Bienvenue sur Lycampire - Forum RPG Fantastique, Invité !
Le groupe des Lycampires est désormais ouvert mais très limité.
Bienvenue dans le Staff à Emily Haas notre nouvelle modératrice <3
Chers lycampiriens, le design est en cours de changement, pour un peu de renouveau ! Le forum reste ouvert en attendant la fin des changements ;).

Partagez | 
 

 Rencontre au milieu des livres [Emily - André]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FidèlesFidèles
avatar
Emily Haas
Date d'inscription : 03/08/2018
Messages : 7

MessageSujet: Rencontre au milieu des livres [Emily - André]   Lun 27 Aoû - 7:23

« Ce soir, intervention de l'auteur et philosophe Edmond Gordon sur la place du livre dans l'ère du numérique à 20h30 ! Ouverture exceptionnelle jusqu'à 23h ! Venez nombreux ! »


    L'unique serveuse relit une énième fois par transparence l'annonce placardée sur la porte du café, tandis qu'une tasse se remplie doucement de café brûlant sur le socle de la machine devant elle. Lorsque le bruit caractéristique de l'appareil cesse, elle reporte son regard sur le récipient blanc orné, à l'image des murs de l'établissement, de livres dans tous les sens, en saisit l'anse et le dépose sur une soucoupe assortie, le tout mécaniquement sans que son esprit ne quitte l'inscription. Une rencontre littéraire, enfin. La propriétaire – et patronne – du café lui avait expliqué lors de l'entretien d'embauche qu'elle en organisait de temps à autres, en fonction des personnalités disponibles, de la saison, et des débats soutenus récemment dans les « hautes sphères de la littérature » (comprenez ici au mieux une émission de télévision grand public, et le plus souvent un échange entendu au marchand de journaux du coin), mais depuis qu'elle a été embauchée, il y a de cela un mois, aucune n'a encore eu lieu, et elle avait de plus en plus hâte d'en découvrir le fonctionnement.

    « Oh, tu verras, ce n'est rien d'extravagant, vraiment ! Ne t'attends pas à rencontrer des académiciens de renom ou à écouter des débats enflammés et riches en arguments pointus ; les invités sont souvent des auteurs un peu connus, et les questions et réponses sont assez attendues. Pas de quoi bouleverser notre époque ! » avait expliqué Amanda, la patronne.

    Mais ça ne dérangea pas Emily, qui d'ailleurs la soupçonna de trop minimiser l'impact de ces rencontres ; elle avait eu l'occasion de discuter avec bon nombre de consommateurs habitués, et de constater que certains ne payaient pas de mine mais possédaient une culture et une ouverture d'esprit appréciables, sinon enviables. Aussi ce soir elle était certaine d'apprécier ce à quoi elle allait assister, à défaut d'y participer activement puisqu'en service.

    Après avoir déposé la tasse devant un client occupé à lire un épais roman qu'elle avait aperçu une ou deux fois sur une des étagères du rez-de-chaussée, elle retourne près de la cuisine pour attendre une assiette de petits fours pour la table 2, et jette un œil à sa montre. 20H15. Elle s'inquiéterait de l'absence de l'invité si Amanda ne l'avait pas prévenue auparavant.

    « Oh, Edmond est TOUJOURS en retard. Même s'il n'avait rien à faire avant de venir. Il est incapable de tenir un horaire, aussi bien pour arriver que pour repartir. Tu verras que la semaine qui vient, il arrivera à 25 et se boira un thé alors qu'il aurait dû être prêt à commencer à 30, et qu'il continuera à discuter avec les gens jusqu'à 22h45 alors qu'il aurait dû partir à 22h15.

    _ Et les clients ne s'en plaignent pas ?

    _ Bah, les habitués connaissent son laxisme sur les horaires, et les autres, ils le connaîtront après ce soir. »

    Elle récupère l'assiette avec un « merci Meryl », et la dépose sur la petite table à côté du plateau d'échec autours duquel s'affrontent deux clients qu'Emily voit chaque fois qu'elle vient travailler, c'est à dire deux après-midi par semaine. En retournant vers le comptoir où se trouvent la caisse et la machine à café, elle croise Amanda qui redescend du premier accompagnée d'une cliente qui y a acheté un livre, le café faisant aussi librairie. Lorsque la propriétaire ouvre la porte pour la cliente, la serveuse l'entend marmonner :

« Avec des nuages pareils, Ed aura bien de la chance s'il arrive avant la pluie. »

    Mais la chance semble être du côté de « Ed », qui arrive effectivement à 20h25, qui se montre dénué de toute trace d'eau ou de gêne lorsqu'il serre vigoureusement la main aux deux femmes successivement avant de demander un thé noir à la plus âgée des deux. Ici et là, des saluts se font entendre, mais les lecteurs ne lèvent pas encore le nez de leur ouvrage à une exception prêt (un client jamais croisé auparavant), preuve qu'ils savent que le débat n'est pas prêt de débuter.

    Quinze minutes, un thé noir, deux sconses et trois éclats de rire légèrement rauques plus tard, les clients posent enfin leur lecture, M. Gordon s'étant finalement installé sur la chaise qui lui était réservée, face à l'ensemble de la salle. A l'exception des deux joueurs d'échecs, tout le monde est prêt à écouter le cinquantenaire grisonnant parler littérature et outil numérique. Il commence par un bref résumé de l'évolution de la « littérature ». D'abord, la transmission orale ; la porte s'ouvre, un couple entre, s'excuse silencieusement, et s'installe. Puis, les débuts de l'écriture, purement utilitaire ; deux hommes entrent l'un après l'autre, et s'installent à la manière du couple, chacun à une table. Il rappelle la persistance de l'oral pour les contes ; une personne vient régler son addition et s'en va discrètement alors qu'une femme d'âge mûr entre à son tour. Ensuite, les progrès de l'imprimerie, et la popularisation des œuvres de fiction ; la porte s'ouvre et se referme encore une paire de fois, sur des entrées et des sorties. Et tandis que l'introduction se poursuit, Amanda et Emily ne chaument pas et vont et viennent des tables à la « fenêtre » de la cuisine pour apporter les commandes de thé et de gâteaux, déviant occasionnellement jusqu'au comptoir pour encaisser des clients ou préparer des cafés. Si la patronne, habituée, ne semble pas gênée par le bruit de la machine qui vient interrompre l'orateur, la jeune serveuse, elle, lui lance systématiquement un regard d'excuse lorsqu'elle se prépare à l'actionner, tandis que lui profite de ces coupures tapageuses pour siroter une gorgée ou deux du second thé noir que la première lui a déposé sur une petite table à sa droite. A 21h passée, il y a encore de nouvelles arrivées, toutes sèches mais bien désireuses d'une boisson chaude, alors que le philosophe et auteur s'apprête enfin à entrer dans le cœur du débat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur Voir le profil
 

Rencontre au milieu des livres [Emily - André]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Milieu de terrain
» où acheter livres, jeu japonais et jeton pour le riichi ?
» Note au milieu
» Warhammer...Vente de livres
» Une technique de survie en milieu hostile
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire - Forum RPG Fantastique
  • Where we live and die
  • The City
  • Bars
  • -
    La date/heure actuelle est Dim 23 Sep - 8:51