Lycampire
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Lycampire


 
Bienvenue sur Lycampire , Invité !

Le Deal du moment : -20%
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – ...
Voir le deal
239 €

Partagez

Let's make a deal~ (2010)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
R
A
N
G
PNJ
P
R
O
F
I
L
Date d'inscription : 17/05/2016
Messages : 50
C
O
N
T
A
C
T
Who KnowsWho Knows


 

 
Let’s make a deal ~

 
tumblr_inline_ofmgtgJccm1rifr4k_500.gif
Lune montante, entrepôt vide, espace de la ville sans vie. Lieux soudain d’un spectacle glaçant.

La nouvelle était tombée.

À peine tu remettais les pieds à la source de ton travail, au cœur même de ta stabilité mentale et physique, quelque chose entache violemment ce petit paradis. Tu étais pourtant à ton apogée, sourire aux lèvres, canine sanglante pour plus d’effet. Le regard affolé de l’homme en face de toi était d’une jouissance presque orgasmique. La toile blanche était posée, il ne manquait que la muse et ton pinceau. Mais c’est trop tard. L’inspiration morbide chute. Un bruit. Une voix.

- M… Monsieur Rosenwald ?

Le dos rond, main gauche tenant fermement ton rasoir, tu t’es figé devant le visage de ta victime. Tu te redresses lentement, te retournant face au pauvre messager qui semble perdu. Tu bascules la tête sur le côté en essayant de le reconnaître. Hum. Tu prends sur toi, temporairement. On pourrait croire que changer de visage t’épuises un peu chaque jour, te ronge l’âme… Mais tel le caméléon, te voilà capable de le faire à ta guise, comme une seconde nature. Tu joues un peu avec ton rasoir, souriant, montrant un visage presque humain.

- Fraklin… Mon cher Franklin...

Le gratte-papier en face de toi se triture la cravate. Tu sais qui il est. Il est ta couverture chez les Heaven. Il est ton visage dans la société. Seul le chef en personne connaît ta nature, la vraie source de ton travail. Si l’entreprise est si florissante, c’est en partie grâce à toi. Pourtant, malgré tes airs faussement calme, quelque chose te dérange. Il est bien trop nerveux pour annoncer une bonne nouvelle, sinon il se serait contenté d’un appel.

- Allons… Parle mon ami, tu vois bien que j’ai du travail.

Tu lui fais signe, montrant l’homme derrière toi, toujours assis sur une chaise trônant au milieu d’une bâche en plastique. Tu vois qu’il grimace, essaye de reprendre sa respiration beaucoup trop saccadé. A-t-il peur de toi ? Tu t’approches doucement.

- Je… Monsieur… Joris Heaven est mort...

Silence ~

Le temps se fige de nouveau, un corbeau passe…

Mort ?

- Pardon ?

Les mots sont bien arrivés à tes oreilles, dans ton cortex cérébral pour que tu l’encaisses, les analyse et comprenne l’ampleur de la situation. Tu essayes alors de te concentrer sur ton interlocuteur, mais tu te doutes bien que le flot de ses paroles sera pour toi quelque chose d’assez ennuyante, connus ou bien sans intérêt fixe. Tu te concentres alors sur les perles d’eau et de sel qui coulent le long de son front, de son regard fuyant derrière ses lunettes bien trop grosse pour la forme de son visage et ses mains qui ne cessent de se tortiller dans tous les sens.

- Ou.. Oui monsieur. Mais.. Du coup… Son fils prend la tête de l’organisation et… et tombé sur votre dossier… Ainsi que sur la vérité sur moi… Et… il désire vous rencontrer...

Évidemment. Tu te pinces le nez. Il fallait bien que cela arrive un jour ou l’autre. Tu grimaces et fait signe.

- Quand ?

Il déglutit. Tu fronces les sourcils alors qu’il se retourne vers la porte où il était entré. Tu regardes par-dessus son épaule et plisses les yeux.

- Il.. Il est déjà là...

Pardon ?

 
(c) Heaven
R
A
N
G
Meute Wolfia
Meute Wolfia
P
R
O
F
I
L
Date d'inscription : 27/04/2019
Messages : 61
C
O
N
T
A
C
T
Silver HeavenSilver Heaven
Let's make a deal~ (2010) Gun-pistol

Une semaine. C'est le temps qui s'est écoulé entre le moment où la fusillade a fait s'écrouler mes certitudes et celui où, alors que tout autour de moi me semblait encore flou de surréalisme, et où pourtant, je me retrouvais dans le bureau pour éplucher tous les dossiers que mon père couvait pour cause de "confidentialité délicate". Ca m'obligeait à me focaliser sur autre chose que cette épopée effroyable et vaine aux urgences soldée par la vue de ce cercueil. Chris et Evangéline avaient suivi notre mère chez elle après la cérémonie.

Moi, j'avais dormi ici. Dans la forteresse de son empire. Comme si j'avais peur qu'en quittant les bâtiments, ils disparaissent comme lui. Si je perdais ça, je me perdrais moi-même. Joris avait tout mis en œuvre pour que je lui succède, et j'allais le faire. Le faire bien. C'était la seule manière de m'assurer que je serais assez sûr des mes appuis pour ne pas me faire bouffer par un challenger potentiel. Il ne fallait pas que qui que ce soit pense que ce serait une bonne idée de me défier. Evidemment qu'en son temps, mon paternel avait bien choisi ses collaborateurs et autres hommes de mains. J'avais grandi avec eux. Mais tout le monde sait que quand il est question d'argent, les masques ont tendance à tomber. Alors quand on parle d'argent ET de pouvoir, c'est un combo explosif.
D'ailleurs, Cliff, le bras droit de mon père, que je considérais ni plus ni moins que comme un oncle de cœur, avait commencé par rechigner à ce que j'aie les clés du coffre qui contient les fameux dossiers secrets. Soi-disant que j'étais pas prêt à tout assumer d'un coup. On avait discuté un bon moment, et il démordait pas. Mais c'était pas seulement ça. Il a élevé le ton sur moi le con. De fil en aiguille il a fini par me sortir que j'étais qu'un gosse et que j'aurais jamais les couilles de gérer les affaires et de prendre les décisions les plus difficiles. Qu'il me donnait pas trois jours pour flancher ou me faire descendre, parce qu'une meute sans alpha devient dangereuse pour ses propres membres. C'est le résumé politiquement correct. Parce que ce qui se dégageait surtout de cette "conversation", c'est qu'il estimait que ça aurait dû être lui le nouveau PDG désigné, vue son expérience du terrain, sa maturité, et "tout ce qu'il avait fait pour nous depuis toutes ses années."

"On s'en fout de ce que t'en penses, Cliff. Les décisions ont déjà été prises, y'a même pas à revenir dessus. Le testament est très clair. Donc en fait, c'est simple. Y'a pas 36 000  solutions, y'en a deux. Soit, tu gardes ta place de bras droit comme tu le fais depuis des lustres et ça se passe bien, soit tu dégages."

La fermeté dans ma voix m'avait surpris moi-même. Mais j'étais vraiment pas d'humeur à tergiverser sur des conneries. Tout était déjà assez éprouvant sans qu'il vienne me prendre la tête. Lui, supposé être au contraire mon meilleur guide, maintenant que mon mentor de toujours avait disparu.... Depuis à peine  quatre jours. Mon regard n'avait pas dévié de lui. Mais il m'a ri au nez ce trou du cul. Sérieux. Il s'est foutu de ma gueule, alors qu'on prenait une clope en bas de la tour.

"Tu déconnes gamin. J'ai pas fait tout ça pour me retrouver maintenant, aux ordres d'un morveux qui se sent pousser des ailes parce que Papa l'a mis là."

Je m'étais vu me lever et lui montrer que personne ne doit me parler comme ça, même pas quelqu'un qui m'a quasiment vu naître. Un affrontement. C'était ce qu'il cherchait. Mais j'avais misé sur un désamorçage par la froideur.

"Alors c'est la deuxième option. Et si tu veux pas te faire chier à faire une lettre de démission, je peux aussi te virer."

Le sourire s'est effacé de sa face, et il m'a choppé par le col.

"Pour qui tu te prends, merdeux?" Je me souviens encore de son haleine pleine de fumée à cinq centimètres de ma tronche. C'était sûrement sensé m'impressionner. Mais Papa me l'avait dit. La seule confiance absolue que je dois avoir c'est en moi-même, et personne ne doit avoir la moindre prise pour m'intimider. Alors j'avais serré le poing pour le faire atterrir, ni une, ni deux, dans la sale gueule de vautour de Cliff. Son nez s'était tout de suite mis à pisser. Ca avait eu le mérite de le faire lâcher, et reculer d'un pas.

"P'tit con..." Qu'il avait grogné. "A ta place j'frais bien gaffe à ma gueule. Ton père a fait un choix, mais il peut plus t'couvrir le cul."

Une menace. Quelle bonne idée. Et en plus, il ne me défait pas que moi, mais aussi Joris. Et rien que pour ça, c'était impensable que je laisse passer.

"Casse-toi. Maintenant. Et c'est même pas la peine de revenir."

Evidemment, en entendant le mouvement, d'autres avaient commencé à plus ou moins se rassembler pour observer la scène.

"Et sinon quoi, trou du cul? Tu crois que tu vas me faire frémir?"
"Sinon je te considèrerai comme un traitre, et je pense que tu sais ce que les loups font au traitres, toi qui fait tellement le rapprochement entre notre Organisation et une Meute." Et il s'est encore marré.
"Toi? T'es tout juste un chiot. T'apprends à peine à aboyer. T'auras jamais les couilles.".

A ce moment-là, j'ai su que si je flanchais maintenant, je prendrais le risque de saper ma crédibilité déjà bien handicapée par mon âge. Alors j'ai dégainé le silencieux que j'avais dans un holster sous mon blouson en cuir au niveau de la taille. Toute ma vie je me souviendrais du bruit qu'a fait le cran d'arrêt quand je l'ai abaissé. Le regard de Cliff a changé. Il était passé de cette expression de charognard que je ne lui avais jamais vue à quelque chose qui ressemblait plus à l'inquiétude que je connaissais à mon "oncle" quand un de nos hommes était blessé ou qu'une livraison s'annonçait particulièrement périlleuse. Mon cœur a explosé au même moment où j'ai pressé la détente. Tout le monde a retenu son souffle. Moi compris. La scène me hante depuis dans les pires moments. Mais au moins, c'était clair pour tout le monde, que ce soit pour ceux qui avaient assisté à ça, ou les autres : Les loups tuent les traitres, et quand on me menace, on joue sa vie.
Inutile de dire que j'ai pas foutu les pieds aux funérailles de Cliff. Sa mort a officiellement été déclarée comme un acte d'auto défense, alors qu'il était bourré et agressif. Une arme avec ses emprunte dessus a appuyé cette version.

Au moins, il n'y avait plus personne entre moi et le moindre dossier. J'ai vite compris pourquoi ils étaient aussi particulièrement difficiles d'accès. Tous parlaient de surnaturel. Etrangement, Joris n'avais pas vraiment parlé de ça de manière très... Concrète. Genre... Il avait des balafres... Des balles d'argents, ou en bois. Mais il avait toujours dit que c'était plus du préventif qu'autre chose... Tout laissait à croire que c'était le cas. Parce que mis-à-part les mentions "Sang chaud" ou "sang froid", les transactions paraissaient normales. Mais un dossier était bien plus épais que les autres... Nikolaus Rosenwald  = Sang Froid => Franklin Stanford.
Il y avait bien des coordonnées, mais toutes mes tentatives pour joindre l'homme qui me semblait loin de n'être qu'un client lambda se soldaient systématiquement par un échec. Franky s'appliquait à faire muraille entre son boss et moi. J'avais eu beau chercher dans les archives de mails, tout avait été effacé. Mais j'avais les nerfs tellement à vif que je ne supportais pas l'idée que ce gars mystérieux puisse me surprendre. S'il y avait quelque chose à savoir, il était hors de question que ça m'échappe. Alors en harcelant la secrétaire encore choquée que j'aie pu descendre mon rival, elle avait finalement réussi à me sortir une adresse.

Même si j'avoue qu'à ce moment-là je devais bien être un peu fou, je me serais pas rendu là-bas seul. Surtout pas alors que le gars que je cherche est apparemment un vampire dont j'ignore le tempérament. Je me suis rendu à l'adresse indiquée par la secrétaire en moto, censés rester discrets. Je veux juste parler., suivi par deux autres gars. Mon téléphone me rendait géolocalisable au cas où il faudrait envoyer du renfort.
Bien évidemment, en arrivant sur place, Je suis accueilli par un sous-fifre. Ca se voit à sa posture. Ca s'entend aux phrases bateaux qu'il débite. C'est que quand je lui montre le dossier que j'avais trouvé dans ce que fut le bureau de mon père qu'il s'est mis à bégayer un truc qui a ressembler à: "Veillez patienter, je vais voir ce que je peux faire..."

Ca progresse... Ca promet pas d'être simple, mais ça progresse[
R
A
N
G
PNJ
P
R
O
F
I
L
Date d'inscription : 17/05/2016
Messages : 50
C
O
N
T
A
C
T
Who KnowsWho Knows


 

 
Let’s make a deal ~

 
tumblr_inline_ofmgtgJccm1rifr4k_500.gif
Si seulement. Si seulement une once de vie coulait dans tes veines. Si seulement tu étais dans la capacité de respirer. Tu aurais pu     prendre une grande inspiration de tension, de lassitude au     fur et à mesure que la discussion s’enchaine. Mais tu ne peux que te contenter de te pincer le nez, montrer ta frustration en grognant, montrant le début de tes canines assoiffées de violence et de morsures. Ta poigne se renferme sur le manche de ton rasoir. Tu essayes de trouver une solution rapidement alors que le temps s’écoule. Tu fais signe d’attendre, le temps d’analyser la situation.

De nombreuses questions résonnent alors dans ta tête. Comment Joris est mort ? Pourquoi ? À quel moment son fils à repris la main ? Comment votre contrat va se faire ? Garderas-tu ton travail chez les Heaven ? Aucune idée. Tu grimaces et regardes de nouveau Franklin.

- Tu me laisses finir ce travail ? Je devais le faire pour Joris normalement, mais la donne a changé donc… Autant faire plaisir au fils. Non ? Cadeau de bienvenue.

Tu termines ta phrase dans un sourire un peu étrange. Un peu malsain à la limite. Tu le sais. Tu joues avec ça. Cela se voit dans le regard de ton pauvre messager. Tu jubiles presque, parce qu’au moins, cela te met de bonne humeur avant la sentence. Tu te retournes et claques des doigts.

- S’il veut venir entre temps, aucun problème. Je suis prêt à l’entendre et à répondre à ses questions.          
- Je… Bien monsieur Rosenwald.

Qu’il baragouine en reculant comme un chien apeuré, la queue entre les jambes. Tu peux enfin te remettre au travail quand tu l’entends partir de la pièce. Qu’importent les regards posés sur toi quand tu reprendras ton travail. Qu’importe si tu apportes la peur ou le dégoût, tu as été créé pour ça. Tu relèves ton rasoir de barbier au niveau de tes yeux, croises le regard de ta prochaine victime et souris. Ta main droite qui se lève, le doigt qui se colle lentement sur tes lèvres. Tu lui ordonnes de se taire dans un sourire macabre. Lui qui espérait un peu d’espoir, pouvoir partir alors que la tête de l’organisation avait changé… Mais pour toi, qu’importe. Tu as des ordres à exécuter.
 
Le geste est rapide, millimétré, répété. Le silence qui suit en est plus que palpable, l’odeur de mort peut ainsi se répandre dans la pièce, entourant ton aura de prédateur. Le sang s’écoule lentement sur sa peau, sang que tu te délectes de voler du doigt. Tu le lèches avidement, presque trop précieux pour ne pas directement planter tes crocs dans ce corps qui perd lentement la vie. Puis, ce n'est pas l'effet que tu recherches. Tu recules un peu, observant le résultat alors qu'un raclement de gorge se fait entendre. Tu souris et te retournes en t'inclinant face à tes invités.

- Bonsoir à vous. Je suis désolé de vous avoir fait attendre, je me devais de finir ce travail.

Tu te redresses, allant vers une petite table pour nettoyer ton arme de prédilection, nettoyer un peu tes mains. Tu souris un peu et t'approches du plus jeune du groupe, étrangement bien entouré de deux gorilles.

- Vous devez être Silver. Enchanté.

(c) Heaven
R
A
N
G
Meute Wolfia
Meute Wolfia
P
R
O
F
I
L
Date d'inscription : 27/04/2019
Messages : 61
C
O
N
T
A
C
T
Silver HeavenSilver Heaven
Metallique. C'est le mot qui me vient quand enfin, on me laisse franchir le seuil de cet espèce d'entrepôt. Et même si ma Raison trouve ça étrange de "sentir" le métal, mon instinct met mon cerveau en alerte. C'est pas la première fois que je sens cette odeur. Mais de manière aussi entêtante, si. Et heureusement... C'en est écœurant.

"Finir ce travail." Tuer rapporte donc de l'agent à ce blond aux yeux bleus avec une carrure plus... Dans la moyenne, que la mienne. Je sais que les tueurs à gage existent dans notre milieu. Joris avait simplement préféré ne pas trop m'impliquer dans les négo directes... J'imagine que ça ne devait être qu'une question de temps, mais... Ce connard nous a pris de vitesse...

Comme plein d'autres petits détails que je n'ai pas intérêt à oublier, mon père m'a dit qu'il fallait éviter au max de regarder un vampire dans les yeux. Comme sur le dossier de ce mec, c'est clairement marqué, je vais éviter de me faire avoir aussi bêtement. Pas de contact visuel trop fixe et prolongé. Je fais un signe de tête, puisqu'il ne me tend pas la main. Je mentirais si je prétendais que ça me dérange de ne pas toucher cette paume froide, encore couverte de sang il y a une poignée de secondes. Trop de sang en trop peu de temps à mon goût. Mais je vais quand même jusqu'à me dessiner l'un de ces légers sourires assurés sur lesquels je bosse depuis que j'ai 15 piges.

"Monsieur Rosenwald. Vous vous doutez sûrement que si je me suis déplacé, c'est  que les circonstances l'obligent."

C'est peut-être un peu abrupt. Trop directif... Sûrement. Mais j'ai pas de temps à perdre. Trop de dossiers brûlants à reprendre et à gérer. Il faut que je sache si ce gars est disposé à être de mon coté, ou s'il va me faire galérer pour le même genre de raison que Cliff... Ou d'une autre manière. Dans le fond, ça changera pas le fait que s'il me met des bâtons dans les roues faudra trouver un moyen de couper court, quitte à le payer pour régler tout ce qui devrait l'être, sans pour autant cracher la thune désespérément. Il peut très bien chercher à me doubler. Ce serait très étonnant qu'il ne le fasse pas. Mais ce serait bête de ne pas envisager qu'il pourrait aussi être un allié. Pas possible que tout le monde se barre avec le même prétexte bidon. L'âge n'est pas gage d'expérience. C'est juste le temps qu'on a eu pour l'acquérir.
R
A
N
G
PNJ
P
R
O
F
I
L
Date d'inscription : 17/05/2016
Messages : 50
C
O
N
T
A
C
T
Who KnowsWho Knows


 

 
Let’s make a deal ~

 
tumblr_inline_ofmgtgJccm1rifr4k_500.gif
Légère tension qui se crée dans la pièce. Légère tension qui se crée entre les personnes présentes dans ces murs qui sont témoins d’atrocités ce soir. C’est à peine perceptible, mais tu vois déjà les gros bras qui pourraient pleurer dans les jupes de leur maman à peine tu montrerais les crocs. Main tendue qui trouve sa jumelle alors qu’un petit sourire qui s’essaye d’être chaleureux se trace sur le visage de ton interlocuteur. Tu recules un peu alors que tu l’entends parler, que tu l’entends parler. Tu fronces légèrement les sourcils, pensant peut-être qu’il récite quelque chose qu’il s’est répété inlassablement pour paraître plus adulte, d’une certaine manière. Tu mets un de tes doigts sous ton menton, faisant mine de réfléchir.

- J’ai ouï dire que votre père avait passé l’arme à gauche et donc vous êtes ce qui me semble être le digne héritier de son royaume.

Choix de mot délectable, mais qui semble rendre confus l’audience. Distance culturelle, temporelle que tu tisses lentement, telle une araignée autour de ses proies. Tu bascules la tête sur le côté, un temps, avant de te redresser complètement et tu t’inclines un peu. Il faut bien plier les courbettes devant un supérieur pour gagner la confiance. Pourquoi tu voudrais casser un accord qui marchait si bien jusqu’à là ?

- Je suis enchanté de faire enfin votre connaissance, très cher. Votre père m’avait parlé de vous, jadis.

Tu recules pour finir de ranger ton matériel et claque des doigts pour que ton bureaucrate s’occupe de tout amener dans la voiture. Tu souris un peu, pour te concentrer de nouveau vers ton interlocuteur. Regard qui observe la carrure du jeune homme, la posture. Il semble sûr de lui tout en ayant une légère crainte. Serait-il au courant pour ta nature ? Il semblerait. Tu souris un peu, te voulant rassurant.

- Et ne vous en faites pas. J’ai déjà… mangé, disons-le. Vous n’avez pas à vous soucier de cela. Mais revenons aux faits. Que désirez-vous de moi ?

Lèvres qui s’arquent de nouveau, offrant un visage un poil inquiétant malgré toute la bienveillance qui pourrait se dégager du ton de ta voix. Mouvement de recul de la part des gros bras du jeune Heaven. Oh, que tu aimes faire effet comme ça. Jouer avec ceux qui portent des masques. Mais tu ne voudrais pas non plus effrayer ton futur patron. Tu te redresses alors, reprenant une expression un peu plus neutre, prêt à entendre ce qu’il aurait à te demander, ses craintes et ses pensées qui défileront devant tes yeux.


(c) Heaven
R
A
N
G
Meute Wolfia
Meute Wolfia
P
R
O
F
I
L
Date d'inscription : 27/04/2019
Messages : 61
C
O
N
T
A
C
T
Silver HeavenSilver Heaven
Pas de condoléances Ca doit être un réflexe de vivants... Et puis... C'est un collaborateur, et je suis pas là pour faire pleurer dans les chaumières. Mes agents de sécu' reculent, mais pas moi.

Un sourire avenant mais maitrisé se peint sur ma face. Joris voulait garder les dossiers surnat' pour lui, mais il savait que je finirais par les récupérer, sans savoir quand. C'est donc pas super surprenant que le vampire ait déjà eu vent de ma présence, au moins... Voire, de mon nom. Alors quand monsieur Rosenwald me le confirme, je me contente d'un hochement de tête entendu.

Je manque de rire quand le prédateur parle d'un repas récent... Mais je dois garder ma contenance. L'entretien n'a même pas encore commencé.

"J'espère sincèrement que le plaisir sera partagé. J'aimerais reprendre avec vous les dossiers en cours pour les mener dans les meilleures conditions."

Le type est souriant. Ca veut pas dire grand chose dans le milieu. Mais... Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il essaie d'être... Cordial. Cela-dit, il peut bien raconter ce qu'il veut. Autant au sujet de mon père, que sur ses intentions envers moi. C'est la seule vraie zone de flou qu'il ait laissée, ces foutues dossiers spéciaux.
Je montre au blond la liasse de papiers classés que je tiens dans mon attaché-case.

"J'ai avec moi ces documents de ma partie, de sorte à nous éviter de perdre tous les deux du temps en recherches et correspondances. Avez-vous quelque chose qui ressemble à un bureau, ici?"


Let's make a deal~ (2010) Ni01
R
A
N
G
PNJ
P
R
O
F
I
L
Date d'inscription : 17/05/2016
Messages : 50
C
O
N
T
A
C
T
Who KnowsWho Knows



Let’s make a deal ~

tumblr_inline_ofmgtgJccm1rifr4k_500.gif
Un instant. Il a suffi d’un instant pour que tu voies le changement sur son visage. Il s’autorise même à rire un peu à ta phrase. Tu ne sais pas si c’est pour détendre l’atmosphère ou parce qu’il n’était pas prêt à ton humour douteux. Tu l’observes, attends ses questions avidement, curiosité malsaine qui se répand dans ton être. Au moins, il ne prend pas de gants avec toi. Tu les apprécies ainsi, sûr d’eux. Tu hoches alors la tête, comprenant les raisons de sa venue, que tu appréhendais. Avec calme cependant, pas comme si c'était surprenant de sa part.

- Mais avec joie. Je ne pense pas que cette collaboration puisse devenir problématique.

Tu t’approches un peu, posant un regard un peu interrogatif sur le gros dossier qu’il a ramené, qu’il te montre, preuve de son dévouement. Tu sembles passablement surpris de voir que son père avait gardé autant de papier sur toi. Tu fais un signe de la tête, évitant de poser une main sur ce Graal de connaissance à ton sujet, possiblement faux, possiblement vrai.

- Pas ici, non. Plus loin en ville, dans mon horlogerie.

Le lieu semble anodin, mais il marque une partie de ton existence. Depuis peu que tu trouves une passion pour cet attirail mécanique. Une parfaite couverture pour contrebalancer avec l’éternité qui se trouve devant toi. Un petit travail entre deux dossiers, qui peut te permettre de souffler quand l’horreur des meurtres et du sang semble beaucoup trop anodin pour y reprendre plaisir, goût à la violence.

- Je vous donne l’adresse ou vous me suivez en voiture ? Ce sera beaucoup plus simple et nos serons au calme.

La proposition est lancée, tu n'es pas certain qu’il l'accepte de suite. Qu’importe. S’il désire sinon parler en terrain neutre, dans un bar, un restaurant ou en terrain conquis… Tu te plieras aux règles avant de proposer les tiennes.
(c) Heaven
R
A
N
G
Meute Wolfia
Meute Wolfia
P
R
O
F
I
L
Date d'inscription : 27/04/2019
Messages : 61
C
O
N
T
A
C
T
Silver HeavenSilver Heaven
Je suis content de voir que ce mec, aussi étrange soit-il, ne donne pas l'impression de vouloir me mettre des bâtons dans les roues. Pour l'instant c'est que du baratin, mais c'est toujours bon à prendre quand ça s'engage bien... J'ai tellement de choses à régler en ce moment... La formule est presque marrante. Mais cette fois je reste stoïque. Faudrait pas que ce Rosenwald pense que je sus venu le débusquer pour me foutre de sa gueule. Flemme de gérer un incident diplomatique en plus du reste. Je me contente de hocher la tête pendant qu'il me détaille, en attendant la suite : On est d'accord qu'un hangar c'est pas le meilleur endroit pour se lancer dans de la paperasse.

Je ne m'attendais pas à ce qu'il me parle d'une horlogerie... Mais si c'est son job officiel, ça doit avoir du sens d'imaginer qu'il a un truc qui ressemble de près ou de loin avec un coffre où il classerait tous les doss' sur lesquels personne ne doit tomber, volontairement ou non. 
L'idée de suivre ce vampire dont je ne connait qu'un nom, (Le sien, ou celui par lequel il a choisi de se faire appeler dans mon fichier, qui sait?), une face, une nature, et le domaine du contrat qu'il a passé avec le fondateur Heaven. C'est que dalle. Ca me parait un peu hasardeux de le laisser me balader sans savoir où je vais...

"Nous allons prendre l'adresse... Sait on jamais. La circulation pourrait jouer contre nous."

C'est pas faux non plus. Les bagnoles qui forcent le passage et finissent par se foutre entre toi et la caisse que tu suis, ça rend ouf. C'est une des raisons pour lesquelles je peux devenir grossier au volant. Et si je veux que l'entretien se passe bien, quoi que je puisse penser, je peux pas avoir l'air trop sauvage non plus. Faudrait pas que ça lui donne envie de voir à quel point je peux me renfermer. Surtout pour un vampire. Ca peut pas être une mauvaise chose que le blond me pense un peu... Accessible.


Let's make a deal~ (2010) Ni01
R
A
N
G

P
R
O
F
I
L
C
O
N
T
A
C
T
Contenu sponsorisé

Let's make a deal~ (2010)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Deal? (Enora & Lisandro)
» Make beauty stay if I take my life ?
» Chrismas is coming, make a Wish // Angelina & Edward
» I might only have one match, but I can make an explosion | Alicia Cormell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycampire  :: Where we live and die :: Spirits' world :: What if...?-