'était nécessaire.
Mon sourire s'élargit lorsque Nathan me fait part de son envie de voir mes enfants. J'avais tellement hâte de les lui présenter. Si ma transformation en lycan avait été préméditée et pleinement consentie, celle de mon frère ne semblait pas s'être déroulé de la sorte. Contrairement à moi, lui ne l'a pas choisi. Je hoche la tête, répondant à mon tour.

-C'est mon mari qui m'a transformé peu de temps après que l'on se soit marié, ça remonte à si longtemps déjà … Dis-je avec une pointe de nostalgie. Le souvenir d'Adam me faisait toujours cet effet là, sans compter ce que Nathan dit par la suite. Mon sourire se fige alors, ne devenant qu'un rictus crispé. Oui, je sais où il se trouve, au cimetière de Londres … mais ça aurait été trop brutal, pour Nathan comme pour moi que de l'annoncer de cette manière. Qu'est ce que j'aurai adoré qu'Adam et Nathan se rencontrent. Combien de fois mon mari et moi avions parlé de ce jour où je le retrouverais … mais maintenant il n'est plus là, lui qui m'a tant aidé à retrouver sa trace. Les yeux dans le vague, je n'ai même pas remarqué que je m'étais arrêté de marcher. Même si ça doit faire près de quarante ans qu'Adam est mort, son souvenir me fait toujours autant de peine. Passant une main négligemment dans mes cheveux, je tousse, reposant mon regard sur celui de Nathan.

-Adam est décédé ... Ca doit faire quarante ans maintenant … J'hausse les épaules, l'air de dire « mais tu pouvais pas savoir. » Mais je sais qu'il aurait adoré te rencontrer.

Je me tais, baissant les yeux, le regard rivé sur mes chaussures. Je ne voulais pas être triste, ce n'était pas le moment, alors je me ressaisit et c'est un léger sourire qui orne alors mon visage lorsque je relève celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Lun 16 Fév - 10:37

Après tout ce temps te voilà enfin

Nathan & Kaitlyn



Toute mon attention était portée sur Kaitlyn. Je ne savais pas vraiment pourquoi, mais je buvais ses paroles. Généralement, ce genre de discussion était bien loin d'être mon fort. Je n'aimais pas parler de moi. Évoquer mon passé. Ni même mon présent, d'ailleurs. Pour la simple et bonne raison que l'un comme l'autre étaient d'une obscurité peut-être trop profonde pour que quiconque puisse y plonger le regard et espérer s'en sortir indemne. Ma vie était pleine de solitude. De désillusions. De mort. Alors à quoi bon la partager ? D'autant plus lorsque la personne avec qui je tenais la conversation en question semblait avoir réussit sa vie. Kaitlyn avait eu des enfants. Mes neveux. Elle avait un mari. Mon beau-frère. Même sa transformation avait été pleinement consentie ! Et moi, dans tout ça ? Moi j'avais été mordu par un Lycan inconnu qui passait par là. Un homme qui, aujourd'hui, devait être mort et enterré. À l'instar du mari de ma sœur.

Mes dents se serrèrent. À peine venais-je de retrouver un semblant de famille que je me faisais, semblait-il, une joie de tout gâcher. Cependant, en un sens, comment aurais-je pu savoir ? Savoir que mon beau-frère était passé de vie à trépas il y a de cela quarante ans. Savoir comment agir avec une famille. Ma famille. Plus encore que de me frapper la tête contre un arbre, j'avais une soudaine envie de fracasser le crâne de Kaitlyn contre quelque chose. Elle n'avait pas le droit. Non. Elle n'avait pas le droit de m'imposer tout cela. Pourtant, malgré mes poings serrés, mes muscles bandés, mon regard n'avait rien de cruel. J'étais désolé. Sincèrement. Comme si, en la présence de cette jeune femme, le seul homme que je pouvais être était... moi-même. Le vrai moi. Celui-là même que je m'efforçai de cacher aux yeux du monde en permanence. Je fis alors un pas en avant, tendant légèrement une main vers Kaitlyn.

" Excuses-moi. Si j'avais su... Enfin bref. Je... J'ai connu ce genre de choses moi aussi. Je n'étais certes pas marié mais... Mais perdre Hélène... Puis Andrew... Même après un siècle, j'en souffre encore. J'imagine que ce n'est pas le genre de blessures qui se soigne. Même avec le temps. "

Un léger sourire se dessina sur mon visage. Voilà que je me mettais à raconter ma vie avec l'air le plus naturel qui soit. Il n'avait pas fallut longtemps à ma sœur afin de me faire comprendre, d'une manière ou d'une autre, que je pouvais avoir une entière confiance en elle. Pourtant, je ne voulais pas. Je ne voulais pas reparler de tout ceci. À quoi bon ? La faire pleurer ? Qu'elle regrette de m'avoir rencontré ? Qu'elle se mette elle aussi à détester nos parents ? J'avais déjà assez de haine envers eux pour toute ma nouvelle famille réunie. Je soupirai donc un peu, tout en essayant, dans un premier temps, d'accrocher de mon regard celui de la jeune femme. Cependant, je cessai cette action bien rapidement. Elle n'avait pas à regarder dans mes yeux. Ce qu'elle y verrait l'effraierait plus qu'autre chose. Souvent j'ai pu entendre qu'ils étaient beaux. Mais lorsque l'on s'y enfonce, on se perd soi-même. On y laisse une part de son âme. Et ce en le voulant de plus en plus. Exactement comme si l'on était au bord d'un gouffre et qu'on tentait d'en voir le fond. Plus on plisse les yeux, et plus on veut faire le grand saut.

" Il faut que tu saches que je suis ravi de savoir que ton mari aurait voulu me connaître. Il devait beaucoup t'aimer pour accepter de te suivre dans ta quête. "

Durant quelques secondes, je restai figé sur place, la bouche grande ouverte. Fallait-il que je dise autre chose ? Sans aucun doute. Changer de sujet. Oui. Je ne voulais pas que Kaitlyn souffre au souvenir de son défunt époux. C'était d'ailleurs une sensation bien étrange pour moi de ne pas souhaiter la souffrance de quelqu'un. Car j'avais pour habitude, soit d'ignorer mon prochain, soit de le haïr. L'attachement était trop dur à supporter. Et la perte laissait une cicatrice indélébile dans mon cœur. Pourtant, là, en cet instant précis, je ressentais le besoin de protéger ma sœur. Ce qui m'étonnait le plus dans toute cette histoire était à n'en pas douter la vitesse à laquelle je sentais que je me rapprochai de cette jeune louve. Devais-je me laisser aller ? Devais-je lutter contre mon instinct de loup qui me poussait vers ce que l'on pouvait considérer comme étant ma meute ? Comme pour répondre à ces questions, quelques mots sortirent de ma bouche encore ouverte. Le tout accompagné d'un léger sourire rassurant.

" Et si on jouait à un jeu ? Une année, un fait. Il suffit de me donner une année, ou une fourchette, et je te raconte quelque chose que j'ai vécu à ce moment précis. Bien évidemment, tu pourras en faire autant. Qu'en dis-tu ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Mar 17 Fév - 10:17

Me rappeler d'Adam me rend évidemment triste. Mais avec le temps c'est comme si cette tristesse était devenue familière, je vis avec et je me dis que si jamais je n'étais plus triste en me rappelant de mon défunt mari, c'est que tous ces souvenirs que j'ai, passée à ses côtés ne comptaient plus pour moi. Alors je sais, même si parfois c'est douloureux, que je ne veux jamais me défaire de cette tristesse.

" Je pense effectivement que nous ne pourrons jamais nous défaire de ces blessures. Mais ce sont elles qui nous rappellent qui était l'être cher qu'on a perdu, et à quel point il a comptait pour nous. " Je réponds alors à mon frère après qu'il ait fait mention de ces personnes qu'il avait aussi perdu. Je m'abstiens pourtant de lui demander qui étaient exactement ces personnes. J'avais pour principe de laisser aux gens l'alternative de me parler eux mêmes de ces sujets là.

Ces dernières années, j'ai connu ce que je déteste le plus, la solitude. Chacun de mes enfants étaient partis faire leur vie de leur côté, et moi je me suis retrouvée seule, au début par choix mais finalement je me suis rapidement rendu compte que cette solitude me pesait beaucoup trop, encore plus lorsqu'on sait que quelque part sur cette terre se cache un grand frère. Et j'avais beau avoir la chance de l'avoir retrouvé aujourd'hui que notre rencontre me paraissait encore si irréelle. Il était là, en chair et en os, face à moi et je tentais de comprendre qui il était vraiment. Il ne m'a pas fallu longtemps pour me rendre compte que c'était un être torturé. Contrairement à moi, il n'a pas du vivre une vie facile et plus je l'observe, et plus j'ai l'impression qu'il ne cesse de se battre avec lui même. Son regard est fuyant, pudique, comme si il ne voulait pas que je sache qui il est, pourtant il s'ouvre de plus en plus à moi. Je sais reconnaître quand quelqu'un est bon, et Nathan est visiblement quelqu'un de bien, il ne semble pourtant pas vouloir l'accepter lui même. Alors je lui souris tendrement, je tente de capter son regard mais ne le brusque pas. Je ne le connais pas suffisamment bien ou encore depuis suffisamment bien pour me permettre de révéler sa vraie nature. Ce serait déplacé. Alors, quand je le vois hésiter, je ne dis rien et attends patiemment. Je tique seulement lorsqu'il me propose un jeu, mais comprends bien vite l'intérêt de celui-ci. Sourire en coin, j'acquiesce d'un signe de tête.

"Excellente idée ! Enjouée, je me mets alors à chercher une année à donner à mon grand frère. L'inconvénient quand on vit une éternité, c'est qu'il est de plus en plus compliqué de se rappeler d'une année précisément. Pourtant, comme dans toute vie, il y a des faits marquants, je me raccroche donc à ces faits vécus moi même pour savoir ce que Nathan faisait à ce même moment. 1764? C'est l'année durant laquelle j'ai appris ton existence". C'était lorsque j'avais atteint ma majorité que mes parents – nos parents – m'avaient annoncé l'existence de Nathan. Me rappelant cette date, c'est une pointe de nostalgie qui traversait mon regard. Voilà 250 ans que je le cherchais. Les yeux pétillants j'observais ce grand frère fraîchement retrouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Mar 17 Fév - 10:20

Après tout ce temps te voilà enfin

Nathan & Kaitlyn



Cette conversation allait mal se terminer. Vraiment très mal. Si Kaitlyn et moi continuions à évoquer nos chers disparus, il viendrait un moment où je n'aurais plus été en mesure d'être maître de mes émotions, et de ce fait, de mes réactions. J'aurais parfaitement pu la tuer du simple fait qu'elle m'ait rappeler ces événements plus que douloureux dans ma vie. Après tout, combien de personnes innocentes avaient déjà payé le prix de mes déboires amoureux ? Sans doute trop pour en tenir un compte exact. Kaitlyn n'aurait donc été qu'un nom de plus. Un numéro supplémentaire sur l'infinie liste de mes victimes. Cependant, une chose m'arrêta un instant de penser à ce genre de situation. Cette femme était ma sœur. Inconsciemment, je me sentais donc contraint de faire l'effort de retenir mes émotions. Malgré tout, j'avais, au fond de moi, peur de ne pas y parvenir. Tout autant que l'envie constante de faire payer à cette louve les horreurs de nos parents...

Kaitlyn accepta ma proposition. Avec tellement d'entrain que j'avais l'impression qu'elle cachait quelque chose... Sans doute la paranoïa. Je n'ai jamais été à l'aise en société. Toujours à penser au pire qu'il puisse arriver. N'accordant ma confiance à personne. Et pourtant, pourtant j'invitai cette inconnue à partager ses expériences de vie en échange des miennes. Preuve dès lors que je n'étais pas dans mon état normal ce jour-là. Mais quoi qu'il en fût, je me laissai prendre à mon propre jeu, en commençant à fouiller dans ma mémoire afin de trouver ce que je pouvais bien être en train de faire en 1764. Cela remontait quelques années avant ma transformation. J'étais donc encore à Londres. En train de voler. Tricher. Mentir. Escroquer autant les riches que les pauvres marchants. Je n'ai jamais prétendu être un homme bon. Cependant, à cette époque déjà, j'avais atteint un certain niveau dans la bassesse de l'humanité, que j'allais quitter à peine deux ans plus tard.

" J'étais à Londres. J'avais monté une petite affaire... dans les limites de la légalité, qui me permettait de vivre convenablement. J'ai même acheté une maison. Que je possède encore, soit dit en passant. "

Je souriais doucement. Presque tendrement. En parfait contraste avec ce que je venais de dire. Alors je détournai simplement le regard en reprenant un air neutre. Je m'éclaircis alors la voix, tout en marchant un peu, m'éloignant de Kaitlyn de quelques pas. Donnant des petits coups de pied aux cailloux éparpillés sur le sol, je les observai faire un bon de cinq ou six centimètres, avant de lever la tête vers les cieux. Je pris mon temps afin de réfléchir à la date que je comptais donner. Je n'avais pas de réelle idée de ce qui pourrait convenir. La plupart des moments de ma vie étaient tristes ou choquants. Les seuls instants de bonheur que j'avais connus se finissaient toujours mal. Cependant, j'avais envie de faire sourire ma sœur. J'imaginai bien qu'elle aussi préfèrerait éviter les sujets qui risqueraient de fâcher. Les êtres chers morts. Les problèmes que l'on aurait pu avoir d'une façon ou d'une autre...

" 1868. J'appartenais à Scotland Yard. J'en profitai pour cacher certains meurtres qui étaient de mon fait, lorsque je devais me nourrir. Ou encore je dévorai tout simplement des criminels. Et j'arborai cette horrible moustache qui était en vogue à l'époque. "

Je me mis moi-même à rire doucement en repensant à mon ancienne pilosité faciale, qui pourtant, malgré tout, était pour l'époque assez attirante. Bien que, aujourd'hui, jamais je ne me laisserai de nouveau pousser une telle moustache. Mais passons. Si moi-même je riais à ce souvenir, Kaitlyn, rien que l'en s'imaginant cette situation, serait sans doute elle aussi allégée de ses douloureux souvenirs. Et étrangement cette idée me rassura. Comme si j'avais besoin de protéger ma sœur. Jamais je n'avais connu l'esprit de meute. Pas autant qu'en cet instant. Cependant, bien qu'une partie de moi voulait aller dans la direction de la jeune louve, une autre souhaitait plus que tout au monde courir au loin. Fuir à la fois ce douloureux témoignage des actes de mes parents, mais aussi les nouvelles responsabilités qu'il impliquait. Une famille. Mais une chose me faisait rester. Une seule et unique chose. Le fait que si je fuyais, je n'aurais pas valut beaucoup plus que mon père et ma mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Mer 18 Fév - 8:37

Je regardais Nathan prendre de l'avance par rapport à moi. Alors qu'au début, je trouvais ces retrouvailles quelque peu surréalistes, en raison du temps que j'avais mis à le retrouver, je m'habituais peu à peu à sa présence. Je le sentais aussi être beaucoup plus à l'aise avec moi. Quand il fait mention de cette moustache qu'il arborait selon la mode de l'époque, je me mis à rigoler de bon coeur. Adam aussi avait tenté et à vrai dire ça lui avait donné un certain charme. Par contre, de l'imaginer sur Nathan …

-Ca devait être assez beau à voir. Plaisantais-je.

Mais rapidement quelque chose tiqua dans mon esprit. Si il appartenait à Scotland Yard, ça voulait dire que durant cette période il était présent en Angleterre, à quelques pas d'elle sans qu'elle ne parvienne à le retrouver.

-Ca veut dire qu'on a du vivre un certain temps dans le même pays, sans jamais se croiser. C'est fou ça ! Dis-je avec une pointe de tristesse dans la voix.

Rapidement, elle rattrapa la distance qui les séparait pour continuer de marcher à ses côtés et commença à chercher dans sa mémoire. 1868, tous ses enfants étaient nés et elle vivait la vie qu'elle avait toujours voulu. Mais que faisait-elle précisément cette année là ?

-J'avais ouvert ma toute première boutique de fleur à cette époque là dans un petit quartier de Londres. C'était pas grand chose mais ça fonctionnait plutôt pas mal.

Je me souvenais du stress qui m'habitait les premiers mois. C'était tout nouveau. Avec la rencontre avec Adam, mon adaptation en tant que lycan et la naissance de mes enfants, je ne me concentrais pas vraiment sur le fait de monter une affaire professionnelle. Mais les enfants une fois devenus grands, je devais trouver une occupation.

-Et en 1789 ? Adam et moi étions à Paris depuis quelques temps pour soutenir la Révolution française.

Je souris largement, fière d'avoir participé à cet événement. Si ça se trouve, lui aussi y était et nous nous serions battu pour la même cause sans le savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Jeu 19 Fév - 13:20

Après tout ce temps te voilà enfin

Nathan & Kaitlyn



Heureusement que le ridicule ne tue pas. Dans le cas contraire, j'aurais sans doute été déjà mort. Cependant, entendre Kaitlyn rire suite à ma remarque me donna un large sourire. Je ne savais pas exactement pourquoi. Et je ne cherchai pas spécialement à le deviner. Après tout, mieux valait éviter de se poser trop de questions dès à présent. Ce n'était jamais bon. D'autant plus pour moi. En effet, tout particulièrement aujourd'hui, plus je me m'interrogeais, et plus j'étais tiraillé par des sentiments contradictoires. Rester. Partir. Prendre Kaitlyn dans mes bras tendrement. L'étrangler violemment. Des possibilités diverses et variées, dont bien malheureusement aucune n'était préférable à l'autre dans mon état actuel.

Les choses dérapèrent un peu lorsque j'entendis, de nouveau, un soupçon de tristesse dans la voix de la jeune louve. Mes dents se serrèrent un peu, alors que je fis un pas en avant, dans la direction de ma sœur. C'était une sorte de réflexe qui sortait de je ne sais où. Sans doute ce fameux instinct de meute dont j'avais souvent entendu parlé, et qui allait de paire avec la condition des Lycans. Bien que je n'avais pas vraiment déjà ressenti le réel besoin d'appartenir à un important groupe de personnes. Quoi qu'il en fût, je secouai un peu la tête, tentant de reprendre comme je le pouvais le contrôle de mon corps. Le tout bien évidemment en écoutant avec attention le discours de la jeune femme.

Hochant la tête, j'avais pourtant encore du mal à imaginer que, pendant que je vivais seul, à échafauder des plans toujours plus complexes afin de cacher ma nature, Kaitlyn, elle, était visiblement en paix. Et accompagnée. Tandis que moi... J'avais bien connu quelques personnes plus ou moins longtemps. Seulement ça n'avait jamais été que de l'amusement. Je commençais réellement à croire que ma sœur et moi n'avions strictement rien en commun. Et la suite des événements me donna raison. En effet, lorsqu'elle se mit à parler de la Révolution française, j'eus du mal à cacher ma nervosité, même derrière un sourire crispé. Je m'éclaircis donc la voix avant de répondre.

" Je... Je n'étais pas le même homme. Je réprimai la Révolution, de mon côté. Je faisais partie d'une petite milice. Et sinon, toi, que faisais-tu en... 1922 ? "

Je ne regrettai pas mes choix. Seulement je préférais ne pas les exposer. Or j'avais lancé ce petit jeu stupide, et j'étais à présent pris dedans. Le mieux que je pouvais espérer était qu'il se finisse bientôt, avant que Kaitlyn ne me parle d'événements plus dérangeants encore. Seul bémol... Je venais de laisser aller une date hasardeuse qui était pourtant pour moi un mauvais souvenir. Je ne me rendais pas encore bien compte de ce que j'avais fait. Mais au moins on ne parlait plus d'événements à l'échelle historique dans lesquels j'avais pu me tromper de voie. Quoi qu'il en fût, j'espérai simplement à présent que rien de bien tragique ne soit arrivé à la jeune louve en 1922. Ou bien peut-être que ce souvenir suffirait à la faire fuir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Sam 21 Fév - 7:19

Moi qui m'étais prise à rêver que nous aurions pu nous battre côte à côte, soutenant la Révolution française, voilà que je découvrais que nous nous étions battus l'un contre l'autre. Je l'observe, l'air neutre, mais dans ma tête, c'était le désordre. Je n'étais pas du genre à juger les gens sur leur appartenance politique, religieuse, ou autre. Mais ça me faisait tout de même une légère pointe au coeur de découvrir que mon frère et moi n'avions pas partagé les mêmes aspirations. Mais je ne pouvais me permettre de le juger. Non, je ne suis pas ce genre de personne.

-Je vois. Me contentais-je seulement de répondre.

1922. Cette date ne tiqua pas vraiment dans son esprit comme quelque chose qui aurait marqué son esprit. Je devais être en voyage avec Adam, leurs enfants ayant déjà pris leur envol. C'était l'après guerre, et Adam et moi avions fuit l'Europe dans cette période. Nous ne voulions pas prendre part à cette guerre, mais il était compliqué de trouver un endroit paisible en ces temps sombres. Je fais donc un rapide calcul, agitant mes doigts, le regard perdu dans mes souvenirs, remontant le fil du temps.

-Il me semble que j'étais dans l'Himalaya à cette époque.

Je regarde Nathan et un petit rire m'échappe. Avec du recul ça pouvait paraître complètement insensé mais Adam et moi avions le goût de l'aventure. Voilà pourquoi, voulant fuir les horreurs que la guerre avait laissé, nous étions parti vivre dans un tout petit village, niché dans les montagnes de l'Himalaya. Celui ci ayant la particularité d'être uniquement composé de lycans. Ca va était une expérience hors du commun. Autant pour notre côté humain que celui lycanthrope. Bref, j'avais beaucoup aimé cette vie « sauvage », mais j'aimais aussi trop la civilisation pour en rester éloigné trop longtemps.

-Et toi ? Et ne me dis pas que tu portais ces horribles pantalons de golf par pitié ! Lui demandais-je alors en rigolant de plus belle, curieuse de découvrir une nouvelle parcelle de vie de mon grand frère.
Revenir en haut Aller en bas
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Nathan Foss
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 150

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   Ven 1 Mai - 6:44

Après tout ce temps te voilà enfin

Nathan & Kaitlyn



Je me demandais quelles raisons pouvaient bien me pousser à avoir envie de paraître être un homme bon auprès de cette jeune femme. Après tout, jamais ne m'étais excusé d'être qui j'étais ou d'avoir fait ce que j'avais fait. Que ce soit une action égoïste somme toute banale ou bien le massacre de dizaines de personnes innocentes. Et malgré cela, je passais mon temps à faire bonne figure devant la louve. Enfin, devant ma sœur. Ce simple détail changeait absolument tout, semblait-il. Cependant je n'avais pas la moindre envie de dire quoi que ce fût à ce sujet. J'étais encore trop en colère. Envers Kaitlyn ? Non. Elle n'était que le support de mon humeur déplorable. Ma rage était dirigée vers mes parents. Vers nos parents. Et j'espérai qu'avec le temps cela se calmerait. Il fallait bien que je cesse de penser à mes géniteurs un jour ou l'autre, n'est-ce pas ?

Je secouais un peu la tête en écoutant attentivement ma petite sœur. Les montagnes de l'Himalaya ? Avec son mari ? Dire qu'il était mort. Cela aurait pu être intéressant de rencontrer le père de mes nièces et neveux. Quoi ? Je ne parvenais même plus à me comprendre moi-même. Je ne connaissais pas ces personnes, et pourtant je nous voyais déjà proches elles et moi. Cette louve m'embrouillait l'esprit ! Je devais bien avouer que j'étais perdu. Et ce depuis le début. Je passais de la stabilité émotionnelle à cette espèce de soupe de sentimentalisme et de de fureur dans laquelle j'étais actuellement plongé. Mais tout ceci pris bien vite fin. Mille neuf-cent vingt-deux. Pourquoi avais-je donc parlé de cette date ? Elle me rappelait tant de mauvais souvenirs.

Historiquement parlant, il ne s'est rien passé de bien intéressant en mille neuf-cent vingt-deux. Et pourtant je me souvenais très précisément de cette date. Plus précisément le mois d'Avril. J'étais alcoolique. Je vivais à moitié dans la rue. Sur les docks, en réalité. Dans une hangar à bateau. Plusieurs immigrés européens étaient avec moi. Deux Italiens et trois Irlandais. Je me souvenais bien d'eux. Ils passaient leur temps à se chamailler et je devais hausser le ton au milieu de la nuit pour les faire taire. J'avais le poil hirsute. Des vêtements déchirés. Je n'étais plus que l'ombre de moi-même. La raison était simple. Dix ans auparavant, j'avais perdu Hélène. La seule personne que j'avais réellement aimée. Oh, il y en avait eu d'autres. Mais jamais comme ça. Jamais comme elle. À l'époque je rêvais encore d'elle toutes les nuits.

Avril mille neuf-cent vingt-deux, donc. Le soleil commençait à pointer de nouveau le bout de son nez. La nature toute entière revenait doucement à la vie. Et les morts quant à eux restaient de vagues souvenirs. Je m'étais donc rendu au cimetière afin de me recueillir sur la tombe de ma bien aimée, depuis trop longtemps disparue. J'étais assis en tailleur devant la stèle, la fixant sans jamais cligner des yeux. Parfois je lui disais quelques mots. Je versais quelques larmes. J'avais déposé un bouquet de fleurs sur la tombe. Le vent le secouait doucement. Je me blotti dans mon manteau, restant encore quelques minutes. Sans un mot. Jusqu'à ce qu'il arrive. Un homme. Grand. Certainement pas un ouvrier. Nous nous connaissions, Armand et moi. Il était journaliste. Et surtout il était le grand frère d'Hélène.

En rentrant le soir sur les docks, crachant mon sang, le visage tuméfié, personne ne me posa la moindre question. Et c'était mieux ainsi. Pour la première fois de ma vie de je m'étais laissé faire. Armand m'accusait de la perte de sa sœur. J'étais d'accord avec lui. Un passage à tabac était toujours nécessaire. Même dix ans après. Point positif malgré tout, le lendemain matin, j'étais un homme nouveau. Finit l'abus d’alcool et les caniveaux. Je me suis repris en main. Point négatif... Comment raconter ce genre d'histoire à ma propre sœur. Et comment réagirais-je si jamais... Si jamais un événement similaire venait à se produire. Pour elle. Sans doute irais-je plus loin encore qu'Armand. Cet esprit de meute était vraiment quelque chose de bien étrange.

" J'étais... Dans les bas-fonds de New York. Je pleurais la mort d'un femme dont j'étais tombé amoureux dix ans plus tôt. Mais au moins j'ai pu rebondir. Après... Après avoir été... Enfin disons que j'en ai pris pour mon grade cette année là. C'est bien que toi tu... Enfin... Je... "

Je ne savais absolument plus ce que j'étais en train de dire. Je paniquais. Trop de souvenirs en même temps. Je ne voulais pas craquer. Pas devant Kaitlyn. Je ne considérais pas que j'en avais encore la possibilité. Je ne pouvais pas tout simplement m'ouvrir en une seule rencontre. Je l'avais déjà fait, oui. Mais certainement pas avec un membre de ma famille. Ma famille... Je secouais la tête. Impossible pour moi de rester ici une minute de plus. Soit j'allais m'effondrer et pleurer toutes les larmes de mon corps, soit j'allais me transformer et massacrer tout ce qui se présenterait à moi. Y compris ma sœur. Et étrangement, je n'en avais plus la moindre envie. Peut-être à cause du souvenir de ce que peut engendrer la perte d'un être proche. Je me décidai donc à faire demi-tour. Cependant, je me tournais une dernière fois vers Kaitlyn. Je l'observais de haut en bas en me mordant la lèvre. Finalement je soupirai avant de sortir un papier et un stylo de ma poche, notant mon numéro de téléphone ainsi que mon adresse.

" Il... Il faut que... Enfin... Je dois y aller. Tu... Tu peux me joindre là. Quand tu veux. Je... Je suis désolé. "

Sans plus d'explications, je laissais le morceau de papier dans la main de ma sœur, avant de me détourner d'elle et de partir, essuyant du revers de ma manche quelques larmes naissantes dans mes yeux. Ce n'était pas vraiment le genre de situation que j'étais habitué à gérer. Et il me semblait que tout ceci m'arrivait de plus en plus ces derniers temps. Comme quoi en près de trois siècles on peut encore vivre de nouvelles choses ! Je comptais donc revoir Kaitlyn. Et m'arranger, cette fois, pour que les choses se passent mieux. Il faut dire ce qui est. C'était plus qu'étrange. Je n'étais plus tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn   

Revenir en haut Aller en bas
 

Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Après tout ce temps te voilà enfin ♦ Kaitlyn
» Wii élue la meilleur console de tout les temps.
» Mon FSX plante tout le temps
» Sondage 1: Votre meneur de jeu préferé de tous les temps
» Nabaztag clignote tout bleu et problème d'envoi
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum RPG Fantastique
  • Archives
  • Cimetière des RPs
  • -
    La date/heure actuelle est Dim 24 Sep - 7:10