Bienvenue sur Lycampire - Forum RPG Fantastique, Invité !
Le groupe des Lycampires est désormais ouvert mais très limité.
Bienvenue dans le Staff à Emily Haas notre nouvelle modératrice <3
Chers lycampiriens, le design est en cours de changement, pour un peu de renouveau ! Le forum reste ouvert en attendant la fin des changements ;).

Partagez | 
 

 In the name of God... (Asher & Rose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 17/05/2016
Messages : 6

MessageSujet: In the name of God... (Asher & Rose)   Lun 7 Nov - 19:26

In the Name of God...




Le voilà rentré en France. Une missive l’informant de la mort imminente de sa mère. Elle et moi sommes restés sur place dans une petite maison de la campagne londonienne. Mes nuits sont longues sans lui. Horriblement. Mais je ne suis pas seul, puisqu’elle est là… Cette jeune femme qui nous lie plus fort encore. Elle est lovée dans mes bras, ses petits doigts fragiles repliés sur ma chemise en soie. Elle dort. Je me demande à quoi elle rêve. Est-il aussi présent dans ses songes que dans les miens ? J’en doute. Je l’observe. Je veille sur son sommeil comme sur un joyau. Elle est si belle dans cet état second, presque magique. Réfugiée en elle-même et pourtant si vulnérable… Mes doigts caressent sa chevelure auburn, appréciant son toucher soyeux…

Soudain je sursaute. Il n’est pas rare d’entendre des promeneurs passer prête de la maisonnette. Mais là, la porte d’entrée claque. Ma Belle sort brutalement de son sommeil. Je sors du lit en trombe pour venir à la rencontre du… Ou plutôt des intrus… Ils me tiennent en joue avec une sorte d’arbalète. Je m’immobilise tandis que l’humaine se presse dans mon dos… Je sens ses larmes humidifier ma chemise

« Asher… » Sanglote-t-elle.

Comme moi, elle a compris. On n’attaque pas des humains à l’arbalète chez eux en pleine nuit. Jusque là, nous étions restés discret, et lui avions expliqué les raisons de nos agissement. Une question de survie… Et ce soir, tout semblait compromis…

Je la garde derrière moi pour la protéger d’une éventuelle munition. Les hommes face à nous, tout en blanc, arboraient une croix sur le torse. Le tireur ne bouge pas. Deux autres approchent, une main tendue vers nous. Sans un mot, je recule, le regard fixé sur la flèche, dont la pointe devait être en bois.

« Viens sans faire d’histoire et ca se passera toujours mieux. » M’ordonne-t-on. « Non. » Lâchai-je sans appel.

Le corps de la jeune femme, secoué par les pleurs me fendent le cœur. Je déploie mon pouvoir à travers ce lien qu’il existe en entre nous trois, en espérant que notre chainon manquant  nous revienne plus vite.

« Mauvaise réponse. » Réplique-t-on, purement et simplement avant que le coup ne parte et m’atteigne juste au dessus du cœur, dans le creux de l’épaule.

Je me demandai un instant si le tireur avait délibérément manqué l’organe vital. J’aurais la réponse bien plus tard…

« ASHER ! » Entendis-je au moment de l’impact, tandis que l’oiselle me contournait pour se jeter sur nos assaillants. Je retirai la flèche d’un geste vif, les dents serrées.

Naturellement ceux-ci s’empressent de s’abattre sur elle comme des vautours, les sales pattes de l’un d’eux enserrant sa gorge et sa taille.

« Et maintenant ? » Me nargue le tireur avec un sourire goguenard que je brûlait d’envie d’arracher à mains nues. D’ailleurs, je soupçonne que mes intentions aient pu être perceptible à travers mon regard… Car ceux des mes adversaires se teintèrent d’une lueur de sadisme.

« Non ! » Couina-t-elle, en  voyant que je m’approchais d’eux. «  Sales chiens ! » Sifflai-je alors que certains m’encerclaient pour s’assurer que je ne puisse plus reculer.

L’aube était proches… Et nos ennemis comptaient dessus pour que nous ne trainions pas en chemin.

« Si tu fais des caprices… Le soleil se chargera de toi… Et Dieu sait ce qui arrivera à ta copine… » M’avait-on dit en la couvrant d’un regard qui à lui seul fit raisonner un grondement sourd de ma poitrine.

Quelques minutes plus tard se dessina la demeure des ravisseurs. Nos mains liées dans le dos, ma Belle et moi n’osions même pas nous regarder… Ou plutôt, elle tentait de me préserver de la peur que je pourrais lire dans ses yeux… Mais je la ressentais dans les tréfonds de moi-même… Inéluctablement.
En observant la bâtisse, j’identifiai une chapelle, bien que je n’en ai pas pénétré depuis longtemps. On nous jeta dans la crypte qui abritait des geôles. Evidemment, des barreaux nous séparaient. Nous ne pouvions que lier nos mains à travers eux.

« Je t’aime… » Me répétait-elle inlassablement. Preuves d’amour que je ne cessais de lui renvoyer. Mais la pierre était inflexibles, et les barreaux inébranlables, même pour moi. Sans compter que dans ma cellule se trouvait une fenêtre, qui, à certains moments de la journée laissait passer d’impitoyables rayons… Ceux-ci réfléchissant leur lumière assassine sur le sol, m’obligeant à me tapir contre un mur pour y échapper…

Episodiquement, on emmène ma Lueur au dehors.. Je la sens souffrir, au point de tressaillir moi-même. Des quintes de toux interminable à m’en faire saigner… Et chaque fois qu’elle me revient, je l’entends sangloter ces irréductibles mots d’amour… Pourquoi n’est-il pas là… Lui ? Ressent-il notre peine ? Inévitablement… Il va revenir…

Un jour, le visage qu’elle tourne vers moi à travers l’obstacle des cachots se trouve rougeoyant de larmes rougeoyantes… Et quand sa main frêle se logea dans le creux de la mienne, elle prononça ces mots… Qui allaient me hanter jusqu’à la fin des temps

«Mon Amour… Je ne pourrai plus jamais te voir de mes yeux… Mais mon cœur te percevra toujours… »

Ces charognards l’avaient aveuglée… La rage monta si brusquement en moi que je hurlai, bien que ma voix résonne en vain… En écho, vint se briser la sienne la nuit suivante alors que les flammes du buché l’engloutissait… La seule nuit où l’on me fit quitter ma cage… Pour la regarder mourir… Enchainé… Impuissant… Je maudissais Dieu et sa prétendue  bien pensence … Alors que la vie de ma bien-aimée quittait son corps, je perdais mes forces.. Tremblant et à bout de nerfs, ils me trainèrent à nouveau dans la chapelle pour m’assoir sur une chaise… Affaibli comme je l’étais, je distinguais mal les silhouettes qui menaçaient de se refermer comme un piège sur moi… L’aube allait bientôt percer le ciel… Avec mes dernières bribes d’énergie, je me débattis… Mais ce n’eut aucun autre effet que de faire tinter mes liens métalliques…. Parce que cette chaise d’armatures en acier ressemblait bien trop à un instrument d’exécution… Et pour cause… Ma chemise me fut arrachés au moment ou les premiers rayons filtrèrent par le vitrail face à mon profil gauche… C’est alors que Dieu me marqua à jamais de son saint châtiment…  Et ses serviteurs admirait le spectacle de mon corps mutilé par la lumière, nullement gênés par mes cris désespérés… Le visage de mon vampire à la chevelure obscure m’apparut… L’avais-je vu pour la dernière fois il y avait quelques nuit de cela… ?


Humaine bien-aimée:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Date d'inscription : 03/02/2016
Messages : 33

MessageSujet: Re: In the name of God... (Asher & Rose)   Dim 20 Nov - 11:26


Rose, réveille toi !

Cette voix qui cogne dans ma tête, un sursaut et je me redresse d'un coup dans mon lit, le visage perlant de sueur. Et je me sens … je me sens …

Ils ont profané le Royaume de notre Père, ils ont abusé de sa bonne foi … Ses propres enfants … il leur a accordé Sa Confiance, en vain. Ils ne sont pas dignes de son Regard. Tu dois y aller Rose. Ils retiennent une jeune femme. Il faut aller la sauver, le temps presse. Ils pensent agir au nom de Dieu … ils ne répondent là qu'à une idéologie perverse et malsaine. Dépêche toi, le temps presse …

C'est donc dans un état second que je me lève, repoussant les couettes. Fide est omniprésente dans tous mes gestes. Rapidement, j'enfile mon long manteau sombre par dessus ma chemise de nuit, enfile mes bottes et enroule une grosse écharpe en laine autour de mon cou, tout en descendant deux à deux les marches pour sortir de chez moi. A mon premier pas dehors, le froid me saisit, et la vapeur s'échappant d'entre mes lèvres prouve bien que les températures ont beaucoup chuté cette nuit et le soleil commence à peine à se lever. Mais peu importe les températures. Sous l'intense emprise de Fide, je sens des sueurs froides couler le long de ma colonne vertébrale et perler sur mon front.

Un léger geste de main à l'approche d'un taxi et je m'engouffre dans celui-ci, lui donnant l'adresse d'une des églises de la ville. Celle que Fide m'avait indiqué. La voiture redémarre.
Assise sur la banquette arrière, je croise le regard du chauffeur de taxi dans le rétroviseur central. Il semble inquiet …

-Tout va bien Mademoiselle ?

Je me contente de sourire légèrement et hoche brièvement la tête en m'enfonçant davantage dans mon siège et porte mon regard sur le paysage défilant de l'autre côté de la vitre. Normal qu'il s'inquiète, il doit se demander pourquoi une jeune femme aussi jeune est toute seule dehors à une heure si tardive. Après tout je n'ai que dix huit ans … Mais la Vertu est éternelle. Dans le reflet de la vitre, je croise mon regard, celui-ci est plus pâle que d'habitude, influencé par l'omniprésence de Fide. Il n'est pas autant que si elle avait totalement le contrôle, mais il l'est quand même un peu, rendant ainsi mes yeux naturellement bleu plus clairs. J'ai l'impression d'avoir de la fièvre, mais visiblement c'est à cause de la Vertu. Mes cheveux encadrent mon visage de manière un peu désordonné, ondulant légèrement car je ne les ai pas brossé suite à mon réveil précipité.

Lorsque, enfin, le taxi se gare face à l'église, le soleil s'est déjà levé. Me précipitant hors de celui-ci après avoir déposé quelques billets froissés dans la main du taxi man, je prends naturellement la direction de l'entrée principale, de ces grandes portes en bois taillé, mais je suis rapidement interrompue par Fide. Une odeur de brûlé retient notre attention … Serions nous arrivé trop tard ?

-Non, prends la porte de derrière …

Obéissante, je m'exécute. Fide m'avait intimé à la discrétion. Je pousse donc doucement la petite porte en bois que je trouve à l'arrière de l'église. L'endroit est silencieux … ce qui pour nous et la raison de notre venue, ça n'est pas forcément une bonne nouvelle. C'est la toute première fois que Fide m'envoie faire une telle chose … d'aussi dangereux. Je n'ai aucune expérience dans le sauvetage extrême des gens .. Je veux dire, pas du genre qui pourrait mettre ma vie en danger. D'habitude, je me contente d'aller aider des gens qui sont au bord du suicide, des alcooliques … mais pas des personnes qui se sont fait faire prisonnier par une secte. Voilà pourquoi mon cœur bat aussi vite, aussi fort. Ignorer ma peur serait une bêtise, mais la présence de Fide m'aide à la surmonter et nous marchons main dans la main dans cette église silencieuse, trop silencieuse … le genre de calme pesant après une catastrophe … Mais quelle catastrophe ?
Bientôt, j'entendis un rire gras, puis une porte qui se claque. A la lourdeur du bruit, j'en déduis qu'il s'agit de la porte d'entrée. Heureusement que Fide m'a fait passer par derrière … pensais-je. Je traverse donc rapidement l'église pour finalement découvrir une silhouette assise sur une chaise, de longs cheveux blonds couvrant son visage.

-Ca n'est pas la bonne personne … On cherche une femme. Souffla Fide entre mes lèvres.

Je fronce les sourcils … mais cet homme a besoin de moi. Il ne semble pas en bon état, et une forte odeur de brûlé plane autour de lui.

-Non Rose … proteste Fide.

Je ne l'écoute pas et me dirige vers l'homme … Juste à côté de lui, au sol, un carré de lumière … juste à côté de la partie de son corps brûlé. Enfin … je ne vois pas encore son visage, juste un bras et toute la partie de son torse totalement brûlé … Ses longs cheveux blonds couvrent le reste … Je ne vois donc pas si il est conscient … Si il a les yeux ouverts … Je ne suis même pas sûr qu'il soit encore vivant. Tombant doucement à genoux face à lui, je m'approche malgré Fide qui se tend en moi …

-...Monsieur ? Demandais-je d'une voix un peu tremblante.

Dans le même temps, j'avais levé une main pour la glisser sous ses longs cheveux et aller chercher son pouls du côté non brûlé de sa gorge ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Date d'inscription : 17/05/2016
Messages : 6

MessageSujet: Re: In the name of God... (Asher & Rose)   Lun 19 Déc - 20:01

Je finis par cesser de hurler… dieu sait peut-être au bout de combien de temps, étant donné l’endroit où je me trouvais. En ce qui me concerne, j’en avais perdu la notion. Je supposai que j’avais dû finir par perdre conscience, puisque je rouvrais les yeux… Il faisait noir… Ou du moins, je ne pouvais y voir Le soleil avait dû tourner, et quitter l’axe du vitrail. Ma gorge me brûlait de l’intérieur, et il me semblait bien qu’un gout de rouille en émanait… Le peu de sang que contenait encore mon corps…
Je ne respirais plus non plus. Comme si mon corps était trop accablé pour faire le moindre mouvement…. Je me sentais prisonnier de cette enveloppe charnelle d’ailleurs. Privé de mes sens… Mais qu’en restait-il… ? Mon esprit voguait-il au-dessus d’un tas de cendre ? Etait-ce là, l’errance à laquelle étaient condamnées les créatures de l’ombre ? Du Diable si j’en avais la moindre idée…

Le temps passait… Et répondait petit à petit à ces questions que je n’aurais pas été capable de formuler à haute voix… Notamment en me faisant reprendre de… Moi-même dirons-nous… Ce qu’il en restait… Ma peau… Immobile jusqu’à lors, je me risquai à prendre une inspiration. La première chose que je remarquai fut… Le pitoyable sifflement qui se fit entendre, engendrant derrière lui, une quinte de toux. Le gout de rouille revint, plus fort et écœurant. Mon propre sang, stagnant et aggloméré dans mon corps pétrifié par ce qu’il venait de subir. Le liquide, dont j’avais l’habitude de m’abreuver quand il était encore tiède coulait sur mon menton, il était froid… J’en eus un haut-le-cœur, qui secoua mon corps tout entier. Mes mains se crispèrent sur les accoudoirs de cette chaise… Faisant tinter les chaines que je portais toujours… La mémoire me revenait… J’aurais voulu bouger, mais j’étais tétanisé… Ou plutôt réduit à l’inertie par le manque d’énergie vitale…

Je ne voyais toujours rien, mais j’entendais… Des pas approchaient… Une odeur humaine… Elle suscita en moi, ou plutôt en mon esprit, une réaction agressive d’une part, et prédatrice d’autre part… Il me fallait me nourrir… Mais outre le barrage de mes liens métallique, je n’étais pas en mesure de soulever mon propre corps… Et encore, je n’avais pas réellement tenté de me mouvoir, et encore moins de me déplacer… L’humain, ou plutôt l’humaine approchait… Son cœur battait assez vite pour que je le perçoive, aussitôt eut-elle passé la petite porte dérobée… Sûrement destinée au curé… En pleine possession de mes moyens, j’aurais pu si aisément me fondre dans l’ombre pour m’abattre sur elle… Elle n’aurait même pas eu le temps de produire un son. Mais là… J’étais réduis à l’état de cadavre qu’on ne pouvait même plus qualifier d’animé…

Sa main… Je sens sa tiédeur, bien que plusieurs centimètres la séparent encore de ma peau… J’attends… Mais c’est insoutenable… Je veux son sang, mais pour rien au monde n’accepterais qu’elle me touche…
A peine le bout de ses doigts eurent-il frôlés le creux de ma gorge que je réunis ce qu’il me restait de force pour saisir son poignet, trop vite pour qu’elle puisse reculer, mais pas assez à mon gout, et devoilai brusquement mon visage à demi brûlé, et mes canines sorties dans un claquement de crocs aggressif. Bien que rendus aveugles par le soleil, mes yeux perçants étaient dirigés vers elle… Son sang pulsait dans ma paume… Je sentais déjà mes crocs percer sa chair tendre pour me rendre un semblant de souffle… Mais impossible de bouger davantage… Alors je grondai, devinant à quel point mon apparence pouvait être aussi effroyable à voir qu’à ressentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Date d'inscription : 03/02/2016
Messages : 33

MessageSujet: Re: In the name of God... (Asher & Rose)   Lun 9 Jan - 16:59


Agenouillée devant le pauvre homme, je bravais les interdictions imposées par Fide pour vérifier si il était, ou non, toujours vivant.

-L'absence de pouls ne signifie pas que l'être face à toi est forcément inanimé petite inconsciente ! Siffla la vertu entre mes propres dents.

Mais trop tard. L'homme avait déjà saisi mon poignet. Mon premier réflexe fut d'abord de pousser ce cri de surprise, et de peur … puis ensuite de tenter de dégager ma main. En vain. Ses longues mèches blondes glissant désormais de part et d'autre de son visage, dévoilèrent à ma vue le résultat de ce qui avait été une torture des plus malsaines, me figeant sur place. Le souffle coupé, je ne pouvais défaire mon regard du brûlé. Pas que la vision d'un corps gravement blessé me dégoûte, c'était mon quotidien à l'hôpital … mais le fait que de telles blessures aient été infligées par la main de l'homme me choquait au plus profond de moi. J'avais encore que trop peu de connaissances du surnaturel pour réellement saisir la complexité de la chose … je comprenais juste que des hommes d'église, des croyants et fidèles, se servaient du nom de Dieu pour commettre ces atrocités. Cet homme n'était pas mortel … sinon il n'aurait pas survécu à de telles brûlures. Mais de quel droit pouvait-on punir quelqu'un d'exister ? Tout ça m'échappait et envahissait mon âme d'une profonde mélancolie …

Et ces crocs … Mon regard, sous le choc d'une telle vision, se porta sur ces deux canines aiguisées qui se laissaient voir entre ses lèvres entrouvertes et mon cœur s'emballa sous la peur et la panique. Le claquement de ses mâchoires insuffla à tout mon être un nouveau mouvement de recul mais mon poignet toujours prisonnier m'empêcha d'aller bien loin. Pourtant, je m'étais redressé sur mes pieds, me permettant ainsi de surplomber l'inconnu. Malgré le danger omniprésent qu'induisaient ces deux crocs pointés dans ma direction et mon sang pulsant frénétiquement dans mes veines, l'homme restait quelqu'un qui avait besoin d'aide, faible, blessé, démuni … Je ne pouvais tout simplement pas le laisser seul … si tant est que je parvienne à me dégager de son emprise.

-M..monsieur … Je suis là pour vous aider … j..je ne vous veux aucun mal. Je m'appelle Rose Macguire.

Si ma voix bégayait beaucoup, je déclinai mon identité avec déjà plus d'assurance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Date d'inscription : 17/05/2016
Messages : 6

MessageSujet: Re: In the name of God... (Asher & Rose)   Ven 28 Avr - 20:35


Elle est jeune, je le sens. Les cœurs vivants, ralentissent en vieillissant. Pas suffisamment significativement pour que les êtres qui les portent en aient conscience, mais moi, j’ai eu le temps de mesurer ces choses-là. De comparer, au gré des victimes, les variantes de sons caractéristiques. J’ai de plus en plus douloureusement conscience de mes veines vides qui serpentent dans tout mon corps… Plus encore à mesure que l’adrénaline affole encore ce petit colibri prisonnier de cette cage d’os… La métaphore me fait frémir, et je regrette aussitôt d’avoir pensé si fort, propageant en moi un sursaut qui réveille un peu plus ma chair mutilée. Si seulement j’avais pu l’attirer plus à moi… Apres la douleur qu’un tel effort m’aurait infligé, j’aurais pu commencer à espérer rependre un peu de force en lui volant les siennes… Si pures, que je me sentais presque défaillir, simplement en l’imaginant s’insinuer en moi. Mais tout ça n’était que fantasmes. Dans l’état actuel des choses, je ne pus que resserrer encore ma prise. Tout statufié que j’étais, à l’instar d’une inébranlable figure de marbre, je craignais encore qu’elle m’échappe.

Vas-y, petite jouvencelle terrifiée… Si tu continues comme ça, ton cœur pourrait bien céder comme celui d’une colombe par temps d’orage… pensai-je. Même si, tout désespéré que j’étais, j’avais tout de même conscience de ne pas pouvoir escompter à ce qu’une telle chose se produise. Surtout pas alors que mon aura de charme devait être à mon image… En charpie.

Tout en elle semblait m’évoquer la fragilité d’un oiseau… Mais qu’étais-je, moi alors… ?

Quand sa voix résonne dans la bâtisse de pierres déserte, elle m’agresse. Je suis à vif de toutes les façons possibles, et apparemment, hypersensible au bruit… Sans doute pour compenser mon aveuglement. Je n’ai d’autre choix que de l’entendre, donc… A défaut de réellement vouloir l’écouter. M’aider ? Cette absurdité dessine un sourire abjecte sur mon visage aux muscles apparents sur tout un coté. Je serre les dents à la douleur cuisante qui s’en suit, sans pouvoir réprimer un grognement qui me fait encore tousser… Pathétique. J’en viens à avoir honte de moi-même en éveillant ma propre pitié. Un affreux frisson, souvent avant-coureur du haut-le-cœur me traverse suite à ma toux, mais je parviens à me calmer avant d’en arriver à me ridiculiser à ce point là.

Voilà qu’elle se présentait maintenant. Décidemment, j’allais de surprise en surprise. Même si j’étais bien trop amer pour ressentir cela autrement que comme une mauvaise blague. Amertume qui ne pouvait que ce sentir à travers le coassement méconnaissable qui s’avérait être ma voix.

«M’aider… Ah ! Comment, morbleu ? Je doute fort qu’un humain l’envisage… »

Ma gorge encore irrité et atrocement sèche souffrait d’être encore sollicitée, et manifesta sa réprobation par une autre quinte de toux au gout de métal en putréfaction.

« Ni même le tout-puissant, visiblement… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Date d'inscription : 03/02/2016
Messages : 33

MessageSujet: Re: In the name of God... (Asher & Rose)   Jeu 25 Mai - 19:20

Des atrocités ont été commises dans une des maisons de Dieu … et maintenant que j'en ai conscience, c'est comme si je le ressentais tout autour de moi, dans chaque dalle, dans chaque courant d'air, dans chaque étincelle que faisaient briller les chandelles, dans chaque rayon que les vitraux laissaient passer. Pourquoi, pourquoi tant d'horreurs ? Comment est-ce qu'Il pouvait laisser passer ça ? Moi je ne le pouvais pas. Et aussi faible que je suis, aussi fragile, aussi … petite, je me battrais de tout mon être contre ceux qui bafouent la Foi. C'est pour ça que tu m'as choisi aussi Fide, non ? Pour que la Foi toujours persiste, même dans les moments les plus sombres, parce que c'est le plus important. Alors si certains s'en jouent, je dois aussi veiller que ça ne reste pas impuni. Non ? Au fond de moi, Fide bougonne toujours, mécontente que je me sois ainsi approché d'un être qu'elle juge dangereux pour moi, que j'ai agit contre sa volonté … mais une petite lueur s'est éveillée en elle. Je sais qu'elle est d'accord avec moi.

Mon cœur bat toujours aussi vite, et la peur reste palpable, s'amplifiant même lorsque les doigts crispés de l'immortel resserrent davantage leur prise autour de mon poignet. Je peux sentir mon pouls, frénétique, battre dans mes veines, oppressées par son entrave. Mais je ne dois pas avoir peur, du moins, je ne dois pas montrer que ça. Si moi j'y crois, il y croira plus facilement, j'en suis certaine.
Je finis par prendre une grande inspiration et ferme les yeux. J'ai besoin de toi Fide. Je t'en supplie … aide moi.
La Vertu cédant finalement, je sens bientôt tout son pouvoir planer autour de moi, son aura angélique comme un vent frais de douceur. Je ne tremble plus et mes yeux se rouvrent, plus clairs sous la possession de mon Ange. Même si il ne peut pas me voir je souris, à la fois moi, à la fois Elle.

- Je ne suis pas qu'humaine … répondit-elle de sa voix douce et posée. Et ce qui vous est arrivé n'est pas de la Main de Dieu. Ces hommes répondent à un nom dont ils ne sont pas dignes …

Ma main libre se lève lentement pour aller se poser délicatement sur le dos de celle qui me retient prisonnière. Douce, légèrement froide … tendre. C'est alors un soupire qui s'élève autour de nous. Une voix d'homme, basse … Il ne prononce qu'un nom. Asher. Il le répète plusieurs fois, comme une promesse immuable, dans un souffle léger … Puisant dans l'esprit du pauvre homme, je recherche ces lumières, ces petites étincelles que chacun porte au fond de soi et qui nous empêchent de baisser les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Date d'inscription : 17/05/2016
Messages : 6

MessageSujet: Re: In the name of God... (Asher & Rose)   Dim 3 Déc - 15:29


Pas qu’humaine… En voilà une nouvelle. J’avais eu envie de rire. D’un de ses rires tranchants qui me semblent être les seuls dont je sois encore capable, pour lui dire que si elle était une sorcière, mieux valait pour elle de fuir avant de se retrouver dans le même état que moi, ou que Julianna… Et que si elle était un Ange, elle serait bien gentille d’abréger mes souffrances, puisque de toute évidence, elle arrivait trop tard pour faire mieux. Mais quelque chose dans sa voix me réduit un instant au silence, pour ne pas rire d’elle. Que pourrais-je bien dire de toute façon…? La deuxième partie de sa phrase m’indique qu’elle doit être croyante, ou au moins partisane de Dieu d’une manière ou d’une autre.

“En quoi ne sont-ils pas digne de Dieu? Les créatures comme moi ne sont pas parmi les siens.”

Si elle n’est “pas qu’humaine”, selon ses termes, et au regard de mes blessures, je doute qu’elle puisse s’imaginer que je puisse être humain quant à moi.

“Ainsi… Au nom de quoi voulez-vous m’aider?”

Evidemment, ma méfiance était toujours, et je ne cherchais pas à la cacher. Qu’elle ne s’imagine pas que j’aie baissé ma garde. Mais j’étais moins offensif, et ma question témoignait un réel intéret.

“Et… Pardon, mais… Je ne vois pas comment vous pourriez vous y prendre à moins de sacrifier plusieurs êtres vivants pour sauvegarder mon existence.”

Autant qu’elle le sache. Les dégâts sur mon corps sont bien trop important pour envisager que si je m’abreuve, je puisse rester suffisamment lucide pour garder en vie l’être auquel je devrai ma subsistance.
C’est après avoir posé ma question que j’entends cette voix que je reconnaitrais entre toutes… Enfin que je crois l’entendre, puisque je n’ai pas senti sa présence… Ce qui est impossible normalement, à cause de notre lien de sang… Et… Mes sens sont-ils si détériorés que ça? Peut-être suis-je en plein délire… La douleur et le désespoir font dériver les plus forts d’entre nous…. Mais mon nom revient résonner dans ma tête bourdonnante. Je me crispe, et le cercle vicieux revient. Si je ne suis plus capable de le percevoir lui, d’aucune façon, je suis perdu. Un vampire sans ses sens surdéveloppés est une pâture pour les loups… Même si cette Rose me sauve, dans des condition pareilles, ce sera seulement un semblant de sursis. L’angoisse mord ce qu’il reste de mes tripes.

“Jean-Claude…” Couinais-je pitoyablement de douleur, les doigts tétanisés sur les accoudoirs délabré de ma chaise de condamné. “Tu es là…? C’est… C’est lui qui vous a amenée jusqu’à moi?”

Ma voix, qui s'était brièvement éclaircie perd à nouveau son timbre… Mais mon Éternel Amant est puissant… S’il est là… Peut-être trouvera-t-il un moyen de me faire surmonter ce champ de ruine qu’est devenu mon corps....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: In the name of God... (Asher & Rose)   

Revenir en haut Aller en bas
 

In the name of God... (Asher & Rose)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [DCA 2010] [40k]La force … heu …pas rose (désolé Salgin)
» Problème écran rose sur borne Arcades electronic.
» Epo dragoune rose
» nez rose clignotant....
» tous sauf Rose et les lovabulls !!!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum RPG Fantastique
  • Where we live and die
  • PNJ
  • -
    La date/heure actuelle est Sam 16 Déc - 10:55