Bienvenue sur Lycampire - Forum RPG Fantastique, Invité !
Le groupe des Lycampires est désormais ouvert mais très limité.
Bienvenue dans le Staff à Emily Haas notre nouvelle modératrice <3
Chers lycampiriens, le design est en cours de changement, pour un peu de renouveau ! Le forum reste ouvert en attendant la fin des changements ;).

Partagez | 
 

 (Gloria) I Hope you like black coffee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
InfidèlesInfidèles
avatar
Jaime Hope
Date d'inscription : 03/06/2016
Messages : 27

MessageSujet: (Gloria) I Hope you like black coffee   Mar 14 Juin - 10:52

I Hope you like black coffee
Beast loves Cop
le Glock 17 caressant nonchalamment sa cuisse. ▬ Camden, 2016

La radio hurle et crache. Des indications, des positions. Les gars à l'arrière plaisantent sur la longue nuit qui s'annonçait, les yeux posés sur la vitre. Une nuit qui s'annonçaient ordinaire en patrouille. Les gars allaient devoir se séparer de leur inspecteur.
Cette nuit, Jaime Hope devait quitter le boulot. Toujours trop tard pour sa famille, trop tôt pour cet acharné du travail. L'équipe sortaient d'une intervention pour contrôle de marchandise. Contrôle de routine, peu importante, juste des soupçons et l'équipe devait se séparer.

C'était le moment presque déchirant où la " famille " se séparaient un moment. La famille. C'était comme ça que Jaime Hope appelait ses hommes. Une famille qu'il avait choisi et formé. Une sacrée famille qui le voyait comme une figure inébranlable et à toute épreuve. Pour cette famille, Jaime Hope était un pilier central. Et ce soir, la famille devait se délester de son pilier. Il y avait des soirs où Jaime devait lâcher le travail, au moins le temps de quelques heures. Rejoindre sa femme, sa fille, sa maison qu'il cotoyait moins que son bureau ou même la voiture de police. Son badge était meilleure amante et tout le monde le savait. Jaime travaillait, tout le temps, encore et encore.

" Les gars, cette fois… " Crrr-shh. La radio interrompe. Tout le monde dans la voiture se fige et observe Jaime. " Patron… " commence l'un deux. Jaime les coupe tout de suite, en levant une main autoritaire contre laquelle personne n'a rien à redire. Jaime savait très bien ce qu'on allait lui dire, que c'était pour son bien de rentrer, de lâcher l'affaire, mais il ne supportait pas l'entendre. La main toujours tendu, il décroche le talkie de la voiture, en allumant une cigarette.
"Hope ? Je croyais que vous terminiez votre service ?
- Pas encore, pas tant que je suis pas chez moi, disait-il sans en penser un mot. Être chez lui ne changeait rien, il avait le cœur pour son métier et le reste suivait aveuglément, c'est quoi cette fois ?
- Querelle de voisinage à Camden. Des cris, des coups, les voisins pensent à des violences conjuguales, qu'est-ce qu'on… ?
- C'est bon, on prends."

Il prenait l'affaire, oui. Il ne savait pas s'y refuser. Même si l'affaire n'était plus les siennes et bien en deça de ses attributions. Même s'il avait autre chose à faire que calmer les maris jaloux et les femmes adultères, il ne savait pas dire non à une affaire. " Patron, on peut le faire, c'est pas imp…" Jaime les interrompe à nouveau, un sourire flou sur les lèvres. Il prend le temps d'allumer une cigarette, en remontant son genou nonchalamment contre la boite à gant. " On laisse pas tomber la famille, les petits gars. "

….
Le vent soufflait peu, mais une petite pluie fine battait les rues de Londres. Une pluie trop fine pour mouiller, mais suffisamment pour vous rendre poisseux. L'horreur londonienne et dont la plupart des capitales souffraient. L'Inspecteur soupira en levant le nez vers ce ciel faussement orageux qui rendant sa peau collante. La cigarette presque consumé entre les doigts, il la jeta en arrière et passa une main sur sa nuque. Une nuque raide, fatigué. Une nuque qui ne demandait qu'à pouvoir rejoindre le lit conjugual et arrêter d'être penchée sur des dossiers où crisper par le stress, mais c'était un mode de vie qui convenait particulièrement à Jaime. Tout le temps sur le qui-vive, pour se sentir vivant.
Le gyrophare de la voiture marquait à elle seul la présence de la police et les quelques têtes de l'immeuble devant lequel l'équipe se trouvait jetait des regards curieux dans la rue. Il écoutait professionnel ce que les témoins bafouillaient, en exagérant comme d'habitude.
" Elle poussait des cris bestiales, je vous jure… " Premier soupire. " Il criait qu'il lui arracherait les griffes, je crois même qu'elle parlait d'un démon. " Jaime retire une poussière de son ongle et finit par claquer des doigts quand elle embraye sur autre chose.
" Il parlait qu'elle hurlait à la lune, la nuit dernière… !
- Ok, Phil, tu te charges de ces jeunes gens, j'y vais.
- Mais patron…!
- Inspecteur !
- Il s'occupera très bien de vous ! "
Il claque de nouveau des doigts, vers le reste de la petite équipe. " Vous me couvrez, on va voir ce que la louve à vraiment contre notre copain."

….
Les couloirs sentaient le moisie. Une odeur envahissante qui prenait le nez, à se demander ce que foutait les services sociaux de laisser les gens habiter là dedans. Jaime longeait les couloirs, d'un pas décidé, le Glock 17 caressant nonchalamment sa cuisse le temps qu'il monte les trois étages. Il ignorait avec charme les têtes curieuses qui sortaient des appartements, soucieux de régler le petit problème de voisinage au plus vite. L'équipe, plusieurs pas vers lui criait aux badeaux de rester chez eux. " Y'a rien à voir, tout le monde chez-soi."
L'inspecteur Hope ne se souciait qu'assez peu des procédures. Lui était un homme d'action, un homme qui se prenait pour un héros et dont la fonction première était de régler les problèmes.
C'est pour cette raison qu'arrivé devant l'appartement 313, celui qui l'arrachait à une nouvelle nuit de sommeil, il recharge le Glock 17 et sans préliminaire, balance un coup de pied dans la porte de l'appartement qui s'ouvre avec fracas
" POLICE !"

Sous les yeux de l'inspecteur se déroulait une scène aussi inattendu qu'absurde. Une rouquine, hystérique se battait avec ses petits poings fermés contre une brute épaisse qui devait la dominer de deux têtes. Et pourtant… Pourtant, l'ours en question avait l'air d'être en fâcheuse posture, des griffures plein la trogne et des bleus sous l'œil. Des éclats de verres, des bouteilles au sol. Une guérilla à domicile qu'ils se livraient sans avoir l'impression de se soucier du monde extérieur. Le gros type s'immobilisa quand il entra, les mains en l'air, tout prêt à se rendre quand la rousse lui administra une mandale à le coller au sol.
" Eh, ma douce ! Tu gardes tes mains en l'air ou je les perce ! "

A vrai dire, Jaime n'avait jamais eu d'accointance avec les armes à feux. Surement une des raisons qu'il l'avait poussé à se ranger du côté de la régulation de celle-ci. Le Glock toujours pointé entre les sourcils de la rousse, le flic plissa les yeux, la tête sur le côté, d'un air mielleux. Elle avait un reflet étrange... noirâtre, mais c'était certainement l'éclairage.
" Je n'aime pas abimer les dames, dépêche toi. "



© Gasmask


_________________
Wild
There's gasoline in your heart. I could have your fire. I know that this is momentary. Imagine it's night time. I wish it wasn't just the night time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: (Gloria) I Hope you like black coffee   Dim 26 Juin - 11:21

I Hope you like black coffee

Jaime & Gloria
credit: YOURCOFFEEGURU


Londres, Londres, cette ville a l'aspect double. Un peu nerveuse elle passe le pas et descend du train pour fouler de nouveau les sols de la ville de Londres. Un instant elle inspire et expire ce nouvel air qu'elle n'avait pas respiré depuis longtemps… Un air certes pollué mais délectable par les souvenirs qu'il engendre. Pourtant Gloria n'avait pas ici tant de bons souvenirs que ça mais... Revenir ici, maintenant c'était comme une renaissance. Une renaissance amère et vile dans un certain sens. C'était fini. Il avait disparu. Icare. Alors avec lui-même s'il lui avait fallu du temps elle laisse s'en aller son souvenir et ce qui les liaient. Pendant des jours qui devenaient des mois qui devenaient des années elle l'avait cherché, chassé, traqué en vain . Il n'y avait plus aucune trace de lui, comme s'il n'avait jamais existé… Elle était libre dans un sens, oui libre mais sans le sou et sans famille. Elle était partie 2 ans de Londres pour aller le chercher dans les bois sordides d'Allemagne. Là elle revenait tout juste, ne sachant même pas où elle allait dormir et même si elle allait dormir, mais surtout manger, parce que oui si elle ne mangeait pas un carnage se déroulerait ce soir à Londres. « GLORIA … ON va OÙ MAINTENANT ? On VA … MANGER ? » Gula péché de la gourmandise habitait son corps. Il rongeait son âme en lui cédant son insatiable faim infernale… Ce n'était pas un cadeau Gula, non. Quand il est apparu en elle, elle n'avait pas su se contrôler pour ne pas céder à la fin du démon face à son fils et celui d'Icare.Ce péché, Gloria lui en voulait autant qu'elle ne l'aimait mais avec le temps les choses changeantes … Elle supportait mieux sa présence et le contrôlait davantage. Où aller quand on n'a plus d'argent, que personne ne vous attend et que votre orgueil vous force à ne demander aide à personne, même pas un ami… Le seul qui pourrait aujourd'hui se réjouir du retour de Gloria c'était Angel, Angel Crow. Il était son meilleur ami, son protecteur, l'épaule sur qui elle pouvait pleurer… Mais la dernière fois qu'elle l'avait vu, il y a deux ans elle ne lui avait même expliqué pourquoi elle s'en allait. Elle pétait les plombs il y a deux ans… et Angel l'avait pas mal aidé à éviter l'asile, mais par simple honte elle n'avait pas osé aller lui dire au revoir, ou même lui expliquer pourquoi elle partait. Il lui en voudrait sûrement d'avoir si durement coupé les ponts. Même s'il pouvait savoir qu'elle revenait toujours ça pouvait faire mal, elle le savait.

Immobile elle regardait l'horizon, le quai de gare ou elle était arrivée, la peur la tenait au ventre avec le stress, elle était juste tétanisée. Tétaniser à l'idée d'être seule pour toujours. Il y avait bien Alphonse mais… c'était différent, il était en prison encore aujourd'hui, et puis elle n'avait aucune envie de lui demander de l'aide maintenant, aujourd'hui, ce soir… Non pas lui. Gula était au fond d'elle mais ce n'était pas ça non plus. Au fond même si elle ne se l'avouait pas, Gloria avait besoin d'une sorte de famille, un groupe sur lequel elle pourrait toujours compter. Seulement il y avait Gula, et c'était lui qui gâchait souvent tout. Poussée par le vent qui s'engouffre à travers les quais la rouquine avance d'un pas souple, doux et charismatique. Elle ne savait pas où aller et elle s'était arrêtée devant la gare le temps de laisser son addiction se calmer un peu. Le temps d'une cigarette elle observe la partie de la ville qui s'allume au fur et à mesure que la nuit prend le dessus sur le jour. Ses cheveux au vent se sont attraits de femme fatale ressortaient même si là, pour le coup elle n'était pas si bien vêtut. Une simple robe noire avec un manteau à poil en faux léopard . Que faire où aller ? Ça c'était la grande question que Gloria se posait. Puis comme une révélation, le Majestic apparut dans son esprit comme la solution-miracle. Le Majestic était un club assez classe où Gloria chantait avant son départ… elle espérait vivement qu'ils la reprendraient. Elle n'avait pas vraiment le choix à vrai dire c'était même une obligation.

Sans se faire attendre elle se dirige vers son ancien club au style 50's. Gula ne l'en empêche pas et tant mieux, pour une fois qu'elle faisait une chose et qu'il restait calme dans un coin de l'esprit de la chanteuse. Au final il ne peut pas se retenir très longtemps. « Tu vas recommencer à vendre tes fesses c'est ça . » Gloria ne répond pas elle avance simplement dans les rues froides et humides de Londres, tenante son manteau sur ses épaules comme pour s'empêcher d'avoir froid. Le pas lent, c'est le désintérêt et la solitude qui demeurait en son état d'âme actuel. Il n'avait pas encore plu et aussitôt l'avait-elle remarqué qu'il s'était mis à tomber sur sa tête de feu un millier de petites gouttes de pluie. Une pause, sous une devanture elle fumait une nouvelle cigarette en regardant sur le trottoir d'en face la cabine téléphonique rouge typique de Londres. Elle n'aimait pas les nouveaux techniques ni les anciennes anciennes, mais là à cet instant tout ce dont-elle rêvait c'est de trouver un repère aussi minime soit-il. Entendre la voix de quelqu'un de familier lui ferait le plus grand bien. Mais les choses étaient tel qu'elle n'avait pas cette opportunité, elle avait fui comme une voleuse… Angel et Vipéra ne devaient pas l'attendre ni ressentir le manque de son absence et ils avaient raison, elle le savait. La pluie s’atténuant, la rouquine retourne sous la pluie jusqu’à arriver au club, le Majestic.

Se remettant d'aplomb avant d'entrer elle demande directement à voir le boss et monte bien vite les escaliers pour rejoindre son bureau. Elle n'était pas stressée face à lui, pourtant, il faisait frémir un bon nombre de personnes et ce soir Gloria avait un milliard de raison d'avoir peur devant lui mais non. Quelques minutes se transformèrent en une heure entière de négociation … Il avait accepté de la reprendre mais pour ça elle devrait rapporter une certaines somme d'argent… La chose qu'elle n'avait pas… Il était donc temps de se mettre au travail. Il y avait plusieurs clients qui lui devaient de l'argent, dont Phil. Un homme qui vivait dans le même immeuble miteux où Gloria, il lui devait un sacré somme, mais il était continuellement bourré, violent et radin. C'est chez lui qu'elle alla se présentant d'abord comme une revenante aux attentions plutôt sympathiques une fois a cheval sur ses genoux sur le canapé elle l'étrangle quand il ose lui dire qu'il ne la reconnaît pas....

« Alors comme ça on ne me reconnaît pas… Bha voyons ! Tu vas pas t'en tirer comme ça gros porc ! »

De plus en plus fort elle serre puis au bout d'un moment il la fait valser contre la porte de la salle de bain juste à côté de la porte d'entrée. Elle est furieuse et malgré le mal de dos fulgurant qui lui traverse la colonne elle se relève et le regarde vraiment énervée. Là elle regarde a sa droite et prend sur une commode une bouteille vide qu'elle prend par le goulot pour finir par casser le fond. Finalement son regard se pose de nouveau sur lui un regard bleu profond qui se voulait très menaçant. Sans hésiter une seule seconde elle l'attaque avec la bouteille cassée et coupante et réussie à faire couler quelques gouttes de son sang. Quand il lui attrape le bras elle finit par lui morde la main se prenant un énorme coup de poing dans la figure au niveau de l'oeil .

« Espèce d'hystérique calme toi merde ! »

« Hyst… Hyst… Hysté quoi ? HYSTERIQUE ?! Espèce de merde tu vas crever ! »

Encore plus enragée et complètement hystérique effectivement elle balance sur lui tout ce qu'elle peut trouver dans son appartement alertant bien évidemment les voisins comme au bon vieux temps… Souvent même quand ils baisaient ils finissaient par se disputer alertant à chaque fois le voisinage qui appelait la police qui leur donnait à chaque fois un avertissement, sans jamais vraiment agir, mais là c'était pire parce qu'ils se cassaient mutuellement la gueule littéralement … Finalement ce n'est pas étonnant mais les gyrophares des voitures de police éclairaient en travers des vieux stores la lugubre pièce qui abritait le règlement de comptes… Gloria hurlait encouragé par Gula qui voulait maintenant manger Phil… Son regard était noir et les choses allaient de mal en pie…

« TU VAS CREVER ! JE VAIS TE BOUFFER! »

Tout à coup la porte est par terre et un flic arme les menaces… Phil s'arrête net les mains en l'air mais pas Gloria qui lui colla un dernier coup de poing dans la figure accompagnée d'un coup de genou dans l'estomac… Elle leva finalement les mains en l'air le regard noir comme la nuit elle regarde le flic sans rien dire crachant sur Phil avant de reprendre le dessus sur Gula. Elle s'était emporté. Mais la faim et la peur étaient les deux plus terribles démons qui feraient faire n'importe quoi à n'importe qui. « GLORIA Qu'est-ce qu'on fait-on le mange .! Hihihihihihihi » . « Non, pas lui … ce n'est pas le moment. ». Elle avait besoin de tout sauf d'aller au poste ce soir… elle était nerveuse et encore sanguine et essayait de détendre ses muscles, bougeant un peu. Heureusement qu'elle avait des bleus… ça montrait qu'elle n'était pas la seule coupable. Pendant son voyage en train elle avait bu et s'était piqué dans les toilettes… Sa perception des choses était donc actuellement bien différente de la réalité…
Revenir en haut Aller en bas
 

(Gloria) I Hope you like black coffee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» .:Bon anniversaire Black:.
» Call of Duty : Black Ops
» Mes Black Templars
» C'est l'histoire d'un mec.. Black-mamba.
» Black gobbo
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum RPG Fantastique
  • Where we live and die
  • The City
  • Rues/Ruelles/Impasses
  • -
    La date/heure actuelle est Ven 28 Juil - 15:46