Bienvenue sur Lycampire - Forum RPG Fantastique, Invité !
Le groupe des Lycampires est désormais ouvert mais très limité.
Bienvenue dans le Staff à Emily Haas notre nouvelle modératrice <3
Chers lycampiriens, le design est en cours de changement, pour un peu de renouveau ! Le forum reste ouvert en attendant la fin des changements ;).

Partagez | 
 

 As Storm is comming, my heart's pounding

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 376

MessageSujet: As Storm is comming, my heart's pounding   Dim 29 Jan - 17:24



Ses grands yeux bleus… Son sourire, ses cheveux sombres… J’aime bien y glisser mes doigts… Elle veut que je lui appartienne… Elle le dit jamais vraiment, mais je le sais… C’est moi qu’elle a appelé ce soir là… Quand elle partageait la souffrance de cet homme qu’elle aime… Qu’elle se battait contre ce lien qui lui déchirait les entrailles… J’le connais moi ce lien… Cette douleur… Elle m’a embrassé, mais c’était pas moi qu’elle voulait, c’était lui… Sombre et puissant… Je le sais, je l’ai vu… Et j’ai senti son aura… Grisante… J’pouvais pas lui en vouloir à elle… Surtout pas en lisant la peine dans ses grands yeux bleus… L’histoire se répétait… A croire que c’est l’histoire de ma vie… Mais elle avance vers moi… Elle m’appelle à l’aide, juste par la douleur que je lis dans son regard. Elle lève sa main gantée pour la poser sur ma joue. J’peux pas m’y dérober… Ni à son contact imminent, ni à ces deux perles d’océan glacial… Alice… J’essaie de parler, mais aucun son ne sort de ma bouche. Et quand le bout de ses doigts atteint mon visage, mon cœur sursaute… Des yeux bleus, une chevelure sombre, de la douleur sur ces traits que j’ai vus traversés par toutes les expressions de la création… J’ai le souffle court, et mon sang qui pulse dans mes tempes me fait l’effet de coups de marteau… E… Eno…

« Enora… »

Je me réveille en sursaut, hors d’haleine. On pourrait croire que je viens de me taper un sprint… Mais non. J’suis dans mon pieu… Un grand lit… Trop grand… Dans cet appart trop grand, qu’Alice m’a filé pour que je sois pas réduit à crécher dehors… Et sûrement aussi pour me garder à l’œil. Mais je déprime là-dedans tout seul… C’que je donnerais pas pour avoir quelqu’un à serrer dans mes bras… Quelqu’un qui pourrait empêcher ces putains de cauchemar de foutre le bordel dans ma tête. Je soupire en essayant de me reconnecter avec la réalité. Je me redresse péniblement, et passe les mains dans mes cheveux en soupirant pour les ramener en arrière. J’ai fait pas mal de transfusions de sang ces derniers mois… Pour virer tout l’argent que j’avais dans le corps depuis plus d’un an, et pour… Pour que je sombre pas avec son départ… Enfin… J’ai sombré, mais fallait que je me relève. Personne supportait l’idée que je crève. Griffin, mon supposé… Mec… M’a pris la tête pour que je sois hospitalisé, mais… C’est un fantôme. J’le vois jamais. Ca m’a fait de la peine, mais maintenant je m’en fous. Je serre les dents, et je me démerde… En fait, c’est surtout pour Emily que j’ai accepté d’endurer tout ça… Pour elle que je me suis battu… Parce qu’elle le mérite… Parce qu’elle en vaut la peine. Elle me l’a prouvé plus d’une fois… Bref… Ce lien ne devrait plus me faire la misère, et pourtant… J’continue à penser à Elle… Même quand j’ai pas fumé… Ou presque pas. Parfois je me demande si elle aussi, elle pense à moi… Mais c’est complètement con, vu que la dernière fois que je l’ai croisée, elle se souvenait à peine de moi… Pis t’façon, je sais pas où elle est. Elle est peut-être à l’autre bout du monde, à crouler sous le bonheur.

Nouveau soupir.

Je me lève. J’aime pas penser à ça… A combien j’ai pu être naïf de penser qu’elle resterait avec moi… Que tout ça pouvait marcher… Elle était forte, ambitieuse… Puissante. Et moi, que dalle. Ca aurait pas duré… Rageusement, j’enfile un jeans, et le perfecto que m’a laissé… Angel… Comme si je pouvais m’envelopper de son aura, qui me suit jusque dans mes rêves… Il pleut dehors, mais je m’en tape. Je garde le cuir à même ma peau. A peine j’ai passé ma porte que je dégaine une clope, un peu relevée à la beuh… Trop peu pour que je puisse parler de joint. Depuis qu’elle est partie, j’ai pas refoutu les pieds à la plage, ni réellement affronté l’orage… Et ce soir, on dirait que je m’apprête à affronter les deux. Faut que j’arrive à reprendre ma vie en main, maintenant que je suis plus bouffé sur pieds par ce métal de merde… Certains prennent un nouveau départ en se teignant les cheveux.. Moi j’ai changé de sang… C’est plus original… Mais pas moins symbolique, nan ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lignée SiddyLignée Siddy
avatar
Enora K. Siddy
Date d'inscription : 25/01/2017
Messages : 18

MessageSujet: Re: As Storm is comming, my heart's pounding   Dim 29 Jan - 17:40

Give me birth againIl pleut. C'est tout ce dont j'ai réellement conscience. Je le sais parce que je vois embrouillé. L'image est grise, vaporeuse, ombrageuse, complètement floue. Je le sais aussi parce que c'est froid. L'eau percute ma peau et c'est froid. Ça ne me dérange pas. Je suis debout, immobile et la pluie me tombe dessus. Ma robe de nuit rouge est tellement trempée qu'elle me colle à la peau, tout comme mes long cheveux sur mon visage. J'ai l'air d'une statue. Je suis là, perdue, je regarde le vide. Où est-ce que je suis ?

* Il est vieux et crasseux. En plus, il dégage une odeur presque insupportable. Je n'en ai pas envie, mais je n'ai pas le choix. Mes sœurs et moi avons besoin de cet argent. Nous avons à peine manger depuis deux jours et c'est le premier client qui daigne se montrer dans ma ruelle. Je n'ai pas de mal à en trouver généralement, même que je suis très convoitée. Je suis la plus jeune et les hommes aiment ça, les jeunes femmes. Le soucis c'est qu'il y a un maniaque qui rôde depuis un moment dans les rues de Londres et les putes comme moi se font retrouvées égorgées. Les yeux fermés, je le laisse faire ce qu'il a à faire en espérant que.. en espérant rien.. l'espérance est quelque chose de révolue. Quelques minutes plus tard, je ramasse les pièces qu'il laisse tomber au sol et replace ma robe avant de m'enfuir *

C'est la bouche pâteuse que je me réveille avec une étrange sensation de vertige. Ça me prend d’ailleurs quelques minutes avant de me souvenir de l'endroit où je me trouve. Doucement, je reconnais le décor de ma chambre au Sinful Extasy. Bel endroit que Jared m'a si gentillement prêté. Sans vraiment comprendre pourquoi, c'est le seul endroit depuis ma fuite où je me sens bien. Cette pensée m'esquisse un léger sourire. Les minutes passent et je n'arrive toujours pas à reprendre le dessus, comme prise entre le rêve et la réalité. Ce rêve.. il semblait si réel, si significatif.. Je me lève du lit grimaçant de devoir quitter cette chaleur protectrice. Mes pas me dirigent lentement vers le rebord de la fenêtre.. je m'assoie.. je m’assoupis à nouveau..

* La porte se fait défoncer. J'ai beau hurler, il est trop fort, trop puissant. Non.. je vous en supplie.. pas moi.. je ne veux pas mourir.. C'est dans un dernier cri que je sombre dans l'inconscience. Mon réveil est brutal. J'ai mal. Ma gorge me brûle comme si je ne m'étais pas hydratée depuis des jours. Mes sens ne sont plus les même et ça me rend complètement dingue. J'entends le cliquetis de l'horloge comme si elle résonnait à la force d'un gong dans mes oreilles. Pourtant je ne sens plus mon cœur battre. Les mains sur ma poitrine, je tremble. Que ce passe-t-il ? Il approche. FLASH J'ai une coupe dans les mains, je dois boire, absolument tout boire. FLASH C'est du sang. C'est supposé me dégouter, mais au contraire, je me sens renaître. FLASH Mon corps s'enflamme jusqu'à ses tréfonds *

Je m'étais rendormie ? En panique, je plaque mes mains contre ma poitrine. Je calme ma respiration. Oui, il bat encore. Un cauchemar, encore un autre. Dans un soupire de désespoir, je glisse mes mains dans mes cheveux pour les ramener vers l'arrière. Est-ce que cette mauvaise plaisanterie aura un jour une fin ? Il faut que je sorte d'ici, il faut que je sorte de cette chambre pour parler à quelqu'un sinon je vais me rendre folle avec ces images terrifiantes qui hantent mes pensées jours et nuits. Discrètement, je sors de la chambre et quitte le Sinful. À peine quelques pas...

* Jack.. il est mort et c'est moi qui l'ai tué. Merci pour tout et pourri bien en enfer enfoiré ! Un sourire carnassier s'affiche sur mes lèvres. C'est à mon tour de profiter de la vie et soumettre à mes bons désirs tous les hommes qui oseront croiser mon chemin. FLASH Brandon ? Enchantée, moi c'est Enora.. FLASH Je serai ta Reine des Ténèbres, ensemble, nous dominerons ! FLASH Ton frère Elian ? Oui, je peux me jouer de lui sans problème et le rendre fou d'amour. Je causerai sa perte pour ta gloire ! FLASH Un lycan ? Non ! Chien bâtard, puceron galeux, j'ai envie de vomir. Race inférieure. FLASH Amelia.. esclave soumise.. bras droit.. amie.. FLASH Charles ? C'est ce qu'on appelle l'amour ? J'aime bien.. Non.. je ne changerai pas.. FLASH Jared.. un cris perçant traverse l'image en un éclair de lumière vive et poignante. FLASH Jared.. mon corps.. mon cœur.. mon âme.. FLASH Travis ! Ma porte de sortie, ma chance mais aussi ma perte.. FLASH JAREEEEEEED !!!! Son nom résonne dans ma tête. Quelqu'un hurle son nom, un cris du cœur puissant. Je bouche mes oreilles de mes mains, mais je l'entends encore plus fort. C'est ma voix que j'entends au travers des tremblements de mon corps *

Un puissant coup de pied me réveille. Je suis à genou, les mains menottées dans le dos avec de lourdes chaînes reliées au mur derrière. À l'instant où j'ouvre les yeux, mon estomac se vide sur le sol crasseux devant moi, pour le peu qu'il y avait à l'intérieur. Ce cris résonne encore dans ma tête. Jared. ''Tu crois que je n'allais pas te retrouver sale petite garce ? Tu m'as filé entre les doigts une fois, ne compte pas que ça se reproduise'' Doucement, je lève les yeux. Ma vue embrouillée retrouve peu à peu sa stabilité jusqu'à ce que je puisse distinguer le visage dur de Hayden.

Tout me revient en mémoire d'un seul coup. Je faisais des cauchemars et j'avais eu besoin de sortir de la chambre. À peine j'avais tourné le coin de la rue qu'il avait sauté sur moi en me frappant solidement à la tête. Le noir total. Les souvenirs étaient encore hésitants, mais la douleur à l'arrière de la tête me confirmait que c'était bel et bien ce qui c'était produit. Hayden marchait d'un bout à l'autre de la pièce, devant moi, hésitant sur la suite des événements. J'étais incapable de me concentrer sur lui, tellement les images qui avaient défilées dans ma tête quelques minutes avant me paralysaient les sens. Mais qu'est-ce que ça pouvait bien signifier ? C'était comme si je venais de voir défiler la vie de quelqu'un en avance rapide sous mes yeux, mais pourtant j'ai tout ressenti comme si j'avais été là, comme si toutes ces images étaient en fait des souvenirs.. C'est imposs...

*BAM* Un nouveau coup de pied dans le ventre. Celui-ci est si puissant, qu'il me fait tomber à la renverse. Un râle de douleur franchit mes lèvres tandis qu'un ruisseau de larmes se forment sur mes joues. ''Tu vas finir par parler Aurore.. '' Puis, il s'élance. Réaction instinctive, je libère un puissant ''STOOOOOP'' tout en le regardant droit dans les yeux. Oui, il y avait un ton de supplication dans ma voix, mais mon regard était imprégné de colère, avec une flamme affamée dont j'ignorais totalement l'existence, quelques secondes plus tôt. Contre toute attente, le mouvement de jambe de Hayden s'arrête brusquement, comme si mon cris l'avait figé. Dans un rire sarcastique, il recommence son geste. Je ferme les yeux en soupirant de tristesse. Est-ce que j'avais réellement eu l'espoir que ma simple demande aurait suffit à le faire changer d'avis ? Pourtant, le coup tardait à venir. À la place, un grognement de colère parvient à mes oreilles. Lentement, j'ouvre les yeux et les écarquille de surprise. Encore une fois, le mouvement de jambe s'arrêtait avant de m'atteindre. C'était à n'y rien comprendre.

Dans une nouvelle tentative désespérée, je le regarde à nouveau dans les yeux ''Détache moi". La supplique était toujours là, avec toutefois un peu plus d'assurance. Serrant les dents, Hayden grimace de dégoût en venant se placer derrière moi pour me retirer mes chaînes. Quand le bruit lourd du métal tombe au sol, je ramène rapidement mes bras vers l'avant afin de masser mes poignets et les serre contre moi. Ma peau était usée, on pouvait voir de petites cicatrices à force que la peau se déchire et se referme mainte et mainte fois. Le corps tremblant de faiblesse, je me relève sans jamais quitter mon bourreau des yeux. Il semble aussi perdu que moi. Malgré les circonstances, j'avais de la chance de m'en sortir de cette manière. ''Laisse moi partir''. À pas lent, presque malade, je marche vers la seule porte de la pièce vide. Aussi énervé qu'un chien qui a la rage, il me fixe, incapable de me retenir. Un léger, à peine audible, soupire de soulagement franchit mes lèvres. Sans regarder en arrière, je cours. Je rassemble les dernières forces qu'il me reste pour m'enfuir. Je cours. Je ne sais pas ou je vais, je veux juste m'éloigner de lui. Peut-être retrouver cette chambre que j'avais l'impression d'avoir quitté seulement quelques heures avant. Quelque chose me disait qu'un long moment c'était écoulé. Combien de temps ? Aucune idée.


Après quelques heures, je m'arrête. Je ne suis pas à bout de souffle, mais la faim me tenaille. Je regarde autour de moi, il fait nuit noire et je ne sais pas ou je suis. Sur le dos, je n'ai qu'une fine robe de nuit rouge. J'ai bien l'impression qu'il va se mettre à pleuvoir d'une minute à l'autre..

*FLASH Je meurs, je le sens... Je t'aime Jared.. Une vampire, un loup.. un amour unique, impossible. Après tant de péripéties, je vais mourir. La fin de la Reine des Ténèbres est proche.. Je ne veux pas partir.. Jared.. je t'aime.. *

Il pleut. C'est tout ce dont j'ai réellement conscience. Je le sais parce que je vois embrouillé. L'image est grise, vaporeuse, ombrageuse, complètement floue. Je le sais aussi parce que c'est froid. L'eau percute ma peau et c'est froid. Ça ne me dérange pas. Je suis debout, immobile et la pluie me tombe dessus. Ma robe de nuit rouge est tellement trempée qu'elle me colle à la peau, tout comme mes long cheveux sur mon visage. J'ai l'air d'une statue. Je suis là, perdue, je regarde le vide. Où est-ce que je suis ?

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 376

MessageSujet: Re: As Storm is comming, my heart's pounding   Dim 29 Jan - 17:58



Je marche sans vraiment regarder où je vais, parce que je m’en fous. Tout ce que je sais, c’est que je vais à la plage. Pas à la moitié du trajet que j’ai déjà cramé ma clope. Ca m’énerve. J’suis tendu comme pas permis. Tout ce bouscule dans ma tête. Je pense toujours à elle quand le ciel gronde, mais là… Cette nuit sur la plage, à regarder la mer, alors que j’avais aucune idée de qui elle était… Ce massage dans la grotte, ces moments où je la retrouvais dans cette chambre d’hôtel où elle était enfermée, prise de sauts d’humeur… De cette peur de perdre le contrôle de ce qu’il se passait chaque fois qu’on se voyait… Même si moi, je vois mal comment je peux faire vaciller une force de caractère comme la sienne… Enfin… Surtout à cette époque, ou plusieurs hommes de pouvoir ne voyaient que par elle. Et parmi eux, un loup… alors pourquoi moi, la catin à la Gueule d’Ange, j’aurais fait de l’ombre à tous ces mecs, hein ? Moi, le lycan miteux au sang pourri par toute cette dope… Je savais qu’elle avait le pouvoir de me faire morfler de toutes les façons possibles. Même physiquement. Chez les surnat’ être un homme ou une femme ne veut pas dire grand chose quand on parle de force brute… Mais ça n’empêche que… Qu’elle a aspiré cette balle que j’avais pris dans la gorge… Qu’elle m’a sauvé de la noyade, dans le cachot abjecte du roi des tarés dans son royaume de psychopathe… C’est elle qui m’a fait sortir de là… Et puis… Elle a été la première femme à vraiment chercher mon plaisir… Cette douche, je m’en souviendrai toute ma vie… Pour la première fois, j’avais pu perdre la notion du temps, oublier où j’étais, sans l’aide de je ne sais quelle saloperie illicite… Mon dieu… Ca fait trois ans, et je frissonne encore en me perdant dans ce souvenir… Je serre les dents en me rallumant une clope, sans… Aromatisation, cette fois. Pourquoi elle est partie alors ? Pourquoi elle m’a parlé de ce foutu vampire ? Pourquoi m’avoir sauvé autant de fois si c’était pour me laisser agoniser du manque d’elle, en plus de cette merde de métal qui me bouffait de l’intérieur, alors que je venais de me saigner pour pas la perdre ?

Elle voulait que je meurs pour elle… Voir à quel point j’étais sous son emprise… Dans le fond, elle me l’avait dit depuis longtemps, quand on a tissé ce foutu lien de sang… Je l’entends encore…

« Pas de retour possible… Jusqu’à ton dernier souffle mon loup… »

Mes mains tremblent tellement ce souvenir à l’air réel… Tellement j’ai encore l’impression de l’entendre... De sentir son souffle à mon oreille… Mon cœur accélère… Bordel, mais pourquoi tout ça revient maintenant ? J’ai fait du chemin depuis. J’ai survécu… Et mon cœur aussi. Il est vivant, même si j’ai longtemps cru qu’elle aurait dû l’arracher quand je l’avais revue sur cette plage, et qu’elle m’avait craché à la gueule qu’elle en aimait un autre…

Merde… Deuxième clope… Je lève les yeux pour voir un peu où je suis. Parce qu’avec tout ça, j’ai marché sans faire gaffe où j’allais. J’écrase mon mégot sous ma pompe, le souffle court. Je suis tellement trempé que le cuir me colle à la peau. Mes cheveux dégoulinent… Je sens l’air iodé de la mer… Et brusquement, je me fige. Au moment où mes yeux se posent sur une silhouette dont les courbes me frappent comme un uppercut, je sens son odeur, et mon palpitant sursaute. Plusieurs secondes passent avant que je réalise que je suis resté bloqué. Le sang qui pulse dans mes veines me brule. Je peux pas détourner le regard, mais elle me regarde pas. Pourtant, je sais que c’est elle. Je le sens jusqu’au fond de mes tripes… Et qu’est-ce qu’il se passera si elle lève la tête…. Si elle me voit ? Planté là, à quelques mètres d’elle… Est-ce qu’elle va au moins me reconnaitre cette fois ? Sous cette pluie battante, elle a l’air tellement vulnérable… J’ai beau savoir que le froid ne peux pas l’atteindre, elle est si peu couverte que je frissonne pour elle… Mes pieds refusent de m’obéir, et pourtant, mes lèvres bougent, elles… Pour prononcer un seul et unique mot… :

« Toi… »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lignée SiddyLignée Siddy
avatar
Enora K. Siddy
Date d'inscription : 25/01/2017
Messages : 18

MessageSujet: Re: As Storm is comming, my heart's pounding   Dim 29 Jan - 18:04

Give me birth again« Toi… »

Ta voix chaude me tire de ma torpeur. D'état catatonique à sentiment de peur délirante, je me retourne d'un geste rapide et nerveux vers l'origine. Mon corps se place automatiquement en mode défensif, les genoux légèrement pliés, les bras relevés et les dents serrées. Mes respirations sont rapides, profondes et me tirent un soupire audible presque animal à chaque fois. Le battement de mon cœur résonne dans ma tête. Mes cheveux humides cachent une grande partie de mon visage, mais on peut facilement y lire l'intensité de la peur qui empoigne mon corps entier. Il y a tellement eu d'images qui ont défilées dans ma tête que je n'arrive pas à distinguer le vrai du faux, le souvenir de la réalité, le passé du présent. Je ne vois qu'une ombre devant moi. Je sais cependant que ce n'est pas celle de Hayden. Par de petits gestes rapide, je regarde autour de moi, revenant chaque fois vers ta direction. ''Reste là ne t'approche pas"


Ma voix, tout comme mes mains, tremblait. Mais bordel, ou est-ce que je suis ? Un grondement sourd bourdonne dans mon ventre et monte vers ma gorge. La panique ou autre chose ? Aucune idée, mais c'est puissant, trop puissant. Maladroitement, je glisse ma main sur mon visage à plusieurs reprises afin de retirer les cheveux qui n'ont rien à faire là. La vitesse de ma respiration ne diminue pas, tout comme la boule dans mon ventre. Plus je te fixe, plus ma vision s'habitue au climat et je peux distinguer de mieux en mieux ta silhouette. ''Toi..." Sans cesser de trembler, d'une extrême lenteur, mes bras retombent pour venir longer mon corps. Le nœud qui me serrait se relâche doucement pour laisser place à une douleur qui s'émisse dans chacune des veines de mon corps. L'expression physique d'une lourde et profonde tristesse. Blessure du passé, dont je ne connaissais pas la provenance, qui remontait à la surface.


Guidée par l'instinct, j'avance lentement vers toi. Chaque pas ressert l’étau qui détient mon cœur. ''Jared..." C'était ma voix, mais j'avais l'impression qu'elle ne m'appartenait pas. Comme si je prononçais ton nom pour la première fois, tandis que mes lèvres en connaissaient le sens depuis toujours. Hier ou demain, rêve ou réalité, quelque chose me rattache à ici et maintenant.


Arrivée assez près pour sentir ton odeur, un vertige m'enlace. Des centaines d'images m'assaillent d'à peine une seconde chacune. Sans exception, il y avait mon corps contre le tien, blotti dans cette odeur. Je ferme les yeux en poussant un cris pendant que mes mains se plaquent sur mes tempes. Qu'est-ce qui m'arrive ? Ayant peur de perdre l'équilibre, je retire une main de sur ma tête pour la poser sur ton torse. Comme quelques minutes plus tôt, quand j'avais prononcé ton nom, une impression de déjà vu me fait frissonner comme si j'avais posé ce geste des milliers de fois.


Toujours tremblante, je lève la tête vers toi. À l'instant ou nos regards se croisent, un terrible tonnerre gronde et mon corps se paralyse. Le feu de ta pupille. ''Ma tempête" En cet instant, précis, en cette seconde, Aurore n'existe plus. Incapable de détourner les yeux de l'orage fiévreuse de ton regard, je me laisse envahir par le flot d'images, que je sais maintenant être des souvenirs, déferler dans mon esprit. La boule revient dans mon ventre, plus intense et plus douloureuse que jamais. Elle monte vers ma poitrine et maintenant jusqu'à mon cou. Non, la douleur est insupportable. Ma poigne se referme sur le cuir de ta veste. Je suffoque. C'est trop. Trop pour ce qu'un être peut encaisser d'un coup. Une avalanche d'émotions traverse mon regard. Elle est encore, la boule. Elle monte encore. J'explose. Un dense cris franchit mes lèvres. Un hurlement sans nom qui transforme le grognement du tonnerre en une douce mélodie réconfortante. L'expression d'une douleur maladive à faire frémir l'âme la plus insensible. Complètement vide, ma vision se brouille, ma poigne se relâche, je tombe.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 376

MessageSujet: Re: As Storm is comming, my heart's pounding   Dim 29 Jan - 18:20




Tu lèves les yeux vers moi quand ce mot sort de ma bouche alors que je réalise à peine que je l’ai prononcé. Ta réponse me fige encore plus… A croire que j’étais pas encore complètement pétrifié. Ya de l’écho dans mon crâne… L’eau coule sur mon visage, le long de mon dos. Mon froc est à tordre, mais je ne bouge pas, les yeux braqués sur toi, et le souffle aussi court que si je venais de courir le 1000 mètres… Mais que dalle. Mon sang me brûle… Tellement, que par réflèxe, je finis par baisser les yeux sur mes avant-bras, qui, il y a peu, étaient encore salement mutilés par les traces de ma séquestration, qui remonte pourtant à presque deux ans. A cette pensée, des flashes me font tressaillir, et je secoue la tête, comme si on pouvait dissiper ça comme un nuage de fumée… Mais j’ai mal bordel…

On aurait pu penser que le temps s’était carrément arrêté. D’ailleurs, je sais plus si mon cœur fait le mort, ou s’il bat trop vite, quand tu prononces toi aussi ce mot… Et là… Tu bouges… Pire… Ou… Mieux encore… Tu approches… Mes poings se serrent, et mes jambes tremblent… Ma gorge se serre. Je sais même pas si j’ai envie de courir vers toi, ou de partir en courant… Si je veux que tu me touches… Que tu me fasses reprendre conscience de mon corps immobile, ou si au contraire, je devrais faire tout ce que je peux pour t’en tenir éloignée… Mais je suis captivé… Tu sembles à la fois inébranlable à marcher sous ce déluge… Et en même temps tellement fragile… Mais je ne bouge pas… Suspendu à… A toi… Et… Nom de dieu… Mon prénom… C’est lui qui franchit tes lèvres… Je défaille J’ai presque l’impression que je vais encore me réveiller en sursaut, tellement j’me sens… Trop bizarre… Tout ça est surréaliste. Ce surnom, c’est le tien. J’aurais jamais laissé quelqu’un d’autre m’appeler comme ça.

Alors que tout était ralenti, que seuls nos murmures venaient troubler le brouaha de la pluie qui s’abattait sur le sol, tu te mets à hurler. C’est là que la statue que je suis sort de sa paralysie, et que je fais moi aussi un pas en avant. Cette peine, je la connais… Je me revois, sur mon canapé comme une pauvre loque, à l’agonie… Cette douleur physique, cette angoisse… Loin, très loin dans mes souvenirs, je revois Alice aussi… Ou plutôt, je l’entends me supplier de ne pas la laisser seule avec sa souffrance… Ses sanglots. Mais je ne vois que toi. Toi, qui t’effondres sous mes yeux. Mon cœur rate un battement, et je tombe à genoux devant ton corps inerte.

« Bordel… Pas encore… C’est pas possible… »


J’essaie de repousser ces souvenirs, mais ça sert à rien. Je pourrai pas oublier cette nuit effrooyable, où après avoir enfin réussi à me sortir des griffes du psychopathe missionner pour me punir, je t’avais retrouvée morte. Toi… Morte pour de bon… Une boule dans ma gorge, se forme, et enfle de seconde en seconde. Je vire mes cheveux d’un geste rageur de devant mon visage, et te prend dans mes bras, et je me relève, les épaules bandées par la tension douloureuse du souvenir… Toi morte, j’allais forcément y passer moi aussi, puisqu’on avait lié nos existences. Je t’avais donc donné ce qu’il restait de sang dans mon corps en espérant que tu te relèves… Et surement que si Vipera et Kalia m’avaient pas retrouvé, cette nuit là je serais resté sur le carreau… Bref. En te soulevant du sol, le premier truc qui me vient, c’est que t’as perdu du poids. J’en suis certain. Mais d’où tu viens pour être dans cet état ? Dans cette tenue ? Et puis… Quelqu’un te cherche peut-être… En fait, en y repensant, depuis que je te connais, y a pas une fois où on s’est vus sans que tu sois fugitive… Et donc, moi aussi je l’étais du coup… L’instinct de mon loup se met en marche, au cas où quelqu’un se mettrait à nous suivre… Mais je sais même pas si j’aurais été capable d’avoir  une réaction rationnelle… Mais trop mal à la tête, tellement ça se percute…

Par réflexe, je reprends la direction de mon appart. Je sais que c’est con, si jamais, effectivement quelqu’un devait me suivre. Mais je sais aussi qu’Alice réagira. Elle l’a dit. Elle me loge, et je dois me sentir en sécurité. J’ai bien pensé au Sinful Extasy, mais y a trop de passage là-bas, et même si j’ai confiance en Angel, j’ai pas envie de le solliciter tout le temps. Il a des trucs à gérer de son coté. Assez sans que j’en rajoute constamment. Je fais vite. Je sais pas si ça joue sur ton état, mais ça me stresse que tu sois comme ça, dehors. Inconsciente, à la merci de tout et n’importe quoi.

Je sais pas trop par quel miracle j’arrive à ouvrir la porte. J’entre, sans me soucier de la flotte qui dégouline allègrement par terre. Je vais direct à ma chambre. Le lit est plus confortable que le canapé en cuir. Plus moelleux, et plus facile à réchauffer. J’arrive pas à calmer ma respiration, et je sais parfaitement que c’est pas à cause de l’effort. Sur le coup, je me dis que ce serait mieux si tu te débarrassais de ce tissu détrempé. Même si tu peux pas être malade, c’est plus agréable… Mais j’ose pas… Je préfère attendre que tu te réveilles… Je file dans la chambre d’amis, choppe une couverture épaisse, et te couvre jusqu’aux épaules. La chaleur, ca fait toujours du bien, et puis… Elle est douce cette couverture.
Complètement en pilote automatique, j’enchaine les gestes… Et une fois à cours d’idée, je me pose sur une chaise près de la fenêtre… Mais je tiens pas en place, j’ai envie d’une clope… Et puis ca te laisserait peut-être le temps de revenir à toi un peu plus zen…’Fin, c’est toujours flippant de se réveiller sans savoir où on est, avec quelqu’un de planté dans la piaule… Je connais trop ça… Alors finalement je me relève, choppe la guitare que m’a offert Sasha, et je vais au salon avec deux paquets de clopes. Pas danger que je loupe ton réveil… Mon loup est à l’affut…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lignée SiddyLignée Siddy
avatar
Enora K. Siddy
Date d'inscription : 25/01/2017
Messages : 18

MessageSujet: Re: As Storm is comming, my heart's pounding   Mar 31 Jan - 22:18

Give me birth againJ'ai beau ''dormir'', cette douleur autant physique que mental ne me laisse aucun répit. Si je le pouvais, je prendrais ma tête à deux mains en hurlant tellement la pression est trop forte. Pourtant, je reste allongée, inerte. C'est confortable. Ça sent bon. Une odeur familière, une odeur réconfortante. Le simple fait de réaliser que cette odeur me fait du bien, me procure un mal de chien. C'est maintenant que je réalise qu'il est impossible de refouler sa vraie nature éternellement. C'est impossible de nier ses sentiments, de nier qui on est réellement. À force de fermer les yeux, ça finit par te bouffer de l'intérieur. Au début, c'est que des titillements. On les repousse facilement du revers de la main. Ensuite, des petites voix, comme une conscience perchée sur ton épaule qui te murmure que c'est l'autre chemin qu'il faut prendre, mais encore une fois, tu l'envoies balader parce que la peur prend le dessus. Cette putain de peur qui contrôle tout. Tout finit par te retomber dessus en puissance mille. Karma is a bitch. Je dois bien le savoir, je suis son porte-parole.

J'ai mal. Je m'arracherais la peau si je le pouvais pour laisser sortir cette douleur compressée. Pourtant, je ne bouge pas, les yeux clos, comme si je dormais paisiblement. Ma tête ne pouvait le supporter, mais mon corps et mon cœur luttent toujours. Je revois ces dernières années défiler en marche rapide. Difficile de croire que c'est ma vie à moi. Difficile de croire que tout ça est possible. Difficile de croire que je sois encore vivante. Quoi que vivante est un euphémisme.

Je revois mon ange se faire torturer et j'ai mal de l'avoir vécu. Je revois mon ange me prendre dans ses bras et j'ai mal de l'avoir perdu. Je revois Hayden me détruire et j'ai mal de m'être perdue.

Hayden. Son nom seul suffit à me rendre malade. Je me revois enchainée. Il est là, il me frappe. Il veut que je lui avoue, mais je ne sais pas de quoi il parle. Maintenant je sais. Mon corps se met à trembler. Je sens le fin tissu collé sur ma peau bouger donnant une sensation désagréable. Ma respiration se saccade. Il m'étrangle. Je n'arrive plus à respirer. Je suffoque ''Nooooooon'' Dans un cris de terreur, je me redresse en position assise. ''Arrête.. je t'en supplie.. j'en peux plus..'' Dans un geste de panique, je porte immédiatement mes mains à ma gorge puisque j'étais incapable de respirer. Réalisant peu à peu que rien ne me prenait, je relâche la prise. Les larmes coulent abondamment sur mon visage pendant que je regarde autour de moi. Mais où est-ce que je suis ? Mon corps tremble toujours autant et mes muscles sont tellement contractés que ça en est douloureux. Je passe mes mains sur mon visage pour retirer les cheveux qui sont restés collés.

Cette musique. Ma respiration se calme et je peux entendre cette musique. Je sais que c'est lui qui joue. Peu importe la chanson jouée, je pourrais le reconnaître entre mille. Un flot d'émotions m'envahit. Oui, je me souviens de tout et.. putain que ça fait mal.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 376

MessageSujet: Re: As Storm is comming, my heart's pounding   Dim 5 Mar - 5:35


Les morceaux s’enchainent, et sa présence me martèle l’esprit. C’est à peine si j’arrive à voir mes doigts sur le manche de ma guitare. Elle est vivante, je le sais. Je le sens. Elle dort… Enfin… Un truc qui ressemble à ça. Si le lien entre nous a morflé quand elle est partie, à cause de la distance, et peut-être d’autres trucs… Le sang que j’ai reçu pour me sortir de la spirale d’agonie à la con dans laquelle j’étais enfermé… Bah là, sa présence dans ma maison me met le feu au sang. Les veines dans mon cou battent, et c’est normal pour un être vivant. Mais là, j’en ai anormalement conscience. Comme si c’était lié au fait qu’elle se trouve là, dans ma piaule… J’essaye de me concentrer sur mon souffle, pour rester calme. Je commence un nouveau morceau Et c’est d’ailleurs quand je pense à ça que je sens qu’elle s’agite. Mes épaules se tendent tellement, que ça me fait l’effet d’une décharge électrique dans tout le dos… Je serre les dents, et attrape une clope, et tire dessus, avant de poser ma voix sur les accords, sans trop pousser le volume. Je savais qu’elle m’entendrait. Comment ? Pourquoi ? J’en sais rien… Mais je le sais, ça aussi. Et une partie de moi est convaincue qu’elle est pas prête à me voir… Pas tout de suite. Mon cœur s’énerve malgré la cigarette. Je pense vaguement à prendre un truc plus fort, mais je sais qu’elle aime pas ça… Ca va juste me rendre dingue ce truc… Je finis Haunted Le morceau d’Evanescence, que j’ai repris à ma tonalité. Quand la dernière note s’évanouie, je pose ma gratte sur son socle, et m’étire, pour gagner un peu de temps et me décider à savoir si le moment d’aller la voir était venu ou pas… Au bout de quelques secondes de débat intérieur qui me semble durer des lustres, j’écrase ma cigarette avec plus de force que nécessaire dans le cendrier sur la table basse, et passe à la cuisine pour prendre un verre. J’y verse de l’eau fraiche. C’est bien ça… Un prétexte bateau… Sans grande interprétation possible. Une attention courtoise qui permettrait d’amorcer une conversation si nécessaire. Mon souffle est trop court quand je prends le couloir qui mène aux chambres… Profonde inspiration… Longue expiration… Je suis planté devant la porte. Je fais quoi maintenant… ? Je frappe ? Je parle à travers le battant ? C’est là que je me rends compte que c’est pas dans mes habitudes de me torturer les neurones avant de faire un truc… Parce que c’est stressant, et ça m’énerve. Si je continue comme ça, le verre va me péter dans la main, et ça va pas calmer le jeu. Elle doit être sur les nerfs aussi… Bon. Infoutu de me décider, je frappe, et dit, assez fort pour que mes paroles soient claires, sans donner l’impression que j’ai envie de mordre quelqu’un.

« Enora…. C’est Jared… »


Je sais qu’elle a senti ma présence… Mais est-ce qu’elle est suffisamment en possession de ses moyens pour me reconnaitre ? Est-ce qu’elle a seulement envie de me voir, moi ? Vu comment elle a réagi dehors, j’en sais foutre rien. Tout ce que je sais, c’est qu’elle était en état de choc… Et je sais pas vraiment comment gérer ça, moi. Sur le coup ça m’a semblé évident de l’emmener ici… Mais est-ce que c’était vraiment une bonne idée ? C’est un peu tard pour se poser la question. Je suppose que c’est plus qu’une question de secondes avant d’avoir la réponse. D’ailleurs, en parlant de réponse, j’attends la sienne, sans oser entrer… On sait jamais… Je voudrais pas la brusquer…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lignée SiddyLignée Siddy
avatar
Enora K. Siddy
Date d'inscription : 25/01/2017
Messages : 18

MessageSujet: Re: As Storm is comming, my heart's pounding   Lun 20 Mar - 21:10

Give me birth again
Évidemment que je sais que c'est lui. Comment aurait-il pu en être autrement ? Son odeur flotte partout dans l'air, autour de moi, elle me colle à la peau. Cette musique, cette voix, elles ne peuvent que lui appartenir. J'ai soif, j'ai faim. Je ne me souviens même pas de la dernière fois que j'ai eu la chance de me mettre quelque chose sous la dent. Mon corps me hurle qu'il a besoin de se subsister, mais ma tête voudrait bien le résonner et lui faire comprendre qu'il faut absolument partir d'ici. Comme si c'était pas assez mon coeur joint la partie servant d'ancre. Comment pourrais-je m'enfuir ? Impossible. Pas pendant que tu es juste là, derrière la porte. J'ai mal comme jamais je n'ai eu mal auparavant, du moins pas sous cette ordre. Malgré ça, je reste là, avec le flot de souvenirs qui me chavire à chaque respiration que je prends alors que ton odeur si réconfortante me caresse.

Moi qui a toujours repoussé le principe des émotions, voilà que l'accumulation de toutes ces années me rattrape. Comment les gérer ? J'ai toujours eu l'habitude de les éloigner du revers de la main ou bien de mordre dedans à pleine dents pour les égorger et les faire disparaître pour de bon. Pourquoi là je ne peux pas ? Pourquoi là je n'y arrive pas ? C'est comme si les événements des dernières années m'avaient affaiblie. Je ne serais présentement pas en mesure de pouvoir nommer chacune des émotions qui me torture l'âme, mais je peux clairement les ressentir en leur totalité, comme des dizaines de balles de bois bien distinctes que j'aurais d'enfoncer un peu partout dans le ventre et dans la poitrine. Étrangement, il y en a quelques unes de loger tout autour du coeur, en le frôlant, en le narguant, sans vraiment l'empoigner. Pourquoi le faire ? La torture se terminerait et tout le plaisir qu'en tire cette salope de vie s'envolerait. Évidemment, pas question de m'épargner.

''Je sais que c'est toi.. Entre.. je suis dans ta chambre après tout..''

C'est en prononçant ses paroles que je me rend compte que je n'ai rien avaler depuis des jours tellement ma gorge est sèche et me brûle terriblement. Par réflexe, je porte ma main vers celle-ci en grimaçant. Je grimace encore plus. Mes membres me font mal comme si je ne les avais pas bouger depuis un moment. Ce que je peux détester me sentir faible comme ça. Encore plus sachant que tu n'es pas loin. Je me sens sale. Mes cheveux sont en bataille. Les images me reviennent peu à peu. Sous la pluie, après mon évasion. Seule. Toi qui arrive... cette douleur. Le noir.

Je vois la porte s'ouvrir lentement et instinctivement je baisse la tête. Je me sens totalement incapable de soutenir ton regard et au fond je ne sais même pas pourquoi. Parce qu'en vérité, l'une des balle en bois qui me ronge le plus l'intérieur est ce sentiment de rancune. Cette colère de ne jamais t'avoir vu franchir la porte de ma prison pour me venir en aide. D'avoir hurler ton nom pendant des jours, jusqu'à en perdre la raison.

Mon coeur commence à débattre. Je ferme les yeux et prend de grandes respirations. Ça suffit, je dois prendre le dessus sur moi, sur ces émotions de merde.

Vu mon apparence du moment, je garde la tête baissée, gênée que tu puisses me voir ainsi et remonte lentement la couverture pour me couvrir, le corps tremblant de famine, de tristesse et de colère.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Jared Carter
Date d'inscription : 05/10/2014
Messages : 376

MessageSujet: Re: As Storm is comming, my heart's pounding   Jeu 6 Avr - 19:33


Quand j’entends ces mots… Ta voix… Je pousse la porte de la pièce avec autant de précaution que si j’avais pas été chez moi… Et… sitôt le battant ouvert, j’ai l’impression de suffoquer… Cette brûlure me saisit. Je la connais, même si cette fois, elle vient pas de moi. J’approche lentement, en faisant gaffe à pas faire trop de bruit. Quand je suis tendu, j’aime pas quand on fout le bouge autour de moi, alors là… Je fais pareil. Je pose le verre, et te regarde quelques secondes… A mes yeux, tu avais toujours été magnifique… Mortellement sublime. Et aujourd’hui ca ne change rien… Tu as seulement… Souffert depuis la dernière fois que je t’ai vue… Quand tu partais avec ce type…. Parce que… J’ai cru t’apercevoir entre temps… Mais…. Bref. T’étais pas toi.

Sans rien dire, je ressors de la chambre, pour aller à la cuisine. J’avais passé pas mal de temps sans pouvoir chasser à cause de mes blessures d’abord, et du contre coup de ce lien de sang en ton absence. Au bout d’un moment, j’avais même plus eu faim. Je passais mon temps à fumer. C’était vraiment pathétique. Heureusement que des gens de mon entourage avaient fini par me mettre un sérieux coup de pied au cul quand j’en ai eu marre de me battre pour survivre. Parce qu’au fond, c’est à ça que ma vie se résume : survivre. Bref. Et même encore maintenant, même si je suis sous traitement et que ça a l’air de marcher, Primo c’est expérimental, deuzio, je reste intolérant puissance 10 à l’argent. Me faut rien pour faire une rechute… Et comme je sais qu’une galère est vite arrivée, j’ai toujours des grosses pièces de viande dans mon frigo. Pas de chair humaine, bien-sûr… On est en guerre. Les flics cherchent à comprendre d’où viennent tous les bains de sang qui fleurissent partout, et j’ai pas envie d’avoir à justifier ce genre de truc… Inexcusable pour l’éthique humaine. Pas le temps de dire « ouf » que je me retrouverais avec une balle dans la tête… Et avec tout ce que j’ai traversé, ca ferait la même impression qu’un genre de « Tout ça pour ça… » Alors je fais gaffe.
Je prends un plateau, et depose dessus une côte de bœuf. Ca se trouve facilement, et même acheté en grande quantité, ça fait tiquer personne. Tu es hybride. Ta bête devrait apprécier. Quand on a la dalle, on fait pas la fine bouche. Et puis… Elle est bien fraiche ma barbaque. Je la fait même pas cuire. Les loups aiment avoir quelque chose de taille à user leurs crocs. Je reviens avec ca, et le pose prêt de toi.
« Yen a d’autre si tu en veux plus. » Prévins-je calmement, en essayant de garder ma voix aussi neutre que possible. « Tu peux me dire aussi, si tu préfères que je t’amène des couverts. »
Encore une fois, je suis dans l’attente… Après elle. Pour l’instant présent, et plein de trucs passés. C’est sûr qu’on a un tas de trucs à se dire, mais… On se sent toujours moins tendu quand on n’a pas la dalle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lignée SiddyLignée Siddy
avatar
Enora K. Siddy
Date d'inscription : 25/01/2017
Messages : 18

MessageSujet: Re: As Storm is comming, my heart's pounding   Jeu 13 Avr - 23:20

Give me birth again
Même si je n'ose pas te regarder, je peux sentir ta présence est ça me fait l'effet d'un coup de canon dans le ventre. Je ne me suis pas sentie vulnérable souvent dans ma vie après la mort, mais on dirait que ça devient une mauvaise habitude depuis quelques temps et je ne cacherai pas que ça m'énerve au plus au point. Habillée de guenilles comme une mendiante, sale, la mine en miette. Je dois sans doute te faire pitié. Les mains légèrement tremblantes, je maintiens fermement la couverture contre moi pour me dissimuler le plus possible.

Quelques secondes à peine et tu es déjà reparti. Sans doute que je te fais honte. Sans doute que c'est aussi pour cette raison que tu n'es pas venu me chercher. La vie t'a semblé plus facile sans moi. Ça suffit bordel! La Reine des Ténèbres ne devrait pas avoir de telles pensées. Je devrais être forte, envoyer balader tous ces minables qui n'ont aucune valeur à mes yeux, au pire les écraser comme les insectes qu'ils sont tous. Je n'ai pas besoin d'eux, je n'ai pas besoin de personne. De personne sauf toi. Non, je n'ai pas non plus besoin de toi. Je ne veux pas avoir besoin de toi. Je ne veux plus avoir besoin de toi.

Au moment où je me dis que c'est le moment pour moi de partir, tu reviens dans la chambre avec.. avec.. mes yeux s'agrandissent, mon corps se crispe. Ma tête se tourne lentement vers le morceau de viande saignant que tu viens d'apporter. Tous mes sens réagissent immédiatement. Le sang dans mes veines se met à bouillir, tellement fort que ça en est douloureux. Mes pupilles s'élargissent et mes crocs prédominent dans ma bouche qui salive déjà abondamment. Mes mains tremblent et mon coeur palpite comme le ferait celui d'un junkie en manque devant une seringue pleine. Intimidée par cette soif, par ce désir ardent de déchiqueter cette pièce, j'avance et recule la main à quelques reprises en direction du repas pour finalement prendre le plateau et le poser sur mes jambes une fois que je me redresse en position assise dans le lit.

Les mains toujours aussi tremblantes, j'attrape le tendre morceau entre mes deux mains et lève la pièce doucement jusqu'à mes lèvres. À l'instant précis où ma langue entre en contact avec le délice ferreux, mes pupilles virent à l'envers et tout mon corps se contracte douloureusement. Cela faisait maintenant plusieurs jours, semaines que je n'avais absolument rien avalé. Un lueur sombre me passe dans les yeux et je lève un regard rempli de gratitude vers toi. Ce regard qui me semble durer une éternité, se termine pourtant à peine quelques secondes plus tard car mes paupières se ferment et je plonge comme une bête déchainée sur la nourriture qui me procure une extase que je ne saurais décrire. Je n'ai sans doute plus du tout l'allure humaine les quelques minutes que durent le repas, et bien franchement je n'en ai cure. Mon corps en avait tellement besoin. Ça ne valait évidemment pas un corps humain, mais dans mon état, impossible de faire la fine bouche. De toute façon, je sais que tu n'irais pas enlever un humain simplement pour mes caprices culinaires. C'est alors que j'ai une pensée pour Amelia... Mes souvenirs remontent... ça fait mal !

Je termine rapidement le morceau de viande et repose le plateau là où tu l'avais mis au départ et je m'essuie grossièrement le visage avec le dos de ma main. Il me reste encore beaucoup de sang sur le visage, mais je m'en moque. Après tout, je suis une lycampire non ? Ça fait partie de ma nature, à prendre ou à laisser.  

''Merci pour la nourriture, je te revaudrai ça dès que j'aurai récupérer mes trucs..''

Que faire maintenant ? Rester là à attendre ? À attendre quoi au juste ? Je me sens un peu mieux avec l'estomac plein, du coup, beaucoup plus lucide. Ce qui me frappe est que cette douleur tenante dans le ventre ne provenait pas de ma faim, mais bel et bien de ta présence, de ton odeur, de ta chaleur, de mes souvenirs... de ma souffrance de ton absence. Encore une fois, sans que je ne puisse le contrôler, mes yeux se remplissent de larmes, mais je serre les dents. Je ne veux pas me mettre à pleurer encore, je ne veux pas que tu aies pitié de moi... encore !

''Écoute Jared.. je.. merci pour ça.. mais je crois que.. qu'il vaudrait mieux que je parte..''

Je détestais le sentiment d'avoir l'impression d'être un boulet et encore plus auprès de toi. Tu es ma malédiction. D'un bond, je me lève du lit, mais c'est seulement une fois debout que je me rend compte que je ne suis pas du tout en état de pouvoir aller me balader. Je perds l'équilibre et retombe sur le lit.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: As Storm is comming, my heart's pounding   

Revenir en haut Aller en bas
 

As Storm is comming, my heart's pounding

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Cadaver Heart
» Team : Heart of Rathalos (ouverte à tous)
» Arcana Heart / Arcana Heart Full (pcb)
» ► You can't break... my heart ! • Olivia Wilde
» [LION HEART] Sanae Challenge ! FUSION
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum RPG Fantastique
  • Where we live and die
  • Your Refuge
  • Home Sweet Home
  • -
    La date/heure actuelle est Ven 22 Sep - 17:36