Bienvenue sur Lycampire - Forum RPG Fantastique, Invité !
Le groupe des Lycampires est désormais ouvert mais très limité.
Bienvenue dans le Staff à Emily Haas notre nouvelle modératrice <3
Chers lycampiriens, le design est en cours de changement, pour un peu de renouveau ! Le forum reste ouvert en attendant la fin des changements ;).

Partagez | 
 

 Got you on my skin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Got you on my skin   Dim 12 Mar - 11:03

Danno Mori dit l'Okami

 
Got you on my skin

 
Fiche d'identité :

 
Informations Générales

 
Âge Humain :
entre 35 et 37 ans
 
Âge Surnaturel :
624
 
Date de Naissance :
8 mars à la fin du XIVe siècle
 
Lieu de Naissance :
Nirasaki
 
Lieu de Résidence :
Londres
 
Métier/Études :
Tueur à gages
 
Orientation Sexuelle :
Bisexuel
 
Statut Civil :
Inexistant (utilise une multitude de faux noms)
 
Nourriture :
Chaire humaine
 
Moyen Financier :
Aisé
 
Groupe :
Lycanthrope
 
Rang :
Péché
 
Avatar :
Hiroki Narimiya
Je suis un :
Scénario
Code du règlement :
Ok par Vip
Code à remplir :

Code:
[size=22][color=#B61C2E]•[/color][/size] Hiroki Narimiya [color=#ffffff]Ϟ[/color] [url=http://lycampire.forum-canada.com/t838-got-you-on-my-skin] Danno Mori [/url]

 
Personnalité :
Caractère

On dit de lui qu'il est irrécupérable, il n'hésite pas à se servir des autres pour arriver à ses fins et ce sans aucun remord. Il est cruel, sadique, de nature dominante et d'autant plus frustré lorsqu'il ne parvient pas à asseoir sa domination. Il pense à son propre plaisir sans même imaginer à ce que peuvent ressentir les autres. Il ne pense jamais sincèrement à autrui si ce n'est faire semblant pour atteindre ce qu'il recherche ou le manipuler selon ses arrangements. Il utilise sans hésitation la manière forte pour se faire respecter.
 
Caractéristiques

Danno a quelques tatouages datant du temps où il était yakuza, sa peau est plutôt foncée pour un japonais et ses cheveux sont noirs parfois châtain foncés, il arrive de trouver des photos de lui blond lors de ses changements d'identité. Ses yeux sont très foncés presque noir.
Son loup est entièrement noir au poil un peu plus long que les autres.

 
À propos de moi
Bonjour ! Mon surnom est Sara, j'ai 18 ans et je suis française. J'ai connu le forum grâce à Reed's family et je le trouve toujours aussi cool Owi. J'estime mon niveau de rpgiste à 5/10. Ma plus grande passion est l'audiovisuel. Je m'engage évidemment à respecter le règlement et le contexte de Lycampire. Le mot de la fin ? Oh mon dieu Dannooooo Fou Fou Fou

 
 
Mon Histoire

 
Je suis né un 8 mars à la fin du XIVe siècle sous la période Muromachi à Nirasaki, village à l'ouest de Tokyo. Ma famille n'était rien... et je me souviens à peine du visage de mon défunt père. Je ne vois plus que ses mains usées par le travail taper sur des morceaux de fer rouges comme la lave. Je me souviens de la chaleur infernale, de sa silhouette sans vie qui répétait machinalement le même geste, et il n'y a rien autour. Le néant. Famille misérable, existence insignifiante. Je remercie le ciel de les avoir fait disparaître. J'avais 17 ans, une bande de brigand s'était attaqué à la vieille baraque de mon père et avait assassiné ma famille. Tout ça pour quelques matériaux. Moi, je m'étais enfui par la porte arrière et réfugié dans la forêt. J'ai vu les flammes de l'enfer prendre ce qui avait été ma maison mais je n'avais ressenti ni tristesse, ni regrets. Aucune larme, aucun tremblement, ni peur. Ils étaient morts, et je me sentais libéré. Personne ne se souviendrait d'eux... mais moi... j'ai décidé à ce moment là que moi... Personne ne m'oublierait.
Quand ils sont repartis, je suis allé voir entre les corps calcinés si je pouvais trouver des restes intéressants. J'ai revendu les matériaux encore intactes que les brigands n'avaient pas pris et les katana qu'ils n'avaient pas pu emporter. J'en ai gardé un. Une poignée en bois magnolia peinte en noir et bandée de soie pourpre, une garde forgée à partir d'un alliage de cuivre et de fer, et une lame d'acier luisante. Le fourreau était composé du même bois et peint de la même couleur, même tissus noué à son extrémité supérieur, là où pénétrait la lame.
Avec l'argent que j'avais récolté, j'avais pu m'acheter à manger et louer une chambre dans une auberge durant quelques jours mais il fallait que je gagne plus alors j'avais commencé à errer sur les routes comme un vagabond et à voler les voyageurs. Mon père m'avait appris à manier le sabre quand j'étais enfant. Les mains sur le manche, je me sentais pousser une force surhumaine, une sensation d'invincibilité m'animait... il y avait en moi comme une flamme qui attisait mon corps. J'étais puissant. C'était ce sabre qui m'avait permis de survivre et qui avait fait mon nom. Dans la région de Komagane où je m'étais arrêté quelques mois, le bruit courrait qu'un bandit solitaire dépouillait les voyageurs... mais le loup ne se méfie pas de lui-même.
J'ai vite compris que si je voulais m'enrichir plus, je devais m'entourer. L'année de mes 20 ans j'avais monté ma petite bande à Komagane, on cambriolait des voyageurs et des marchands qui se déplaçaient d'un village à l'autre. En trois ans on avait récolté une petite fortune sans compter ce qu'on avait déjà dépensé. Ces gars m'avaient bien servis mais je n'avais plus besoin d'eux alors dans la nuit qui précédait notre départ pour la région voisine je les ai tués et je suis parti pour Kyoto avec l'argent. Et la première chose que j'ai faite en arrivant là-bas... c'est prendre un bain. Deux jours et demi de marche à me trimballer plusieurs sacs de pièce d'or en plus de la poussière, la terre et mes vêtements tâchés de sang. Par chance, à la fin du premier jour j'étais tombé sur un marchand en charrette qui transportait des légumes, vous devinez la suite de l'histoire... J'ai pris ses vêtements et son matériel puis j'ai abandonné la charrette et le cheval à quelques kilomètres de Kyoto. Je me suis installé dans une auberge plus modeste que les dernières que j'avais visitées puis j'ai acheté pour quelques pièces d'or une vieille cabane dans les bois où j'ai enterré le reste de mon or. Il ne m'a fallu que quelques heures d'adaptations pour reprendre mes vols mais je voulais être plus, je ne voulais plus n'être qu'un petit brigand qu'on méprise, je voulais m'élever. Plus que d'être respecté, je voulais être craint et redouté.
J'avais enfin trouvé la solution. Une nuit de pleine lune, le voyageur que j'avais attaqué possédait une force surhumaine, ses sens étaient décuplés, sa vitesse multipliée. Il m'avait plaqué contre un arbre et enfoncé ses griffes dans mes bras mais je n'ai pas crié. Je l'ai regardé droit dans les yeux, son regard animal changea soudainement, il me lâcha. Je lui ai demandé qui il était malgré la douleur qui me lançait dans le bras, je ne flanchais pas, je refusais de m'abaisser face à ce nouvel adversaire. Il me dit qu'il était un lycanthrope, moitié loup moitié humain. Il y avait une meute qui dirigeait la région, après la blessure qu'il m'avait infligée, il me conseillait de le suivre si je ne voulais pas mourir d'ici demain à cause de cette blessure. Lorsqu'un loup mort ou griffe un être humain celui-ci n'a plus qu'une journée à vivre s'il ne mange pas de chaire humaine. Les lycanthropes... des êtres surnaturels dotés d'une puissance surhumaine et de capacités qui dépassent l'entendement. Même si le processus était déjà lancé, je voulais devenir un lycan moi aussi. Yamasaki, le loup qui m'avait blessé, m'avait conduit jusqu'à sa meute, la meute Ogawa. Là-bas, être entouré de tels êtres m'effrayait et m'excitait à la fois. Ressentir le pouvoir comme jamais je ne l'avais ressenti avant. Je rêvais déjà de prendre la place de l'alpha, d'être celui que tout le monde respectait et craignait.
L'alpha avait prononcé un discours à deux balles, j'ai fait semblant d'être attentif pour qu'il m'ait à l’œil. Je suis entré dans le cercle. J'étais un membre de la meute. J'avais goûté à la chaire humaine et j'ai senti en moi s'éveiller la force animale qui m'habitait. La douleur de ma première transformation m'avait laissé un petit arrière goût qui s'était vite dissipé lorsque j'ai vu mes pattes noires effleurer le sol. La sensation était difficile à décrire, je sentais que ma vision s'était améliorée, que mon ouïe s'était affinée et chacun de mes gestes me paraissait plus légers. J'avais changé de corps et je devais pouvoir tester mes limites pour les dépasser. Cette nuit-là, la meute m'avait emmené en chasse dans un village à quelques kilomètres de Kyoto. Je m'étais très vite habitué à mes nouvelles aptitudes mais le passage d'un corps à un autre me lançait encore quelques douleurs.
Gengôro Ogawa, l'alpha de la meute était un homme ''sage'' qui espérait la paix. Rien de plus ennuyant que la paix et la tranquillité... J'aspirais à quelque chose de plus grand, à de véritables défis. En deux ans j'avais rallié à ma cause ceux qui comme moi espéraient plus, j'avais gagné la confiance de l'alpha et établi un réseau entre différentes meutes dans toute la région. La domination pacifique de Gengôro sur le territoire freinaient nos ambitions et nous avions l'intention de nous débarrasser de lui. Ceux qui ne se soumettaient pas étaient tués, et à l'aboutissement de notre mutinerie, j'étais devenu le nouvel alpha de la meute Ogawa. Rapidement, les autres meutes s'étaient annexées à la mienne et celles qui voulaient garder leur indépendance devaient payer en échange de ma protection.
Les humains aussi reconnaissaient ma puissance et à Kyoto les chefs du gouvernement commençaient à trembler à l'entente de mon nom: l'Okami. Okami, c'est le loup mais si on décompose le nom on obtient « oo » qui signifie « grand » et « kami » qui sont les dieux. Aux yeux de l'homme j'étais un dieu et ils me craignaient autant qu'ils me vénéraient. En 1467 une guerre que l'on appelle aujourd'hui la guerre d'Ōnin, a été déclarée entre un moine bouddhiste et un kanrei, un dirigeant féodal. Cette guerre qui au départ n'avait rien à voir avec nous commençait à durer et chaque jour Kyoto était un peu plus détruite. Un seigneur de guerre qui connaissait nos particularités était venu réclamer notre aide en échange d'une place au sein de la capitale. Alors en 1477, nous entrâmes en guerre et aidâmes les troupes de Hosokawa à conquérir le territoire.
Comme promis après la guerre, Hosokawa m'offrit des territoires et un palais à Kyoto. J'y installai la meute assignant toutes les femmes à mon service personnel et quelques garçons aussi. On m'avait nommé seigneur de guerre, j'étais devenu ce qu'on appelle dans le jargon un « shogun », membre du shogunat, alliance militaire qui dirigeait le pays. Face à l'influence que je gagnais au fil des années sur les autres shogun certains de mes ennemis avaient tenté de m'arrêter en organisant une rébellion à l'intérieur de ma propre meute. Malheureusement pour eux, ils n'étaient pas à la hauteur et les mutins furent tous tués sans exceptions. Ceux qui espéraient déserter aussi ne méritaient que la mort.
Lorsque je rentrais dans mes appartements après de longues parties de chasse en forêt, j'aimais observer de longues minutes les corps de ces louves qui m'attendaient patiemment. Coincées entre ces quatre murs elles ne voyaient et ne voulaient que moi, j'admirais les marques de mon passage sur leur corps, leurs regards apeurés quand j'apparaissais dans la pièce. J'aimais sentir l'odeur de leurs cheveux noirs, tâter la douceur de leur peau porcelaine et teindre de rouge leur lèvres charnues. Je savais être tendre mais leurs hurlements résonnaient à mes oreilles comme une douce symphonie, la sueur sur leur chaire tremblante faisait vibrer mon corps. J'examinais leurs réactions, je testais leurs limites. Si elles ne tenaient pas le coup je les vendais à d'autres. Puis il y eu la plus belle, la plus forte. Elle était née dans ma meute 20 ans après la guerre d'Ōnin. Elle s'appelait Tsuki. C'était elle, elle m'appartenait et si elle n'était pas à moi, elle ne serait à personne d'autre, elle n'était que Mienne. Je ne me lassait pas de jouer avec elle, je marquais son corps pour qu'elle n'oublie pas ses origines, à qui elle appartenait et appartiendrait à jamais. À jamais. Mais tout a une fin il paraît. Mon règne avait eu sa fin.
En 1707 un lycan était venu me défier, plus vieux et plus puissant. Il m'avait humilier devant ma meute et chassé du trône d'alpha. J'avais lamentablement perdu. J'ai quitté la région et j'ai erré sans vraiment savoir où j'allais. Les images du combat revenaient comme des flashs, je revoyais tous leurs regards me jauger. La honte, le déshonneur. Mon empire anéanti par un misérable, les autres me regardaient avec mépris. Je haïssais ces regards, j'aurais voulu leur arracher les yeux. Ils étaient partis, me laissant au sol. Les portes se sont refermées, j'étais seul. Je me suis enfui vers le nord à Edo qui devint en 1868 Tokyo. Là-bas j'ai rejoins un clan de yakuza qui connaissait l'existence du surnaturel. Ils m'avaient recruté comme garde du corps, j'accompagnais les bouffons chargés de réclamer l'argent des dettes puis j'ai eu une ''promotion''. Le chef du clan m'a donné une maison et des hommes de main, je me devais d'agir en son nom mais je n'ai pas manqué de faire entendre le mien. Durant la famine de kyoho, le clan yakuza dont je faisais parti en avait profité pour s'enrichir en vendant moins cher dans les villes le riz cultivé sur leurs terres en province. Le chef du clan m'avait chargé de gérer le transport des caissons de riz jusqu'à Edo. J'ai réuni une petite bande de yakuza du clan pour détourner quelques caissons et les revendre plus cher à des marchands. Peu importe que le peuple crève de faim ce qui m'importait c'était de m'enrichir. A cette époque même en étant yakuza, se débarrasser des gêneurs devenait plus difficile alors on a partagé l'argent mais au moins ça m'avait permis de gagner leur confiance, ils me prenaient pour leur chef et je leur rendais bien. J'ai continué des centaines de petites affaires dans ce genre là jusqu'à l'ouverture du pays. En 1854 le Japon conclu un traité de paix avec les États-Unis, le Royaume-Uni, la Russie, la France et la Hollande.
J'ai alors prit la décision de quitter le clan et de partir en Hollande où j'ai monté une maison close avec l'argent du riz, ça avait la cote là-bas. J'me suis dit qu'avec ça je pourrais m'enrichir un peu plus avant de retourner au Japon. Les hollandais prenaient les étrangers pour des cons alors quand mon club a commencé à être populaire et à ramener de l'argent dans les caisses, d'autres entreprises ont voulu le racheter. Ça faisait déjà plus de dix ans que j'étais en Hollande et il était tant pour moi de rentrer, l'argent que j'avais récolté me permettrait de vivre confortablement à Tokyo au moins le temps que je monte une nouvelle affaire. J'ai revendu le club à un directeur d'un autre club voisin et j'ai pris mes billets pour le Japon.
Sur les ports d'Amsterdam, quelques heures avant le départ du navire, une fumée noire s'est soudainement mise à boucher la ruelle dans laquelle je marchais. Je n'avais aucun moyen de voir ce qu'il se passait de l'autre côté ni derrière moi ni au dessus de ma tête puis elle se dissipa. Une voix retentit. C'était celle de Suberbia. Elle résonnait dans la ruelle. Elle me proposait un marché, elle ne voulait pas passer par quatre chemin avec moi, nous étions l'un et l'autre très puissants et elle pensait qu'à deux nous le deviendrions encore plus. Enfin ça c'est ce qu'elle disait, au fond si elle était comme moi, elle se fichait pas mal que je devienne plus puissant. Elle apprécia mon intelligence et nous conclûmes un marché. Elle pouvait posséder mon corps si je pouvais profiter de ses pouvoirs en retour. Je quittai la Hollande avec un nouveau tour dans mon sac.
Au Japon c'était le début de l'ère Meiji, Edo était devenue Tokyo. On voyait de plus en plus d'étrangers dans les rues. Je me suis payé un appartement dans les nouveau immeubles qu'on construisait. Suberbia trouvait ça modeste, j'étais d'accord avec elle mais pour le moment je voulais économiser. Je devais trouver un nouveau truc qui me permettrait de gagner gros, j'ai songé à réintégrer un clan mais je voulais mon indépendance et puis... ça marchait mieux quand c'était moi qui dirigeait. Je devais être mon propre chef alors je suis devenu informateur. Le plus souvent c'était des échanges d'informations entre les différents clans de Tokyo mais il m'était arrivé de vendre des informations à l'armée durant la guerre sino-japonaise.
Quand le Japon est entré en guerre en 1937 contre la Chine et que la seconde guerre mondiale a éclaté deux ans plus tard, des hommes liés au gouvernement qui connaissait mon nom et ma nature ont fait appelle à moi pour un assassinat en échange d'une récompense. J'ai accepté. Ensuite j'ai continué à prendre des petits boulots de ce genre un peu partout au Japon jusqu'à ce qu'une de mes cibles m'oblige à voyager en Allemagne. Là-bas, j'ai eu d'autres demandes, j'ai voyagé un peu partout en Europe avant de retourner au Japon après les deux bombes. C'est là que j'ai réalisé à quel point l'homme était un être de guerre. Depuis que je suis né je vois la violence, la mort, le sang, la souffrance, les larmes. C'est comme ça qu'on se sent vivant. Comme quand une flèche nous transperce le corps, quand une balle se loge dans notre épaule, quand l'envie irrépressible d'assouvir ses envies charnelles se fait sentir. On sent notre sang bouillonner à l'intérieur et là on a envie de faire des trucs complètement fous. Se retenir c'est se condamner soi-même à la tristesse et au malheur. Le monde ne pouvait fonctionner qu'ainsi: c'était la loi du plus fort, le plus fort accomplissait ses désirs et était le plus heureux.
Depuis mon retour au Japon je travaille comme tueur à gages, changeant régulièrement de ville et de nom. Je revins à Kyoto trouver celui qui m'avait humilié il y a 300 ans mais la meute n'existait plus, je n'ai trouvé de traces d'eux nulle part. Tsuki non plus n'était plus là. J'ai appris par les nouvelles meutes voisines que l'Alpha avait été tué il y a quelques années et que les membres de la meute étaient soit mort soit déjà loin. Je suis retourné à Tokyo où m'attendait une autre meute pour un nouveau boulot. En faisant mes recherches, j'appris qu'il était à Londres et sur la photo que l'on m'avait fournie, je la reconnue. C'était elle sans aucun doute. Après quelques recherches, j'appris qu'elle était devenue escort girl et vivait à Londres sous le nom de Vipera Pain. Quel nom charmant. Un sourire malsain s'était naturellement dessiné sur mon visage. Tsuki...

 
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 90

MessageSujet: Re: Got you on my skin   Dim 12 Mar - 14:01

Bonjour m'sieur ! Saut *l'observe* Vous avez l'air cool !! Ooooooh

Ian on: bienvenue *se dit que ça sent le chien*

Isha on:... *se casse*

_________________
Hope is what makes us live...
Trust me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Clan BuchananClan Buchanan
avatar
Iris Reed
Date d'inscription : 23/06/2016
Messages : 74

MessageSujet: Re: Got you on my skin   Lun 13 Mar - 18:37

Bienvenu en ville monsieur Mori... vous avez l'air d'être... un personnage intéressant disons... Héhé

_________________
I'm trying to hope
with nothing to excpect


Once upon a time, I was falling in love...:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Vipera Pain
Date d'inscription : 07/10/2015
Messages : 53

MessageSujet: Re: Got you on my skin   Sam 18 Mar - 12:52

Dan... Comment est-ce ..? Hm ...

*S'écarte, la mine basse, pour te laisser passer ...*

( Tu connais le chemin Ooooooh )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Invitéavatar
Invité

MessageSujet: Re: Got you on my skin   Sam 18 Mar - 15:43

Salut tout le monde, me voilà enfin~
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Got you on my skin   

Revenir en haut Aller en bas
 

Got you on my skin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [MOD] skin texture
» Winamp Skin / Skin winamp \ classique
» Quelle skin de Garde preferer vous?
» [TUTO] SKIN PERSO (textmod)
» [WIP] 9FF Gturbo 1200 3D + skin
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum RPG Fantastique
  • Archives
  • Vieilles présentations
  • -
    La date/heure actuelle est Lun 20 Nov - 16:59