Bienvenue sur Lycampire - Forum RPG Fantastique, Invité !
Le groupe des Lycampires est désormais ouvert mais très limité.
Bienvenue dans le Staff à Emily Haas notre nouvelle modératrice <3
Chers lycampiriens, le design est en cours de changement, pour un peu de renouveau ! Le forum reste ouvert en attendant la fin des changements ;).

Partagez | 
 

 Jaime Hope - That's the sound of the police. That's the sound of the beast.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InfidèlesInfidèles
avatar
Jaime Hope
Date d'inscription : 03/06/2016
Messages : 27

MessageSujet: Jaime Hope - That's the sound of the police. That's the sound of the beast.   Ven 3 Juin - 16:00

Jaime Dean Hope

 
Mom told me to never trust a pretty face

 
Fiche d'identité :

 
Informations Générales

 
Âge Humain :
38 ans.
 
Âge Surnaturel :
blblbl.
 
Date de Naissance :
6 février.
 
Lieu de Naissance :
Edimburg.
 
Lieu de Résidence :
Londres
 
Métier/Études :
Inspecteur de Police, spécialisé dans la législation des armes.
 
Orientation Sexuelle :
Hétéro.
 
Statut Civil :
Marié.
 
Nourriture :
Du café et plein d'autres trucs que les humaines mangent sans vergogne.
 
Moyen Financier :
Plutôt aisé.
 
Groupe :
Humain.
 
Rang :
Infidèle (MOURREZ  Ha )
 
Avatar :
Matt Bomer
Je suis un :
Inventé
Code du règlement :
Rosefrom the Crow
Code à remplir :

Code:
[size=22][color=#B61C2E]•[/color][/size] Matt Bomer [color=#ffffff]Ϟ[/color] [url=http://lycampire.forum-canada.com/t654-jaime-hope-that-s-the-sound-of-the-police-that-s-the-sound-of-the-beast] Jaime Hope [/url]

 
Personnalité :
Caractère

Elle est assise face à la fenêtre, une cigarette se consumant lentement entre ses doigts sans qu'elle ait l'air d'y toucher. Sa fine nuisette recouverte d'une chemise de nuit, elle vrille sur vous un regard d'animal perdu.

" - Mon mari ? Oh, c'est le mari qu'elles n'ont jamais eu. C'est le mec de leur rêves et qu'elles attendant toujours. Il est chevaleresque et romanesque. Il a l'air de sortir d'une série policière ou d'un roman noir, elle s'arrête avec un sourire évasif et glisse une mèche blonde derrière son oreille, C'est le côté mauvais détective de roman noir dont on s'éprend aux premiers battements de cils. Il est beau et cynique, il est mordant, mais séducteur et pourtant… "

Elle soupire, longuement et serre entre ses doigts minuscules la cigarette qui se consume entre ses doigts.
" - Oh pourtant, Jaime n'a d'yeux que pour son travail. Il aura beau vous regarder comme si vous étiez la prunelle de ses yeux, il ne perd pas le nord. Il serait capable de vous faire succomber sous son charme pour pouvoir vous arrêter. Jaime est semblable a un loup lorsqu'il travaille, il vous regarde désormais, intransigeante, il traque jusqu'à ce que sa proie s'essouffle et lui tombe entre les crocs et encore, il ne donne pas le coup de grâce. Il joue, comme les félins. Inébranlable et increvable. C'est ce qui m'a plus, tout de suite, elle rougit et détourne la tête, avec un gloussement d'adolescente, J'étais une de ses proies et j'ai fais la belle pour lui faire croire que j'étais dur à attraper, mais tout à l'heure d'être un jeu d'enfant pour lui.C'est ce qui fait sa force et qu'on le redoute dans le métier, tout à l'heure l'air facile, lorsqu'il a le jeu en main. Il est habile, vous savez. Tacticien et méthodique. Certains disent que c'est sournois et fourbe, mais il fait son métier, après tout."

Elle marque une longue pose où ses sourcils se froncent. Ses lèvres rondes prennent une petite moue contrarié. Elle époussette une poussière invisible sur son déshabillé.
" - Jaime n'est pas menteur. Il esquive les réponses qui ne lui plaise pas, mais il évite de mentir. Il étoffe, enveloppe dans du joli papier et manipule avec assez de tact. Il doit être obligé, pour survivre. C'est un séducteur, mais bouffer par le boulot. Sa vie, son charme, se résume à se plier aux règles de son métier. "

Elle s'éclaircit la voix et rallume sa cigarette, alanguit sur une méridienne. Comme un chat, elle a des langueurs sensuel, mais innocente. Elle sourit en entendant le rire d'une enfant.
" Pour moi, mon mari est un héros, mais je ne le vois qu'assez peu. On peut dire qu'il est assez peu fidèle à la maison conjugal. Je veux croire que c'est le travail qui le retient par monts et par vaux. Je me voile peut-être la face, mais je n'ai que ça pour me rassurer. Lorsqu'il est là, il est d'un charme fou ! Il me fait rire ! Vous surprenez une larme au coin de son œil, qu'elle s'empresse de rattraper des cils, Rire et sourire comme jamais, j'ai l'impression d'avoir de nouveau quinze ans, mais je ne peux m'empêcher que n'importe qu'elle autre femmes pourraient prendre cette place, c'est trop facile de tomber sous son charme, je crois.
Il sait prendre la cape de la douceur et du charme le temps nécessaire pour vous mettre en confiance et attendre de vous voir glisser sur ses genoux pour vous jeter dans la fosse aux lions. "

Elle semble absente et perplexe, comme si elle venait de comprendre quelque chose. Elle repose ses petits pieds pâles au sol, les mains sur ses genoux.
" - Pourtant, Jaime est prévenant. Il prend réellement soin des autres. Il n'aurait pas été flic, si ça n'avait pas été le cas. Il le soucis de confort et de la sécurité des autres, quitte à se montrer impartial. C'est une chose que j'aime, le voir décidé et entreprenant. Elle mordille ses lèvres, dans un frisson indescriptible, Il ne recule pas, ne faillit pas ou dans de très rare cas. Je ne le vois pas, au travail. A la maison, je sais comment le faire plier, mais ce sont les arguments d'une épouse. Vous pensez qu'il… ? Un hoquet lui secoue les épaules et elle s'excuse en posant ses doigts sur ses lèvres. Oh, non, je ne veux pas savoir.
Mais il y a des choses que seul une épouse peut voir. Jaime est épuisé, au fond par son travail qui lui bouffe sa vie et son temps. Ca l'obsède, ça le ronge. Il n'a pas l'air, mais il veut tout contrôler. Il est autoritaire, mais assez habile pour que ses gestes n'aient l'air de rien. Il a la voix de velours, mais la main de fer, mais je crois être une des seuls à voir qu'il craint de ne pas tout contrôler. "

Elle déglutit et reforme la vague de ses cheveux blonds du creux de la main.
" - Il ne faut pas se laisser avoir par son apparence. Le loup prend le costume de l'agneau, c'est un requin parmi les poissons rouges. Quand on le connaît, on sait décrypter ses sourires, on sait le moment où sa machoire se referme sur la gorge de ses victimes. Jaime ne joue pas toujours dans les règles, pourvu que le boulot mène à son terme."

 
Caractéristiques

 Il ne faut pas mentir et tourner autour du pot. Jaime est un bel homme. Un bel homme mur qui atteint lentement la quarantaine. La belle quarantaine où les traits se marquent au coin des yeux, où une ride creuse délicieusement le visage. Alors Jaime, a le brun qui se tache lentement de fil d'argent, mais si peu qu'il faut être penché tout contre pour le remarqué et sa barbe n'est elle même pas assez longue pour qu'on puisse discerner les piques d'argents qui la farde. D'une manière général, il n'a pas la barbe longue. A peine quelques millimètres, plus fournit lorsqu'il travaille trop.
Pourtant acharné du travail, du genre à dormir très peu et encore moins chez lui, Jaime se porte bien. Crème miracle ou whiskey de la jouvence, il n'a pas l'air amoché par le temps. Du moins, dès qu'il a prit du repos. Il n'a pas l'air de mené un boulot épuisant et intense lorsqu'on le croise à la sortie de l'école où le matin entrain de se raser.

Grand gaillard d'1m82, loin d'être taillé comme un ours, Jaime s'en sort bien. Forcé d'avoir eu l'entrainement minimal de la police, il connaît les bases du self-defense et ne s'en sort pas trop mal pour coller des patates bien placé à quelqu'un, mais il doit bien avoué que se battre, ce n'est pas un plaisir qu'il éprouve. Il sait le faire, à du y recourir plus que de raison dans sa vie, mais s'il peut l'éviter, il le fera. Ses grandes mains fines se sont pas faites pour donner des coups, le bout de ses doigts est doux, comparé à la calle rugueuse de la plupart des mains de policier. Des doigts agiles et léger, plus taillés pour la paperasse que pour le terrain sur lequel il passe ses journées. C'est assez amusant de constaté qu'il a les ongles parfaitement taillés et immaculés d'un moindre soupçon de crasse, au point qu'on puisse pensé qu'il fait du zèle sur son lieu de travail.
Une belle gueule surmonté de grands yeux bleus à faire parler les morts, parfois voiler par des verres de lunettes, lorsqu'il doit lire. Ici, ce n'est pas l'âge, mais la fatigue oculaire, trop tiré par tout les recoins de la ville pour pouvoir se poser tranquillement. A vrai dire, il est fatigue de voir lorsqu'il fatigue et accuse le coup. Un ride se forme entre ses sourcils qu'il force pour stabiliser son regard. Son visage se ferme, plus rude, à mesure que l'épuisement lui tape sur la nuque. Une rigité coince son sourire qu'il a pourtant si facile. Jaime n'est pas quelqu'un qui fait barrière de ses émotions, bien au contraire.

Il utilise son charme de son charme un peu trop facile. C'est trop facile, pense-t-il souvent, mais capable de faire tomber quiconque montrerait un peu trop les dents.
Une dentition à mordre n'importe quelle chair accessible qui raviront les minois même les plus insensibles. Sourire qui a fait les beaux jours de sa jeune épouse et de ses augmentations bancaires.
D'allure général, Jaime est tiré à quatre épingle. Costume ou uniforme, il n'y a que lorsqu'il n'est pas en service qu'on peine à le reconnaître, en short avec le diadème de sa fille sur la tête. Son odeur est toute particulière, entre le parfum d'hommes de bureaux, frais et charmeur et la chaleur de l'homme de terrain, tourmenté par les arômes des câlins qu'il boit à longueur de journée et des fumer de cigarette qu'il traverse. Professionnel jusqu'à la moelle, il est rarement en dehors de ses fonctions et combat activement le cliché du flic en trench.

 
À propos de moi
Bonjour ! Mon surnom est Maugrenart (je suis un renard en vrai, avec des lunettes et tout), j'ai 24 ans et je suis française. J'ai connu le forum grâce à une âme perfide (Gabi, si je dis pas de bétises !) et je le trouve Je suis perdu, mais t'inquiète, je vais m'y faire !. J'estime mon niveau de rpgiste à 8,5/10 (loin de moi l'idée d'être prétentieux, j'aime pas me donner des notes). Ma plus grande passion est Les scénarios, écrire, inventer des histoires. Je suis bon qu'à ça et c'est ce qui me remplit le ventre. Mouahah.. Je m'engage évidemment à respecter le règlement et le contexte de Lycampire. Le mot de la fin ? J'aime bien jouer des flics, tu sais ?

 
 
Mon Histoire

 
Ton dos courbe la chaise de bureau qui a pris les plis de ton corps depuis quelques années. Neuf ans que ce fauteuil supporte ton poids, lorsque tu y es. Neuf ans que ce bureau porte la plaque à ton nom. Neuf ans que ton badge luit sans ternir. Contrairement à lui qui ne vieillit pas, tes tempes se fardent de pointes d'argent. Tu te souviens du jour où tu as posé tes cartons dans le bureau. Tu te souviens de ta femme assise sur le coin du bureau, son brushing entourant son visage poupée et sa robe jaune marquant son ventre rond. Vous aviez l'air de sortir d'un roman dont on déteste les héros. Fier comme un paon, tu affichais ton badge à la face du monde. Ravis de jouir du statut d'Inspecteur. Tu l'as voulu ce poste, du plus profond de ton âme. Inspecteur Hope.
Ca sonnait comme un roman noir qui sent le cigare et le whiskey qui boit quand l'heure et aux confidences. Hope.

Né de Jacqueline et Herbet Hope, tu as grandi dans la campagne écossaise dont tu gardes encore les accents chantants. Même si cela fait plus de vingt ans que tu vis à Londres et que tu as gommé ton accent pour emprunter l'accent londonien, il te revient des écarts de langue qui font sourire. Tu as vécu avec une sœur ainée et une cadette, mais ce détail n'est pas nécessaire pour comprendre ta vie. Lorsqu'on te demande de parler de toi, yu parles de la campagne écossaise et de tes parents à la ferme. Tu joues l'aspect champêtre de ton enfance, de ton père vétérinaire équin et de ta mère qui chantait dans les fêtes de village, mais ce n'est pas l'aspect favoris de ta vie. Tu passais plus de temps à lire des romans des années 50 ou à regarder film d'Hitchcock avec des étoiles dans les yeux. Tu aurais voulu être Spade et Marlowe, mais en plus anglais qu'américain. Le détective pour les belles blondes éplorées et les cœurs fragiles, où tu succomberais pour les brunes, mais où les rousses te mèneraient pas le bout du nez.
A côté de ce que tu mènes maintenant, ton enfance n'avait rien de fou. On avait beau te dire que tu avais de la chance de vivre dans un millier, les pieds à la ferme, tu ne voyais pas ça comme un privilège, c'est pour cette raison qu'à tes quinze ans, tu as demandé à aller en internat à Londres.
Drôle d'ambition, quel jeune voudrait aller en internat ? Loin de tout et de sa famille ?

Vraisemblablement ceux qui rêvaiten d'aventure et de justice au relent de cigarette américaine et de nuit blanche. Tu te voyais déjà descendre des réseaux criminels et débusqué les femmes fatales que le meurtre n'effrayait pas. Tu es donc devenu londonien d'adoption. Sans regretter d'avoir abandon l'écosse et ta famille. Tu n'as jamais été un garçon très axé sur la famille. Plutôt chat sauvage dans la nature, le chat qui roule des épaules pour qu'on le poursuive jusqu'au bout de la rue et qui vous nargue une fois qu'il attend au dessus de la clôture. Tu as toujours été fait pour la vivre et pour vivre comme si le lendemain n'existait pas, comme si les jours ne se terminaient pas.
Naturellement, quand il a été temps de quitter l'internat de choisir un voix, tu n'as pas hésité.

Tu serais flic. Tu n'en avais étonnamment jamais fait mention. Tu lisais et adorais l'univers noir, mais tu n'avais jamais évoqué à personne le souhait d'être policier. C'était ton monde, sans pour autant te prétendre en être le héros. Tu te voyais aussi bien vétérinaire, comme ton père, que dentiste ou livreur de journaux, mais le jour où tu as du choisir, c'était clair. Tu intégrerais l'école de police.
C'était net et catégorique. Tu porterais l'uniforme, parce que c'était une adrénaline dont tu avais besoin. Jouer les héros et vivre d'aventure, avant tout. Tu as tout fait pour y entrer, refusant jusqu'à l'aide financière de tes parents. Tu voulais y arriver par tes propres moyens, parce que la vie serait comme ça. La vie que tu avais choisie serait dur.
Tes parents ont regretté que tu ne retournes pas en Ecosse, mais ils ont accepté. Ton mode de vie, ta débrouillardise.

A vrai dire, personne ne sait vraiment comment tu as fait pour payer un appartement et l'école de police en même temps. Ou très peu. Tu ne le dis pas, gardant ton secret pour toi, mais les clientes se souviennent qu'elles avaient accepté de payer une certaine somme pour t'avoir le temps d'une soirée. Il n'y a qu'elles pour te le rappeler.
Le voilà ton gagne pain, jouer les jolies cœurs la nuit tombé et les gendres parfait dans les couloirs de l'école. Compter fleurettes à des femmes dont la simple évocation de l'uniforme rapporte sa croute.
Tu n'as jamais tiré de fierté à refiler ton corps et ta compagnie à des femmes qui pouvaient avoir le double de ton âge, mais c'était ce qui payait vite et bien. Et ce n'est pas comme si tu allais être en déficit de cliente. Ta double vie ne t'a pas empêché de sortir avec ton diplôme en poche. Brillant en investigation et en interrogatoire, tu es passé dans les mains de bon nombre de commissariats, alternant les stages dans différents secteurs. Tu as longuement hésité entre la brigade des stupéfiants et la régularisation des armes, mais étrangement, la drogue t'a rebuté. On parlait beaucoup, on parlait trop, on inventait des histoires de vampires et de lycan à dormir debout. Tu t'es dis en grande partie que c'était la drogue qui leur montait à la tête. Tu n'as jamais souhaité être un ripoux ou un corrompu, tu fais ton boulot, pourvu qu'il arrive à son but.  L'idée même de truander ne t'a jamais attiré.
C'était la plus grosse partie des stup. Pourtant, tu te retrouves souvent sur ce genre d'enquête, mais ton regard laisse voir que tu n'as qu'assez peu de mérites pour tes collègues dont une partie des perquisitions par dans les poches.

Tu as dû te débattre pour retirer pour de bon ton costume d'escort boy. Reconnu par endroits par réputation et rappeler par des clientes en mal d'amour. La route a été longue, mais rares sont encore les appelles que tu reçois où tu entends " Alors, Jaime, on ne prête plus sa compagnie ? " Tu reconnais encore certain numéros, qui te font sourire et les fois où tu réponds, c'est pour te souvenir d'une époque qui doit rester silencieuse.

Jeune inspecteur fougueux, tu as rencontré ta femme alors que t'as carrière avait déjà décollé. Tu n'avais pas de réputation à refaire. Le prestige de l'uniforme ou les regards chaloupés ont aidé à la faire tomber dans tes bras. L'année suivante, elle est tombée enceinte d'une petite fille. Deux ans plus tard, elle a pris le nom de Hope.

Lorsque tu regardes en arrière, que tu te souviens de l'endroit où elle était assise sur ce même bureau, de tes mains se baladant sur ce ventre qui portait ta fille. Tu te souvenais avoir papillonné des cils auprès de ta secrétaire quand tu as présenté la nouvelle madame Hope, mais d'avoir fondu en larmes lorsque tu as tenu ta petite pour la première fois.
Tu te souviens être rentré plusieurs soirs en sentant le parfum pour femme, d'avoir coupé ton téléphone parce que ton épouse t'appelait pour savoir quand est-ce que tu rentrais. Tu effaçais des sms sans même les lire et envahissait son esprit de rêve sans fin.
Tu te souviens l'avoir câliné en la rassurant que le boulot allait, alors que tu venais de rentrer à trois heures du matin. Tu te souviens avoir parler avec elle du bonheur de l'avoir dans ta vie, alors qu'elle s'endormait au creux de ton épaule. D'avoir surpris son regard malheureux alors que ta fille te cavalait après dans le jardin, pour ses huit ans.

Pourtant, elle te regarde avec le regard du premier jour lorsque tu racontes des histoires de loup à ta fille, que tu la rassure sur leur non-existence. Elle serre toujours ta main avec autant de chaleur, même lorsqu'un bleu te farde le cou.
Tu passes le plus clair de ta vie entre la voiture de fonction, devant les portes avec des mandats d'arrêt et des sourires coquins que dans ton canapé, mais c'est la vie que tu as choisi.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
PéchésPéchés
avatar
Angel L.Crow
Date d'inscription : 08/02/2015
Messages : 302

MessageSujet: Re: Jaime Hope - That's the sound of the police. That's the sound of the beast.   Ven 3 Juin - 17:02

Bienvenue parmi nous monsieur Hope... Quel nom prometteur. Dites moi... Portez vous toujours vos menottes sur vous? La sécurité est une chose primordiale n'est-ce pas? Et une arme de service opérationnelle? Sans doute nous rencontrerons nous un jour...

A la moindre question n'hésitez pas. Les @nges du forum sont là pour vous. Rose

Au plaisir, inspecteur :crow:

_________________

Joker:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
FidèlesFidèles
avatar
Emily Haas
Date d'inscription : 20/01/2015
Messages : 122

MessageSujet: Re: Jaime Hope - That's the sound of the police. That's the sound of the beast.   Ven 3 Juin - 17:07

Bienvenue Ô bel inspecteur qui en a après mes fesses armes!

Installez-vous bien, et au plaisir de vous baver dessus rencontrer!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
InfidèlesInfidèles
avatar
Jaime Hope
Date d'inscription : 03/06/2016
Messages : 27

MessageSujet: Re: Jaime Hope - That's the sound of the police. That's the sound of the beast.   Ven 3 Juin - 18:27

N'est-ce pas, monsieur Crow ? Un peu lourd à porter, je vous l'avoue !
J'ai tout ce qu'il faut, ne me tournez par le dos, je suis parfois nerveux... Héhé
Je n'hésiterais pas !

Ha, Emily, Emily, Emily... Je te laisse une place sur l'uniforme, mh ?

_________________
Wild
There's gasoline in your heart. I could have your fire. I know that this is momentary. Imagine it's night time. I wish it wasn't just the night time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Meute SparrowMeute Sparrow
avatar
Kalia Murray
Date d'inscription : 12/02/2015
Messages : 281

MessageSujet: Re: Jaime Hope - That's the sound of the police. That's the sound of the beast.   Sam 4 Juin - 4:26

Bienvenue Monsieur Hope !
Avec la description, le reste semble prometteur ;)
Angel l'a dit un peu plus haut, si vous avez la moindre question n'hésitez à venir nous vois Mimi
Bonne continuation !

_________________

De n'importe quelle façon qui soit je ne serais jamais loin de toi mon ange ♥:

Quand l'amour frappe à votre porte ♥:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
InfidèlesInfidèles
avatar
Jaime Hope
Date d'inscription : 03/06/2016
Messages : 27

MessageSujet: Re: Jaime Hope - That's the sound of the police. That's the sound of the beast.   Sam 4 Juin - 15:24

Mia mia mia, ravis de te ravir, Kalia Humm
J'ai retapé un poil la description physique qui, je trouve, un peu plus de gueule comme ça petit rire

Amusez vous bien sur cette daube fiche qui sent bon la cigarette, le café et les uniformes !

_________________
Wild
There's gasoline in your heart. I could have your fire. I know that this is momentary. Imagine it's night time. I wish it wasn't just the night time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
FidèlesFidèles
avatar
Emily Haas
Date d'inscription : 20/01/2015
Messages : 122

MessageSujet: Re: Jaime Hope - That's the sound of the police. That's the sound of the beast.   Mar 7 Juin - 9:08

*Prend un air très sérieux, malgré son sourire en coin*

Eh bien, Mr Hope, j'ai le devoir de vous annoncer que je suis chargée de m'assurer que vous êtes en règles. *lit l'histoire avec attention* Votre description vous correspond bien, elle est agréablement fournie ce qui nous permettra de mieux vous appréhender si le besoin s'en fait sentir. *joue avec des menottes invisibles* Pour ce qui est de l'histoire, rien à redire non plus, c'est clair, bien écrit, adapté à la demande des autorités de cette belle ville de Londres.

*Sort un petit carnet et griffonne quelque chose* Nous disons donc, inspection terminée, interpelé dans les règles, peut être relâché librement.

Je vais faire remonter l'information aux autorités compétentes, qui vous fourniront une autorisation de libre circulation. N'oubliez pas, une fois cette autorisation reçue, de faire enregistrer votre photo d'identité dans le bottin des avatars.

Je vous souhaite une bonne fin de journée Inspecteur.

Oh, et, attention aux abus de pouvoir... Siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
InfidèlesInfidèles
avatar
Jaime Hope
Date d'inscription : 03/06/2016
Messages : 27

MessageSujet: Re: Jaime Hope - That's the sound of the police. That's the sound of the beast.   Mar 7 Juin - 9:13

Eh ben, vous êtes bien procédurière, je ne m'y attendais pas !
Je ne suis pas un homme de paperasse, mais j'irais, m'dame ! *fait miroiter son badge*

Faites la maligne, oui... Vous êtes déjà dans mes registres, Emily.

(Chez moi on dit juste " Wesh cimer. ")

_________________
Wild
There's gasoline in your heart. I could have your fire. I know that this is momentary. Imagine it's night time. I wish it wasn't just the night time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Jaime Hope - That's the sound of the police. That's the sound of the beast.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jaime Hope - That's the sound of the police. That's the sound of the beast.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» KRS ONE - Sound of Da Police
» Sound of Noise
» doom2.exe sound
» [Vends] Metal Slug sound box
» Sir Jaime Lannister vs Cthulhu
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum RPG Fantastique
  • This is where we start
  • This is you
  • Présentations
  • Présentations validées
  • -
    La date/heure actuelle est Lun 24 Juil - 3:38