LYCAMPIRE
« Flesh or Blood? »

Lycampire :

 :: This is where we start :: This is you :: Présentations :: Présentations validées
Lycampire


 
Bienvenue sur Lycampire, Invité !


" Adrian Malraw "
Adrian Malraw
Date d'inscription : 06/05/2019
Messages : 14
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyLun 6 Mai 2019 - 22:59
Adrian Caim Malraw

 
Citation // Titre du lien

 
Fiche d'identité :

 
Informations Générales

 
Âge Humain :
28 ans
 
Âge Surnaturel :
88 ans
 
Date de Naissance :
15 Septembre 1931
 
Lieu de Naissance :
Le Bronx
 
Lieu de Résidence :
Londres
 
Métier/Études :
Tu voudrais bien savoir...
 
Orientation Sexuelle :
Hétéro
 
Statut Civil :
Free
 
Nourriture :
Sex, blood & rock
 
Moyen Financier :
euh... limites?
 
Groupe :
Vampire
 
Rang :
Nomade
 
Avatar :
Nick Matthiews
Je suis un :
Inventé
Code du règlement :
Ok by Jared
Code à remplir :

Code:
[size=22][color=#B61C2E]•[/color][/size]Nick Matthiews [color=#ffffff]Ϟ[/color] [url=http://lycampire.forum-canada.com/t963-adrian-malraw] Adrian Malraw [/url]

 
Personnalité :
Caractère

  Me décrire, moi? Arrête... Tu vas me prendre pour un narcissique... Nan, j'ai presque pas de défaut. *Désigne son visage, puis son corps avant d'éclater de rire.* Ben... C'est vrai que c'est chaud de parler de soi. On se voit jamais comme on est il parait. Enfin... Le truc qu'est sûr c'est qu'on a rarement le même point de vue que les autres. M'enfin, le truc sur lequel on est tous à peu près d'accord, c'est que j'adore plaire... Séduire même. Je sors beaucoup. Souvent trop au goût de ma nana quand j'en ai une. Les concerts ont bon dos d'ailleurs. Parce que je rentre pas toujours tard à cause de ça, même si j'adorerais vivre de la musique. Je pense être ouvert d'esprit, à l'écoute aussi, même si je donne souvent l'impression que tout me passe au dessus de la tête. Des fois c'est vrai que je m'en bats les couilles. Mais bon... Si je pouvais toujours dire ce que je pense... Pis t'façon j'aime pas parler de ce qui me touche. C'est plus facile de raconter des conneries.
J'ai l'esprit d'équipe, le sens de la loyauté... Et c'est pas au cathé que j'ai appris ça...
 
Caractéristiques

  Bon... A coté de Ghost je fais vachement moins original. Mais moi aussi j'ai des tatouages d'abord... Plein. Mes fringues vont souvent dans ce trip là aussi d'ailleurs. C'est ça quand on est une rockstar... Les meufs fondent souvent pour mes yeux verts... J'avoue que je les aime bien. Pour un mec j'suis pas parmi les plus grands, mais pas de quoi en faire une maladie. Mes cheveux? Ma vie...

 
À propos de moi
Bonjour ! Mon surnom est  Angel, j'ai 25 ans et je suis Lycampirienne. J'ai connu le forum grâce à mon ami le karma et je le trouve Gigandélirant. J'estime mon niveau de rpgiste à Dada/10. Ma plus grande passion est Vivre. Je m'engage évidemment à respecter le règlement et le contexte de Lycampire. Le mot de la fin ? Héhé

 
 
Mon Histoire

 

(Youth & Whisky - Black Veil Brides) Click pour te mettre dans le mood

« Hey, mec… T’as c’que j’t’ai d’mandé ? »
« Sûr… Tu m’connais. »


Je refile le paquet à Jeff en scred. C’est pas le genre de gars à qui il faut faire défaut… Même si on est censés être du même côté. Ça fait longtemps qu’il fait nuit. Que les gamins sont rentrés se coucher, parce que demain y’a école.
Jamais eu vraiment le temps d’être gamin moi. Parce qu’avant 17 ans, dans le monde des… Marchés à conclure, on sert juste à faire le sale boulot. Les plus vieux misant sur le fait qu’on risque pas grand-chose en étant mineurs, niveau code pénal, et qu’on sera aussi moins soupçonnés d’être à l’origine des conneries qui ont été faites. En soi, c’est vrai. C’est pas les plus jeunes qui orchestrent les choses. Mais ils agissent beaucoup.
Comme tous les membres d’un groupe, j’étais content d’avoir une place. Mais… Suivre les ordres ça a fini par me saouler. Etre la chair à canon dans tous les deals c’est grisant au début. Simplement parce que t’es fier d’avoir accompli ta mission sans te faire serrer par les flics, ni te faire recevoir par un gang ennemi.
Mais vivre comme ça c’est pas que de la tension. C’est aussi une belle cohésion. Des rencontres, une solidarité, des bonnes soirées… Des souvenirs pour trois siècles d’anecdotes à raconter en se marrant autour d’un bon verre. Au fil du temps, ces gars-là, c’est devenu comme la famille que j’ai pas eue. Parce que mes parents avaient pas assez de thunes pour gérer plusieurs gosses. Surtout pas avec les rationnements pendant la guerre qui mettait tout le monde à sec. Moi déjà, j’étais pas vraiment prévu au programme alors… Même si j’ai jamais senti d’amertume dans la voix de mes parents, faut pas chercher pourquoi, mais je me suis senti coupable… Alors je me disais que si je pouvais assumer un peu mes propres dépenses, ça pourrait p’têtre me pardonner un peu.

(Mama - My Chemical Romance) Azy vise le titre.

Tout ça pour dire que les années ont passé. Que j’ai pris du galon. J’ai fait mes preuves, et par la force des choses, je faisais plus partie des plus jeunes. Donc, de simple transmetteur, je suis passé à la première ligne. De simple deal de weed de shit, voir de poudre, on m’a mis sur des trucs un peu plus… Adrénalisants. Des épreuves de vitesse, de coordination, d’adresse, de portage de couilles. Ouais. L’appât du gain était plus fort à chaque fois… Des vols à l’arraché, à l’étalage… Je m’en sortais encore plutôt bien. C’était presque devenu un jeu. Sauf que… Ce jour-là, on a dérapé. On a vu trop grand. Un braquage. Sérieux. On s’est cru dans un film… Mais c’est parti en couille. Forcément, dans une banque le système de sécurité est beaucoup plus pointu que dans une grande surface. On a carrément été dépassés par nos ambitions, et même avec mon flingue à la ceinture je me suis senti trop petit. Jeff était prêt à tirer. Il tenait la meuf du comptoir en joue. Tout le monde était ventre à terre. Malgré mon cœur qui semblait tambouriner directement derrière mes tympans, j’entendais des sanglots quelque part dans la salle. J’étais pas prêt à voir mourir quelqu’un pour de l’argent. Pas un pauvre clampin qui a rien demandé à personne. Du coup, sans signe avant-coureur, bah… Justement j’ai couru vers la sortie… Fuck les sirènes des bagnoles des keufs, qui d’ailleurs ont fait écho à la détonation du Flingue de Jeff…
Je sais pas combien de bornes j’ai pu faire, et je sais même pas si je fuyais plus les lumières rouges et bleues, ou le bruit typique des rangers en peloton serré qui m’était pourtant si agréablement familier jusque-là. Mais c’est mal vu de se défiler. Surtout si y a au moins une mort à… Payer. Mais j’ai jamais voulu que ça parte aussi loin et… Qui a envie de se faire coffrer pour meurtre ? Je veux bien accepter un tas de truc, m’adapter à tous les codes de mon environnement. Mais pas tuer, et le payer jusqu’à perpette. Alors j’ai disparu. Je me suis planqué comme un fugitif en essayant de ma casser le plus loin possible du quartier, sans rien dire à ma mère, qu’elle ait pas de parti à prendre vis-à-vis des flics, ou encore de monter un bateau aux mecs qui pourraient avoir l’idée de monter chez elle pour lui demander où je me suis barré. Elle a dû dû se faire un sang d’encre... Hm... Parce que j'ai pas vraiment de souvenir de mon père. Je l'ai juste vu en photo avec un uniforme de soldat. Mais même comme ça… J’ai fini par entendre ce bruit qui m’empêchait de dormir. Celui des rangers sur le gravier. De toute façon, je savais pas vraiment où aller, et j’avais personne pour assurer mes arrière. J’avais toujours compté que sur eux. Apparemment Jeff s’était pas fait coincer. Son tir n’a pas dû être fatal. Et les flics ont dû arriver avant que les mecs arrivent à empocher quoi que ce soit…. Pour une fois, j’aurais aimé qu’ils soient salauds avec Jeff… Parce que là… J’allais morfler… Je le savais. Mais entre la peste et le collera, mieux valait encore lui faire face et pouvoir espérer parer quelques assauts, plutôt que de lui tourner encore le dos et se faire faucher sans rien voir venir.

(Bad Blood - Escape the Fate) Tu connais le délire now.

Mais quand je me suis retourné, ils était pas les cinq mecs que j’avais toujours côtoyés. Nan… Ils étaient au moins le double. J’espérais avoir le temps de parler un peu. Qu’ils me demandent d’expliquer pourquoi je me suis tiré. Mais en vrai, j’ai même pas eu le temps d’ouvrir la bouche qu’elle était déjà pleine de sang. Stratégique. Je le sais pour avoir des notions de baston assez solide. En visant la tête, ils bousillent tous mes sens. Ils sont trop nombreux. Je vois déjà plus clair. Ma tête bourdonne. J’ai mal. Mais c’est tellement diffus que je sais même plus où ils me cognent. Je suis limite en apnée tellement je pisse le sang, autant par la bouche que par le nez, qui doit être pété. Je sais pas si j’ai encore toutes mes dents… Je sais pas non plus si j’avais des haut-le-cœur à cause des coups qui continuaient de pleuvoir, ou si c’était à cause ce goût métallique dégueulasse qui me coulait dans la gorge. C’est quand au final, j’ai plus entendu qu’une espèce de sifflement strident malgré le séisme qui me ravageait que j’ai su que j’allais être aspiré par… Le néant.

Contre toute attente, Mes yeux se sont ouverts. J’avais un mal de crâne même pas mesurable sur l’échelle de Richter, et à peine conscience de l’endroit où j’étais… J’avais froid… Et… C’était comme si… Je me sentais hors de mon corps. Quand je me suis redressé, le monde a tangué autour de moi… Et je savais très bien que ces symptômes n’avaient rien à voir avec une gueule de bois. Me demandez pas comment ça m’est passé par la tête, mais j’ai cherché à me lever… Et le plus ouf encore, c’est que j’y suis arrivé, avec l’impression méga chelou que ça n’aurait pas dû être possible. Ils m’avaient laissé là, baignant dans mon sang, avec certainement l’intention de revenir se débarrasser de mon corps… Ou pas. Parce qu’en fait, en regardant autour de moi, je me suis rendu compte que je reconnaissais absolument pas l’endroit où j’étais.
Je me sentais congelé. Mais genre… De l’intérieur. Comme si c’était le blizzard sous ma couenne. J’aurais donné n’importe quoi pour une source de chaleur… Alors je me suis mis à la recherche de ça, marchant droit devant moi sans savoir où j’allais. Heureusement qu’on était en pleine nuit, et que mes fringues étaient noires. Ca rendait le sang moins perceptible aux peu de personnes que je pouvais croiser. Parce que moi je me sentais carrément poisseux. Je me suis retrouvé à longer une route… Pendant je ne sais combien de temps, jusqu’à atteindre des habitations. J’en ai passé quelques-unes avant de m’arrêter devant l’une d’elles pour l’escalader. J’ai pas su comment sur le moment, mais je suis monté jusqu’au toit, jusqu’à atteindre le conduit de la cheminée. C’est par là que je suis entré. Ma source de chaleur était toute proche… Un gars ronflait dans son pieu, des cadavres de bouteilles au sol… En entrant dans la pièce, j’ai eu un besoin viscéral d’étancher une soif dévorante… Mes canines sont devenues douloureuses. C’est comme ça que j’ai su qu’elles avaient changé. La suite m’est venue sans que j’ai l’impression d’aligner consciemment deux pensées cohérentes. Mais j’ai vidé cette ivrogne de son sang sans même le tirer de son sommeil. Avec le nombre de boutanches rien que dans la piaule, il aurait bien pu faire un coma éthylique.
Avant de me casser, j’ai changé de tee-shirt, et de jeans. Moins mon style, mais j’ai gardé mon blouson en cuir. Les fringues tâchées, je les ai emmenées pour les abandonner dans une benne à ordure… D’ailleurs, les bennes avaient l’air d’appartenir à un bar. Encore de la chaleur… Génial. J’avais moins froid maintient. Mais… Il fallait que je me réchauffe. Même avec le sang décongelé, ma peau…  Elle était toujours trop froide malgré la douceur de cette nuit estivale. Alors j’ai poussé la porte du troquet apparemment encore bien fréquenté. La musique me semblait vraiment forte. Je me suis même demandé comment les gens arrivaient à supporter le volume. La lumière me faisait plisser les yeux… Alors je me suis mis dans un coin à une table… La serveuse est venue me demander ce qu’elle pouvait me servir… Je ne voyais que cette veine qui serpentait au creux de son cou jusqu’à disparaitre dans l’ouverture du col de son chemisier blanc… Elle me souriait, apparemment sensible à mon regard qui s’attardait sur elle. Elle m’a ramené une pinte de leur meilleure bière. Et toute la soirée je l’ai guettée. A travers le brouhaha des conversations, des allées et venues du personnel, et de la musique que faisait le groupe qui animait la soirée, en fixant la serveuse, j’arrivais à l’entendre prendre ses commandes, griffonner sur son calepin, passer les infos à ses collègues, jusqu’au moment où elle a annoncé à sa responsable la fin de son service. Elle était revenue plusieurs fois vers moi pour reprendre d’autres commandes. Et quand elle m’a proposé un plat, bizarrement, rien que l’idée de la bouffe m’a écœuré.
Dans la poche de mon blouson trainait un petit billet que j’ai laissé au comptoir. Normalement je serais resté taper la discute au barman ou avec les clients qui défilaient sur les tabourets hauts perchés. Mais la lumière me filait la migraine… Et je ne voulais pas louper le moment où la serveuse allait sortir par la petite porte de service…

(Break - Three Days Grace) Yaaas check it out !! Rock'n Roll

J’allume une cigarette, et ça loupe pas. Quelques minutes plus tard, elle sort. Ses fringues perso ont remplacé son uniforme. J’aimais bien son chemisier blanc et sa petite jupe noire, mais son petit jeans taille haute lui va bien aussi. Une femme moderne… J’approche d’elle après avoir écrasé mon mégot.

« Excuse-moi mademoiselle, j’ai pas eu le temps de te laisser un pourboire. »

Elle a pas eu l’air ni choquée, ni blasée. Ses lèvres peintes en rouges se sont étirées en un large sourire alors qu’elle se retournait vers moi.

« Vous êtes satisfait de mon service à ce point ? »


Ca la fait rire. Détendu la fille… Je sors un ou deux dollars que je lui tend. Elle prend les billets, nos doigts se frôlent… Et c’est la que je me rends compte que c’est pas que dans ma tête cette sensation de froid que j’ai. Elle capte mon regard en fourrant l’argent dans sa poche arrière.

« Merci… Je ne vous ai jamais vu ici… »


Elle a eu l’air surprise que ma peau soit si froide, mais elle sourit toujours.

« Nan, c’était ma première fois ici. »


Elle me fait un clin d’œil. C’est mignon… Et ça me fait marrer, parce que d’habitude, c’est plutôt moi qui fais ça. Elle ajoute qu’elle est contente que mon expérience ait été bonne… Puis elle me détaille un peu. Ca fait drôle qu’une nana ait cette attitude. Mais c’est pas moi qui vais la juger.

« Vous aimez le rock ? » Changement de sujet pas désagréable. « Grave ! » Que je lui réponds. Une lueur de mystère se greffe à son expression, et ça m’intrigue. Moi qui pensais qu’elle aillait essayé de se tirer vite fait chez elle…. En fait non, on échange quelques banalités en marchant le long de quelques rues, et c’est là qu’effectivement, on finit par rentrer dans un autre bar à l’ambiance bien différente. Ya une estrade, avec un mec qui joue. Il a une masse de tatouages, mais genre… Même sur la tronche quoi. Il nous regarde passer d’ailleurs… Elle lui fait un signe de la main. Ils se connaissent ? J’allais lui demander… Mais elle me prend la main pour m’entrainer à une des table… Et au contact de sa peau, ma gorge se serre. Je m’attends presque à sentir mon cœur taper un sprint, mais… Rien… C’est bizarre. Mais j’ai pas envie qu’elle la reprenne, cette main. Ma gorge se serre… Mais je tâche de sourire.

« Ça va ? »


Si même elle voit que j’ai un court-circuit… C’est qu’il y a vraiment un truc qui va pas… Et je commence à avoir mal au crâne. J’allais lui répondre que oui, et lui retourner sa question histoire de faire diversion sur les flashes de ce qu’il s’est passé avec le mec dans le taudis avec les bouteilles qui me reviennent brusquement, mais elle enchaîne.

« C’est plus calme à l’étage… »


Elle me tient toujours… J’entends mal. Tout est flou… Sauf elle. Je veux pas qu’elle me lâche. A défaut de sentir mon cœur s’affoler, j’entends très bien le sien, et mes gencives recommencent à me faire mal… J’ai vaguement conscience de monter un escalier… Et j’ai même pas conscience de bouger que je la plaque déjà contre un mur. Effectivement il y a moins de bruit. Une partie de moi envisage qu’elle pourrait vouloir se dégager… Je prends sa deuxième main et lie nos doigts… Y a personne dans la pièce… Elle a pas l’air d’avoir peur. Ou peut-être que c’est moi qui suis tellement dans un état chelou que je serais même plus capable de m’en rendre compte. Elle m’a pas quitté des yeux.

« Vas-y… Juste… Arrête-toi quand je te le dirais… »

Sur le coup, je pige pas de quoi elle parle… Elle guide une de mes mains contre sa hanche, alors que son autre main lâche la mienne pour se glisser dans ma nuque, et… Elle attire mon visage au creux de son cou. Contrairement à la première morsure que j’ai donnée, celle-là… J’ai le temps de la sentir venir et… Alors que je caresse son ventre, j’aspire sa peau entre mes crocs… Elle a soupiré. Ma main libre vient déboutonner son chemisier… Sa peau me paraissait brûlante… C’est ouf… J’ai déjà touché des meufs. Et jamais… Jamais elle m’ont eu l’air aussi… incandescentes. Les battement de son cœur sous ma paume me rendaient dingue. Mes canines ont fini par percer sa peau. Je l’ai entendue gémir… Elle a ouvert mon jeans… Bref. J’ai plus eu froid. Je me suis senti ivre, et comblé…
Quand j’ai repris mes esprits, ce qui n’a pas pris des plombes quand même, on était à poil tous les deux sur une banquette. Sa gorge saignait, un de ses seins aussi… Mais elle respirait bien, et un sourire béat flottait sur son visage.

« Mon dieu… Vous-êtes… Incroyables, vous… Les sangs-froids… »

C’est avec elle que j’ai appris pourquoi j’avais froid… Pourquoi j’avais soif, pourquoi la lumière et les bruits brouillons me rendaient ouf. Et effectivement, elle connaissait Black. Enfin… Le mec avec les tatouages partout. On a bien accroché tous les trois, et on se voyait régulièrement. La serveuse, qui en fait, a un prénom, Sally. Ben… Elle était donneuse. Un soir par semaine on se retrouvait quelques part pour un échange de bon procédés… Ses sensations fortes contre la chaleur que je ne peux pas générer moi-même. C’était cool. Elle venait parfois sur son temps libre pour nous voir avec Black. Ah, oui… Parce que j’ai une passion dans la vie, dont j’ai pas eu le temps de parler jusque-là. La musique. Alors que lui s’éclatait au chant et à la guitare, moi j’faisais vibrer la basse… Nous manquait plus qu’un batteur…

(Walking the Demon - Bullet for my Valentine) Guitare


Le temps a passé… Par années. Sally était devenue proche de nous… De moi. Black et moi étions devenus comme des frères… En fait, l’instinct de survie ça rapproche. J’ai appris l’origine de ses tattoo, et… Voilà. Pas pu m’empêcher de compatir. Et puis on rendait bien ensemble quand on se retrouvait pour bosser nos morceaux pour la soirée du coup de feu dans les bars de N-Y. Au fur et à mesure du temps nous est venue l’envie de former un groupe. Même en étant que deux… Ca aiderait sûrement à faire venir les gens s’ils peuvent nous identifier. Autant pour venir nous voir jouer, que pour éventuellement se joindre à nous… Mais c’est d’abord l’inverse qui s’est produit. Je me rappellerai toujours de cette nuit-là. Pas besoin d’être super observateur pour se rendre compte que Sally n’était pas à ce qu’on faisait. La première fois que je lui ai demandé ce qu’il se passait, elle a été assez évasive… J’ai failli finir par m’énerver. J’aime pas qu’on me prenne pour un con. Mais c’est là qu’elle est devenue toute penaude.

« Je suis désolée… C’est Hunter… »

Ca faisait un moment que je m’étais rhabillé, presque vexé… M’enfin… J’ai quand même fait l’effort de l’ écouter quand elle a décidé de décrocher un mot, encore étendue sur le lit de la piaule du vieux motel. Après un silence, elle a enchainé.

« Il m’a demandée en mariage… »


Cette phrase m’a fait l’effet d’un : « C’est fini entre nous. » Elle a pas eu besoin de la voir. Le ton de sa voix suffisait. Et si j’avais encore eu un doute, quand je me suis retourné pour la regarder, plus moyen d’en avoir.  Elle se rongeait la lèvre sans oser me regarder.

« Il m’a parlé d’avoir un enfant… Et… J’ai déjà plus de 30 ans… »

Maintenant, c’était elle qui attendait que je dise quelque chose. Oui, ça m’emmerdait qu’elle change les plans. Je m’étais bien fait à la voir graviter. Je chassais de temps en temps, mais… Ca avait un goût particulier de la retrouver… Faut le dire. Mais je savais bien que nos chemins se sépareraient un jour. Les dons éprouvent son corps de toute manière.

« Azy… Pas d’lézard… C’était sympa. »

J’ai déposé un dernier baiser sur ses lèvres avant de me tirer. Je l’ai entendue pleurer en longeant le couloir. Mais elle avait fait son choix… Et si je m’étais éternisé… Ça n’aurait rien rendu plus simple. Ni pour elle… Ni pour moi. Ca m’a fait chier… Mais on a évité de revenir dans le bar où elle bossait. Par contre, là où j’ai rencontré Ghost, bah… Il avait déjà un public avant que je m’incruste, et maintenant, c’était un peu devenu le nôtre. Alors peu importait que je sente encore le parfum de Sally dans l’atmosphère. On ne s’était rien promis. Alors je me suis concentré sur la musique chaque fois que j’étais pas ou taf. On a même fait des tracts pour trouver le membre crucial qu’il nous manquait pour qu’on puisse envisager de former un groupe digne de ce nom. Une ligne rythmique. Un soir, un blond, encore plus tatoué que moi s’est présenté à nous après une de nos sessions sur l’estrade. Allan Eagleson, blond décoloré, humain…
Quelque chose en lui n’allait pas. Rien à voir avec son attitude, ni même son jeu. Allan a un dossier médical long comme le bras à cause de son sang défectueux. Le genre de truc… Sans qu’il ait besoin de se blesser, ça me… Ca m’tente pas pour deux ronds. Au moins on risquait pas de péter un cable et de s’abattre sur lui comme la misère sur le pauvre monde. Non. C’était pas lui la tempête. Elle est arrivée quelques temps après… Toute aussi tatouée, encore plus décolorée, et toute aussi humaine…



Enfin… Je vais un peu vite. Elle en était pas encore là. La première fois qu’on l’a vue… Ça remonte à 10 ans maintenant. Allan était devenu Curson, sur la scène. Moi, Caim. Et Black était simplement Ghost. Mais genre… Pas Casper. Non. La vraie version d’outre-tombe qui vient tout droit des tréfonds de la Terre. Le tout ensemble, ça donne les Night Walkers. Avec le développement des médias, on a gagné en visibilité, au moins à l’échelle de la ville. J’me souviendrai toujours du premier soir. Ghost entonnait le morceau qui avait fait le plus de vues. Une de nos meilleures reprises. Breath into me, de Red. On y met tellement nos tripes… Que cette fois on a décidé de pousser le jeu de scène un peu plus loin. V’là que notre leader fait monter une nana sur l’estrade. Une petite gonzesse châtain. Un look assez passe partout par rapport à plein d’autre. Mais on se rend vite compte qu’elle sait tenir un micro, et l’assumer une fois la surprise passée. Sa voix s’est posée naturellement sur nos instruments. Moi qui m’attendait à devoir m’adapter… Et en plus de ça, son timbre était loin d’être dégueu. Toujours dans la mise en scène, Black lui a demandé son nom… Loren, qu’elle s’appelait. Les gens ont sifflé grave. Du coup, elle a carrément fini le morceau avec nous.
Une fois notre petit show terminé, je l’ai repérée pas loin du comptoir du bar. Tout dans sa posture trahissait de la timidité. Plus fort que moi, je me suis levé, laissant les deux autres débriefer.

« Tu nous en as mis plein la vue… »

Ma voix était un peu charmeuse. Même pas la peine que j’essaye de nier. Et quand je l’ai vue devenir toute rouge, laisse tomber, comment j’étais fier de mon coup.

« Oh… M… Merci… J’ai fait que vous suivre. »

Tu m’en diras tant, princesse. J’ai vu des gens galérer au karaoké. Toi, tu joues pas dans la même cour… Mignon son petit rire gêné alors qu’elle essayait de se planquer tant bien que mal derrière sa longue tignasse. Je lui ai décoché un clin d’œil avant de retourner à ma  table. Les week-ends suivant, je l’ai bien vue, jamais trop loin de la scène. Elle était toujours à peu près dans le même secteur de la salle du bar. Au bout de deux mois à la voir s’ambiancer sur nos représentations, j’ai décidé de jouer franc jeu avec les gars. Ca pourrait être sympa un membre féminin dans le groupe… Et puis, j’avais pas pu m’enlever cette représentation en impro qu’elle nous a faite… Allan était plutôt chaud pour qu’on aille la voir. Ghost faisait encore style d’hésiter.

« Mais qu’est-ce qu’on risque ? Une répèt’… On joue pas notre vie… »


C’est comme ça que je me suis retrouvé à prendre étrangement, une clope au moment où je l’avais vue sortir du bar. Peut-être qu’elle aussi avait besoin de sa dose de nicotine. Je lui ai posé une main sur l’épaule… Apparemment j’ai le don de la faire sursauter.

"Salut poulette! Pas de panique, je mange pas les gens... Ca va?"
Elle a eu l’air encore plus intimidée que la première fois. Peut-être parce que là, on se trouvait à l’extérieur. Et puis moi, intérieurement, par contre… Je me suis bien marré en entendant ma propre phrase. Sérieux… J’aurais pu trouver autre chose à dire… Si elle savait… Comme rien d’intelligible n’était sorti de sa bouche en plusieurs secondes, j’ai enchaîné pour éviter de lui donner l’impression de vouloir la regarder galérer.

"On s'est juste demandé si tu faisais de la musique... Parce que t'vois... Les gens gèrent pas le micro comme ça en impro. 'Fin... C'est surtout moi qui me demande. Les autres ont pas le cran... Et comme tu viens souvent... Ça aurait été con de rester en suspens"

Elle m’a raconté son parcours, et là j’ai pigé. Cette meuf vient d’une famille de pro de la musique. Elle est née dedans. D’un coup, je me suis senti petit. C’est ouf, qu’une nana avec autant de compétence soit aussi timide devant moi, zicos autodidacte avec spécialité feeling. J’aimais ce qu’elle dégageait déjà à cette époque là. Elle est venue à cette répèt’, et c’est là que Ghost a capté ce que j’avais flairé en elle le premier soir… On est restés en contact, au point qu’elle nous a accompagné de plus en plus régulièrement. C’est comme ça que Loren Frost est devenue Alrinach… Comme ça que la petite nana toute rangée et toute sage est devenue une tatouée si Badass que pour le coup… Je savais plus trop comment l’aborder. On partageait tellement de trucs ensemble, tous les quatre… Unis par la musique. Mais j’avais bien l’impression qu’avec moi, elle avait une complicité différente. On faisait la plupart des arrangements tous les deux, les filages. Si sur scène c’était Ghost le leader, dans les coulisses, c’était nous. Ca me plaisait comme idée. Plus le temps passait, plus elle s’épanouissait à vue d’œil auprès de nous. J’adorais voir ça. Elle était un genre de ciment entre les pierres qu’on avait mis tellement de temps à empiler. Chaque fois que je la voyais aussi heureuse, ça me rendait euphorique…

Jusqu’au moment où on nous a proposé d’enregistrer. Même si s’était une maquette d’abord, qui avait de grandes chances d’aboutir à un single, c’était un sacré cap… Ce moment-là aussi je m’en souviendrai toujours. Quand ses yeux se sont mis à briller d’émotion alors qu’il l’avait rejointe sur le balcon. Le balcon de sa cuisine pour lui annoncer qu’on avait demandé au studio à ce qu’ils prévoient qu’elle participe officiellement au projet… Ce moment où elle lui a sauté au cou pour l’embrasser… A lui… Mon acolyte. J’ai senti cette pointe dans ma poitrine silencieuse. Un peu comme quand Sally m’a annoncé ses fiançailles. Là, c’était un peu la même, puisqu’en plus, à la sortie de l’album… Il a fait d’elle une vrai Night Walkeuse… Ad vitam Aeternam… La différence, c’est que là, c’était au-dessus de mes forces de fuir comme je l’avais fait face à tout ce qui me semblait trop douloureux à assumer… Le changement de vie de Sally… Le shot de Jeff… Alors je les ai encore suivis… Jusqu’à Londres, puisque la disparaissions du plus vieux vampire faisait frémir la race entière. Il fallait forcément que Ghost sache un peu mieux ce qu’il en était, et je pouvais le comprendre avec le passif qu’il a.

Night Walker, pour le meilleur et pour le pire…



 
Revenir en haut Aller en bas
" Taylor Swan "
Taylor Swan
Date d'inscription : 27/01/2016
Messages : 124
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyLun 6 Mai 2019 - 23:19
Bienvenue :3 j'adore votre tatouage au cou !
Revenir en haut Aller en bas
" Adrian Malraw "
Adrian Malraw
Date d'inscription : 06/05/2019
Messages : 14
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyLun 6 Mai 2019 - 23:34
Merci demoiselle ! Big Smile J'suis particulièrement fier de cette pièce... Et toi t'as des yeux à tomber Angelot
Revenir en haut Aller en bas
" Evangéline Moreau "
Evangéline Moreau
Date d'inscription : 07/09/2015
Messages : 98
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyMar 7 Mai 2019 - 10:34
Un vampire hm.. *sait qu'elle risque de se bruler les doigts mais sa curiosité l'emporte déjà* Bienvenue, hate de faire connaissance Angelot
Revenir en haut Aller en bas
" Chris Moreau "
Chris Moreau
Date d'inscription : 05/08/2015
Messages : 72
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyMer 8 Mai 2019 - 15:15
Hm... *Toise le vampire de haut en bas, les bras croisés sur son torse.*
Revenir en haut Aller en bas
" Adrian Malraw "
Adrian Malraw
Date d'inscription : 06/05/2019
Messages : 14
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyDim 12 Mai 2019 - 19:24
*Pouffe* t'inquiète mec...
Revenir en haut Aller en bas
" Aylee Duncan "
Aylee Duncan
Date d'inscription : 11/10/2017
Messages : 41
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyDim 12 Mai 2019 - 22:26
Un musicien ! Ooooooh J'espere vous croisez si avez besoin .. Hii Hii
Revenir en haut Aller en bas
" Invité "
Anonymous
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyDim 12 Mai 2019 - 22:34
rebienvenue ici Ooooooh
Revenir en haut Aller en bas
" Matthew J. Gordon "
Matthew J. Gordon
Date d'inscription : 11/09/2017
Messages : 65
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyLun 20 Mai 2019 - 0:33
(Cinéma Grosses larmes )

Wesh
Revenir en haut Aller en bas
" Jayden Hamilton "
Jayden Hamilton
Date d'inscription : 27/04/2019
Messages : 44
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyLun 20 Mai 2019 - 14:38
Welcome ^^
Revenir en haut Aller en bas
" Adrian Malraw "
Adrian Malraw
Date d'inscription : 06/05/2019
Messages : 14
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyMar 21 Mai 2019 - 2:24
Merci pour votre accueil les gars Excité Me voilà prêt à rentrer dans le game !!
Revenir en haut Aller en bas
" Aylee Duncan "
Aylee Duncan
Date d'inscription : 11/10/2017
Messages : 41
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw EmptyMar 21 Mai 2019 - 10:30
Bienvenue officielement Angelot éclate toi ! Rock'n Roll
Revenir en haut Aller en bas
" Contenu sponsorisé "
Who am i !

Adrian Malraw Empty

Adrian Malraw

MessageSujet: Re: Adrian Malraw Adrian Malraw Empty
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire :: This is where we start :: This is you :: Présentations :: Présentations validées-