Bienvenue sur Lycampire - Forum RPG Fantastique, Invité !
Le groupe des Lycampires est désormais ouvert mais très limité.
Bienvenue dans le Staff à Emily Haas notre nouvelle modératrice <3
Chers lycampiriens, le design est en cours de changement, pour un peu de renouveau ! Le forum reste ouvert en attendant la fin des changements ;).

Partagez | 
 

 Behind blue eyes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 382

MessageSujet: Behind blue eyes...   Lun 9 Mar - 7:51




Quand elle part...

Avec mes sombres pensées


Jusqu'à mon dernier souffle, mon sang t'appartient, ma Foudre..






Les jours passaient… Comme des gouttes de sang qui s’écrasent sur le sol. Dans la douleur… Dans la froideur. Je n’avais pas chassé depuis… Trop longtemps, et je ne savais même pas si j’en avais encore la force… J’avais voulu prendre une douche, mais… Vertiges… Vue trouble… J’avais bien failli glisser. Je ne savais pas par quel miracle j’avais pu rester debout, et sortir en chancelant. Tout tournait autour de moi. Avec une serviette qui se trouvait sur la porte, à coté de la douche je m’étais essuyé vaguement, pour ne pas foutre de flotte partout.

Nouveau vertige. Je m’appuyai sur la céramique du lavabo, face au miroir, et fut… Confronté à mon reflet. Je devais bien avouer que j’avais eu du mal à me reconnaitre. Non pas que je sois particulièrement narcissique, mais je ne considérais pas faire partie des gens qui font peur à voir. Or, là, j’étais un genre de mélange subtil entre un fantôme et un zombie. Fantôme, parce que j’avais perdu de ma substance. Ma force. J’étais une pâle image de ce que je croyais avoir à jamais enterré : Un mec au teint grisâtre, ma peau semblait sèche et fine comme du papier à clope. Je pensais même qu’un vampire serait capable de redessiné le parcours de mes veine à travers ma peau livide.
Mon regard… Qui avait, parait-il le pouvoir de refléter et de lire tant de chose… Et même de « noyer » ceux qui se plongeraient dedans… Il n’était plus que brouillard terne et sans lumière.

Je levai une main devant moi pour constater à quel point elle tremblait… Si seulement c’était que ma main… Ma carcasse entière était prise de tremblements pathétiques… Pourquoi ? Parce qu’elle n’était pas là… Ma vie... Enora K. Siddy. Je grognai, exaspéré par moi-même et baissai les yeux sur mon corps avec un certain dégoût. J’avais encore perdu du poids. Je n’avais jamais fait partie des mecs baraqués. Mais là… Logique, je mangeais quasiment rien, et faisait de mon mieux pour faire passer le manque, ou du moins, ne pas trop en souffrir… Pauvre mec. Je me faisais vraiment pitié. Bref. Je fumais, environ un joint par jour. Ca suffisait à me sécher pour la journée, vu mon état.

Je relevai les yeux vers le miroir en me demandant si elle était dans le même état… Logiquement, non. Je lui manquais sûrement, beaucoup, même. Mais elle ne pouvait pas dépérir comme ça. C’était moi le junkie. Le pantin à qui son cœur… Ni son cœur n’appartenait plus… Mon regard se posa sur la boite de fond de teint à moitié vide qui se trouvait toujours sur le  bord du lavabo depuis l’anniversaire de Kalia… Ma pauvre Princesse… Si elle savait ce que j’avais dû faire pour  ne pas lui donner une vision d’horreur le soir de sa fête…
J’avais envie de hurler… De tout péter. Et, il fut un temps où j’en aurais été capable… Mais… Là, je partais littéralement en lambeaux…
Après être parvenu ENFIN à reprendre mon souffle, je sortis de la salle de bains, à pas lent pour me diriger vers mon canapé, et me laissai tomber dessus. Sur la table basse trônait un paquet de clope reconverti qui semblait se foutre de ma gueule avec son couvercle entre ouvert. Je soupirai, et pris le joint qui se trouvait dedans, mon briquet, et tirai ma première taffe de la journée… Je mangerais après… Peut-être. L’appart était devenu lugubre, et puait la fumée. Même moi je commençais à le sentir. Mon esprit commençait à s’embrumer. Alors, tant que j’en étais encore capable, je me relevai pour aller ouvrir la fenêtre, et retournai au canapé, tirai une seconde taffe. Tout se mis à tourner. Mon cœur eut un sursaut… Il fallait que j’arrête. De toute façon, quoi que je puisse ajouter à mon sang, ça changerait rien au fait que le sien coulait dans mes veines... J’éteignis le joint et le laissai reposer sur le bord du cendrier, puis m’écroulai comme une merde sur le canapé à peine conscient. Je me réveillerai… Plus tard… Peut-être.

Si Jake était là… Il se foutrait bien de ma gueule… Elle est belle la rébellion du loup…



Codage par Rits-u sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 382

MessageSujet: Punition [HOT] [VIOLENT]   Mar 5 Mai - 11:36


© Yamashita sur Epicode

© Tumblr

Captif...


Je croupissais dans une pièce sombre enchaîné à genoux les avant bras brûlés par l'argent je levai les yeux quand la porte s'ouvrit... une jeune fille entra... Je m'apprêtai a payer le prix fort pour en espérant être relâché plus vite. Je savais pourquoi on m’avait attrapé. J’avais voulu changer de vie et quelqu’un avait du juger que je n’en avais pas le droit...
La fille s'accroupit devant moi et me souleva le menton du bout des doigts pour soutenir mon regard.

"Je suis tellement désolée..."

Elle sortit une lame et coupa mon T-shirt pour ne pas avoir à me détacher. Les chaines se retrouvèrent en contact avec mon dos nu... J’ hurlai, tremblant de douleur.

Je regardai le mec se lever et... défaire mes chaines...? Il tira violemment sur les liens, les arrachant de la chair dans laquelle ils étaient incrustés. Je grognai fortement. La tête me tourna encore alors que j’étirais doucement mes épaules endolories le sang coulait le long de mes bras. L'inconnu pris une de mes main, et posa les lèvres sur mon poignet gravement brûlé, en fixant de mes yeux lupins. Il souriait les lèvres pleines de sang

"Un sang comme le tien est trop précieux pour être gâché parait-il..."


Je retins non sans mal un grognement de douleur chaque fois que la langue de l'autre homme touchait mes brûlures

"Tu veux quoi? Si t'arrêtes pas tes conneries je vais tourner de l'œil"


Étonnamment l'intéressé s'arrêta et eu un sourire presque tendre.

"Toi mon loup..."


"Tu te fous de ma gueule hein. Epargne-moi ces conneries"

L'autre se mit à rire

"J'essayais d'être sympa, mais comme tu voudras Gueule d'Ange"

Il planta lentement ses ongles dans mon torse. Je sortis les crocs sachant que je ne devais pas m'en servir. L'autre lécha le sang qui s'échappait de la plaie fraîche.

"J'ai dit pas de gâchis..."

Je m’efforçais de respirer à fond après avoir vidé mon esprit... Plus difficilement que sous l'emprise de la drogue. Mes mains étaient pleines de mon propre sang séché mais pas trop abîmées en elles même. Sans rien dire je défis la boucle de la ceinture de celui qui me faisait face et me levai

"Ce sera mieux debout. Autant pour moi que pour toi. Ce serait dommage que l'angle soit naze et que ca gâche tout"

Le sourire en coin que j’avais servi à tous mes clients apparut. L'autre se leva

"Tu es consciencieux pour une salope"

Je ne relevai pas et fit descendre le jean de mon interlocuteur jusqu'au sol et m'agenouillai en me dressant sur mes genoux pour être à la bonne hauteur et posai mes lèvres au niveau du bas ventre de l'homme qui posa les deux mains sur mes épaules alors que je caressais doucement son membre raide entre mes doigts.
J’entendis l'inconnu soupirer d'impatience... celui ci passa alors la main derrière ma nuque me guider vers sa virilité. Je dus suivre le mouvement sans résistance, embrassant langoureusement l'objet de désir. La main de l'inconnu agrippa mes cheveux alors qu'il donnait plusieurs coups de reins. Le souffle coupé, je résistai a l'envie de planter mes ongles dans les hanches de l'autre homme qui m'empêchait de reculer. Soudain il se figea et se retira en me poussant violemment en arrière. Je heurtai douloureusement le sol en pierres humides et sales

"Nom de dieu... Je veux venir en toi.... Mais pas comme ca..."


Ses paroles étaient haletantes, et ses jambes tremblaient. Le "client" tomba à genoux. Je me redressai doucement en encaissant la douleur qui était  bien moindre par rapport â celle que j’allais subir.
Je m’approchai lentement, alors que l'autre se relevait. Il me saisit par les hanches en me plaquant violemment contre le  mur, et défit ma ceinture toujours face a mon dos, sans hésiter à me  faire sentir son excitation jusqu' à ce que mon jean glisse le long de mes jambes suivi de mon boxer.... Je retins mon souffle…

" A quatre pattes la catin!"

Joignant le geste a la parole le dominant m'obligea a me soumettre de force en me tirant par le bras sans se soucier des mes plaies le moins du monde, ni du gémissement plaintif que je n’étais pas parvenu à retenir. Il me  pénétra sans ménagement un battement de cœur après. Je ne pus réprimer un cri qui ne ralentit pas mon agresseur... Au contraire... A ce moment là, j’aurais tout donné pour qu'on m'abatte alors que chaque mouvement de l'autre homme me déchirait de l'intérieur. J'entendais sa voix derrière lui mais ce n'était que bourdonnements... J’étais blessé, en proie à des douleurs violentes sur tout mon corps et sali... Encore.... Soudain l'autre se retira et me laissa m'effondrer, incapable de bouger, et remis son jean

"Ben je sais comment tas eu ta thune Gueule d’Ange. La petite reviendra t'attacher."

Il quitta la pièce sans se retourner, en claquant la porte derrière lui, me laissant là, brisé… Quand le silence fut, enfin je me laissai aller aux larmes...




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 382

MessageSujet: Répit   Mar 5 Mai - 16:51


© Yamashita sur Epicode

© Tumblr

Captif...


J’étais resté étendu sur le sol. Inerte, vidé.  Pendant une durée que j’étais bien incapable d’estimer…  Mes larmes avaient eu le temps de sécher à même la peau de mes joues... J’essayai  de m'asseoir...
Je regardai mes bras… Dégueulasses... Brûlés... Pleins de sang séché ... J’aurais du pouvoir commencer à cicatriser... mais trop faible... J’avais pas bouffé depuis plusieurs... Enfin un certain temps. Je sursautai quand j'entendis la porte s'ouvrir. La fille. Elle entra, et je ne bougeai pas... quoi qu'elle puisse me faire ca pourrait pas être pire... Et puis… Si ca devait l’être, je perdrais conscience...
Ses pas s'arrêtèrent a côté de ma tête. Je fermai les yeux et m'attendais à entendre le tintement métallique des chaînes mais le silence dura… Je rouvris les yeux et la vit s'agenouiller à côté de ce qu'il restait de moi. Elle avait une mallette avec elle... De la drogue? Je souris sans rien dire en refermant les yeux. Dans l'état ou j'étais, une bonne dose arrêterait mon cœur...
Elle ne disait toujours rien... je tournai le visage vers elle sans vraiment pouvoir la voir. La lumière était trop faible pour mon cerveau qui marchait au ralenti. Elle ouvrit consciencieusement la mallette. Pas de drogue... Et merde... Je me redressai non sans mal, la déception visible sur ma tronche.

"C'est quoi le programme gamine..? Tu vas m'attacher avec des... bandes de tissu?"

J'haussai un sourcil en voyant... qu'elle... avait amené... un genre de pharmacie

"Non... j'peux pas te laisser comme ca... j'peux pas"

Étonné, je la laissai sortir des compresses, de l'eau claire et... Un sandwich...?

"Si tu me remets sur les rails, je reprendrai une couche.... Tu le sais?"

" On dira que je voulais que tu me baises mais que tu manquais de forces"

Décidément... Elle me scotchait...

"Et les chaines?"

Elle réfléchit

"Je dirai que tu es meilleur en dominant, et que je tai menacé de te marquer a au fer rouge plaqué argent si tu te casses..."

Je fus assez surpris par ses mots pour me redresser encore et me concentrer sur elle... Humaine... elle semblait avoir mon âge physique... Ca expliquait surement une partie de sa compassion... Elle était blonde,  les yeux charbonneux. Sa jupe courte couvrait gracieusement ses cuisses... Son expression inquiète. Je lui souris et brisai le silence

"Tu prends des risques pour moi..."

Elle tourna vivement le regard vers moi, alors qu'elle était en train d'humidifier un linge

"Personne ne mérite un truc pareil..."

Sa voix était étranglée par une émotion que je ne décelais pas bien... Je finis par trouver une position presque confortable sans m'appuyer sur mes bras ni m'asseoir... J’étais... quasiment à genoux. Elle prit doucement une de mes mais dans la sienne restée libre. Main qui paraissait minuscule et fragile, perdu dans la mienne... Avec son autre main, elle commença à retirer le sang coagulé de ma peau, en évitant soigneusement de croiser mon regard toujours fixé sur elle. Elle remontait progressivement le long de mon bras sans lâcher ma main. Je la laissai faire...

"Dis moi si je te fais mal..."

Mon sourire s'élargit malgré mon état de fatigue. Rien de ce qu'elle ferait ne pourrait égaler mon précédent calvaire.

"Promis..."

Je ne pus retenir un hoquet de douleur quand elle atteignit les blessures les plus profondes. Elle se figea.

"Désolée…"

Sa voix n’avais été qu’un souffle… Elle était confuse. Je pris une grande inspiration et sourit

"C'est rien... j'suis... très abîmé... Et puis... j'vais pas me plaindre alors qu'une jolie rebelle s'occupe de moi…"

Enfin elle leva les yeux vers moi, un sourire gêné sur le visage.

"Euh... Merci…"

L'atmosphère se détendit et ça faisait du bien. Elle entrelaça doucement ses doigts aux miens pour mieux faire le tour de mon bras. Je l'observais sans rien dire. Quand elle eut retiré tout le sang, elle reposa ma main tout doucement, et sortit des compresses grasses, qui aideraient à reconstituer la chair mutilée. Je fermai les yeux d'apaisement, en sentant la sensation lancinante se calmer. Ceci fait, elle banda soigneusement le tout, et accomplit la même chose sur mon autre bras. Quand elle eut fini, je regardai mes pansements et lui sourit sincèrement

"Merci miss"

Elle me rendit mon sourire et se retourna pour me tendre le sandwich.

"Mange... Je m'occuperai de ton dos après."

Je pris ce qu'elle me tendait, le regard plein de reconnaissance. Une voix dans ma tête me disait d'être méfiant... Mais je ne pouvais pas me permettre de refuser ses offres. Je mangeai donc rapidement alors que ma soigneuse rangeai ce dont elle n'aurait plus besoin. Quand j'eus terminé, elle passa derrière moi avec un linge propre et de l'eau de nouveau claire
Elle passa le bout de ses doigts autour de la plaie et dit d'une voix étranglée

"Je voulais pas... J'ai pas eu le choix..."

En mangeant, j’avais gagné un peu d'énergie, donc un peu de chaleur lupine. Ses doigts me firent frissonner

"C'est pas à toi que je ferai payer ma torture. Peut-être au lascar qui est ici... C'est lui le boss?"

Elle passa rapidement le tissu qui me semblait presque frais

"Non... Mais... je dois lui obéir... et lui exécute les ordres de… Du… Boss."

Donc... je devais savoir qui était l'autre ordure après avoir buté le larbin en chef...

"Ok... et c'est qui le boss?"

Elle sembla hésiter et soupira, toujours à genoux derrière moi.

"Je ne sais pas vraiment... Il se fait appeler le Démon Blanc... Je devrais pas te le dire"

Je gardai ces infos dans un coin de ma tête et me jurai de la sortir de là. Pris dans mes pensées je l'avais à peine sentie s'activer. Je réalisai qu'elle avait fini quand elle fut debout face à moi. Elle me regardait intensément, mais je ne parvenais pas a déchiffrer son expression. Alors qu’elle me surplombait à présent de sa hauteur, elle me dit :

"Cette blessure la est peu profonde... Elle cicatrisera bien à l'air libre..."

Elle s'agenouilla encore, si près de moi que nos genoux se touchaient presque. Pour la première fois, elle planta son regard dans le mien

"Il faut que ce que je t’ai expliqué tout à l'heure soit crédible... Marque-moi..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 382

MessageSujet: Collaboration [HOT]   Mar 5 Mai - 20:59


© Yamashita sur Epicode

© Tumblr

Captif...


Je soutins son regard mais voulais être sur de piger ce qu'elle voulait.

"Te marquer... Y a un tas de moyen de le faire..."

Elle prit l'une de mes mains

"Des traces significatives de ton passage... Mais je ne demanderai pas un vrai rapport..."

Je réfléchis à toute vitesse. Elle était humaine... Sa peau marquerait vite. Je ne voulais pas la blesser...
Je n'ajoutai rien et passai une main derrière sa nuque et m'approchai doucement. Mes lèvres se posèrent contre sa gorge. Je la sentis frissonner alors que je l'effleurai de mes crocs. Quand je commençai à laisser ma bouche aspirer sa peau tendre, elle passa les doigts dans mes cheveux... Sans doute par réflexe. Je relevai la tête quand je l'entendis soupirer.

" Ca suffira pas..."

Sa voix n’était qu’un souffle… Je pensai à Kalia, et eu un pincement au cœur... Car je touchais quelqu'un sans soumission ni souffrance physique... Ma Princesse… Elle me manquait tellement… Et j’étais certain que… Qu’elle aurait le cœur serré en me voyant toucher cette inconnue… Mais ca m'aiderait à sortir d'ici… Elle voulait que je vive… C’était écrit dans sa lettre. Mes mains se mirent à trembler légèrement, mais il ne fallait pas que je m’interrompe...

Je défis donc le lacet qui retenait le corsage de la de la demoiselle, et parcourus du bout des lèvres ses épaules pour atteindre sa poitrine à présent offerte. La peau fine marquait bien à cet endroit là. Je l'embrassai profondément laissant ma langue et mes crocs jouer avec. Elle gémit doucement en se redressant sur ses genoux pour m'offrir son ventre. Je passai doucement les ongles le long de son dos. Elle renversa la tête en arrière. Son bas ventre était contracté... J'y laissai encore une marque violette et me redressai... Ça me faisait chier de la laisser dans cet état, mais encore plus d'aller plus loin.... Je réfléchis... Une pute achève ses clients... je passai la main entre ses jambes. Elle me laissa le passage. Déjà humide. Je glissai habilement les doigts en elle, maintenant son dos contre mon torse pour lui donner un appui. Je savais à quel point certaines femmes pouvaient aimer sentir le corps de leur amant les étreindre dans ce genre de moment , j’allais et venais, laissant mon souffle caresser le creux de son sou,  jusqu'à ce que cette pression explose et la libère. Le regard embrumé elle s'affaissa contre moi le souffle court.

"Wouaw..."

Des pas se firent entendre derrière la porte…
Je tenais toujours la jeune femme à demi nue quand le vieux bois grinça

"Je dérange peut-être..."

Sa voix me mit immédiatement sur la défensive. Cette enflure... Plus en forme que quand il était parti, je dus lutter pour retenir un grognement. Ma soigneuse se redressa et se tourna vers le nouvel arrivant. Sa poitrine nue ne semblait pas lui faire perdre son aplomb.

"Ouais Andrew,  tu déranges comme tu le vois. Je me suis pas pointée quand t'étais avec lui, moi "

Je contenais toujours ma rage alors que... qu'Andrew entra dans la pièce pour s'approcher de la fille d'abord. Il parcourut du bout des doigts les endroits de son corps où je lavais marquée.

"Mmmm... c'était bon?"

Demanda t-il en m'ignorant royalement. La petite blonde ne cilla pas.

"Ca aurait surement été encore mieux si tu l'avais un peu mieux traité. Il pouvait à peine ouvrir les yeux... Bon maintenant casse toi... J'ai encore trop de fringues sur moi... Et c'est mon moment pas le tien."

Le mec rit à gorge déployée

"Dommage pour toi ma p’tite"

Il s'appuya contre la porte et braqua son regard sur moi. Son petit sourire supérieur me donnerait envie de gerber

"Parce que je compte bien regarder... et si vous êtes vraiment bons, j’aurais peut-être même envie de participer"

La colère monta en moi comme une divine pression orageuse… Cette douce pression qui rend l'air irrespirable alors que le tonnerre gronde pour annoncer l'arrivée de la pluie et la foudre. L'énergie qui émanait de ma colère était telle, que je ne pus empêcher mes yeux de changer...

"Alors la catin, on prend la confiance? T'as repris du poil de la bête on dirait..."

Son petit jeu de mot et son sourire satisfait et hautain… Je dus faire un effort incroyable pour ne pas lui sauter à la gorge... Je m'étais juré de le faire... Mais pas maintenant.
Je restai dans le fond de la pièce pour ne pas prendre le risque de me laisser emporter si je m'approchais de lui. Un sourire en coin se peint sur mon visage... Ce genre de sourire qui, en fonction du regard qui allait avec, faisait frissonner les gens de façon différente. A cet instant, le mien n'avait rien de celui que je sers aux minettes en boite.

"Ouais, mec. On peut dire ca"

Ma voix était basse et vibrante de la menace que je contenais.

"Ben alors Anna... T'as plus envie? Dommage. La rage le rend encore plus beau..."

Andrew quitta le mur pour s'approcher de moi en contournant la jeune fille. Elle le retint juste au bon moment par le bras pour que je parvienne à retenir un grognement.

"Dégage je t'ai dit! J'ai pas besoin de public! Vas te faire foutre ailleurs!"  

En un geste vif il leva son bras libre et gifla Anna. Si fort que sa tête fut projetée sur le coté et qu'elle dus faire un pas en arrière pour ne pas tomber à la renverse. Cette fois, ma colère se changea en rage. Moi qui étais resté à genoux, je me levai d'un bon et me dirigeai vers celui que je rêvais de démembrer au rasoir et à l'acide. Je le poussai en arrière assez violemment pour le projeter contre la porte qui se trouvait deux mètres derrière lui, et le chopai par le col.

"Tu te crois fort sous couvert de ton p’tit pouvoir à la con?"

Je lui tapai la tête une nouvelle fois contre la pierre, en le secouant par à-coups comme un chien le ferait avec un lièvre chassé dans les bois, puis, l'éloignai du mur. Ses pieds touchèrent à peine le sol. J’ouvris la porte en bois délabré et le jetai à l'extérieur.

 "Passe encore cette porte, mec et je te garantis que tu vas chialer ta mère..."

Il semblait un peu surpris, mais surtout, blessé dans son orgueil. Et les gens orgueilleux font toujours des trucs cons.... Par orgueil... On va bien se marrer...
Je me retournai vers la jeune fille dont je venais d'apprendre le nom. Anna... Il sonnait à mes oreilles comme la douceur parfaite qui allait avec les traits de son visage.
Elle avait toujours une main sur la joue qui avait été giflée. Je fermai la porte et allai m'accroupir devant elle. Soulevant doucement son menton du bout des doigts et lui sourit. Elle me regarda quelques secondes immobile, et finit par venir se blottir dans mes bras, et... Pleurer...




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 382

MessageSujet: Re: Behind blue eyes...   Mer 6 Mai - 5:33


© Yamashita sur Epicode

© Tumblr

Captif...


Je passai une main dans sa nuque et caressai doucement l'arrière de sa tête. Il me fallut attendre quelques minutes pour entendre Andrew se relever et s'éloigner. Il allait revenir, j'en étais certain. Son égo en avait pris un coup et il ne le supporterait pas. J’avais côtoyé pas mal de mec comme lui dans le milieu. Je l'attendrais de pied ferme à ce moment là. Les pleurs de la jeune femme finirent par se calmer. Elle leva vers moi ses yeux rougis par les larmes et esquissa ce qui ressemblait à un sourire.

"Merci beaucoup.... euh..."

Que je lui rendis en écartant les cheveux collés sur son visage.

"Moi c'est Jared... Et je t'en prie... C'était la chose à ne pas faire devant moi"

Elle se releva maladroitement. J'en fis autant et lui remis son corsage avant de m'appliquer à resserrer le lacet. Elle me regarda faire, apparemment étonnée.

"Tu es habile avec ce genre de fringues pour un homme..."

Je ris doucement, amusé qu'elle ait formulé cette pensée à voix haute.

 "Certaines femmes aiment qu'on les rhabillent"

Je lui fis un clin d'œil entendu. Elle me sourit plus largement et posa un baiser sonore sur ma joue en prenant mes mains dans les siennes pour se hisser sur la pointe des pieds. Ce geste presque enfantin m'attendrit. Puis elle baissa la tête et se balança d'un pied sur l'autre sans lâcher mes mains

"Dis... On pourrait... aller prendre une douche... J'irai bien seule mais... S'il revient..."  

Je haussai un sourcil

"Y a pas de verrou à ta porte?"
"Si... Mais… Je sais pas de quoi il serait capable... Et puis... Je pourrais enlever et remettre doucement tes bandes pour éviter de les mouiller"

Une douche n'avait rien d'anodin... Même si je ne la touchais pas, on serait nus dans une petite cabine confinée...

"L'eau chaude sur les brûlures c'est pas une bonne idée."

Elle me sourit

"Je ne prends jamais de douches très chaudes... Et puis ça te fera du bien. Sans compter que ca t'évitera de faire trop d'aller-retour. S'il te chope dans un couloir il va encore péter un câble et je crois que c'est pas la peine hein... Il est déjà assez cinglé..."

Sur ce dernier point elle avait raison. Mieux valait m'éviter de trop risquer de me faire surprendre. Je ne connaissais pas les lieux en dehors de la pièce où j’étais enfermé. Une ancienne chambre d'hôtel semblait-il. Les toilettes fonctionnaient à peu près mais la douche était carrément immonde de moisissures et de rouille... Voilà pourquoi je la laissai m'entrainer vers une autre pièce...
Elle avait glissé l'une de ses petites mains dans la mienne et on avait discrètement filé vers une pièce voisine. Une autre chambre... La sienne? J'aurais parié que oui. Son odeur était partout. Elle ouvrit une porte qui menait à une salle de bain assez petite, mais elle avait au moins le mérite d'être propre. Et rien que ça, c'était agréable. Je restai silencieux... D'une part parce que je ne voulais pas qu'on risque de m'entendre de l'extérieur, et parce que je ne savais pas vraiment comment agir et préférais prendre le temps d'observer la situation... Anna retira sa petite jupe plissée noire, dos à moi, me laissant une vue imprenable sur la courbe de sa chute de rein et ses jambes gracieuses... en temps normal... si je puis dire... J'aurais joué la surenchère... Mais là, je ne devais pas... Pour mon Gentleman qui attendait mon retour sans doute inquiet... Je détournai le regard pour détailler la pièce. Anna entra de nouveau dans mon champ de vision. Elle ne portait plus que ses sous vêtements... De la dentelle fine noire. Rien d'extravagant. Mais un souffle dans ma tête me poussait à l'étreindre... Sa taille fine et fragile était un appelle à la caresse... J'inspirai profondément alors qu'elle me frôla en voulant prendre de quoi refaire des pansements dans un tiroir du meuble qui se trouvait derrière moi. Je reteins mon souffle en me concentrant sur le contenu du tiroir qui comportait toute sorte de nécessaire à pharmacie de base et dans celui d'à côté de quoi coudre... Après avoir sorti du coton et du désinfectant elle me sourit

"Euh... Jared... Les douches habillé c'est pas ce qu'on fait de mieux."

Elle semblait amusée. Moi, j'avais pas vraiment envie de me marrer. Je devais décliner sans lui donner aucune info sur ma vie sentimentale... L'amour peut aussi bien être considéré comme une force que comme une faiblesse. Dans ce cas précis, mieux valait que tout le monde pense que suis seul au monde...
Aussi mignonne soit-elle, dans tous les sens du terme, je ne savais rien d'elle, et surtout pas comment elle avait atterri ici... Je lui souris en arborant une expression de gêne

"Tu sais... je ne tiens pas à exhiber mes balafres..."

Ce qui était en partie vrai... J'étais moins d'humeur... Câline... quand j'étais abîmé... Même si en temps normal je n'aurais pas eu de raison de refuser l'invitation. Un corps de femme était tout ce que je me sentais capable de désirer. Elle me tendit la main.

"Je ne te donnerai que douceur après. le mal qu'on t'a fait... je te le promets"

Le tonnerre me fit vibrer la cage thoracique.

"L'orage..."

Voilà le seul mot que j'étais capable d'articuler, alors que de ma main libre j'avais attiré son visage vers moi... En un battement de cœur je l'avais prise dans mes bras pour mieux gouter à ses lèvres. L’heure de la revanche avait sonné. C’était comme si je pouvais m’approprier une partie de l’énergie dégagée par ce phénomène naturel. Emily, les Sparrow et Kalia attendaient mon retour. Je n’étais plus seul, et je devais sortir de cette merde. Maintenant. J’avais payé, et tout ça avait largement assez duré.

La jeune femme entre mes bras ne résistait pas le moins du monde... Sans doute était-elle à mille lieues d'imaginer l'emprise qui s'était emparée de moi. Elle répondit à mon baiser, alors que son corps presque nu se calquait sur le mien. Elle me débarrassa de mon jean alors que je dégrafais son soutien-gorge. Elle était prise dans la tempête... Un éclair déchira le ciel. Je retrouvai la lucidité un court instant. Juste le temps de m'écarter de la jeune humaine dont les yeux étaient étrangement embrumés. Je secouai la tête.

"Anna... Je... J'irai après toi..."

Elle ne dit rien. Se libérant seulement du petit morceau de tissu qu'elle portait encore, puis se tourna de nouveau vers moi

"Jared... S'il te plait..."

Le tonnerre frappa encore, et cette fois, j'oubliai tout. Anna, mes brûlures... Mes objectifs étaient peu nombreux: Buter Andrew, sortir d'ici, et les retrouver…
Mon regard s'était fait dur. A tel point que je vis l'expression d'Anna changer

"Jared... Euh... Qu’est-ce que t'as?"

Je me tournai vers elle. Le sourire que je lui offrais n'avait rien de plaisant.

"Ne t'en fait pas ma belle... je surveille la porte."

En prononçant ses mots, j'avais renfilé mon jean. Je prendrais ma douche chez moi ce soir. Personne ne m'empêcherait d'atteindre mon but numéro 1. Buter cet enculé... Anna abandonna l'idée de me faire venir avec elle. Parfait. Ça m’éviterait de perdre du temps en négociations. Mon cœur battait au rythme du grondement céleste. Je quittai la salle d'eau. La voix de la jeune fille retentit, mais je ne distinguai pas les mots qu'elle prononçait. Je m'en foutais, c'était lui que je voulais. Je faisais confiance à mon odorat pour me mettre sur la bonne voie. Je marchais pieds nus dans les couloirs sur la pierre froide, avec la discrétion d'une ombre qui glisse le long d'un mur. Je ne suivais que mon instinct alors que cette traque me rappelait celle que j'avais menée lors de ma première pleine lune. Andrew serait à ma merci comme mon père l'avais été. Je finis par le sentir tout près. Derrière une porte. Je restai quelques secondes immobile derrière de battant en bois. J'entendais des cliquetis métalliques et des frottements typiques des armes blanches qu'on affute... Et mon dieu comme j'aimais ce son....




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 382

MessageSujet: Re: Behind blue eyes...   Ven 9 Oct - 18:27


©️ Yamashita sur Epicode

©️ Tumblr

Captif...


Après avoir jubilé quelques secondes je frappai simplement à la porte. J’entendis Andrew poser ses armes, et s’approcher en râlant. Il devait penser que c’était la gentille Anna qui venait s’excuser… Mon sourire s’élargit encore en imaginant la surprise apparaitre sur la face de fouine de cet enfoiré. Je ne fus pas déçu quand il ouvrit la porte. Il fut déstabilisé quelques secondes. J’entendis même son cœur accélérer. Pour ma part, je souriais toujours. J’étais sympa… Je voulais lui laisser le temps de se ressaisir. Je ne prendrais pas autant de plaisir à le détruire s’il n’était pas en pleine possession de ses moyens… Après tout, pourquoi est-ce que je lui accorderais une chose à laquelle je n’avais pas eu le droit, hein ? L’homme secoua la tête et essaya de prendre une expression menaçante.

"Qu’est-ce que tu fous là la catin ? Où est Anna ?"

Sans me départir de mon sourire j’entrai dans la pièce et refermai la porte derrière moi sans me retourner. Il était piégé. Armé, mais enfermé. Ce serait question de vitesse et de précision. Sans le quitter des yeux j’avais saisi un couteau qui se trouvait sur un meuble non loin de la porte. Andrew reculait vers le fond de la pièce. Il devait avoir quelque chose qui selon lui, lui sauverait la mise. Je pariai sur une arme à feu. L’approchais de lui, toujours à la même vitesse, mon sourire inébranlable. Quand je ne fus plus qu’à une vingtaine de centimètres de lui, qu’il met la main derrière son doit et pointe un flingue sur moi. Le canon directement sur mon ventre nu. J’avais toujours joué avec la mort. Ce ne serait qu’une manche de plus. S’il tirait comme ça, à bout portant, la balle me transpercerait. J’aurais sûrement du mal à m’en remettre. Peut-être que c’était étrange, mais j’avais toujours trouvé les flingues foutrement sensuels. J’avais donc pris le canon à pleine main, et l’avais caressé, comme je l’avais fait avec le sexe de cet enculé. Je fermai quasiment les yeux, le regard embrumé par un plaisir fictif. Je sentais ses yeux sur moi. Il aimait se qu’il voyait, autant que ça le déstabilisait. Je soupirai, et dit dans un souffle semblable à celui qu’on produit en frémissant, en prononçant le nom d’un amant habile et attentionné…

"Tu vas fâcher le patron…"

Je le désarmai d’un geste vif. Il avait relâché sa garde… Erreur fatale. Je retournai l’arme contre lui, et visai sa rotule, puis tirai, trop vite pour que son cerveau humain n’ait le temps de penser à une réaction rationnelle. Son genou sauta, il s’effondra comme une merde sur le sol en criant sa douleur. Je baissai les yeux sur lui, le même sourire malsain, toujours sur le visage.

« La catin continue à te faire bander on dirait, Andrew… Hein, c’est comme ça qu’on t’appelle ? Je te garantie que dans quelques temps t’auras plus assez de sang dans le corps pour faire durcir ta bite »

Celui qui avait été mon agresseur gémissait par terre, les mains sur son genou qui pissait le sang. Je l’attrapai par le col et le trainai comme une poupée de chiffon jusqu’à ce qui avait été sa cellule, en ayant pris soin de glisser le pistolet dans la ceinture de mon jean. Je pris la grande chaine qui se trouvait encore là, et l’enchainai comme je l’avais été. Avant de quitter la pièce pour aller prévenir Anna qu’elle pourrait s’enfuir, je fis sauter la deuxième rotule de l’ordure, en l’arrachant de mes griffes. Je prenais un malin plaisir à l’entendre crier. Il n’en n’était pas encore à me supplier, mais j’étais presque sûr que ça allait venir. La lourdeur des liens l’empêchait quasiment de se débattre. Je sortis de la pièce pour rejoindre Anna qui finissait de s’habiller dans la salle de bains. Le bâtiment était assez grand pour qu’elle n’ait pas pu entendre les cris d’Andrew

"On va pouvoir se tirer d’ici. Andrew est hors d’état de nuire. Il ne me reste plus qu’à lui régler son compte, et on se casse."

Une expression de soulagement intense apparu sur son visage

"Oh… Jared… Je…"

Je la coupai… On verrait pour les effusions de joie une fois dehors.

"On verra plus tard pour discuter. Prends tes affaires."

La jeune femme quitta la pièce sans attendre. Elle avait oublié son téléphone sur une étagère. Je le pris, et allait lui ramener, quand une notification annonça l’arrivée d’un nouveau message. L’écran s’alluma sous mes yeux, au nom du Démon Blanc, me laissant voir un aperçu du message :
* Où en êtes-vous mon Amour.. ? *
Mon cœur rata un battement. Elle… Et lui… Sitôt la surprise passée, je plongeai dans un état de rage noir, et rejoignit la traitresse. Je lui montrai le téléphone :

« C’est quoi ce bordel ?! Et j’ai pas fouillé, il s’est allumé tout seul alors que moi comme un con je te le ramenais pour pas que tu l’oublies…Putain mais j’arrive pas à croire que t’aies pu te foutre de ma gueule à ce point là… Et moi, je me suis fait avoir… »

Je ne voulais pas prendre le risque de trop m’approcher tout de suite pour ne pas me laisser emporter par ma colère. Si j’étais debout en ce moment même, c’était grâce à elle… Le problème c’était la raison pour laquelle elle avait fait tout ça. Son expression de joie changea radicalement. Les larmes lui montèrent presque immédiatement aux yeux

« Jared… Je… Je suis désolée… Impardonnable… »
« C’est ça ouais. En fait t’as été une vraie garce sous tes airs de petite fille innocente et compatissante ! Tu me faisais briller le poil pour me ramener présentable à ton connard de mec ! »

Elle pleurait maintenant, et je n’avais aucune envie de la réconforter.

C’est vrai… Qu’au début, je respectais le plan… Mais… Mais j’ai toujours trouvé Andrew dégueulasse… Puis je me suis attachée à toi…

Maintenant que je la voyais comme une manipulatrice hypocrite, elle me faisait pitié, elle me dégoutait. J’avais envie de lui rire au nez.

« Epargne-moi ton numéro. Ca prend plus. Et t’aurais répondu quoi à sa question ? *Où en es-tu mon Amour ?* Sans doute, un truc du style *On est en route mon chéri Cœur* Tu allais me vendre la peau… Au final, tu vaux pas mieux qu’Andrew… Au moins, lui, il cachait pas son jeu, même si c’est une sombre pourriture »

Elle sanglotait. C’était pathétique

« Il m’a promis un tas de trucs… Et… Je te connaissais pas… Je savais pas ce qu’ils te feraient… Du moins, je savais pas que ca irait aussi loin… »

Bon… Ca je voulais bien le croire… Les mecs qui faisaient ce genre de plans donnaient rarement tous les éléments à leurs pions. Parce que c’est ce qu’elle avait été pour lui, de toute évidence. Pauvre fille. Je ne savais pas ce que son mec lui avait fait miroiter… Mais bon… Andrew ne s’était quand même pas gêner pour se montrer violent avec elle. Et si le boss l’aimait vraiment, il aurait imposé des règles à cette enflure.
Je pris une grande inspiration et m’approchai d’elle d’un pas lent, mais assuré.

« Ecoute… Je veux bien prendre le risque d’être cool avec toi, et ne pas t’infliger ma vengeance en t’accordant le bénéfice du doute. Mais pour ça, il va falloir que tu sois honnête. Sinon, tant pis pour ta gueule.»

Mine de rien, je m’étais attaché à cette gamine pendant ce bad trip de merde, et ca me faisait vraiment chier de penser qu’elle avait pu être une garce à ce point… Et… Je sentais qu’elle ne mentait pas. J’allais lui laisser une chance. A elle de voir si elle voulait la saisir.

« Oui oui… Dis-moi ce que je peux faire… »

Elle n’avait pas hésité à me répondre… Elle était surement choquée par la situation au final…

Donne-moi le nom de ton mac… Oui, parce que les mecs comme ça sont des maquereaux, désolé de t’annoncer ça comme ca…

Mes mots étaient durs et je le savais, mais j’étais pas d’humeur à faire dans la dentelle. Elle hésita quelques secondes. Elle avait la gorge nouée.

« J… Jake… Jake Hale… »

Mon cœur rata un battement, et mon sang se glaça dans mes veines… C’était lui… Elle m’aurait donné n’importe quel autre nom, j’aurais pu douter de s bonne foi… Mais là, j’étais certain qu’elle ne mentait pas. Du coup, j’avais presque peur pour elle, si je la laissais repartir. S’il avait pu me retrouver, il pourrait très bien la retrouver, elle. Mais j’avais assez de problèmes à gérer dans l’immédiat. J’enlevai la puce du téléphone d’Anna et lui tendit l’appareil.

« Change de puce pour ton téléphone… Et change de vie aussi… qui sait… Peut-être qu’on se recroisera… »

Elle le prit en me remerciant, les yeux plein de reconnaissance. Je la laissai là, avec ses affaires et ce que je lui avais annoncé, et repartis vers mon ancienne cellule, là ou j’avais laissé Andrew. Quand j’ouvris la porte, l’odeur du sang vint jouer avec mes narines… Mes yeux changèrent aussitôt de couleur. Ma victime avait la tête basse, surement affaibli par la perte de sang. Je passai par la salle de bains, et pris le fil et les aiguilles que j’avais vus, ainsi qu’une lame de rasoir, et rejoignit mon ancien tortionnaire, le sourire aux lèvres.

« Bon, maintenant, c’est à mon tour de jouer un peu.»

Son genou était en charpie, je le léchai comme font les lions pour attendrir la chair de leur proie avant de les bouffer. La chair sanguinolente appela mon loup intérieur que je peinais à contenir. Andrew cria aussi fort que sa faiblesse le lui permettait. Je soulevai son menton en un geste qui pouvait presque paraitre tendre, et l’embrassai.

« Tu as mené à bien ta mission mon chou, tu peux, être fier de toi, patron sera content… Je ne sais pas ce qu’il t’avait promis, mais tu n’en verras pas la couleur… La vie est parfois mal faite… »

J’avais soulevé sa tête de pour l’obliger à me regarder. Il essayait de paraitre en colère, mais ses efforts étaient vains. Je pris la lame de rasoir que j’avais apportée, et lui entaillai profondément la joue pour lui dessiner le sourire du joker… Le sang coula immédiatement. Une fois encore, je ne perdis aucune goute de sang, et commençai à recoudre, en des points lâches, la chair scarifiée. Andrew criait, mais il était assez malin pour ne pas bouger, et éviter de tirer sur la plaie. Ma tâche achevée, je lui enlevai ses chaussures, et dessinai des arabesques sur la plantes de ses pieds, puis lui coupai la peau entre les doigts à chaque main, sans me soucier de ses plaintes. Je me levai, et parti faire un tour dans quelques pièces voisines, pour trouver quelque chose qui m’inspirait. Je finis par trouver quelque chose au-delà de mes espérances… Du vinaigre, du bicarbonate de soude, et… Du parfum. Je revins, ravi, jubilant, même, et dispersai de la poudre blanche dans chaque blessure, avant de l’asperger de vinaigre. Je regardai la mousse se former, comme un enfant qui regarde une fourmilière. Je me sentais enivré par la vengeance. En guise de bouquet final je débouchai la bouteille de parfum et en mis un peu partout sur les vêtements et dans les cheveux de celui qui avait pris du plaisir à me faire souffrir. Je sortis mon briquet de ma poche et fis rouler la pierre entre mes doigts en regardant avec délectation la petite étincelle se former. Andrew leva les yeux vers moi. Il était minable. Une peur panique ce reflétait dans ses yeux

« Je t’en supplie, pas le feu… »

La douleur transparaissait dans sa voix, alors que les blessures que j’avais infligées à ses joues le meurtrissaient. J’étais content de moi. Mais l’orage grondait toujours et je mourrais d’envie de sortir, et atteindre mon dernier objectif… Les retrouver…  Mes amours… Les seuls auprès de qui ma putain de vie avait pris un sens… A ce moment là, ma douleur prendrait fin. Cette pensée élargit mon sourire.

« T’as bien pris plaisir à voir ma peau cramer toi… J’ai pas de raison de te faire cette fleur. »

Je fis apparaitre une petite flamme, et la fit lécher le pantalon et la chemise de l’ordure qui à présent osait espérer que j’aie pitié d’elle. Alors que son regard cédait à l’hystérie, je le regardais se faire peu à peu étreindre par le feu, qui pouvait aussi bien permettre la vie que donner la mort. Il cria un certain temps jusqu’à ce que la fumée l’intoxique. Quand il eu retrouvé le silence, je tournai les talons, et sortis de la pièce.
Une fois sorti du bâtiment, je pris la puce d’Anna, et l’écrasai entre mes doigts.

Enfin, je m’élançai dans l’obscurité, guidé seulement par mon instinct et les divines vibrations du tonnerre.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 382

MessageSujet: Re: Behind blue eyes...   Ven 8 Avr - 10:52

Protect me from what I want...
Part 1

Tu n'es pas seule... Je le sais. Je t'ai encouragée à ne plus l'être. Tu devais faire ta vie. Sans moi. Je te faisais trop de mal, même si tu t'obstines à dire le contraire.... Je t'en aurais fait de toute façon... Je suis trop rongé par mes démons, pas mon passé... A tel point que l'avenir pèse trop lourd sur mes épaules. Tu dois le comprendre.

Il t'a fallu du temps, mais tu lui a cédé. Gabriel t'a aimée dès qu'il t'a vue, j'en suis sûr... Tu es tellement belle... Et y a même pas que ça... Tu es douce aussi. Et fragile. Je ne supportais plus de te voir pleurer chaque fois que je revenais blessé, ou que quelqu'un me menaçait. C'est mon quotidien, j'ai l'habitude depuis le temps... Mais toi, tu en souffrais bien trop. Alors même si j'avais fini par admettre que... J'aurais voulu partager un truc en plus avec toi... Ca aurait été égoïste... Et puis de toute façon, la vie a décidé de nous séparer. Tu as dû partir alors que je venais de frôler la mort... Enfin... Disons plutôt que je l'avais vue de près... Mais elle ne me quitte jamais vraiment... Bref.

Pour cause... Je viens juste de rentrer dans mon super appart'. Alice s'est vraiment pas foutue de moi. Mais c'est trop grand... Et affreusement vide. J'aime pas qu'on me fasse chier non-stop. Qu'on me parasite. Qu'on m'envahisse... Mais tout cet espace...
Je soupire, blasé de moi-même. Tu m'as dit il y a quelques temps que tu devais partir en Italie avec Gab... J'ai eu du mal à rester stoïque. Il y a que toi pour ne pas voir la signification de ce voyage... Angel et Sasha sont partis là-bas eux aussi, et tout le monde de leur entourage savait pourquoi... Y avait pas besoin de le dire...
On s'est pas revus depuis... Presque pas. J'arrive plus à te regarder en face et me dire que... Non c'est pas possible... J'ai bousillé toutes les chances que j'aurais pu avoir... Avec un peu plus de temps. Je sais que je te manque... Et j'ai pas le droit de te dire à quel point tu me manques aussi.

Nouveau soupir quand je m'assois sur mon canapé en cuir noir... Bien ciré... Trop bien. J'arrive pas à me dire que tout ça est à moi, que je suis à ma place. Bien-sûr, je pense à Griffin aussi... En me disant que... Je le mérite sûrement pas. Il est gentil, doux, attentionné, et à tomber en plus... Mais aussi foutrement absent. En fait, je sais pas trop ce qu'on est.
Pris dans mes pensées, mes questions existentielles je m'adosse dans le canapé, et sort de ma poche intérieure, une petite barrette brune contenue dans un sachet, du papier à cigarette, des filtres... Un peu de tabac quand même, et mon briquet. Pas besoin d’être vraiment concentré sur ce que je faire ce que je faisais. Rouler mon joint… C’était devenu tellement naturel pour moi… Il faut que j’arrête de penser à tout ça. C’est sans issue. Je peux pas refaire le passé, et puis… Tout ce que je veux c’est le bonheur de mes proches…
Mon sésame pour le pays des merveilles à la main, je vais me percher à la fenêtre du salon, et embrase le bout de mon incendiaire, et tire la première taffe… La plus longue…. Celle qui réveille bien les poumons. Je ferme les yeux, laissant la fumée s’élever vers le ciel nocturne, et tire une seconde fois… Ma vue reste nette, mais mon esprit se trouble déjà… J’ai pas dû mettre beaucoup de tabac…

Welcome to Wonderland…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Behind blue eyes...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Behind blue eyes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Behind blue eyes...
» Quelques "Case Blue" chez MMP
» Blue white control. is preordain needed?
» Les Jeux signé Cat's Eyes ... pardon Capcom !
» probleme de credit sur pcb 108in1 BLUE ELF
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum RPG Fantastique
  • This is where we start
  • These are your connections
  • Mon journal intime
  • -
    La date/heure actuelle est Sam 21 Oct - 13:00