Bienvenue sur Lycampire - Forum RPG Fantastique, Invité !
Le groupe des Lycampires est désormais ouvert mais très limité.
Bienvenue dans le Staff à Emily Haas notre nouvelle modératrice <3
Chers lycampiriens, le design est en cours de changement, pour un peu de renouveau ! Le forum reste ouvert en attendant la fin des changements ;).

Partagez | 
 

 No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vampires NomadesVampires Nomades
avatar
Ghost
Date d'inscription : 16/09/2017
Messages : 10

MessageSujet: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   Sam 16 Sep - 17:18

(Christopher Black) Ghost

 
Citation // Titre du lien

 
Fiche d'identité :

 
Informations Générales

 
Âge Humain :
33 ans
 
Âge Surnaturel :
108 ans ans
 
Date de Naissance :
10 Janvier
 
Lieu de Naissance :
The Big Apple
 
Lieu de Résidence :
Londres
 
Métier/Études :
Tueur à gages/ Chanteur
 
Orientation Sexuelle :
Hétéro
 
Statut Civil :
En couple
 
Nourriture :
Blood, blood, blood, pump mud through my veins...
 
Moyen Financier :
A l'aise
 
Groupe :
Vampire
 
Rang :
Disons que de base, j'aurais dit Soul dans l'idée même si... Je prône pas tant ce nom là, qui me fait plutôt honte dernièrement, que les convictions qu'on lui associent. Donc comme je débarque, je suis Nomade
 
Avatar :
Rick Genest (Zombie Boy)
Je suis un :
Scenario
Code du règlement :
Lune est blanche, et l'autre sans couleur
Code à remplir :

Code:
[size=22][color=#B61C2E]•[/color][/size] Rick Genest[color=#ffffff]Ϟ[/color] [url=http://lycampire.forum-canada.com/t875-no-colors-anymore-i-want-them-to-turn-black-ghost#6315] Ghost [/url]

 
Personnalité/Caractère/Physique

  Ambitieux, ça il n'y a pas de doute. Au point que ça peut me rendre buté, voir tête brûlée... Pour un vampire, c'est marrant non?
*ahem* Plus sérieusement, j'aime autant être discret que me faire remarquer... Y a qu'à voir ma touche... J'veux dire... En fait non...
Vaut mieux pas la voir, c'est rarement bon signe.

J'aime pas qu'on me tienne tête, à moins d'avoir des arguments en béton. Ca a tendance à me rendre agressif. Après, j'suis pas sans coeur non plus... Puisqu'une demoiselle m'a volé le mien... Enfin...
Ce serait plutôt l'inverse.

Les grandes phrases, c'est pas mon truc. Je suis plutôt du genre "action-réaction" comme on dit. J'aime quand ça file droit, que les choses sont bien faites, et pour ça, j'hésite pas à me déplacer moi-même. Déléguer c'est bien, mais si on le fait trop, on perd en crédibilité... On devient plus qu'un mythe dont parlent les vieux,
et on se fait réduire en cendre, et trahir à tout bout de champs...
Y'a qu'à voir comment a fini Soul... Pour moi les traitres ça existe pas... Parce qu'ils vivent pas longtemps.

Pour le reste... Tu veux ma photo? J'peux te la signer s'tu veux Siffle Le seul truc qui se détache un peu de mon air monochrome,
à cause de mes tatouages, ce sont mes yeux. Mais si t'as le temps d'en voir la couleur, c'est soit que je vais t'embrasser, soit que t'as fait une grosse, grosse groooooosse connerie... Si t'arrives à trouver le mot qui correspond à ce mélange de doré/vert/noisette/un peu bleuté je t'offre une bière.

 
À propos de moi
Bonjour ! Mon surnom est Jess', j'ai 23 ans et je suis Français. J'ai connu le forum grâce à Lady Crow & BatFée  Cœur et je le trouve Excité  Excité  Excité . J'estime mon niveau de rpgiste à */10. Ma plus grande passion est Rêver. Je m'engage évidemment à respecter le règlement et le contexte de Lycampire. Le mot de la fin ? Bouh!

 
 
Mon Histoire

 
De base je suis un gamin sorti de ses quartiers que pas grand monde veut bien fréquenter. Les bas-fonds de New-York.Faut bien se dire qu'on roulait pas sur l'or. À tel point que ma mère était obligé de vendre son corps aux mecs du coin pour qu'on puisse bouffer. Il m'a fallu un peu de temps pour le comprendre… 15 piges à-vrai dire.. Un jour je l'ai surprise avec son mac. Enfin à ce moment-là je savais pas ce qu'il était… mais ça gueulait bien et elle avait peur de lui. Pourquoi? Il lui cognait dessus… Il s’est arrêté juste pour se retourner vers moi avec un sourire abjecte, alors qu’il s’adressait toujours à elle:

“Je parie que tu sais même pas d’où il vient celui là… T’as tellement écarté les cuisse que c’est même étonnant que t’en aies pas eu plus.”

A force d'observation c'est comme ça que je me suis rendu compte qu'elle faisait ce qu'il voulait. Il n'a pas fallu longtemps à ma tête de gosse pour comprendre que si je voulais me faire respecter, ou du moins faire en sorte de pas être celui sur qui on tape, il fallait que ce soit moi qui prenne ce rôle. Donc oui je suis devenu un genre de bête féroce. Et ça se voyait bien à ma gueule, ma dégaine, et même ma carrure. Les hormones aidant, ça a bien poussé tout ça. Et encore, le côté zombie est arrivé bien plus tard.. Personne ne devait me tenir tête sous peine de s'en prendre une. Elle compris… Elle vivait dans la frousse permanente. Elle sursautait quand j’entrais dans la même pièce qu’elle; et rasait les murs… Parce qu’elle savait bien que je supportais pas qu’elle fasse la trainée. Que tous ces dégueulasses lui passent dessus. Donc à défaut de pouvoir les chopper, je me passais les nerfs sur elle.. Et un jour, je suis rentré dans sa petite gueule arrogante, à l’autre déchet. Petite, pas tant que ça… c'est qu'il était plutôt gaulé le bordel. Mais j'étais tellement en colère que ça comptait pas. Je me suis arrêté quand mes  poings ont été  pleins de sang et qu'il a arrêter de se plaindre. Je me suis retrouvé avec son cadavre sur les bras. Disparu à l’ancienne… Le paysan du coin élevait des cochons… Ca bouffe tout et n’importe quoi ces trucs là… Et tant mieux pour moi, parce que c’est seulement après l’avoir buté que j’ai appris que c’était un gars dans les petits papiers du maire de la ville. Enfin… Le truc auquel j’avais pas pensé, c’était qu’il pouvait y avoir eu des témoins. Par là, j’entends que quelqu’un avait pu le voir entrer chez moi… Pour ne plus jamais en sortir. Les gens parlent vite. Donc… Les forces de l’ordre ont débarqué. J’étais déjà plus ou moins dans leur collimateur pour vandalisme, coups et blessures et autres vols… Donc il leur a pas fallu plus pour venir me chopper. Moi… Enfermé. C’est une blague? Ca en a fait jubilé plus d’un. Mais j’avais des cordes à mon arc… Dont des infos sur le fils du chef des geôles, qui fumais des herbes pas très claires, et qui en plus s’amusait à faire tourner autour de lui. Des rumeurs courraient de temps en temps à ce sujet. Mais la population ne pouvait pas admettre qu’un honnête homme comme lui ait pu engendrer un trou du cul pareil… Mais si messieurs dames… J’ai des preuves. Lesquels…? Des… Messages laissés chez moi. Parce que je connais du monde dans le milieu de la fumée rigolote, et que normalement, entre voyous on se couvre. Mais si y en a un qui merde, et qu’il faut du dommage collatéral, c’est au plus rapide. Je tenais le padré à la gorge avec ça… Il a voulu voir si c’était du bluff, Mais j’avais juste à attendre un de mes visiteurs pour faire passer le mot, et il a bien pigé que c’était cuit quand mon meilleur pote de l’époque s’est pointé. Ca a fait l’affaire de quelques jours.. Il suffisait que je lui dise où j’avais gardé les papelards. Bizarrement, on m’a trouvé une bonne conduite, et tout plein de circonstances atténuantes. Voir même qu’on était plus tout à fait sûr que j’étais bien chez moi le soir de la tuerie. Ouais, on achetait mon silence. Mais ça m’allait très bien, parce qu’en moins de 24 heures je me suis retrouvé dehors. Bon… Histoire de pas trop attirer l’attention sur moi quand même, des fois que quelques relou aient encore des soupçons, et envie de leur trouver un fondement, je geôlier m’a dit qu’il fallait que je dégage. De la région… Du du pays…. Où je voulais, pourvue qu’on voit plus ma gueule de vermine. Ok, ok… On se calme… J’ai été jusqu’au canada. Montréal. Ca faisait une bonne trotte, d’autant plus qu’on se déplaçait pas comme on le fait maintenant.

Là bas, j’ai fait des rencontres. Beaucoup. Personne ne me connaissait. Ni moi, ni le quartier de merde d’où je venais, ni la vie de merde de ma mère… C’était cool. Mais je pouvais pas non plus trop oublier qui j’étais, moi. Un soir, je trainais dans un bar. Je regardais les gens passer. Le genre d’endroit avec une estrade et des amplis… Le grand suspens. Personne sur les planches. J’étais arrivé là un peu par hasard. J’ai enchainé 2 ou 3 Whiskey-Coca au comptoir, quand enfin les lumières ont baissé en intensité, et des musiciens ont investi l’espace qui leur était attribué. Une nana avec une crinière sombre, et un gars, fauve avec une barbe pas trop longue et entretenue. Elle chantait, un violoncelle dans les bras. Et lui, lui rendait la réplique avec un piano. Plutôt cool. Et au delà de la musique en elle-même, il dégageaient un truc que j’aurais pas su décrire. Mais c’est ce truc qui m’a intrigué assez pour que je revienne dans ce bar duquel je ne connaissais même pas le nom en y entrant.
A force de les voir, j’avais fini par retenir les textes de quelques morceaux. Pis faut bien le dire, la musique, j’ai toujours adoré ca. Je fredonnais souvent dans la rue, et chantais carrément, quand je me retrouvais seul chez moi. Chaque fois que je venais, je m’arrangeais pour me retrouver plus près de la scène. Jusqu’à cette fois, où pour un refrain, ils ont appelé quelqu’un à monter sur scène. Je n’avais jamais vraiment donné de la voix en public, autrement que pour gueuler plus fort qu’un mec qui voulait m’impressionner. Rien de bien artistique. Mais quand le regard de la femme s’est posé sur moi, j’ai levé la main… Elle a attrapé mon bras, et… Bordel de merde, j’y étais. Je connaissais la mélodie, et les mots qui allaient avec, mais c’était à peine si je me rendais compte de ce que je faisais.
A la fin de la chanson, je m’attendais à regagner le public. Descendre de l’estrade, et point. Mais Brice s’était lancé dans un solo… Les lumières étaient toutes dirigées sur lui, et Molly m’avait attrapé par le bras pour me tirer vers ce qui ressemblait à des sortes de coulisses. Son regard d’un noir sans fond planté dans le mien, elle me tenait toujours.

“On sait qui tu es gamin. Et on s’en fout. A une condition.”

A sa tête, je voyais bien que c’était même pas la peine que je demande ce qu’elle disait savoir, et comment elle le savait. Pas la peine non plus que je lui dise d’éviter de m’appeler comme ca.

“Mais tu le saura bien assez tôt. D’abord, on va te présenter à mon cousin. Un tatoueur. Ca t’aidera à ne pas te faire prendre.”

Sa main a fermement attrapé mon col au moment où j’avais ouvert la bouche pour parler. Pourquoi m’aider à me planquer? Pour avoir toujours vécu dans le Bronx, je savais à quel point un service rendu n’était jamais gratuit. J’aime pas trop avoir des dettes sans connaitre le taux d’intéret.

“Tais-toi. C’est pas le moment.”

Jamais personne ne m’avais parlé comme ça, et encore moins une femme. Et pourtant, quelque chose m’a empêché de la renvoyer dans ses quinze mètres. J’étais donc resté sagement à attendre la suite du programme -non, je déconne pas.- Deux heures après, on était chez le fameux tatoueur.  Il faisait nuit noir. Qui recevait encore à cette heure là? M’enfin… Il a pas eu l’air surpris de voir Molly et Brice.

“Bonsoir Seth. On te présente le nouveau Night Walker.”

Hein? Sur le coup j’ai pas compris. Si au moins ça avait été le nom de leur groupe… Et encore, normalement… On en parle avant, non? Et puis j’ai pas non plus l’impression d’être à leur niveau… Seth s’est marré, comme si Brice venait de sortir une blague hilarante. Et moi qui restais planté là… Ca me ressemblait pas. Molly avait l’air fière d’elle. Son cousin s’est levé, et m’a inspecté sous toutes les coutures. Mon coeur battait tellement fort que je l’entendais… Et j’en arrivais à me demandais si eux aussi pouvaient l’entendre. Au moment où il a posé les doigts sur ma joue pour me faire tourner la tête, j’ai eu un frisson. Ses doigts étaient gelés… J’en ai presque sursauté, et ça l’a encore fait rire. Ca commençait un peu à me courir sa manie de se foutre de ma gueule. J’ai serré les dents sans rien dire. Il s’est tourné vers sa cousine.

“Vous avez toujours l’oeil, tous les deux. Et là… Faut bien le dire, vous avez mis la barre haute. Je vais bien en avoir pour trois jours.”

Y avait bien un moment où quelqu’un allait se décider à me dire ce qu’il était en train de se passer, surtout qu’on dirait que ça me concerne un peu, quand même.

“T’inquiète, il aura de quoi bouffer” Assure Brice.

Quoi? Ils veulent me laisser là? Nan mais… Chuis pas un meuble… En voyant que je commence un peu à baliser, Molly m’a pris à part.

“T’en fais pas… Tu seras à croquer. Et il t’arrivera rien, ici. On repassera quand Seth aura fini de s’occuper de toi…”

Elle avait l’air excitée, comme une gamine la veille de Noël… Ouais… Ca commençait un peu à devenir flippant… Mais Molly semblait confiante, donc étrangement, moi aussi.

“Les gens qui te cherchent ne pourront jamais te reconnaitre…” Commence la femme “T’as intérêt à pas déconner! Sinon, tu feras pas long feu, t’façon.” La coupe son… Partenaire. Parce qu’en fait, ils ont beau être tout le temps ensemble, on ne peut pas dire qu’ils reflètent l’idée que je me fais du couple… Pour ce que j’en connais sur le sujet.
Sur le moment, je pensais que Brice parlait de ma condition de criminel plus ou moins fugitif. Je ne savais pas si j’étais encore recherché par qui que ce soit, mais dans le doute… J’avais rien à perdre à être discret.
Effectivement, Seth a passé 72 heures sur mon cas. Ne s’arrêtant que pour me laisser 5 heures de sommeil par nuit, et deux repas de 30 minutes chacun. Jamais je n’aurais cru que se faire tatouer pouvait être épuisant, au sens propre. Surtout quand le mec qui manie l’aiguille ne semble pas faiblir, lui. Je crois que le voir solide à ce point, ça m’a achevé. Il m’avait quand même expliqué ce qu’il allait me faire, et dans l’idée, j’avais rien à redire. Ca collait plutôt bien avec mon caractère, un zombie… Le truc qu’on a peur de voir approcher sous peine de pourrir sur pieds. Juste que… Grandeur nature, c’était pas dans mes projets. Mais Molly avait raison, ça me ferait une sacrée couverture… Et ça pouvait expliquer le “Night Walker”. Plutôt cauchemardesque comme vision. Quand je me suis regardé dans le miroir, ma peau me brûlait par endroit, et j’avais du mal à réaliser que ça pouvait être moi.

“Hm… Merci…” Hasardai-je. Le tatoueur vint me frapper l’épaule, en un geste qui devait se vouloir chaleureux, mais encore une fois, la froideur de ses mains amoindrissait l’effet, en plus de la force perceptible dans sa poigne. C’était comme si, seulement à travers ce geste je pouvais avoir conscience qu’il pouvait me broyer. Et encore ce putain de rire de mes deux. “C’est pas fini, p’tit. Mais la suite, c’est pas à moi de gérer.”

J’avais pris sur moi pour ne pas relever le “p’tit”. Ca s’entrechoquait grave dans ma caboche. Mais à quoi bon poser des questions quand on sait qu’on n’aura pas de réponse?

“Brice et Molly viendront ce soir. Pionce en attendant. Ca te fera pas de mal.”

V’là une réponse que j’avais même pas pensé à attendre. Dormir avec autant de trucs chelous dans la tête ca a pas été simple. Surtout quand on galère à trouver une position possible à tenir plus de 20 secondes… Mais avec les trois jours que je venais de passer, j’ai bien fini par m’écrouler.
Molly a été carrément entousiame en voyant le travail de son cousin. Brice, lui, gardait sempiternellement son air renfrogné. Ca devait être chaud de le voir faire la gueule tout le temps… Mais bon, comme dirait l’autre, c’est pas mon problème.
Il s’est passé encore quelques jours avant que je comprenne ce qu’avait voulu dire Seth par “C’est pas fini…”
A peine rentré, enfin… C’était étrange de voir les choses comme ça. Mais… J’avais compris, je ne saurais trop dire comment, que cette vieille baraque assez grande pour loger une colo entière était prête à me céder une de ses piaules. Sûrement à cause de l’attitude de Molly. Personne ne me disait de rester, mais si Brice pouvait parfois avoir l’air d’en avoir marre de ma gueule, elle, ne me laissait jamais seul longtemps. Et un moment, elle m’a emmené dans une chambre dont j’ignorais l’existence. La maison etait grande, c’est clair… J’ai pas eu la visite du proprio. Mais là on parle d’une pièce avec une porte invisible. Le truc confondu dans le papier peint… Wtf…
Et puis… Elle m’a poussé sur le lit en murmurant des trucs dont j’avais du mal à piger le sens. Pas parce que je comprenais pas les mots, mais je ne voyais pas pourquoi elle me disait des trucs du style.

“Je sais que tu peux y arriver… Je t’ai observé… Tu es fort… On a besoin de gens comme toi.”

A ma tronche c’était pas possible de  ne pas voir que j’étais largé… Et bordel de merde, Molly me surplombait… Et moi… Bah rien. Elle me mène comme ça, à l’aveugle depuis le début. Mais où est le punch de Black, nom de dieu? Bon… Après, je vois pas bien quel mec aurait pu repousser Molly… C’est une bombe. Mais j’ai pas que ça à foutre de me retrouver entre elle et l’ours qui n’est jamais bien loin d’elle. J’inspirais pour lui demander ce qui était en train de se passer, elle là encore, elle m’a coupé dans mon élan… Son index en travers de mes lèvres de squelette, et son regard sombre et profond braqué sur moi.
Elle a ouvert ma chemise.

“Je ne te ferai pas de mal, hm? Fais moi confiance. Et Brice est… Il sait.”

Ah bah génial! Et après, quoi? Il va nous rejoindre? C’est une blague… Je dois rire quand? Non parce que là je me sens pas très synchro avec le délire. Je fronçais les sourcils quand elle reprit.

“On a une mission… Survivre… Se protéger les uns les autres. Maintenant qu’on t’a mis en sécurité, c’est ton tour…”

Tout ça sans me quitter des yeux, en caressant ma joue aux allures de cauchemar… Un moment suspendu… Et très intense. Elle s’était immobilisée comme si elle pouvait voir en moi des choses dont même moi je n’avais pas conscience… Puis son corps a épousé le mien… Et si y a bien un truc dont je me souviens très précisément, c’est cette brûlure dans mon cou… 33 piges que j’avais. Et je les aurais tout le temps où la terre me porterait

Un moment très embrouillé suit avant une grande conversation. Brice était là, et il m’expliquait lui aussi ce conflit ancestral qui foutait la merde entre les deux races… Et moi, j’étais du côté des non morts. Des Night Walkers. Et c’est logique, vu que ça faisait déjà un moment que j’évitais de me promener en plein jour. Les problèmes de guerres de clans, de règlements de comptes, je connaissais ça par coeur depuis tout petit. Alors j’ai pas eu de mal à appréhender les enjeux de ma nouvelle… Mission. Protéger la communauté de ceux qui m’avaient offert l’opportunité d’assurer ma sécurité. Brice m’a confié plusieurs missions du genre : ramener des infos sur un tel, savoir à quel groupe il appartenait, avec qui il était allier, et le cas échéant, le buter si nécessaire. Ca demande une certaine finesse. Du tact, et beaucoup de discrétion. Les gens racontent pas leurs plans à qui veut les entendre. J’ai aussi appris à leur côté que quand on veut s’assurer que quelque chose soit bien fait, il faut éviter de trop déléguer. La corruption, la mutinerie, ça vérole tout un système. Et quand on confie une mission à quelqu’un, faut pas hésiter à passer derrière. Une réputation, ça suffit pas. Faut marteler au gens que c’est pas une légende, mais une menace. Et quand on fait une menace, il faut la tenir.
Dire que je me suis pris au jeu, ce serait rendre la chose trop légère. Mais j’ai trouvé mes marques, et j’étais bons dans ce que je faisais…. En plus de la musique qui nous avait liés depuis le début. Mais aussi vigilants qu’on a pu être, on avait un désavantage de taille sur nos ennemis… Le soleil. Visiblement, ils avaient eux aussi un gars doués pour se renseigner. Et alors que moi, j’étais en mission de mon coté, ma tête me lançait, mes jambes menaçaient de me lâcher...Quand je suis revenu à la maison, tout était cramé… Le salon de Seth aussi, tout était calciné. J’ai seulement pu retrouver que les bracelets en ivoir de Molly, et la veste en cuir de Brice… Abattu sur le coup, je me suis promis de les venger. Après avoir encaissé le choc, j’ai redoublé mes assauts. Entrant chez ces chiens pour laisser le soin à je ne sais qui de retrouver leur cadavre. Puisque je m’étais fait prendre une fois, à laisser quelqu’un entrer chez moi devant témoin, plus personne ne devait pouvoir me voir. Mes tatouages y étaient pour beaucoup, mais à force de me fondre dans l’ombre, j’ai fini par en devenir une moi-même… Et on a commencé à parler de “Ghost”, qui frappait dans les rues des quartiers abandonnés… Parfait. Jusqu’au moment où, de moins en moins novice que j’étais, j’ai décidé de rentrer au bercaille. Sans Molly et Brice, et tant de souvenirs, ma colère était trop dangereuse et j’en avais conscience. C’est donc environ 70 ans après mon exil que j’ai décidé de revenir à N-Y. Après avoir passé près de 40 ans à apprendre à Montréal, il était temps de revenir aux sources. Le conflit surnaturel devait bien exister là-bas aussi. Et il y a déjà la dose de légendes urbaines et de bruits qui courent pour que je retrouve ma place. Un autre hommage que je voulais rendre à mes mentors étaient de faire perdurer leur musique, et de créer la mienne. Sous mes airs de pittbull je sais être sociable, tu vois? L’aura magnétique de la rockstar, j’avais bien capté le truc. Alors de fil en aiguille, j’ai rencontré mes acolytes : Zoey (aka Lilith), Adrian (aka Caim),  et Allan ( aka Curson). Adrian est devenu mon meilleur ami… Celui à qui j’ai tout confié… Et réciproquement. C’est comme ça qu’un soir, alors qu’on jouait dans un bar, il a reconnu une petite nana près de la scène. Il m’a dit l’avoir repérée plusieurs fois déjà. Curieux, j’ai lancé le fameux truc du refrain accompagné d’un fan, et je l’ai fait monter sur scène. Elle a été époustouflante. Un peu hésitante au début, mais quand elle s’est lâchée… C’était carrément cool… Et c’est lui, ce fou furieux qui m’a dit que ce serait marrant de la revoir. Sur le coup, je l’ai pris à la rigolade. Et c’est devenu un défi pour lui de retrouver cette nana et de taper la discut’ avec elle. Et il l’a fait se con… Reine sortait tout droit du conservatoire. Dit comme ça, ça peut paraitre chiant à crever, mais quand on l’a vue se donner sur le morceau… J’ai pas mis longtemps à me dire que la petite jupe de tailleur qu’elle portait lui allait bien, ouais… Mais que ça manquait de… Relief. Du coup pour la revoir, on l’a revue… Et… L’ambiance joyeuse aidant, je lui ai proposé d’enregistrer un ou deux morceaux avec nous pour un EP acoustique… Et Alrinach est née… Petit à petit elle s’est métamorphosée sous mes yeux pour devenir, comme elle le disait “celle qu’elle avait toujours voulu être”. Plus je la voyais, avec son violon, son violoncelle ou son piano, plus je la voyait appliquée à composer nos morceaux, plus je la trouvais… Sublime. Ca m’a rappelé ce que m’avait dit Molly au sujet de la nuit, où moi aussi j’avais foulé la scène sans vraiment m’y attendre… C’était évident qu’on était fait l’un pour l’autre, alors… Je le lui ai donné, ce baiser sanglant, dans un moment d’abandon si prenant que j’en avais le feu au sang. J’allais veiller sur elle à jamais. Elle était ma muse et mon équilibre par sa douceur qui n’entravait pas une détermination presque acharnée. A trop avoir été confinée dans une cage dorée quand elle était petite; elle embrassait l’Ombre maintenant. Elle donnait un point d’ancrage à Ghost… Le fantôme que j’étais devenu.

Notre histoire a commencé il y a un peu plus d’un an maintenant… Et voilà que dans les bas-fonds de mon quartier natal, on est proche de l’affolement. Assez récemment, j’avais appris que l’Originel des vampires en personne vivait à Londres. J’avais aussi entendu toutes sortes de ragots à son sujet. Des histoires de baise pour la plupart, ça fascine toujours les foules. En temps que leader d’un groupe, je suis plutôt bien placé pour le savoir, avec mes 10 ans de carrière depuis la disparition de Brice et Molly… La plus croustillante étant que Brandon Soul avait vu sa gonzesse filer avec un loup des rues… J’avais suivi l’histoire par curiosité, en m’attendant à apprendre que le loup, identifié en plus avait subi des trucs qu’on raconterait aux mioches pour leur faire comprendre qu’on ne parle pas à n’importe qui le soir dans la rue, ou ce genre de truc… De quoi se tailler une réputation du feu de dieu… Au lieu de ça, quoi? Soul est mort chez lui, buté comme un vieux bigorneau, par une alliance mixte menée par un loup que tout le monde appellerait “Le Corbeau”. Originaire de Miami le mec… C’est quoi ce plan?
Révolté sur le coup, ça a été plus fort que moi… J’ai pris ma Douce, mes potes, et on a fait le voyage. Le groupe gagnerait forcément à se produire un peu en dehors d’Amérique… Et apparemment, il était largement temps de rappeler au monde que les vampires ne sont pas des proies faciles à la merci des meutes. Si personne n’avait le courage de les affronter jusque là, ça voulait bien dire que c’est ça, ma prochaine mission.



 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Date d'inscription : 22/01/2017
Messages : 35

MessageSujet: Re: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   Dim 17 Sep - 1:25

Oh, effrayant :3 bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Vampires NomadesVampires Nomades
avatar
Ghost
Date d'inscription : 16/09/2017
Messages : 10

MessageSujet: Re: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   Dim 17 Sep - 8:09

Mission accomplie alors! Enfin... Une parmi d'autres Siffle Merci pour l'accueil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 90

MessageSujet: Re: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   Dim 17 Sep - 10:02

Bienvenuuuuuuuuue ! Câlin (Gosh ce vava Bave)

_________________
Hope is what makes us live...
Trust me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Vampires NomadesVampires Nomades
avatar
Ghost
Date d'inscription : 16/09/2017
Messages : 10

MessageSujet: Re: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   Dim 17 Sep - 10:03

Merci Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Date d'inscription : 03/02/2016
Messages : 83

MessageSujet: Re: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   Dim 17 Sep - 16:00

Et encore un Soul *lève les yeux aux ciels* dis moi que t'es du côté de Rosie ou sinon je te cramé si je te croise...

*Créa On* désolé xD il est du genre mauvaise humeur. Bienvenue sinon ^^ et oui j'ai un vampire Soul dans mes MC donc si tu veux un lien pré-validation j'suis dispo en MP!!

_________________


Major ^^:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Vampires NomadesVampires Nomades
avatar
Ghost
Date d'inscription : 16/09/2017
Messages : 10

MessageSujet: Re: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   Dim 17 Sep - 17:19

J'suis pas un Soul... Tous des traitres. Moi je suis un vampire un vrai. Alors si ça te pose un problème, j'vais t'accueillir mon gars.


(T'inquiète, il en faut plus pour effrayer la Mort de la Grande Pomme vas. Bah écoute, si t'es inspiré Ooooooh on verra ça quand j'aurai posté l'histoire s'tu veux Big Smile)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Date d'inscription : 03/02/2016
Messages : 83

MessageSujet: Re: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   Dim 17 Sep - 18:03

*soupire* encore un arrogant...
*Ira* et ça me plait...

*Créa On* mon vampire est l'ancien bras droit de Brandon (ex chef des Soul) si ça peut aider XD. Actuellement il reste juste un important informateur

_________________


Major ^^:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Vipera Pain
Date d'inscription : 07/10/2015
Messages : 53

MessageSujet: Re: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   Dim 17 Sep - 18:47

Un homme de caractère ... *ahem*
Bienvenue parmi nous. Même si j'ai bien retenu le message que ca ne sera peut être pas toujours le cas , mais comme je l'ai dit, je ne pars pas sur des à prioris. J'aime me laisser le plaisir de la découverte ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Vampires NomadesVampires Nomades
avatar
Fauve G. Mortis
Date d'inscription : 17/09/2016
Messages : 37

MessageSujet: Re: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   Ven 22 Sep - 19:01

En voilà un look Rock'n Roll Bienvenue Mister Colorless... 👼
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
Lycans NomadesLycans Nomades
avatar
Vipera Pain
Date d'inscription : 07/10/2015
Messages : 53

MessageSujet: Re: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   Lun 16 Oct - 17:01

Vous voici prêt à intégrer la belle Londres, Monsieur Ghost ...
En espérant que vous y trouverez de quoi vous installer confortablement. Quant à la réalisation de vos plans. Hm ... J'en laisse le soin à vos amis vampires. Mais si vous souhaitez un guide ou ... autre, n'hésitez pas !
Bonne installation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost   

Revenir en haut Aller en bas
 

No colors anymore, I want them to turn black ~ Ghost

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» No network connection possible anymore
» Variante de Command & Colors
» Le guide du one turn en push push pour coachs expérimentés
» Help! No sounds anymore...
» turn me on. ▷ pv. Capucine
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum RPG Fantastique
  • This is where we start
  • This is you
  • Présentations
  • Présentations validées
  • -
    La date/heure actuelle est Mar 21 Nov - 9:59