AccueilAccueil  
  • RechercherRechercher  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • Bienvenue sur Lycampire, Invité !

    -50%
    Le deal à ne pas rater :
    Les baskets Nike Air Max 200 en promotion
    63 € 125 €
    Voir le deal

    Alice D. Gallahan
    Meute Gallahan

    Alice D. Gallahan

    En bref

    Date d'inscription : 23/12/2015
    Messages : 60

    [HOT]Pleasure in painful memories[HOT] ~ Alice xXx Angel  Picmon11

    Une nuit. Une de ces nuits qui pouvait sembler tout à fait banal aux yeux des autres. Mais pour Alice, cette nuit faisait partie des meilleures. C'était une de ces nuits les plus tendre, les plus sensuels, les plus sexuels, les plus sauvages. Alice sortait d'une journée intensive à s'entraîner avec son père. En général, elle soufflait à son compagnon du moment qu'elle ne le verrait que le lendemain ... Mais pas ce soir. Elle voulait rompre les habitudes. Elle se sentait bien trop inspiré et poussée des ailes pour ne rien faire ce soir. De plus, il avait largement intérêt à être opérationnel. Après tout Alice était ce genre de fille a obtenir tout par n'importe quel moyen. Elle se positionne devant son miroir calmement.Son regard se pose sur le reflet de ses longues jambes blanches pourtant couverte de bas noirs et remonte jusqu'au bord de sa robe. Elle lissa celle-ci, puis reprend son ascension sur son corps. Elle détaille les lacets de son corset qui lui donnait de l'allure et une taille de guêpe. Le tout remontant sa poitrine. Elle souffle en regardant son visage et passe sa main dans ses cheveux. Elle inspire profondément. "Aie confiance ! Il a totalement confiance en toi Alice !" pense-t-elle avant d'entendre toquer

    La jeune femme glisse ses pieds dans des talons hauts et va ouvrir. Elle penche la tête et sourit en coin. Son bad boy sauver de l'ombre d'une ruelle. Elle l'avait sûrement sauver d'une mort triste et regrettable. Gabriel était là, devant le pas de la porte, les mains dans les poches comme s'il attendait ce moment depuis des lustres. Elle l'attrape par le col et le tire violemment pour l'embrasser. Elle l'embrasse avec fougue et ferme la porte derrière eux, tout en continuant de le tirer à l'intérieur. Elle sourit un peu plus en lâchant ses lèvres. Elle le regarde au plus profond des yeux pendant un instant et fait glisser ses doigts couvert de ses gants, sur ses lèvres lentement.

    Tu me fais confiance ...? Hein Silver Moon ... ? Parce que cette nuit sera la meilleure de ta vie mon ange !

    Elle attrape lentement un collier, une grosse chaîne en métal et la glisse autour de ton cou. Elle sourit, totalement satisfaite, et te tire part le cou vers sa salle préférée. Sa salle de jeu ... Sa salle pour leur jeu... Sa chambre. La pièce, plonger dans le noire, était pourtant décoré avec le goût de sa chère mère. Alice y avait simplement rajouter quelques accessoires pour rendre ses nuits bien plus trépidantes. Elle ferme les yeux un instant en collant son dos au torse du jeune homme. Elle avait toujours un doigt glisser dans le collier. Elle ouvre les yeux, les yeux dorée par sa position de louve dans la meute. La jeune femme pouvait donc voir dans l'obscurité sans problème. Elle guide avec une douceur infinie son amour jusqu'à devant le lit en baldaquin. Les mats foncé étaient maintenant surmontés d'anneaux dorés. Des cordes bandaient comme Alice les avaient disposé pour s'en souvenir. Elle se fige et met Gabriel dos au lit. Elle fait glisser ses doigts le long de son torse en remontant son haut et le fait passer par dessus sa tête. Elle ne perd aucun contact pour l'instant et lui tourne autour en attrapant les cordes. Délicatement, elle en attache deux à  son collier, lui laissant l'aisance dans ses mouvements. Alice se glisse dans le dos de l'home et vient chuchoter à son oreille.

    Es ce que ... tu es prêt mon amour ...?

    Elle fait glisser le bout de ses doigts le long de la peau de l'homme et va tranquillement vers son bureau sur lequel trônaient quelques jouets, objets, boissons. Tout pour se divertir ce soir ... Mais surtout pour lui montrer son amour par un domination qu'elle lui avait déjà offerte. La louve tire sur les lacets de son corset et le retire lentement sans ses faire de bruit. Elle prend un foulard sur le dossier de sa chaise et le pose sur les yeux de Gabriel. Le doux parfum de la brune l'embrumerait le temps qu'elle finisse ce qu'elle voulait faire. Peut-être même qu'elle le rendrait impatient. Mais elle n'en attendait pas tant ... La louve regarde ce qu'elle avait sortit un peu plus tôt et réfléchis un instant. Elle devait forcément commencer en douceur pour ne pas le brusquer. Alice attrape un glaçon dans une petite coupelle en verre et vient doucement le faire glisser sur la peau tatouer. Elle observe la chair de pouls, ses poils se dresser et ses tatouages humidifier par le passage du glaçon. Alice l'analyse, en réfléchissant. Par quoi allait elle vraiment commencer ce soir. Elle voulait le surprendre, le rendre encore plus désireux envers la personne qu'elle lui présentait ce soir. Elle se recule et rompt tout contact quand le glaçon à complètement fondu et sourit en coin.

    Je pense .... que tu va rester dans le noir ce soir ... Qu'en penses tu ?

    Peut-importe sa réponse, elle ne changerait pas d'avis. Elle se recule tranquillement et le regarde. Lui, seul, attaché, torse nu ... totalement sien pour la nuit...


    Never forget that i'm your nightmare!



    [HOT]Pleasure in painful memories[HOT] ~ Alice xXx Angel  2d4a8310

    But I still dream of him ...

    Angel L.Crow
    Péché

    Angel L.Crow

    En bref

    Date d'inscription : 09/02/2015
    Messages : 385

    [HOT]Pleasure in painful memories[HOT] ~ Alice xXx Angel  A36b8053c7b628e70a8459a00946b4e5



    Depuis que j’ai ouvert les yeux je l’attends. Je sais qu’elle ne sera là que ce soir. La nuit sera bien avancée, comme toujours. Mais elle sera là, je le sais, aussi certainement que le soleil se lève et se couche immanquablement tous les jours. Je me prépare donc pour ma journée à l’école de danse. Seul dans ma chambre, je vais prendre ma douche, brûlante. L’échauffement commence par là. Il faut que je sois souple pour être performant. Alice crois en moi, et je dois avoir mes examens blancs pour lui prouver que je serai prêt à la fin de l’année. Ma première année au sein de cet établissement prestigieux, que je n’aurais jamais pu oser espérer fréquenter si elle n’avait pas soutenu mon inscription, au moins financièrement. Maintenant, je peux m’adonner pleinement à mes passions artistiques, avec le plus grand sérieux. L’année prochaine, je pourrai choisir mes spécialités, mais j’ai déjà des idées très arrêtées sur le sujet. J’aime le théâtre, le cabaret, et les danses à la barre, plus que le reste. Evidemment, les deux derniers cours sont majoritairement prisés par des demoiselles. Alice est possessive, alors je lui en ai parlé. Loin de moi l’idée qu’elle s’imagine que je laisserais quoi que se soit se produire avec une de mes camarades, aussi gracieuses soient-elles… Et pour être honnête, je ne perçois pas leurs avances la majorité du temps. C’est en entendant les bruits de couloir que j’ai vent des spéculations qui enflent sur mon compte. Etant donné que je ne fréquente pas les filles de l’école, beaucoup se plaisent à m’imaginer des relations inavouées avec les damoiseaux de la promotion. Ca me fait sourire, quand je pense à celle à qui je m’offre. La seule et l’unique… D’ailleurs, j’ose à peine imaginer comment elle sanctionnerait un malheureux moment d’égarement…

    Docilement, je m’échauffe, et m’applique, heure après heure, à exécuter figures et enchainements exigés par les enseignants devant même à la fin de la journée passer outres des courbatures naissantes. Mes muscles me tirent, éprouvés par mes efforts prolongés. Il me reste le trajet pour récupérer. Une marche d’une vingtaine de minutes, pour arriver à la maison. Ainsi, je ne m’engourdis pas. Il faut que je sois prêt… Pour elle. Pour la satisfaire… La combler… Assouvir ses désirs. A une centaine de mètres de ma destination, je presse le pas. Elle me manque.

    En passant la porte j’abandonne le sac qui contient mes habits, et remonte me laver, pour me débarrasser de cette impression de moiteur qui m’avait suivi depuis les salles de cours. Une fois propre, je passe une chemise de satin noir, et un pantalon en cuir fin, assorti. Je souligne mon regard. J’entends ses pas résonner au loin dans la maison qui n’abrite que nous deux ce soir… Je recule d’un pas pour juger de mon allure générale. Ma chemise ouverte laissait une vue imprenable sur ma peau pâle, gravée d’encrages par endroit. Je sais qu’elle aime ça. Satisfait de mon apparence, je me dirige vers son bureau et frappe… Elle m’ouvre… Enfin. Mon cœur s’emballe à sa simple vue. Cette femme est d’une beauté époustouflante. Je brûlais déjà d’envie de combler cette distance entre nous pour prendre d’assaut, ces lèvres d’une douceur exquise qui renfermaient tant de trésors… Ses dents… Sa langue… Sans oublier sa voix, qui à elle seule faisait naitre une vague de frissons le long de ma colonne vertébrale, sans même qu’elle ne me touche… Mais en dominante qui se respecte, elle me devance. M’offrant ce baiser qui me semblait de plus en plus essentiel à mon bien-être à mesure que le temps passait. J’enserre doucement sa taille pour me trouver aussi près d’elle qu’elle me le permettrait.
    Le sourire rêveur apparu sur mon visage à ce geste, s’élargit encore quand elle me demande si je lui faisais confiance. Bien que je doute qu’elle ait réellement besoin d’une réponse, je prends soin de la lui formuler, tout de même, en m’agenouillant devant elle.

    « Je crois que les preuves ne sont plus à faire, mon amour… »

    Mon timbre bas pouvait paraitre timide, ce qui devait être en partie vrai, compte tenu de mon caractère, mais je savais qu’elle percevrait aussi les vibrations de désir dans cette simple réplique… Un désir éperdu… Chaque nuit passée avec elle me promettait d’être la plus belle… En effet, aucune ne ressemblait à la précédente… Ainsi, avide et curieux, je la laisse me redresser pour m’enchainer à sa guise avant de la suivre dans cette pièce que je connais maintenant. Admiratif, je me délecte de son assurance tandis que dans la pénombre, elle m’attache au lit. Je frémis de tout mon corps en la sentant venir se lover contre mon torse nu. Je dois prendre sur moi pour ne pas prendre l’initiative de la toucher. Mon cœur bat fort au creux de ma gorge. Quand elle s’éloigne, je serre les poings pour contenir un râle de frustration, en me mordant violemment la lèvre inférieure. En tendant l’oreille, je peux entendre ses pas, par-dessus les pulsations assourdissantes de mon cœur… Je n’avais aucune réticence à ne pas pouvoir user de ma vue, pourvue qu’elle ne me prive pas d’un autre de mes sens… Mon dieu… Sa voix résonne encore, et j’ai déjà le souffle court… Mais… Ma chemise glisse de mes épaules… Et…. Quand elle fait tracer les lignes de mes tatouages à ce morceau de glace, je ne peux réprimer un petit gémissement approbateur malgré mes efforts… J’ai toujours adoré ce contraste entre la chaleur et le froid… Je m’en retrouve assailli par les frissons. Mais voilà qu’elle recule encore… Trop vite… Je tente de maitriser mon souffle, regrettant déjà de ne pas la voir malgré l’excitation que cette… Obscurité, pouvait susciter en moi.

    « Alice… » soupirai-je.

    Qu’elle fasse bien ce qu’elle veut de moi… Pourvue qu’elle me revienne…

    Alice D. Gallahan
    Meute Gallahan

    Alice D. Gallahan

    En bref

    Date d'inscription : 23/12/2015
    Messages : 60

    Elle le regarde, figé en plein milieu de la pièce. Il était beau. Là, torse nu, attaché par deux fortes cordes et plongé dans le noir. Elle l’aimait comme ça. Il était offrant comme personne ne l’avait été pour elle. Il était celui qui lui donnait des frissons, des sensations fortes, des bouffées de chaleur, du désir et de l’amour. Il était le seul qui pouvait lui faire ressentir cela. Elle devait lui montrer ce qu’il pourrait faire ce soir. Elle ne voulait pas le bloquer dans cette position pour un moment. Elle prend un nouveau glaçon, et avance de quelques pas. Elle se place en face de lui et tend lentement le bras.
    Mon ange … ce soir tu es libre dans tes gestes mais …. Tu ne pourras pas avancer à une grande distance du lit. Avance !


    Elle le regarde, analysant chaque geste que son corps pouvait faire, chaque mouvement que ses muscles pouvaient faire en se contractant sous sa peau si pâle et douce. Alice aimait tellement voir son corps réagir, bien plus que n’importe quel gémissement qui aurait pu sortir de sa belle bouche un jour. Bien sûr, c’était plaisant de savoir qu’Angel gémissait grâce à elle. Alice aimait le sentiment qui la traversait quand elle le voyait jouir des plaisirs qu’elle lui offrait. La belle brune sourit un peu plus en le voyant avancer à tâtons. Elle glousse un peu quand il atteint la limite et que la corde le tient en arrière. Elle pose délicatement le glaçon sur les lèvres de son amant et le fait ensuite glisser sur son menton, son cou, son torse …. Arrivée au bas du ventre, elle laisse les gouttes d’eau perlée jusqu’à son pantalon. Elle ne perd aucun contact. Elle ne voulait pas le perdre. Ses doigts toujours posé sur le bas de son ventre. Elle glisse ses doigts sur ses lèvres avec une douceur inouïe. Alice lui tourne autour. Comme un prédateur cherchant la bonne stratégie pour attaquer. Es ce qu’on utilise la même que d’habitude ou on innove pour voir si le résultat est meilleur. Alice fait descendre son pantalon jusqu’à ses chevilles et vient souffler à son oreille en remontant lentement.
    Tu n’en auras pas besoin ce soir mon amour … Enfin tu n’en as pas souvent besoin quand nous sommes ensemble…


    Elle attrape son lobe d’oreille entre ses dents blanches et mordille tout le long, descendant sur son coup et sa nuque. Elle finit par le lâcher et retourner vers son bureau. Elle savait qu’elle avait pu enfin mettre tous ses sens, son corps, son âme en éveille pour la nuit qu’ils allaient enfin passer ensemble. Il était prêt à prendre bien plus que ce simple glaçon qui glisse sur sa peau. Et il pouvait s’en douter. Alice n’était pas du genre à s’arrêter à quelques frissons. Elle en voulait bien plus encore, une dévotion sans faille la faisait frémir de tout son être. Elle glisse ses doigts sur une chaîne argentée. Bien sûr qu’elle n’était pas en argent pure. Alice ne prendrait aucun risque pour son corps à l’instant. Elle la soulève, regarde les deux pinces à chaque bout et se retour vers son ténébreux humain à qui elle donnait son cœur. Elle s’approche doucement de lui et pose à nouveau ses doigts sur son torse et de l’autre main, elle ouvre la pince à une extrémité de la chaîne. Alors elle se met à titiller son téton. C’est peut-être étrange dans un couple normal mais ils étaient bien plus. Elle referme lentement la pince sur son téton et regarde son visage afin de voir sa réaction. Elle ne devait pas lui faire trop mal non plus. C’était un humain et elle en avait clairement conscience. Quand elle fut sûre qu’il était prêt, elle plaça l’autre pince et tire tout doucement sur la chaîne. Un petit sourire se forme sur ses lèvres alors qu’elle tirait doucement sur son torse. Les dents des pinces froides enserraient bien sa peau sensible. La brunette l’admire alors qu’elle voulait faire monter la pression en elle avec une lenteur insoutenable. Elle le savait qu’elle testait beaucoup sa patience et son endurance mais c’est qui rendait leur moment intime plus intense que pour un simple couple qui baisait avec l’adrénaline d’un lien insolite. Ce n’était rien à côté de ce qu’il vivait dans l’intimité des yeux indiscrets. Elle se sentait dans un monde qu’elle dirigeait. Dans son monde où tout suivait seulement ses pensées. Et elle adorait l’emprise qu’elle pouvait avoir sur cette bulle qu’était la leur. La jeune femme le regarde une nouvelle fois et sourit. Plus un contact. Elle ne lui en offrirait plus pour l’instant parce qu’elle savait qu’il pouvait tout endurer tant qu’elle serait bien proche de lui. Elle voulait rendre le jeu plus amusant de son côté. Elle voulait le tester dans le but de dépassé encore plus ses limites. Elle attrape une cravache. Le long manche en cuir tressé, ce petit bout de plastique au bout qui claquait dans un son agréable aux oreilles de la louve pouvait faire mal si elle ne se canalisait pas. Elle fait claquer dans sa paume pour lui indiquer qu’elle passerait aux choses sérieuses. Elle inspire profondément et prend le temps de respirer. Alice inspire. Elle lève doucement l’objet entre ses doigts. Alice expire. Elle lâche un premier coup sur son flanc droit avec une faible intensité pour ne pas trop le surprendre. Elle ne retirer pas le plastique et le laisse glisser sur sa peau.

    Elle observait tout. Ses réactions, ses bruits qu’il pouvait s’efforcé de cacher s’il le voulait, le mouvement de sa peau, de ses muscles. Elle voulait tout voir pour agir en fonction de lui, de ce que son corps demandait différemment de ce que sa bouche soufflait à Alice. Elle écoutait les paroles du corps et ceux bien plus que les paroles orales … Sauf en cas de danger bien sûr. Elle tourne autour de lui en laissant le plastique circuler sur sa peau. Elle se remet devant lui et tire sur la chaînette. Elle met son torse en tension. Alice inspire. Elle lève le bâtonnet en cuir. Alice expire. Elle lâche un coup sur la peau sensible et tendue par la pince qui le tirait vers elle. La louve donna un coup à droite puis à gauche. Et progressivement, elle relâche la tension qu’elle mettait sur la chaîne. Le regard rivé sur ses lèvres. Alice vient fouetter le bas de son ventre puis glisse le bout de plastique dans son caleçon. Elle sourit en coin et donne un léger coup sur son membre. La brune pince ses lèvres puis fait monter en intensité ses coups sur la peau de Gabriel. Celle-ci rosie au contact du plastique. La louve était tellement fière, heureuse et aimante de vivre cela avec son amant. Elle aimait tellement l’expression de son corps. Elle recule d’un coup alors qu’elle avait préparé un coup qu’elle ne lança pas.
    Encore ? Je veux t’entendre me demander ce que tu veux Gabriel !



    Never forget that i'm your nightmare!



    [HOT]Pleasure in painful memories[HOT] ~ Alice xXx Angel  2d4a8310

    But I still dream of him ...

    Angel L.Crow
    Péché

    Angel L.Crow

    En bref

    Date d'inscription : 09/02/2015
    Messages : 385

    [HOT]Pleasure in painful memories[HOT] ~ Alice xXx Angel  Tumblr_nokgjfWDXN1u60p0jo1_1280

    J’aime qu’elle me contraigne physiquement, parce que son ascendant me fait frémir. Je sais que la douleur et la peine sont deux choses bien différentes. Dans mon cas, ma peine m’accable, tandis que la douleur me rappelle que je suis bien vivant. Et s’il y a bien une chose de laquelle je ne saurais douter, c’est qu’Alice ne veut pas m’accabler. Mon rythme cardiaque est calqué sur son bon vouloir, et la pression qu’elle exerce sur ces pinces reliées à mes mamelons. Mes  dents sont serrées, et mes mains, libérées, tremblent d’un mélange de frustration et de douleur.
    Ma chemise avait rapidement rejoint le sol… Et voilà que mon pantalon ne tarde pas à faire de même… Mais il n’y a que ces instruments qui me touchent. Aussi, quand elle me demande ce que je veux, la réponse me vient immédiatement.

    “Toi… Je n’attends que toi…”

    Ma voix n’est qu’un murmure frémissant, tenu en haleine par la brûlure lancinante du pincement métallique, et le cuir qui ne fait que me frôler ou presque. Plus que la sensation, j’avais d’abord reconnu le bruit caractéristique du frottement de l’air… Presque mélodieux. Et ce premier coup qui en promet un second… Au moins. Et je ne suis pas certain que ma réponse change vraiment quelque chose. J’entends par là qu’une fois encore, Alice veut entendre pour le plaisir des mots qu’elle sait déjà sur le bord de mes lèvres. Son injonction n’a rien d’interrogatif. C’est comme ça, entre nous.
    Concentré sur ses mouvements que mon ouïe parvient à deviner, et ce que mon toucher ne peut ignorer, finalement, c’est presque comme si je pouvais la voir.

    “Vas-y…” Soufflai-je “Plus fort…”

    La peau de mes mamelons commence à s’engourdir sous la pression. Le sang pulse contre les petites mâchoires d’acier. La brûlure sera intense quand elle me les enlèvera. Intense et diffuse… Mais celle que je préfère, c’est celle de ses griffes. Je le sais parfaitement… Et ça viendra sûrement… Si elle se décide à me toucher… Patience Gabriel… A genoux, j’attends le sifflement du cuir qui précédera un picotement mordant sur son passage.

    Alice D. Gallahan
    Meute Gallahan

    Alice D. Gallahan

    En bref

    Date d'inscription : 23/12/2015
    Messages : 60

    Chaque mots passant ses lèvres s'imprégnaient lentement dans l'esprit de la louve. Elle le fixait. Détails chaque parcelles de son corps, chaque trais de son visage, chaque muscles appréhendant le prochain coup et cette chaine autour de son cou … Elle ne voulait rien oublier. Mais là sous ses derniers mots, un léger grognement échappe à son contrôle. La louve laisse la cuir effleurer sa peau lentement.


    " Qui es- ce qui contrôle ici ? Si j'ai envie de te faire languir … je le ferais … Si j'ai envie d'accélérer … je le fais "

    C'était comme ça. Elle était autoritaire et voulait tout contrôler .. repousser chaque jour un peu plus les limites de cet homme par pur acte d'amour. La louve recule et finit par tourner les talons. Elle sort doucement de la pièce. Si il n'était pas près à lui laisser le contrôle alors il allait rester seul. Elle passe sa main dans ses cheveux et patiente un peu contre la porte de la chambre. Alice soupire doucement en pensant même à comment allait se finir la nuit. Elle tourne le visage. Il n'allait sûrement pas comprendre … Elle non plus … mais la situation … tout lui donnait cette envie de rester proche de lui. Alors après cinq bonnes minutes, elle entre à nouveau. Elle n'attend pas, la cravache fend l'air ambiant et s'abat en un coup dur et ferme sur le torse de Gabriel.


    " Es ce que … j'ai été clair …? "


    Elle ne souhaitait pas le laisser trop longtemps seul mais elle voulait lui faire sentir qu'elle devait tout diriger. Elle s'approche collant doucement son corps à celui du brun. Sa chaleur se rependait entre eux. Alice mord le bout de son gant et le retire avant de glisser sa main sur son torse. Elle tire à nouveau sur la chaine délicatement avant de le faire plus violemment les faisant se décrocher et laissant une douleur vive et la fraicheur du métal glisser le long de sa peau. Elle sourit doucement et pose un baiser dans son cou doucement.


    " Comment te sens tu …?"


    Et parmi toutes les questions qu'elle avait pu lui poser avant. Celle là était la plus sincère. Elle se souciait toujours de savoir où es ce qu'elle en était. Elle voulait ne pas non plus le détruire. Elle contrôlait jusqu'u moindre détail. Elle se redresse le lâchant et retourne jusqu'au meuble. Elle repose la cravache sur la soie qui recouvrait le fond du tiroir. Elle repose aussi la chaine doucement. Elle se penche doucement et attrape une fine tige qu'elle savait plutôt douloureuse. Elle ne l'avait pas beaucoup utiliser sur Gabriel. Elle se tourne et inspire doucement. Elle fait glisser la tige contre le sol et avance d'un pas lent. La jeune femme lève la tige et le fixe intensément. Peut-être que si il avait pu voir son regard, il aurait pu sentir ce coup venir. Elle fait tomber la tige sur ses fesses. Un coup sec claquant dans le silence. Une barre rouge se marque sur sa peau alors qu'elle relève la tige à nouveau. Elle ne dit rien. Plus un mot plus un geste, elle se délectait juste de le voir ainsi.


    Never forget that i'm your nightmare!



    [HOT]Pleasure in painful memories[HOT] ~ Alice xXx Angel  2d4a8310

    But I still dream of him ...

    Angel L.Crow
    Péché

    Angel L.Crow

    En bref

    Date d'inscription : 09/02/2015
    Messages : 385

    Quelque chose dans sa virulence diffère. Je sens une tension étrangère qui me pousse à hésiter à répondre. Alice est-elle réellement en colère contre moi? Si seulement je pouvais voir ses yeux... Ils lèveraient le voile sur mes doutes... Mais je ne peux me permettre d'émettre une requête maintenant. C'est on-ne-peut plus clair. Tout comme je ne remettrais point en doute son autorité. En douterait-elle sincèrement? le cuir claque. Je soupire en accueillant la brûlure familière occasionnée...

    "Très clair." Répondis-je d'une voix tremblante à cause de la traction exercée sur ma chair éprouvée par les pinces.

    Heureusement que je suis déjà à genoux. Mes jambes auraient eu du mal à me porter. Son baiser me rassure un peu, mais elle s'éloigne bien vite... Je suis le bruit de ses talons qui frappent le sol. Guettant le moindre indice, j'attends son retour. Elle tarde... Mon cœur accélère. Dois-je m'inquiéter? Culpabiliser, alors qu'elle me demande comment je me sens sans attendre la réponse? Troublé... Murmurai-je pour moi-même. Je focalise toute mon attention sur le sens qui pourrait m'aider à deviner la suite des événements. Mon coeur gagne encore en vitesse quand les pas de l'Alpha reviennent. Quand l'objet qu'elle a rapporté fend l'air, j'ai à peine le temps de reconnaitre la finesse cinglante du sifflement métallique... Et encore moins de temps pour me demander si cette baguette est faite en argent. Dans tous les cas, un couinement à la fois soulagé du retour de ma Déchéance, et de son attention sur moi sous toutes ses forme, et saisi par la douleur cuisante qui étrangle mon souffle au creux de ma gorge.

    "Je t'aime..."

    Alice D. Gallahan
    Meute Gallahan

    Alice D. Gallahan

    En bref

    Date d'inscription : 23/12/2015
    Messages : 60

    (Musique conseillée avec ce passage : https://www.youtube.com/watch?v=L1bbk3Ul3YY)

    Elle se prépare à laisser un deuxième coup partir mais à ses mots, son cœur se serre. Son corps est complètement figer. Bon dieu ... Mais qu'allait-elle faire ...? Elle souffle et ferme les yeux un instant. Avant .... ses mots ferait simplement battre son cœur plus fort, plus vite, plus intensément. Elle vibrait pour l'entendre lui souffler ses sentiments. Mais voilà .. ce soir c'était différent. Elle déglutit et laisse partir le coup. Comme ci ça lui permettait de ne pas répondre. Elle s'agenouille devant lui et caresse sa joue doucement. Même si en rien il ne le méritait c'était le mieux à faire. Pour lui et pour elle .. Elle le sentait au fond d'elle même.

    Alice retire doucement le bandeau de ses yeux puis vient poser ses lèvres sur celles de Gabriel. Qu'es ce qu'elle l'aimait. Et qu'es ce que c'était torturant. Il la torturait, il la soumettait à cette facette qu'elle devait garder sans même le savoir ... Les rôles étaient inversés. Et plus le temps passait aussi proche de lui plus son cœur se brisait dans sa poitrine. Elle entoure son corps de ses doigts et emporter par la passion de ce baiser ... Elle laisse ses griffes lui échapper. Son côté sauvage l'emportait sur la dominante. Bien sûr elle l'utilisait comme instrument et il devait le sentir ainsi mais dans le fond c'était parce qu'elle avait du mal à endosser le rôle ce soir. Elle avait du mal à maintenir cette image parfaite d'elle.. Bien qu'elle ne le soit pas vraiment pour quelqu'un ... à un moment elle voulait le paraitre. Pour lui. Pour lui elle était prête à tout ... et c'est bien ce qui commençait à l'inquiéter.

    Les griffes pointues, lacèrent la peau clair du brun. Dans une lenteur infinie, elle entaille doucement son dos. Elle le regarde dans les yeux et sourit tendrement.
    "Plus fort ...? "

    Comme ci lui trancher lentement la peau ne suffisait pas. Elle les retire d'un coup et vient le détacher. Elle le guide sur le lit tranquillement et attache à nouveau le collier aux poteaux du lit. Elle se place sur lui et le regarde. Elle se remet à tirer sur les pinces et les retire lentement. Elle pince ses lèvres et le fixe.
    "Comment tu te sens maintenant ? "

    Parce que moi ... je ne sens même plus mon cœur ... je ne sens même plus les émotions qui m'anime près de toi .. je ne sens même plus la chaleur de nos de corps enlacer alors que tu es si proche ... La peur prend toute la place Gabriel ... Si tu savais ... Comme je me sens faible .. pense-t-elle maintenant son sourire. Comme ci elle allait lui dire tout ça ... Non ...Elle ne le devait pas ... Elle n'imaginait pas franchement sa réaction si elle lui disait tout ça comme ça ... En fait les mots ne pouvait même pas franchement sa bouche tellement tout était noué en elle. Alice glisse son visage contre son cou et y dépose des baisers lentement. Si ce soir elle le sentait frissonner peut-être ferait- elle marche arrière ... Mais lui procurait elle vraiment ce frisson .. Celui qu'ils avaient toujours ressentit au par avant ?[/center]


    Never forget that i'm your nightmare!



    [HOT]Pleasure in painful memories[HOT] ~ Alice xXx Angel  2d4a8310

    But I still dream of him ...

    Angel L.Crow
    Péché

    Angel L.Crow

    En bref

    Date d'inscription : 09/02/2015
    Messages : 385

    Habituellement, elle répond à ces trois mots que je n'adresse aussi directement qu'assez rarement... Mais... Je suppose que les gestes qui suivent doivent bien les valoir.
    Pour la première fois depuis le début de notre histoire je suis soulagé de retrouver la vue. Mon souffle frémissant s'écrase contre les lèvres de mon Amour tandis que je lui rends son baiser. Tout en souplesse, mon corps ondule lentement sur le passage des ses griffes. Qu'elle me lacère... Mon sang coule le long de ma peau blanche... Et imaginer ses doigts maculés de ce liquide écarlate dénoue mon angoisse montée en flèche il y a quelques secondes.

    "Je t'en prie..." Soufflai-je. J'endurerai tout, pourvue que ça ne s'arrête pas...

    Le souffle court, je me laisse mener sur le lit, pris d'assaut par les brûlures de mes blessures en contact avec les draps. Par réflexe je me cambre, le regard flouté par le plaisir de me sentir vivant... Attisé.
    La tête me tourne un peu sous le coup d'autant de sensations, et d'émotions fortes, mais je parviens tout de même, au prix d'un effort de concentration, à focaliser mon regard sur elle, me surplombant... J'avais tant attendu pour pouvoir la contempler... Un sourire planant s'affiche sur mon visage alors qu'elle venait de réitérer l'une de ses questions.

    "Je t'aime..." Soupirai-je, les yeux plein de ce sentiment éperdu... Pour moi, le meilleur état qui soit.. "Infiniment..."

    Alice D. Gallahan
    Meute Gallahan

    Alice D. Gallahan

    En bref

    Date d'inscription : 23/12/2015
    Messages : 60

    https://www.youtube.com/watch?v=bfQ7ucGQdOM (Malheureusement conseillé)

    Deux fois. Deux fois en l'espace de deux minutes. Il venait encore de dire ces simples mots. Ces simples mots chargés en émotions, chargés en sentiments. Ces simples mots qui résonnait dans l'être de la brune. Elle le fixe un instant. Sa peau laiteuse sous ses griffes, son corps cambré sous le sien. Il était sien. Pour son propre malheur. La brune laisse glisser ses yeux vers ses griffes ensanglantées et finit par doucement et délicatement venir se blottir contre son corps. Elle ne réponds pas. Elle n'avait pas le droit. Il ne serait plus à elle. Elle inspire son odeur en nichant son nez dans son cou. Etrangement, et dans de rares moments, la douceur avait sa place entre eux. Elle n'oubliait pas son humanité. Elle ne devait jamais césser de l'oublier. Alors que l'odeur de sa peau, mélangé à son parfum est bloqué dans ses narines, elle fait lentement pénétré ses griffes contre ses côtes. Pas trop profond, juste ce qu'il faut. Elle ferme les yeux et embrasse son cou, son collier, son épaule puis se redresse.
    "Tu es mien..."

    Trois mot, il avait autant d'intensité que les siens. Fou amoureux de cette louve qui jouissait de le marquer, de le pousser plus près du danger. Mais ceux d'Alice, il était vide d'émotions. Comme ci aucun amour ne la traversait. Il était sien, mais à quel prix ? Il était sien mais ça ne sonnait pas comme un partenaire pour qui on donnerait tout, pour qui chaque parcelle du temps de sa vie devient qu'amour. Elle retire ses griffes et ondule lentement son bassin contre le sien. Elle attrape ses mains et les emprisonnent fermement entre ses griffes. Celle-ci commençant doucement à s'enfoncer dans son poignet.
    "Tu es entièrement mien..."

    Comme ci il y avait de l'écho, comme ci ça devait résonner dans cette chambre. En fait, c'est comme ci elle essayait simplement de s'en convaincre. Elle passe sa langue sur ses crocs et vint lentement lécher la plaie sur ses côtes. Elle mordille sa peau avec bien plus de force qu'un humain mais pas suffisamment pour déchirer le tissu corporel. Elle balance ses cheveux en arrière et le regarde dans les yeux. C'est un instant court. Mais il paru si long. Elle le fixe dans les yeux et détâche son collier. Elle lui retire du cou. et le pose délicatement sur la taie d'oreiller à côté de lui.
    "Ne bouge pas "

    Elle se lève ensuite, ne le regardant plus. Et tout le temps où elle se préparait psychologiquement en observant chaque outils, chaque objects, chaque gourmandise qui rythmaient ces moments. Elle ne pouvait plus le regarder et elle ne cherchait pas son regard. Elle tend simplement l'oreille, espérant qu'il respecte cet ordre malgré la distance qu'elle venait de remettre entre eux.


    Never forget that i'm your nightmare!



    [HOT]Pleasure in painful memories[HOT] ~ Alice xXx Angel  2d4a8310

    But I still dream of him ...

    Angel L.Crow
    Péché

    Angel L.Crow

    En bref

    Date d'inscription : 09/02/2015
    Messages : 385

    Faire de moi un loup avait permis à Alice et Bloody de repousser les limites de mon corps. Et c'est dans ces moments là que je me sens comblé par ce que tous ces gens appellent une malédiction. Je ne dirai jamais que la mort de mon frère est finalement un mal pour un bien. Non. Cette perte fut, sans contestation la pire douleur qui existât pour moi. Mais j'essaie de me faire à l'idée que cette horrible événement faisait partie de ma destinée. Le Destin, paraît-il, est fait d'équilibre. Plus profonde est la descente, plus vertigineuse doit être l’ascension. Il me semble bien que j'en suis enfin arrivé là.

    Les mots qu'elle prononcent sont tout bonnement extatiques.

    "Oui..." Soufflai-je. "Je suis tien. Maintenant, et à jamais."

    Je n'avais jamais été aussi sûr de moi que depuis que je suis tombé amoureux de ces deux femmes. Même si en réalité, aux prémisses de cette relation, j'ignorais qu'elles étaient deux. Mon souffle accélère à la moindre pression de ses griffes... Au moindre contact de ses lèvres. Je m'imprègne de tout mon être de son odeur, délicieusement conscient de son corps plus puissant que son apparence pourrait le laisser croire, penché sur le mien.

    Quand un nouvel ordre franchit ses lèvres, je m’exécute. Toute tension désertant mon corps, je savoure simplement les sensations plus ou moins vives et diffuses laissées sur son passage. Etendu sur notre lit, j'observe la courbe gracieuse de son dos quelques secondes... Son immobilité me surprend.

    "Tu cherches quelque chose?"

    Contenu sponsorisé

    En bref


    Permission de ce forum:

    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum